Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 09:54
La langue française selon Raymond Q…

Suite au succès inattendu de « Zazie dans le métro », Raymond Queneau a été rebaptisé Raymond Q… Cet écrivain est connu, notamment, pour ses variations sur la langue française populaire parlée… Voici un exemple, vous m’en direz des nouvelles :

Je mdemandd squ’on fait icigo

Sur cette boule d’indigo

C’est pour la rime qu’on dit ça

Et c’est pour la raison sans doute

Que tout lmonde va sfairfoutre

En grand habit de tralala

Oui je suis d’accord avec vous on sait pas par quel bout prendre un machin comme ça…

Remarque générale : Raymond Q. prend d’incroyables libertés avec le lecteur. On croit d’abord être en présence d’un illettré… gardez-vous de raisonner ainsi. Queneau a étudié la philosophie. Ce qui vous déroute c’est cette orthographe, « qu’on dirait un internaute ». Mais un internaute même très crétin y rajouterait pas des lettres apparemment inutiles, En réalité Raymond Q. trafique le vocabulaire. Et le résultat c’est qu’il recrée le monde, comme dans la Bible.

« Je m’demandd » ça existerait pas sans Raymond Q. Pourtant Raymond Q. Il agit pas au hasard. A l’oral on prononce le « dd ». Essayez vous-même. Vous voyez bien. Je l’appelle Raymond parce qu’on se connaît. Même remarque pour « squ’on fait ». Après ça se complique, je devrais dire ça se simplifie. Parce qu’icigo c’est de l’argot. Et alors qu’allez-vous faire de cette « boule d’indigo » ? On touche ici (icigo ?) à l’essentiel. Le Raymond il nous mène en bateau. La « boule d’indigo » c’est la planète bleue. En fait Queneau R. aborde ici une question philosophique : « le sens de la vie ». Mine de rien. En langage populaire, en langage parlé. Zallez pas croire que les Araméens et les Grecs savaient tous lire ! Ils savaient s’enculer les anciens grecs et d’ailleurs ça se voit plus loin ils allaient « s’fairfoutre » et, suprême élégance, en « grand habit de tralala ». Ils s’enculaient certes mais dans le respect des bonnes manières. « Zavez comprite » maintenant ? Avec Raymond faut toujours être sur ses gardes. Sinon vous vous faites enculer. Le lexique est piégé. Vous continuez tout seul. « Zavez vu » le jeu de mots sur la rime et la raison ? Vous êtes grands vous pratiquez le « RaymondQ.sanspeine ».

Je vous donne la strophe suivante :

On est là comme cornichons

Susglobnaturellement rond

Comment trouver d’autre épithète

De même qu’après l’agonie

Quand on sait que c’est bien fini

Faut dire qu’en fait il réquièste

Maintenant que vous zavez comprite je vous « laisse reposer en paix ». C’est d’ailleurs le sens de « resquiescat in pace » sous sa forme Queneautienne. Vous êtes aussi intrigué par ce très long adverbe au vers 2. Faites la diérèse, sinon Raymond sera pas content. Je veux dire : « Prononcez les « e » muets… Vous zobservez également un contraste au vers 2 entre la longueur inhabituelle de l’adverbe et la brièveté de l’adjectif.

Je vous donne la troisième strophe puisque vous insistez. Allez je suis trop bon :

Les gens vont à droite et à goche

Comme si y avait pas d’anicroche

Car c’est la vie euh qui veut ça

Et c’est la mort assurément

Qui provoque ces enterrments

Qu’on aperçoit ici et là

Vous pouvez marcher tout seul maintenant. On dit merci Raymond Q.

« Merci Raymond Q » ! Plus fort que ça, je vous ai pas zentendudanl’fon !

Ah ! j’avais oublié l’titre, levoilà :

Ombre d’un doute

Partager cet article

Repost0

commentaires