Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 09:45

Bientôt soixante dix ans depuis l’armistice du 8 mai 1945. Il est grand temps d’établir un bilan sérieux et précis. Ca a fait combien de morts toutes ces joyeusetés patriotiques ? Je ne voudrais pas décourager les amateurs, je parle des tueurs en séries, je parle des djihadistes, qui font la « une » des médias, eh bien je vous dis, à vous tous : vous êtes des amateurs, vous jouez en deuxième division peut-être même en CFA. Vous êtes toujours battus à plate couture par les vrais professionnels, par les héros. Le score des armées en guerre est hors de votre portée. Mais arrivons aux chiffres ! Combien de massacrés entre 1939 et 1945 ? Je vous prie de m’excuser mais ce sont des évaluations. Allons-y quand même. Entre soixante et quatre vingt millions de cadavres. Suivant les estimations parce que vous ne pensez pas tout de même qu’on va compter chaque cadavre un par un. Les rescapés n’ont pas le temps de s’amuser. Maintenant que tout est cassé, il a fallu reconstruire. Après les destructions la Reconstruction. C’était dans les années quarante et ça a pris beaucoup de temps. Mais je m’aperçois que j’ai oublié de préciser les nationalités. C’est pas grave, par contre il faut distinguer entre les cadavres civils et les cadavres militaires. Et là c’est une surprise. Voyez vous-même. Civils victimes des tueries patriotiques : entre quarante et cinquante deux millions. Militaires : vingt deux à vingt cinq millions. Ainsi, contrairement à une idée reçue qu’on se répète depuis des générations, la guerre fait davantage de victimes parmi les civils que parmi les professionnels du crime. La guerre est plus dangereuse pour les innocents civils que pour les soldats garantis pur porc. Notez bien cependant que ce phénomène s’explique par le fait que les civils sont sans défense face aux militaires. Ne doutons pas que si les civils avaient été correctement équipés en matériel suffisamment performant, ils auraient amélioré le score des militaires dans de bonnes proportions. On ne peut donc pas en vouloir aux populations civiles à cause de la faiblesse du chiffre des militaires morts au combat. Les civils ont fait ce qu’ils ont pu, voyez Oradour-sur-Glane et les bombes au phosphore sur Dresde. Ils sont morts héroïquement. A eux la marche blanche ! Mais je mélange tout, les cadavres des patriotes français et les cadavres des boches, assoiffés buveurs de sang. En fait ce qu’on peut reprocher aux terroristes et aux tueurs en série, c’est surtout qu’ils massacrent en dehors des périodes autorisées. Et toujours petitement, les terroristes sont mesquins et ici je vous prie de m’excuser mais je vais élever le débat par des citations de grands auteurs. Et d’abord voici Jean Rostand, le fameux biologiste qui a trouvé tout seul ce que les autres, en équipes sponsorisées dans les universités, ont mis tellement de temps à comprendre. Donc, Jean Rostand, citation : « Tuez un homme vous êtes un assassin, tuez des milliers d’hommes, vous êtes un héros, tuez les tous vous êtes un dieu ». Et je continue avec les grands auteurs, et voici Alphonse Allais, qui se livre à une observation sur laquelle feraient bien de méditer nos apprentis terroristes : « La statistique a démontré que la mortalité dans l’armée augmente sensiblement en temps de guerre ». Je demande solennellement aux amateurs, qui souhaitent réussir dans le métier de tueur, de réfléchir à cette phrase pleine de bon sens. Attendez la guerre pour exercer vos activités meurtrières ! Sinon on vous reprochera d’avoir voulu faire le mariole ! Et je ne peux que vous soumettre une autre phrase du même Alphonse, qui nous incite à une préparation psychologique : « Moi je hais les Allemands mais je les hais tous, tous, tous… je hais la petite bavaroise de huit mois et demi, le centenaire poméranien, la vieille dame de Francfort sur le Main et le galopin de Koenigsberg. » Il est évident qu’on changera de nationalité à volonté, suivant les goûts personnels du tueur.

Partager cet article

Repost 0
Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article

commentaires