Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 10:38

Absolument inadmissible, cette prétention des va-nu-pieds à améliorer leur sort par l’action collective. Intolérable, l’effort désespéré de ces manants pour mettre fin à la misère et à l’ignorance. Si la classe possédante les déteste, ce n’est pas pour ce qu’ils font, mais pour ce qu’ils sont.

Aux yeux des charognards d’aujourd’hui, les Gilets jaunes ne valent pas mieux que les Communards : ce sont « des hordes qui ont tout détruit sur leur passage, rêvant de marcher sur l’Élysée pour le mettre à sac et pour placer la tête du président sur une pique ». Ces sauvages rappellent « les Khmers Rouges entrant dans Phnom Penh pour la nettoyer et la vider. Avec cette différence : les réseaux sociaux, la manipulation des médias ont donné une caisse de résonance instantanée aux vandales », écrit Pascal Bruckner, héroïque sentinelle du capital, dans « Le Point » du 10 janvier 2019. Quand on sait l’unanimité haineuse de la presse bourgeoise contre ce mouvement populaire, son propos relève sans doute de l’humour involontaire.

Pour son collègue Frantz-Olivier Giesbert, la motivation de cette foule nauséabonde est nettement plus prosaïque, et ce laquais des puissants nous délivre avec condescendance sa psychologie de comptoir émaillée de métaphores animalières : les Gilets jaunes sont « des hordes de minus, de pillards, rongés par leur ressentiment comme par des puces », écrit-il dans « Le Point » du 13 décembre 2018. Des minables dévorés par l’envie et la jalousie, voilà tout. Même registre, déjà, contre les Rouges de 1871 : « L’origine de la Commune remonte au temps de la Genèse, écrivait Maxime Du Camp dans «Les Convulsions de Paris», elle date du jour où Caïn a tué son frère. C’est l’envie qui est derrière toutes ces revendications bégayées par les paresseux auquel leur outil fait honte, et qui en haine du travail préfèrent les chances du combat à la sécurité du travail quotidien ».

Convoquer la Bible à l’appui de l’ordre social, le procédé ne date pas d’hier et il traverse le temps. Ces gueux en gilets jaunes, eux aussi, ne sont-ils pas la lie de l’humanité, dont les coupables égarements sont passibles d’un châtiment divin ? Pour Bernard-Henri Lévy, s’exprimant devant le CRIF le 18 novembre 2018, aucun doute n’est possible : « Le peuple, celui qui ne respecte rien que lui-même, celui qui dit : « on est le peuple, et parce qu’on est le peuple on a tous les droits, absolument tous, à commencer par celui d’enfreindre la loi », eh bien ce peuple-là, mes chers amis, je me permets de vous signaler que c’est contre lui que se déchaîne la sainte colère de Dieu ».

Yahvé et LBD, même combat.

Il faut dire que ces Gilets jaunes inspirent aux intellectuels bourgeois en service commandé une répugnance instinctive. Décidément, cette plèbe enragée concentre tous les mauvais instincts. Elle sent le soufre. « Mettre un gilet jaune, c’est revêtir la honte », déclare Philippe Val, qui est passé de Charlie-Hebdo à France-Inter comme on change de chemise et de compte en banque. On feint d’ignorer leur programme, et on y voit les pitoyables représentants d’une France provinciale méprisée par ces muscadins de la presse bourgeoise.

« Qui sont ces  Gilets jaunes et que  veulent-ils ? » demande  Laurent-David Samama dans « La Règle du Jeu », le 4 décembre 2018. « Les premiers concernés n’en savent rien, et ne cherchent d’ailleurs pas à répondre. Coincés entre un Burger King, un Kiabi et un centre Leclerc, tenant les rond-points de la France moche en se rêvant Sans-Culottes, tout juste se perdent-ils, lorsqu’on les interroge, dans le gloubi-boulga incohérent de leurs doléances ».

Mais si l’on creuse un peu, assurent ces chiens de garde, on découvre alors le pire, sournoisement tapi dans l’ombre. « On commence par le référendum d’initiative populaire et on finit par l’antisémitisme. On commence avec Rousseau et on finit avec Doriot. Mais c’est pas les marges, ça, c’est le cœur du mouvement », assène Bernard-Henri Lévy sur Europe 1, le 18 février 2019. Des antisémites, bien sûr, et manipulés par l’étranger, de surcroît. Journaliste à France-Culture, Brice Couturier, dans un tweet du 1er décembre 2018, est catégorique : « Poutine est à la manœuvre. Une petite guerre civile en France ferait bien ses affaires ».

Des mensonges à la chaîne, qui sont les mêmes que ceux qu’étrillait Marx à propos de la Commune dans sa lettre à Liebknecht, le 6 avril 1871 : « De tout le fatras qui te tombe sous les yeux dans les journaux sur les événements intérieurs de Paris, tu ne dois pas croire un mot. Tout est mensonger. Jamais la bassesse du journalisme bourgeois ne s’est mise plus brillamment en évidence ».

 

Source

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 10:32

L'un des plus grands scandales de corruption de l'histoire de l'Union européenne se déroule sous notre nez, mais comme l'histoire est désagréable, la plupart des médias européens, des médias autoproclamés, ne voient pas, n'entendent pas, ni ne parlent, comme d’habitude.

Stella Kirikádes, la commissaire à la santé qui a signé les contrats de vaccination tardifs de l'UE, a été mêlée à un scandale de corruption inacceptable. Beaucoup sont déjà certains qu'elle a été soudoyée par les fabricants de vaccins.

De manière inattendue, exactement 4 millions d'euros, sont apparus dans le compte conjoint de cette commissaire européenne avec son mari. La presse chypriote parle déjà - je cite littéralement - de corruption passive.

L’argent a atterri sur le compte familial de la commissaire par l’intermédiaire de la Cooperative Bank of Cyprus, qui appartient à l’État, et qu’elle a tenté de déguiser en une sorte de prêt, un prêt pour éviter un scandale .

L'affaire est trop grosse pour être simplement balayée sous le tapis, car la commissaire européenne à la santé ne dispose d'aucune couverture pour contracter un prêt de cette taille. Comme l’a déjà dit un rapport de la Cour des comptes chypriote: ceci ne peut être un prêt, comme le prétendait la ministre. Stella Kirikádes ne pourra pas rembourser cette somme énorme, ni sur son salaire, ni sur d’autres sources, c’est-à-dire qu’il s’agit clairement d'un déguisement de corruption.

Stella Kirikiades, après sa chute, essaie de s'excuser de toutes les manières possibles. Elle essaie de faire croire que cet argent apparemment « sale » n'a rien à voir avec les contrats de vaccination de l’UE.

On essaye de détourner notre attention du fait que cet argent a été versé, selon toute probabilité, par des fabricants de vaccins pour des contrats conclus à des conditions favorables pour eux, ce qui a entraîné des expéditions retardées et d'autres couacs. Pendant ce temps, les journaux chypriotes les plus prudents écrivent, qu'il s'agit probablement d'une corruption passive.

Et ce n'est pas la première fois qu'un commissaire européen à la santé et sa famille sont impliqués dans un scandale de corruption lié à la santé.

Quelques années plus tôt, ce sont ces mêmes personnes, Stella Kirikiades et son réseau, qui se cachaient derrière une banque, lorsque Stella Kirikiades  et son équipe ont décidé de privatiser tous les traitements oncologiques sur l'île de Chypre ce qui a amené une explosion surréaliste du prix des soins du cancer. Le nom d'une famille s’enrichissant sur le dos des patients atteints de cancer fut l'objet d'un gros scandale dans tout le pays. Lorsque la situation est devenue intenable, la question a été portée devant le Parlement chypriote. Tous les députés ont voté pour la nationalisation des traitements contre le cancer, afin de réduire leurs coûts, à l'exception de la députée Stella Kirikiades.


Aujourd'hui, elle est la commissaire européenne chargée de la santé, signataire des contrats de vaccins déjà critiqués par tous... Elle devrait maintenant expliquer comment 4 millions d'euros ont été mis sur son compte.
Pour l'instant, Bruxelles écoute.

 

Source

Partager cet article
Repost0
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 08:59

 

Dis papa, qui c’est l’ monsieur qu’est tout en noir
Qui porte une robe comme la mamie ?
J’ suis pas sûre mais j’ai même cru voir
Qu’en d’ssous il y a un p’tit panty
Il parle que d’ mort et d’ guillotine
Avec un œil drôl’ment sournois
J’aim’rais pas voir sa gueule de fouine
Un soir tout’ seule au coin d’un bois.

C’est rien ma fille, c’est un juge
Il protège la liberté
Allons allons tais-toi et marche !
Il faut marcher sans dire un mot
On est sur le plancher des vaches
Et je n’ parle pas des animaux.

 

Dis papa, j’en vois des maigres et puis des gros
J’en vois des gras pleins d’ vitamines
Qui poussent leurs ventres dans des chariots
Pour empêcher qu’ils dégoulinent
J’en vois d’autres qui marchent dans l’ désert
Et qui bouffent que du riz et d’ l’eau
On voit presque jour à travers
Vu qu’ils sont gras comme des vélos.

C’est rien ma fille, c’est la civilisation
Elle est basée sur l’égalité
Allons allons tais-toi et marche !
Il faut marcher sans dire un mot
On est sur le plancher des vaches
Et je n’ parle pas des animaux.

 

Dis papa, où est-ce qu’on est arrivés là
Ça devient partout rouge et glissant
Sur cette boule qui tourne même pas droit
On dirait qu’elle se soûle de sang
J’ vois les blancs avec des fusils
Les noirs avec des mitraillettes
Les jaunes défilent sous des képis
Les rouges astiquent leurs mitraillettes.

C’est rien ma fille, n’aie pas peur
Il y a des cons de toutes les couleurs
On appelle ça « la fraternité »
Allons allons tais-toi et marche !
Il faut marcher sans dire un mot
On est sur le plancher des vaches
Et je n’ parle pas des animaux
Pauvres animaux
Braves animaux.

 

Rolland HENAULT (1980)

Partager cet article
Repost0
24 avril 2021 6 24 /04 /avril /2021 11:08

Mélenchon est allé se balader en Amérique du Sud. Pendant qu’on se confine nous autres dans nos banlieues pourries. Et les médias faux-culs se sont indignés.

Mais ils font quoi, les autres ? Les autres vernis, pistonnés, chefs en tout genre, politicards et journalistes ? Vous croyez qu’ils restent chez eux comme des pauvres cloches ? Qu’ils commandent des plateaux-repas chez Deliveroo et qu’ils rentrent le soir en R.E.R avant le couvre-feu, leur attestation de sortie dans la poche ?

Autre sujet d’agacement chez le brave con cloitré : les commissariats et gendarmeries auraient reçu la consigne de ne pas verbaliser les musulmans circulant pendant le couvre-feu durant le ramadan.

Le brave con cloitré ferait bien de s’en inspirer. S’il lâchait son apéro et sa série Netflix pour rejoindre les autres récalcitrants, religieux ou pas, peut-être que je cesserais de me demander jusqu’à quelle profondeur il va encore se faire mettre.

Lisez ce que Marcel Aymé a répondu en 1949 quand on l’a pressenti pour la Légion d’honneur :
« Pour n'avoir plus à y revenir, pour ne plus me trouver dans le cas d'avoir à refuser d'aussi adorables faveurs, ce qui me cause nécessairement une grande peine, je vous prierai de bien vouloir, votre Légion d'honneur, vous la carrer dans le fion comme vos plaisirs élyséens. »

Eh oui, on pouvait parler en ce temps-là.

Pour avoir usé de la même liberté de langage, Dieudonné est réduit à quitter la France où il ne peut plus travailler ni vivre en paix avec sa famille.

J’ai honte de ce pays.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2021 6 24 /04 /avril /2021 10:30

Il s’agit d’une annonce très officielle de marché public, portant le numéro 21-47280 en date du 13 avril 2021. L’accord cadre de ce marché a pour objet « la fourniture d’outils de social listening et de mesure d’impact sur les réseaux sociaux » pour permettre au gouvernement de détecter, analyser et mesurer les préoccupations et attentes des internautes vis-à-vis de son action et de l’actualité en général. Il s’agit d’un marché passé sous le mandat de la Direction des achats de l’État (DAE) pour les besoins de l’ensemble des ministères. »

Les prestations demandées, attribuées à trois sociétés, dont deux opèrent depuis l’Irlande et le Luxembourg, sont la « veille en temps réel des espaces d’expression en ligne et la mise à jour des mesures d’impact des contenus publics hébergés sur les espaces d’expression en ligne ». Le bénéficiaire en sera le gouvernement.

C’est donc maintenant officiel : à un an de la présidentielle, la liberté d’expression va être, disons-le sans détour, surveillée étroitement. À quelles fins ? Prendre la température de l’opinion ? Mesurer le moral des Français ? Évaluer l’adhésion à la politique du gouvernement et en tirer les leçons ?

Ne nous faisons pas d’illusions. Cette surveillance des Français, financée par leurs impôts, pourrait servir à alimenter la mise en œuvre de nudges* suffisamment efficaces pour influencer l’opinion en faveur du candidat Emmanuel Macron.

Et si ces nudges étaient jugés insuffisants pour retourner l’opinion, on sait pertinemment que l’État a d’ores et déjà à sa disposition une série de leviers juridiques lui permettant d’interdire certains contenus, notamment la loi « anti fake news » votée en 2018 et qui devrait pouvoir donner la pleine mesure de ses moyens durant la campagne pour l’élection présidentielle.

Il faudra donc être particulièrement attentifs aux stratégies de communication et de censure qui vont se déployer dans les prochains mois.

 


*Le nudge, ou « coup de coude », en français – mais le mot est souvent traduit par « coup de pouce » -, est une technique pour inciter des individus à faire certains choix sans paraître les influencer.

 

Source

Partager cet article
Repost0
24 avril 2021 6 24 /04 /avril /2021 10:20

Ce week-end des 10 et 11 Avril 2021, à Carcassonne et partout en France, la Fédération française des motards en colère (FFMC), association qui défend les droits des usagers de deux et trois roues, montait une fois encore au créneau. Était ciblée cette fois-ci l’obligation d’un contrôle technique pour les deux et trois roues.

Le contrôle technique pour les motos est vécu comme une escroquerie par les usagers de deux roues. Philippe, la cinquantaine, restaurateur de métier, nous explique « Un motard c’est le gars qui bichonne sa bécane en permanence. Autant tu peux voir des automobilistes rouler dans des « rougnes », autant tu ne verras jamais une moto qui n’est pas aux normes de sécurité. C’est notre état d’esprit en plus de notre passion ! ».

L’objectif étant de faire savoir qu’il ne se laisseront pas faire, les motards, guidés par le service d’ordre de la FFMC, sont allés rendre visite aux officines de contrôle technique, et leur premier arrêt fut naturellement devant l’enseigne du groupe DEKRA. La multinationale allemande, qui est à la tête du projet à échelle européenne, est tout particulièrement dans le viseur des motards. Le garage franchisé, situé en agglomération de Carcassonne, était fermé aux horaires où le rassemblement de la FFMC était prévu. Au grand dam des manifestants : « le parcours a été déposé auprès des administrations compétentes selon la procédure légale, c’est sûr que la préfecture leur a conseillé de fermer ».

Les dirigeants locaux de l’association avaient pourtant tenu secret le parcours initial car, d’après ce que l’on sait, les motards, qu’ils soient adhérents ou non, ne connaissaient pas l’itinéraire à l'avance, le découvrant ainsi au fur et à mesure. Quoiqu’il en soit, le slogan NON AU CONTRÔLE TECHNIQUE MOTO apposé devant le portail de l’entreprise au moyen de bombes de peinture, fut laissé en signe d’avertissement. Les motards, se rendant aux autres centres techniques automobiles agréés afin d’y faire connaître les revendications de la FFMC, y trouvèrent encore porte close.

 

Source

Partager cet article
Repost0
24 avril 2021 6 24 /04 /avril /2021 10:13

Dans une lettre du 9 avril aux Amis Conservateurs d’Israël, le Premier ministre britannique Boris Johnson a écrit que le Royaume Uni « s’opposait à l’enquête de la CPI pour crimes de guerre en Palestine ». L’enquête, a ajouté Johnson, « donne l’impression d’être une attaque partiale et préjudiciable contre un ami et allié du Royaume Uni ».

En prenant cette position, le Royaume Uni a rejoint un certain nombre d’États qui semblent vouloir, voire ardemment souhaiter, renforcer un système sélectif de justice internationale qui donnerait la priorité aux intérêts d’États puissants sur les intérêts des victimes de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Quelques semaines avant la lettre de Johnson, l’Australie a publié une déclaration similaire disant que la CPI « ne devrait pas exercer sa compétence en relation avec la situation dans l’État de Palestine ». Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a fait écho à cette position, déclarant que « le point de vue juridique de l’Allemagne sur cette affaire demeurait inchangé : la Cour n’a pas cette compétence à cause de l’absence du volet État palestinien requis par le droit international ».

Le Canada a lui aussi publié une déclaration disant qu’ « il ne reconnaissait pas d’État palestinien et que, par conséquent, il ne reconnaissait pas son accession aux traités internationaux, dont le Statut de Rome ». Le ministre des Affaires étrangères de Hongrie a également rapporté avoir publiquement "manifesté son désaccord avec la décision de la CPI."

Par leur opposition, ces États risquent de saper l’ordre juridique international simplement pour protéger un allié politique.

 

Source

Partager cet article
Repost0
17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 10:16

L’incident qui a eu lieu à l’église Saint-Eugène de Paris, le soir du Samedi saint, est significatif de certaines évolutions de l’opinion française. Tout en étant rattachée au diocèse, cette église se caractérise par l’emploi fréquent du rite « extraordinaire » à base de chant grégorien. Lors de la veillée pascale, beaucoup de pratiquants ne portaient pas le masque ce qu’a dénoncé un jeune homme en publiant une vidéo de la cérémonie sur Youtube.

Ce qui est significatif, c’est que, face à ce que certains n’hésitent pas à appeler une « dictature sanitaire », c’est à droite que l’on trouve, semble-t-il, les plus récalcitrants, en particulier ceux qui doutent de l’utilité des mesures gouvernementales.

Au contraire, ceux qui portent le masque avec scrupule – et sans doute crainte et tremblement – sont souvent des gens du centre et de la gauche, en phase avec le Président actuel. En tous les cas, ceux qui soutiennent Macron sont généralement respectueux des règles.

La tradition française voulait pourtant que la droite soit le parti de l’ordre et de la discipline – Thiers, Maurras, Pétain – et que la gauche soit, au contraire, celle de la fronde, de l’individualisme, de l’indiscipline – l’idéologie aujourd’hui dominante à gauche, sous ses trois variantes : En Marche !, socialiste, écologiste, vient de Mai 68, où on écrivait sur les murs « Il est interdit d’interdire ». Il y a bien, en France, une tradition « anarchiste de droite », mais elle pesait peu*.

Aux États-Unis, c’est pareil : les États qui ont décidé d’abandonner toute discipline sanitaire et refusent la vaccination de masse sont le Texas et les autres États du Sud qui ont voté Trump. Biden, lui, se laisse voir en toutes circonstances masqué comme les Dalton à la banque.

Il y a, certes, l’exception de la Suède, de tradition de gauche et rebelle à la discipline internationale du confinement.

Je ne sais s’il reste des rebelles à la discipline sanitaire à l’extrême gauche : les Insoumis semblent se soumettre ; nous en connaissons qui expriment leur dissidence à titre privé, mais aucune grande voix issue de ce côté-là ne s’est, à notre connaissance, élevée pour la contester.

La discipline à gauche, l’esprit de révolte à droite : nous assistons à ce que les physiciens appellent une inversion des pôles. Elle n’est pas pour rien dans le trouble qui règne aujourd’hui dans les esprits.

À la rigueur pourrait-on l’expliquer par le fait que, la gauche mondialiste étant au pouvoir dans tout l’Occident, l’indiscipline ne peut venir que des opposants, donc de la droite ; quand la droite bourgeoise était aux commandes, il y a bien longtemps, c’était l’inverse.

Il semble, cependant, que l’on assiste à un phénomène plus profond.

L’actualité nous offre d’autres exemples de cette inversion : ainsi, à la dernière élection présidentielle américaine, l’électorat blanc riche a voté à gauche, le pauvre a voté à droite. Une nouvelle donne socio-politique qui commence à traverser l’Atlantique.

La conclusion, au moins provisoire, est que si l’on veut comprendre ce qui se passe aujourd’hui dans le monde ci-devant libre, il faut résolument abandonner les schémas du passé. À droite comme à gauche, il est temps de mettre les pendules à l’heure. À quand un mai 68 de droite ?

 

Source

Partager cet article
Repost0
17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 10:07

L’expérience est fascinante. Vous prenez un macaque, vous lui implantez des capteurs (2.000 électrodes) dans le cerveau et vous lui apprenez à se servir d’un jeu vidéo en usant d’un manche à balai pour déplacer un objet sur l’écran. Pendant ce temps, l’activité électrique de son cerveau est mesurée, enregistrée, analysée, décryptée, de façon à déterminer quels signaux à quels endroits précis du cerveau induisent quelle réponse motrice. Une fois que les modèles ont été déterminés, vous débranchez le manche à balai et vous reliez directement le logiciel qui réceptionne et analyse en temps réel les signaux perçus par les 2.000 électrodes avec le jeu vidéo. Le cerveau du singe se passe d’un ensemble de médiateurs sensoriels (sa main et le manche à balai relié à l’ordinateur de jeu) pour agir directement, pour jouer et bien jouer. C’est Neuralink, une start-up financée par Elon Musk, qui a réalisé cette expérience.

Des signaux, parfaitement naturels et de nature biochimique, de simples interactions entre neurones sont initiés ici par le cerveau et captés et exploités par une machine. Mais peut-être qu’un jour, ces électrodes, au lieu d’être de simples agents passifs en charge d’une observation, deviendront capables d’initier au sein même du cerveau, et sur ordre d’un système extérieur, une de ces réactions biochimiques qui font que notre cerveau commande à notre corps.

La promesse transhumaniste d’un homme éternel et réparable à l’infini, multipotent et capable de s’affranchir des limites qui s’imposent à lui, continue de générer des rêves et des investissements colossaux. J’espère qu’elle se fracassera un jour, bientôt, contre un mur bien réel dont j’ignore s’il sera de nature technique, économique ou social.

J’attends ce jour avec impatience.


Source

Partager cet article
Repost0
17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 09:59

Ah Ben  Nimmo ! Comme il est charmant ! Son profil le présente comme un ancien instructeur de plongée (en eaux profondes du renseignement comme on le verra), correspondant OTAN pour une agence de presse allemande. Il fut ensuite « press officer » pour l’OTAN de 2011 à 2014, travailla à Londres et même fit le pèlerinage de Compostelle en portant un trombone, dit la légende. Une riche nature.

Le 5 février 2021 il annonçait sur Twitter « La semaine prochaine je rejoins Facebook où je contribuerai à mener une stratégie globale de renseignement (global threat intelligence) contre les opérations d’influence ». Compliments, Ben.

L’ami Ben est également Senior Fellow au laboratoire de recherche de l’Atlantic Council. Le Conseil, pseudopode de l’OTAN, est financé par l’armée américaine plus quelques sociétés d’armement et entretient des liens fraternels avec les services de renseignement américains. Son conseil (board) des directeurs a compris ou comprend encore Colin Powell, Condoleeza Rice, Henry Kissinger, sept anciens directeurs de la CIA dont David Petraeus, responsable des bombardements sur la Serbie en 2000.

En mai 2018, le Conseil Atlantique annonçait dans des termes vagues une coopération avec Facebook pour « suivre la désinformation et les influences étrangères ». Richard Stengell, nouveau responsable des médias dans l’équipe de transition de Joe Biden, a travaillé avec le Conseil Atlantique et ses financeurs. Les quasi trois milliards d’utilisateurs de Facebook seront ravis d’apprendre que les liens entre l’OTAN, la CIA, les forces armées américaines et le réseau social seront renforcés – ou plutôt encore revivifiés – par l’arrivée de Ben Nimmo. Welcome, Ben !


PS : Facebook est appelé par la publication spécialisée Intelligence Online : « l’Eldorado des anciens de la CIA ». Le réseau social a déjà recruté outre notre ami Ben Nimmo, des défroqués (officiellement) de l’agence comme Karen Graham (Senior Operations Officer de l’agence de 2004 à 2020), Mike Torrey (9 ans à l’agence et 6 dans des sociétés proches), ou Brian Fishman. Ce dernier est également un ancien de la société américaine de traitements de données de masse Palantir, de la société d’investissement Blackrock.

Surprise, surprise un des membres de l’équipe du Renseignement de la nouvelle administration Biden est la sémillante Milancy Harris qui est membre, allez on devine… Qui est membre de la Cour Suprême de Facebook, le fameux Oversight Board Administration déjà peuplé de proches relations de George Soros.

 

Source

 

Partager cet article
Repost0