Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:35
Pour ceux qui méprisent Gérard Depardieu : ce sont des gros cons

Eh bien ils ont l'air d'une bande de cons, ou d'une bande de connasses, ceux qui refusent de lire Gérard Depardieu...

Si vous aviez un minimum de culture, vous sauriez que Gérard Depardieu n'écrit pas n'importe quoi, pas comme vous!

Deux exemples suffiront pour vous convaincre, si vous n'êtes pas irrécupérable. Le premier concerne le "monstre sacré". Un peu de culture ça peut pas faire de mal. Quand Depardieu écrit, dans les lettres volées, une lettre à la Lilette, il ne se trompe pas sur les mots: "Maman, j'ai toujours trouvé que tu ressemblais à une vache... Oui ma Lilette tu ressembles à une vache. Te vexe pas c'est très bien une vache. C'est le lait la viande, le sang...c'est l'inertie chaude et rassurante..." Il sait que la vache, sous la forme "Io", a été l'objet d'une métamorphose, comme c'était courant dans l'Antiquité grecque. Ecoutez, si vous refusez de vous instruire, je ne peux rien pour vous. Donc, Zeus, qui était le maître suprême à l'époque de la naissance du monde, avait transformé sa protégée en vache, en génisse. Qui peut encore faire comme Zeus? En 2016?

Mais ce n'est pas tout. Gérard Depardieu vous en bouche un coin. Si vous appreniez la liste des mutations génétiques dans le monde antique. Profitons en pour régler une autre question, soulevée dans "Ca s'est fait comme ça". C'est à propos de la mer. Depardieu devine qu'il existe un lien entre la mer et la mère. Je cite page 33, de "Ca s'est fait comme ça": "J'ai pensé qu'on venait tous de là...Je ne sais pas combien de temps j'ai cru cela, cette merveille, que nous étions tous nés de la mer..." Or les psychanalystes acceptent un raisonnement identique. Et les poètes, donc, et pas seulement Baudelaire, mais Rimbaud, Lautréamont... Dans "les Fleurs du Mal" le lexique est identique: "Homme libre toujours tu chériras la mer..." et plus loin: "tu l'embrasses des yeux et des bras..." C'est a la portée des enfants, mais vous n'êtes pas cultivés, j'oubliais...Il n'est jamais trop tard pour vous instruire. Mais moi je renonce : vous êtes trop cons!

Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:31

Au début de la Première Guerre mondiale, en septembre 1914, les Britanniques créèrent secrètement le Bureau de la Propagande de guerre (« Wellington House ») au sein du ministère des Affaires étrangères. Reprenant le modèle des Médicis, ils recrutèrent les grands écrivains de l’époque —comme Arthur Conan Doyle, HG Wells ou Rudyard Kipling— pour publier des textes attribuant des crimes imaginaires à l’ennemi allemand, ainsi que des peintres pour les mettre en image. Par la suite, ils recrutèrent également les patrons des principaux quotidiens —The Times, Daily Mail, Daily Express, Daily Chronicle— pour que leurs journaux reprennent ces falsifications.

Ce modèle fut repris par le président Woodrow Wilson qui créa, en avril 1917, le Comité d’information publique (« Committee on Public Information »). Cet organe est célèbre pour avoir employé des milliers de leaders locaux afin qu’ils répandent la bonne parole (les « Four Minute Men »). Il développa la propagande visuelle en créant un département chargé des affiches, qui produisit notamment le célèbre « I want you ! », et un autre qui tenta de produire des films. Surtout, il substitua au recrutement de grands écrivains un groupe de psychologues et de journalistes autour d’Edward Bernays (le neveu de Sigmund Freud) et de Walter Lippmann chargé d’inventer chaque jour des histoires extraordinaires, terribles et édifiantes, qu’ils diffusèrent auprès des patrons de presse. De la sorte, on passa de l’orientation donnée par le Pouvoir à des artistes à la narration d’histoires (« storytelling ») fabriquées systématiquement selon des règles scientifiques.

Alors que les Anglo-Saxons visaient uniquement à frapper les imaginations et à faire de l’adhésion à la guerre un phénomène de mode, les Allemands expérimentèrent le moyen de faire participer les gens aux histoires imaginaires qu’on leur raconte. Ils firent un usage généralisé des uniformes, qui permettent à l’individu de jouer un rôle, et des mises en scènes grandioses —politiques et sportives— qui manifestent l’opinion majoritaire. C’est sans aucun doute à ce moment-là que s’élabora la « propagande moderne », c’est-à-dire la diffusion de croyances qu’on ne peut pas critiquer et sur lesquelles on ne peut pas revenir. L’individu qui a participé aux marches au flambeau en uniforme noir ne peut plus remettre en cause ses croyances nazies sans se remettre en cause lui-même et devoir repenser à la fois le passé et sa vision de l’avenir. En outre, Joseph Goebbels institua un briefing quotidien au ministère de l’Information au cours duquel il définit les « éléments de langage » que les journalistes devraient utiliser. Il ne s’agissait plus simplement de convaincre, mais de modifier les références des foules. En outre, les Allemands furent les premiers à maîtriser les nouveaux moyens de communication que sont la radio et le cinéma. Ils s’invitèrent même au domicile des gens en y installant la télévision.

Goebbels considérait l’art de la propagande comme un combat contre les individus. Il souligna l’importance de la répétition, du « bourrage de crâne », pour vaincre les résistances intellectuelles. Le problème était d’autant plus important que l’usage de la télévision renvoyait à nouveau de la foule à l’individu.

Lire la suite

Publié par ELIZABETH
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:17
Nouvelle parution au "Petit Véhicule"

« Nos disparus » suivi de « Mille couleurs »

Textes : Philippe Ayraud

Photographies couleur : Luc Vidal

Editions du Petit Véhicule

catégorie beaux livres

Tirage limité

Il ne sera pas dispo en librairie,

mais l'est auprès de Philippe Ayraud directement (20 euros)

ou par correspondance (22 euros)

(9 rue d'Ouessant 44 470 Thouaré-sur-Loire).

C’est un piano qui joue Chopin

Un accordéon dans l’hiver

Modiano qui écrit sans fin

La même ode à Dora Bruder

Nos disparus

C’est cent ans de solitude

Qui tiennent tout entier dans une heure

C’est la jachère des habitudes

Dans les mortes saisons du cœur

Nos disparus

(Extrait du poème Nos disparus

Publié par ELIZABETH
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:15

Ce soir, les amateurs de chansonnettes auront le « choix » entre l’innommable « The Voice » de TF1 et le concours de l’Eurovision, où le chanteur choisi par le service public de Télévision… chantera EN ANGLAIS. Les termes de ce « choix » ne laissent que trop voir où en est le totalitarisme et la colonisation linguistique dans notre pays en pleine dérive transatlantique.

Les amateurs de foot ne pourront pas se consoler avec un hymne en français à la gloire des « Bleus » vu que la FFF, « sponsorisée » (quel joli mot !) par Carrefour-Market (à moins que ce ne soit Carrefour-City ?) est lui aussi… en anglais !

Dans le même temps, les députés – ceux-là même qui s’apprêtent à avaliser le « Job Act » à la française, alias « loi El Khomri » – ont abaissé les quotas de chanson francophone prévus par la loi Toubon de 35 à 30, voire à 25%. Au nom, ne riez pas, de la « diversité ». Alors que sur les 6000 chansons francophones répertoriées annuellement par la SACEM, même pas 15% accèdent réellement aux ondes nationales qui leur préfèrent la soupe mondialisée… et les éternels chanteurs francophones installés…

Illustration de la même auto-phobie linguistique, il y avait ZERO journaliste du « service public de l’audiovisuel français » à la conférence de presse co-organisée par le député communiste Candelier et par l’Association COURRIEL, co-présidée par L. Landini et G. Gastaud, avec le soutien d’éminentes personnalités de la chanson, de la science, de la littérature, du syndicalisme et de la politique. Que c’est beau le « pluralisme » et la « défense de la langue française » tels que l’entend le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel !

Mais qu’on se rassure, le lendemain de cette conférence de presse CENSUREE, nombre de radios et de télés publiques faisaient la promo des « nouveaux mots du français » répertoriés par la maison Larousse. Laquelle s’arroge le droit d’estampiller « made in French » de nouvelles fournées d’anglicismes qui finiront bien par submerger notre petit patois hexagonal…

Devant tant de preuves accablantes, quel progressiste, quel anticolonialiste sincère peuvent-ils encore nier l’existence d’une POLITIQUE EXTERMINISTE à l’encontre des langues nationales et au profit du tout-globish qui, bien loin de porter la langue de Shakespeare, colporte surtout et avant tout les signifiants pervers de la mondialisation néolibérale ? Et ce n’est certes pas la promulgation du « JOB ACT » édicté en Italie, et qui n’est rien d’autre que le grand frère de la loi dite El Khomri, qui nous prouvera le contraire, d’autant que ces deux attentats aux droits ouvriers ont été commandités EN ANGLAIS, et avec quelle morgue, par le commissaire européen Pierre Moscovici ; lequel, toute honte bue, ne s’adresse plus qu’en cet idiome, illégalement promu par l’UE (en violation des traités existants !) à son homologue Michel Sapin. Mais après tout, Emmanuel Macron ne vient-il pas de faire cours en anglais à des étudiants français de Sciences Po ? au fait, comment dit-on ALIENATION en patois maastrichtien.

Extrait de http://www.initiative-communiste.fr par Floréal

Publié par ELIZABETH
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:11

C’est l’OCDE qui le révèle dans son étude intitulée “Les impôts sur les salaires 2016”, publiée le 11 mai dernier : la France ferait peser une charge fiscale et sociale de 67,2% sur les salaires des travailleurs gagnant moins de 2000 euros bruts par mois. Une proportion qui irait en diminuant à mesure qu’augmente la rémunération de base, et qui concernerait également les familles de classe moyenne.

En 1907, un certain Joseph Caillaux, petit homme de gauche portant monocle, et accessoirement ministre des Finances de Georges Clemenceau, lâcha une phrase que Coluche ou Desproges n’auraient pas reniée : « Faites payer les pauvres ! Bien sûr, les riches ont la capacité de supporter des impôts bien plus lourds, mais les pauvres sont tellement plus nombreux ! ».

Cible numéro un de l’État : le smicard célibataire

Visiblement l’idée a fait son chemin car, si l’on en croit le dernier rapport de l’OCDE sur les salaires publié le 11 mai 2016, la France taxerait plus lourdement les salariés les moins bien payés. Ainsi, en tenant compte des impôts et des cotisations de sécurité sociale payés par les travailleurs et leurs employeurs, déduction faite des éventuelles prestations familiales qu’ils pourraient percevoir, on constate que plus des 2/3 de la rémunération des salariés les plus fragiles finissent dans les caisses de l’État. Et encore, ne sont pas comptabilisées les recettes fiscales liées à la TVA des biens et services consommés par ces mêmes contribuables.

Plus exactement, l’étude a distingué 8 profils types de foyers fiscaux, selon qu’ils étaient constitués de célibataires ou de couples, avec ou sans enfants, et disposant de revenus appréciés en fonction du salaire brut moyen annuel. Et contrairement à ce qu’on pourrait s’attendre à trouver pour un pays dirigé depuis 4 ans par un gouvernement socialiste, ce ne sont pas les plus aisés qui subissent la plus lourde imposition globale.

Par exemple, à la page 270 du rapport de l’OCDE, on développe le cas d’un célibataire gagnant les 2/3 du salaire moyen brut français, soit un peu moins de 2000 € brut par mois. Ce salarié verra non seulement la rémunération de son travail amputée d’un montant substantiel correspondant aux cotisations sociales et patronales, mais également d’un impôt sur le revenu de 11,7% portant à plus de 67% le total de la charge sociale et fiscale pesant sur son salaire de base. Plus intéressant encore, si ce salarié était subitement augmenté de 50% (ce qui n’arrive jamais dans la vraie vie, on est bien d’accord !) pour atteindre le niveau de rémunération considéré comme étant le salaire brut moyen des Français (2875 €), sa charge totale d’impôts et de cotisations sociales ne serait plus “que” de 59,3%. Enfin, s’il devait gagner 167% du salaire brut moyen, soit aux alentours de 4800 € par mois, il serait à peine plus ponctionné avec un total d’imposition fiscale et sociale de 59.8%. Seule solution pour s’en sortir, avoir au moins deux enfants à charge, ce qui lui permettrait de réduire son taux à 57.5%… en grande partie grâce aux prestations sociales.

Cible numéro deux de l’État : les ménages de classe moyenne avec deux enfants

Pour les ménages, la situation est tout à fait différente. Et si on comprend aisément qu’un couple élevant deux enfants avec l’équivalent de deux SMIC (un par parent) supporte une charge fiscale et sociale ne dépassant pas 35,5%, compte tenu du niveau de dépenses minimum qu’une telle famille doit déjà engager au quotidien pour simplement se loger et se nourrir, on a en revanche beaucoup de mal à comprendre pourquoi ce même couple, dès lors que chaque parent commence à gagner l’équivalent de 2000 € brut par mois (soit 1500 € net ou 67% seulement du salaire moyen en France), voit son niveau d’imposition global exploser brutalement pour atteindre 61,8% !

Peut-on aujourd’hui considérer qu’une famille de quatre personnes vivant avec 3000 euros net par mois est riche ? À l’abri de la famine, certainement. Susceptible d’assumer quotidiennement (mais modestement) son rôle d’acteur social et économique de consommateur, probablement aussi. Mais riche au point de voir brusquement doubler le poids de ses prélèvement obligatoires ? Certainement pas.

Et pourtant, ce sont bien ces familles de classe moyenne (et même très moyennes) qui constituent, avec les travailleurs célibataires payés entre une fois et une fois et demi le SMIC, le gros de la troupe des vaches à lait de la République exemplaire de Monsieur Hollande.

Source

Publié par ELIZABETH
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:07

A Evry, fief du Premier ministre, on ne rigole pas avec l’image de Manuel Valls. Pour avoir partagé sur Facebook un montage photo brocardant l’ancien maire d’Evry, un animateur de la ville a été suspendu de ses fonctions, vendredi dernier, pour une durée de quatre mois par le maire, Francis Chouat (PS).

Partagées par le conseiller municipal d’opposition (LR) Stéphane Le Personnic, sous le pseudonyme « Evry Slp », ces images ont provoqué l’indignation du successeur de Manuel Valls à la mairie d’Evry, qui a aussitôt annoncé sa volonté de saisir la justice.

Sur la première photo, la phrase « Bossez et fermez vos gueules ! » accompagne un montage grossier où Manuel Valls est grimé en Hitler. (DR.)

« Tu sais que tu viens d’Evry quand… » C’est par le biais de cette rubrique bien connue des utilisateurs du réseau social que les deux clichés ont été publiés. Sur le premier, la phrase « Bossez et fermez vos gueules ! » accompagne un montage grossier où Manuel Valls est grimé en Hitler. La deuxième photo, elle, reprend les illustrations du code de la route. Face à l’image de l’ancien maire au milieu de la chaussée, plusieurs réponses sont proposées : « Manuel Valls traverse devant vous : a) je conserve mon allure, b) j’accélère, c) je marque l’arrêt sur sa tête et je fais patiner mes pneus, d) je stoppe et le castre avec un coupe-ongle, e) je le quenellise avec la bande blanche ».

​Lire l'article

Publié par ELIZABETH
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:01

Au lieu d’humilier la Russie, la guerre économique que Washington et Bruxelles ont provoquée s’est avérée contre-productive, parce qu’elle a seulement contribué à renforcer l’attelage énergétique de Moscou et Pékin. Rappelons qu’en mai 2014, la société russe Gazprom a promis de garantir la fourniture de gaz à la Chine, jusqu’à 38.000 millions de mètres cubes au cours des trois prochaines décennies (à partir de 2018) en signant un contrat pour $400 milliards avec la China national Petroleum Corporation (CNPC).

Actuellement, les deux puissances coordonnent la mise en œuvre d’un plan stratégique ambitieux, qui inclut la construction de pipelines et l’exploitation en commun de raffineries et de grands complexes pétrochimiques. Involontairement, le rapprochement de Moscou avec Pékin a produit des changements profonds dans le marché mondial du pétrole en faveur de l’Est, ce qui nuit considérablement à l’influence des compagnies pétrolières occidentales.

Moscou et Pékin ont fait de leurs échanges de pétrole un vecteur de transition vers un système monétaire multipolaire.

Même l’Arabie saoudite, qui récemment était encore le principal fournisseur de pétrole du géant asiatique, a été assommée par la diplomatie du Kremlin. Alors que, depuis 2011, les exportations de pétrole saoudien vers la Chine se faisaient au rythme de 120.000 barils par jour, celles de la Russie atteindront à terme 550.000 barils par jour, soit près de cinq fois plus. En fait, déjà en 2015, les entreprises russes ont dépassé, en quatre occasions, les ventes de pétrole de leurs concurrents saoudiens à la Chine : Riyad a dû se contenter d’être le deuxième plus grand fournisseur de brut à Beijing en mai, septembre, novembre et décembre.

Il convient de noter que les pays du noyau européen ont également vu diminuer leur part de marché par rapport à la région asiatique : l’Allemagne, par exemple, a été supplantée par la Chine à la fin de 2015, comme plus gros acheteur de pétrole russe. Ainsi, les grands investisseurs opérant sur le marché mondial du pétrole ont du mal à voir à quel point, en quelques mois, le consommateur mondial le plus important – la Chine – est devenu le client favori du troisième plus grand producteur mondial – la Russie. Selon le vice-président de Transneft – la société russe en charge de la mise en œuvre des pipelines nationaux – Sergey Andronov, la Chine est disposée à importer un volume total de 27 millions de tonnes de pétrole de la Russie en 2016.

​Lire la suite

Publié par ELIZABETH
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 10:56

Tayeb n’est pas une exception. Il fait partie des 500 à 700 mineurs palestiniens qui, chaque année depuis 2000, passent dans les prisons militaires israéliennes. Fin février 2016, plus de 440 mineurs – dont 104 âgés de 12 à 15 ans – étaient ainsi emprisonnés, sans compter les nombreux autres arrêtés et relâchés après un interrogatoire violent. Il faut dire que leurs crimes sont graves. La majorité est accusée d’avoir jeté des pierres, un crime passible de vingt ans d’emprisonnement depuis le vote récent d’une loi.

Les autorités israéliennes ont renoué avec la détention administrative de mineurs palestiniens, après avoir suspendu cette pratique pendant quatre ans. Depuis, au moins 10 mineurs ont été détenus sous ce régime qui peut se renouveler indéfiniment tous les six mois, sans aucune charge. Et les auteurs du rapport de conclure : « La société palestinienne dans son ensemble est déstructurée par le sort que les autorités israéliennes réservent à ses enfants. La recrudescence des arrestations et détentions de mineurs rend chaque jour plus improbable la reprise du processus de paix.

Lire l'article

Publié par ELIZABETH
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 10:53

IMPORTANT: Nous organisons un grand rassemblement, le 28 mai prochain, devant la Préfecture de la Creuse, à 13h30, à Guéret.

Nous avons besoin de votre aide pour renforcer l’impact de toutes ces actions et interdire l’ouverture de la Ferme-Usine des 1000 Veaux !

1) Très urgent : Diffusez notre manifestation du 28 mai prochain, à Guéret, devant la Préfecture. Nous devons absolument atteindre un minimum de 200/300 manifestants, afin de faire pression sur le Préfet et obtenir l’interdiction immédiate d’ouverture de la Ferme-Usine des 1000 Veaux !
Evènement Facebook : "voir événement".

2) Très urgent : Diffusez et participez à notre action citoyenne à l’attention du Préfet (envoi de courriers et mails).
"voir événement".

3) Diffusez et participez à notre action citoyenne à l’attention d’Intermarché (envoi de courriers et de mails), afin que le groupe renonce au contrat avec la Ferme-Usine des 1000 Veaux.
"Lettre-type et coordonnées (milieu de page)"

4) Diffusez et inscrivez-vous au Comité de soutien pour les 9 de l’OEDA / L-PEA interpellés le 7 mai à Intermarché !
"Voir les détails"

Nous n’avons jamais été aussi optimistes, nous savons que nous pouvons compter sur Vous et, qu’ensemble, nous viendrons à bout de ce projet !

Bien amicalement,
Aurore LENOIR
Présidente de l'OEDA / L-PEA

Publié par ELIZABETH
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 10:58
Faut-il brûler Gérard Depardieu ?

Le purifier par le feu? Une méthode qui a fait ses preuves sous l'Inquisition...

De toute façon, il est pas cuit, Gérard Depardieu. Et je fournis des preuves. Un extrait de son livre "Ca s'est fait comme ça". Je prends presque au hasard : voici un passage :

"Je regarde un peu entre les cuisses de la voisine, la Memmette. Et je me branle, la main dans la poche". Y a vraiment rien à en tirer, de ce Gérard… Un autre extrait : "Je traîne dans les magasins, une main dans la poche, en train de me branler, c'est bon ça chatouille »... Quand on est poli, on dit "se masturber", c'est pareil, mais "se branler", ça montre une nature profondément mauvaise. Vicieuse. Le vice est dans les mots. Ne le cherchez pas ailleurs. En plus, Depardieu il a une mauvaise mentalité. Il écrit "ça puait le pauvre »... c'est une insulte en direction des pauvres, que nous fabriquons nous-mêmes. Sauf que c'est lui, le pauvre... Vous croyez qu'il s'insulte lui-même? Il emploie des mots comme "putain", ou les "chiottes". Il faut absolument empêcher que ça tombe dans les mains des enfants ! un livre comme ça… Sinon les enfants parleront pareil, ils parleront comme Gérard Depardieu ! Et voyez les ministres à la télévision, ils sont très bien empaquetés, pas un poil qui dépasse ! Et voyez la Marisol Touraine, on voit qu'elle a de l'éducation, quand elle remonte sa robe sur ses gambettes. Ils s'expriment très bien à l'oral. Ils mettent les négations aux bons endroits. "On est des culs dans un champ de bites". Voilà ce que dit encore Gérard Depardieu. Vous voyez bien on ne peut pas le laisser en liberté. Et la preuve, Richard Millet a écrit un livre dont le titre se suffit à lui-même : "Le corps politique de Gérard Depardieu". Il défend la thèse suivante : Depardieu serait le dernier survivant de la culture française, dans la tradition de Rabelais. Encore une citation : "Un des inconvénients les moins observés du suffrage universel, c'est de contraindre des citoyens en putréfaction à sortir de leur sépulcre, pour élire ou pour être élus. Le président est probablement une charogne". C'est de Léon Bloy, extrait de son "Journal, année 1903". Si on se met à parler ainsi des Présidents de la République, où va "le vivre ensemble » ? Une si jolie formule de style. Et le "vivre ensemble", c'est foutu. Déjà qu'il y en a qui font exprès de se déguiser en SDF… Non, il suffirait d'un bon brasier pour faire rissoler la graisse de Gérard Depardieu. Non il est grand temps de le faire cuire, ce Depardieu, qui déshonore la civilisation française...

Ou de le purifier par des méthodes qui ont fait leurs preuves. Ecoutez une pétition prend de plus en plus d'ampleur sur Internet, pourquoi ne pas la signer ? Comme les autres cons?

On le gaze, ce Gérard Depardieu ?

Acheter "GERARD DEPARDIEU ET MOI" de Rolland Hénault

Aux Editions de l'Impossible

En ligne

Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article