Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 11:36

Ils sont détenus de très loin par les prisonniers politiques, basques principalement.

Entrent dans leur 32e année de prison :

- Jakes Esnal, originaire de Saint-Jean de Luz. Il attend toujours l’examen de son recours en cassation concernant le rejet sur appel du Parquet de sa 2e demande de libération conditionnelle. Il est à Lannemezan.

- Ion Kepa Parot originaire de Bayonne attend l’examen de sa 6e demande de libération conditionnelle (demande déposée en juillet 2020 !). Il est à Muret.

- Unai Parot, originaire de Bayonne, attend en Espagne la fin de la peine supplémentaire de 10 ans qui lui a été imposée en plus de la peine de 30 ans qu’il venait d’accomplir. Il est au centre pénitentiaire de Leon (Cadix).

Mais le champion reste Georges Ibrahim Abdallah. Militant communiste libanais et combattant de la résistance palestinienne, il est incarcéré en France depuis 1984. Condamné à la perpétuité sans peine de sûreté pour « complicité d’assassinat », il est libérable depuis … 1999 !

En 2012, sa 8e demande de libération était acceptée par le Tribunal d’application des peines antiterroriste mais après appel du Parquet, elle devait être assortie d’un arrêté d’expulsion du territoire français. Sur pression diplomatique des Etats-Unis, cet arrêté n’a jamais été signé par le gouvernement français. Une 9e demande de liberté a également échoué pour les mêmes motifs. Georges Abdallah attend dans sa cellule de Lannemezan.

 

Source : Jakilea Le témoin. CDDHPB. Maison de la vie citoyenne. Polo Beyris. 64100 Bayonne.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 11:32

Je confesse une forme d’agacement face au développement de ce que j’appelle le féminisme de troisième vague, antagoniste, de ressentiment. Comme quelqu’un de ma génération sans doute. Dans ma génération et mon milieu, un féminisme absolu régnait. Ce qui me frappe, c’est l’irruption en France d’un féminisme antagoniste qui ressemble à celui du monde anglo-américain, un féminisme de conflit (américain) ou de séparation (anglais). Notre pays se distinguait et faisait l’admiration du monde par son modèle de camaraderie entre les sexes.

En 2019, en France, dans la tranche 24-34 ans, 52 % des femmes ont fait des études longues, pour 44 % des hommes. L’inversion du «sex-ratio» dans les études supérieures s’est faite à la génération de gens qui ont maintenant 50 ans.

Parler de patriarcat de façon indifférenciée pour évoquer la situation des femmes à Kaboul et dans la région parisienne n’a aucun sens du point de vue du chercheur en anthropologie.  On croit souvent que plus on remonte le temps, plus les femmes étaient opprimées. Il n’en est rien. Les Occidentaux avant même la révolution des soixante-dix dernières années, étaient très proches dans leurs mœurs des chasseurs-cueilleurs chez qui le statut de la femme est élevé.

L’émancipation des femmes, leur accès à l’éducation supérieure a accéléré la tertiarisation de l’économie, et donc la chute des activités industrielles. Résultat : vous avez certains pays féministes tertiarisés et consommateurs qui délocalisent leur production dans des pays où il y a encore une industrie, et une forme de patridominance, les pays de l’est de l’Europe et de l’Asie. Les gens de l’Ouest sont totalement dépendants du travail des gens de l’Est tout en les insultant pour leurs attitudes culturelles rétrogrades : ils délocalisent leurs usines tout en voulant exporter leurs mœurs avancées. Il faut choisir !

Le féminisme antagoniste est une idéologie au sens le plus fort du terme, au sens où elle n’est pas vécue : les classes qui promeuvent la lutte contre la domination de l’homme ne la subissent pas.

(Emmanuel Todd)

 

Source

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 11:29

Un train peut en cacher un autre. C’est pareil pour les polémiques. L’homme d’Ibiza, visiblement fatigué, est venu faire son mea culpa sur TF1, lundi soir. Jean-Michel Blanquer ne recommencera pas, c’est juré. Fallait-il qu’il aille ou pas, passer ses vacances de fin d’année aux Baléares ? On va dire oui, s’il cherchait le soleil… et les emmerdes, sachant qu’aujourd’hui tout se sait très vite et que les gens sont comme qui dirait un tantinet à cran, pour les raisons que l’on sait.

Souvenons-nous du voyage de noces de Sarkozy avec les Français, juste après son élection, histoire de décompresser. Comme il ne pouvait pas embarquer tout le monde pour sa lune de miel vu que sur un yacht les places sont comptées, il avait dû faire un choix très sélectif. Là encore, tout le monde peut comprendre mais les images bling-bling avaient eu un effet, disons, moyen. Elles avaient au moins donner le ton du quinquennat. Mais on dérive.

Une polémique peut en cacher une autre, disions-nous. En effet, mardi, sur la chaîne i24News, un débat avait lieu sur ce qu’il est convenu d’appeler le Ibizagate. Pour animer le plateau, la journaliste Anna Cabana qui n’est autre que l’épouse de Jean-Michel Blanquer. Une épouse toute récente, puisque le mariage remonte tout juste à la fin de l’année - la journaliste et le ministre « sont en couple » depuis deux ans - et que « ses vacances aux Baléares étaient en quelque sorte son voyage de noces », comme nous l’apprend BFM TV. Certes, i24News n’a pas l’audience de TF1, France 2, CNews ou BFM TV, chaîne sur laquelle officie aussi Anna Cabana, mais on imagine qu’il faut avoir soit un culot en acier forgé soit une capacité de dédoublement de la personnalité à toute épreuve pour animer un débat dont le sujet principal est... son propre mari.

 

Source

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 11:22
Voici le témoignage d’une préparatrice en pharmacie qui doit endosser la blouse de la torture sur ordre du gouvernement Macron. La folie pousse les parents à maltraiter leurs enfants pour pouvoir aller travailler. Un chaos bien organisé afin de pousser à bout la population, malléable à souhait. La preuve avec ce témoignage.

« Je suis préparatrice en pharmacie. Et aujourd’hui rien ne va plus. Les protocoles sanitaires changent en permanence. Les patients sont perdus, et nous aussi. Les patients sont fatigués, anxieux, en colère, énervés, et moi aussi. On ne peut pas tout faire. On ne peut pas tester une école entière à 19 heures parce qu’il y a un cas positif dans toutes les classes.

Je suis devenue celle qui fait pleurer les enfants pour les tester coûte que coûte. Les enfants pleurent, se débattent, hurlent à la mort, sont maintenus de force par leur parents, eux aussi, à bout. Parfois je refuse de tester un enfant dans ces conditions, et c’est alors que le parent me supplie en pleurant de tester et d’infliger cette souffrance à son enfant, sinon il ne pourra pas retourner à l’école et le parent doit travailler, donc l’enfant doit aller à l’école le lendemain.

Parfois l’enfant est positif, et je vois alors des parents paniquer, pleurer, gronder punir et menacer l’enfant qui « n’a pas fait assez attention à l’école ». Parfois, je dois refuser de tester, parce que je n’ai pas le temps. Parfois je me fais assaillir, insulter de tous les noms, j'ai l’impression d’être jetée en pâture aux loups parce que je dis non. Les patients ne comprennent pas ce non, ben oui partout les politiques disent d’aller en pharmacie se faire tester !

Alors, quand je sors du travail, je pleure. Je pleure d’être celle qui martyrise les enfants, celle qui fait pleurer les enfants et leurs parents, celle qui doit tester de force des dizaines d’enfants à la sortie de l’école. Ces enfants qui n’ont rien demandé à personne. Et parfois les parents me disent : elle va être enfermée dans sa chambre pendant une semaine, les repas seront servis sur un plateau qu’on posera devant sa porte, pas de câlin, pas de bisou jusqu’à qu’elle puisse sortir de l’isolement. Non mais !

Encore une fois, ce sont les enfants qui trinquent de la folie des adultes… »

 

Source

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 11:17

EDF cumule les épreuves depuis plusieurs semaines. À la suite de la fermeture programmée (pour maintenance) et non programmée (pour pannes) de 15 GW nucléaires, EDF doit importer chaque jour au prix fort entre 10 et 15 GW. Pour essayer de limiter la casse et éviter de faire tourner les centrales à gaz à plein régime (le prix du gaz est devenu stratosphérique), le gouvernement a autorisé EDF à accroître sa production d’électricité charbonnière jusqu’à à 3 MW.

Cette opération vantée par le gouvernement n’est pourtant qu’un jeu de vases communicants dans la mesure où l’État possède 84 % du capital d’EDF. Son manque à gagner est, par construction, un manque à gagner pour le contribuable. Ces 8 milliards viendront s’ajouter aux mesures gouvernementales qui, depuis septembre, avaient déjà coûté à l’État la bagatelle de 14,4 milliards d’euros (600 millions de chèque énergie, 2 milliards de gel des prix du gaz, 3,8 milliards d’indemnité inflation et 8 milliards pour les 4 % de limitation de la hausse des tarifs de l’électricité). En six mois et sans faire de bruit, l’État a ainsi dilapidé en dépenses de fonctionnement davantage que le coût de l’EPR de Flamanville souvent présenté comme un scandale national.

Digne de celui engagé durant le premier confinement, le « quoi qu’il en coûte » énergétique est en train de remplacer le « quoi qu’il en coûte » pandémique. Excepté qu’il s’agit, cette fois, d’une mesure purement électoraliste. Elle vise de façon grossière à gagner du temps en faisant croire au citoyen candide que cette crise énergétique est passagère et devrait miraculeusement s’arrêter… le soir du second tour de la présidentielle.

 

Source

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 10:16

Tout a commencé par la lecture d'un journal télé, j'avais vraiment du temps à perdre. Je tombe sur cet interview d’une actrice dont j'ai oublié le nom. Je raccourcis l'extrait, le reste étant du même tonneau :

Chloé va-t-elle enfin choisir entre Alex et Xavier ?
Oui elle va choisir… Alex. A chaque fois c’est plus fort que tout.

La séparation va-t-elle se faire dans la douceur ?
Chloé réussit à parler à Alex. Alex voit les paillettes dans les yeux de Chloé quand il s’agit du père de ses enfants.

Mais de son côté, Alex n’a toujours rien dit à Flore…
Exactement, il reste des choses à gérer. On n’est pas dans le happy end complet, hein ?

Quand je pense qu’on a fabriqué du papier, façonné des rames, transporté des palettes, alimenté des rotatives, payé des ouvriers et affrété des camions pour nous livrer cette prose débilitante à l’usage des mongoloïdes, j’ai envie de claquer la gueule du premier qui me parle de tri sélectif.

En vérité faudrait faire le tri AVANT de produire les déchets. Et si on a besoin de volontaires pour décider de la sélection, je veux bien participer, j’ai plutôt de bonnes idées. Par exemple :

Dans la poubelle réservée aux ordures irrécupérables (jour de ramassage le lundi, lendemain du week-end où l’intox est la plus forte), on pourra jeter les journalistes des chaînes numérotées de 1 à 35, les journalistes des radios et des agences rémunérées par l’Etat (sans exception), les animateurs de talk-shows et les artistes habituels (je tiens une liste à jour mais ce serait fastidieux de la recopier ici).

Dans la poubelle réservée aux déchets recyclables, on jettera les pauvres hères ballotant entre deux vaccinations. Une formation ultérieure pourra peut-être les sauver de la destruction.

Les hommes et les femmes politiques seront déposés sur le trottoir pour la collecte des encombrants. Hauteur maximum autorisée : 1 m. On prendra soin de les débiter à la bonne taille la veille au soir. Ces fumiers-là seraient capables d’endormir les gardiens de la déchetterie avec leurs boniments et de revenir nous pourrir la vie.

 

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 10:04

Alors que l’AFP et Google s’allient dans « Objectif Désinfox » pour lutter contre les fausses informations, l’Agence Française de Propagande – nouveau nom en cours d’homologation de l’AFP – multiplie les infox. On se souvient de l’invention des casseurs pro-Zemmour à Nantes, en voici une nouvelle sur les manifestations d’Amsterdam contre les restrictions sanitaires.

L’AFP qui détermine majoritairement ce qui va sortir dans toutes les rédactions mainstream de France en matière d’information, a donc été prise, et ce n’est pas la première fois, en flagrant délit de fake news, dimanche 2 janvier 2022.

Parlant d’une manifestation contre la tyrannie sanitaire à Amsterdam, l’AFP évoque ainsi dans une vidéo YouTube (le titre a été changé depuis) « quelques dizaines » de personnes qui manifestent contre les restrictions sanitaires à Amsterdam.

Problème : les images diffusées en direct sur les réseaux sociaux montrent plusieurs milliers de manifestants, et une répression impressionnante par les forces de l’ordre, qui n’ont pas hésité à lâcher des chiens sur les manifestants, frappés à coups de matraques. Des scènes qui auraient fait couiner les rédactions françaises si elles s’étaient déroulées sur d’autres sujets en Pologne ou en Hongrie….

C’est le média en ligne Anonyme Citoyen qui a repéré la fake news de l’AFP.

Quelques heures après, l’AFP a corrigé son titre et sa dépêche, sous la pression des réseaux sociaux qui ne supportent plus de voir certaines agences, certains médias, atténuer systématiquement les chiffres lorsque des manifestations d’opposants aux systèmes dans l’Ouest de l’Europe se déroulent.

Déjà, à l’époque des Gilets jaunes, l’AFP avait minoré largement, durant plusieurs semaines, les mobilisations, comme si derrière « l’indépendance de la presse », il y avait surtout quelques comptes à rendre aux puissants…

 

Source

Pour voir ce qui s’est passé à Amsterdam, c’est en dessous :

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 11:16

Les cartes bleues sont en berne, les carnets de chèques sont effeuillés, les visages sont hâves, les regards tristes et les gens qui vous souhaitent la bonne année ajoutent parfois : « la roue tourne ». Et ils croient sûrement bien faire, mais ils me démoralisent définitivement !

Et c’est vrai pourtant ! On va revoir les mêmes tronches d’escrocs à la télé, les mêmes salauds qui exploitent les pauvres gens, qui les humilient par leur luxe insolent, qui se payent carrément leur gueule, les Alliot-Marie, les Sarkozy, les Fillon, les Pécresse, les Besson, et l’immense cohorte des traîtres, les Kouchner, les Manuel Valls qui prennent leurs virages à droite, si tant est qu’ils aient jamais été à gauche, les milliardaires socialistes, les DSK, les girouettes de tout bord, à force de les voir tourner, ils me donnent le mal de mer, et tous ces vieux ligotés dans les maisons de retraites avec des sondes un peu partout et des camisoles chimiques et on appelle ça « l’espérance » de vie, et comme tous les ans, je me dis que c’est trop, qu’il va falloir commencer le nettoyage, parce qu’ils puent, ces riches, c’est une véritable infection !

On devrait avoir le droit de s’en débarrasser, avec du ministricide, ça doit être facile à inventer, on verserait un peu de mort aux rats dans les flûtes de Champagne, comme j’ai vu faire dans un film de Mocky, et ils s’abattraient tous enfin, et on ne pourrait plus dire que la roue tourne, ou alors ce ne serait pas la même roue. On la ferait tourner dans l’autre sens, la roue. On verrait des gens normaux à la télévision, des employés, des ouvriers, des manœuvres, des caissières, des shampouineuses, et plus jamais la gueule de Drücker, de Castaldi, qui gagne, à ce qu’on dit avec admiration dans les médias, quarante fois plus que M. Sarkozy ! Heureusement tous ces gens-là vont vieillir, et puis ils vont crever, la roue tourne, bonne année les riches qui vont claquer en 2022 !

 

Rolland HENAULT ("Articles 2016-2010" - Editions de l'Impossible)

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2021 6 25 /12 /décembre /2021 10:52

A la gare de l’Est à Paris, on contrôle un à un les passagers du TGV avant le départ puis on leur assigne un bracelet qu’ils doivent porter au poignet jusqu’à l’arrivée.

Ce zèle administratif est tout à l’honneur de la SNCF, du moins à celui de ses technocrates.
Quand même. On aurait préféré un marquage plus radical, comme le fer rouge. Il aurait eu l’avantage de décourager les voyageurs et de mettre au chômage ces bons lèche-culs du système.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2021 6 25 /12 /décembre /2021 10:35

Le gouvernement néo-zélandais Travaillistes-Verts de Jacinda Ardern  a décidé d’interdire à terme la production et l’usage de tabac. Dès à présent, il est interdit aux moins de 18 ans, âge qui sera chaque année augmenté jusqu’à l’interdiction complète. (Extrêmement populaire, Jacinda Ardern est la première femme Premier ministre (après Benhazir Bhutto) à avoir accouché durant son mandat.)

L’interdiction du tabac touche d’abord la population autochtone des Maoris qui en consomme beaucoup plus que celle des descendants des immigrés britanniques.

Petit rappel à l’usage des crétins qui se réjouiraient de cette décision : les interdictions de ce genre qui ont fleuri durant les années 1930-40 avec la prohibition de l’alcool aux États-Unis et du tabac en Allemagne, puis depuis les années 1960 avec l’interdiction des hallucinogènes dans le monde, ont toutes échoué et suscité la création de vastes mafias.

 

Source

Partager cet article
Repost0