Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 09:56

Ce qui est remarquable, c'est l'absence quasi totale de commentaires de ces événements. Pas d'interviews d'experts, pas de débats contradictoires ou non, pas d'analyses sur les causes ou les conséquences, les solutions éventuelles, en d'autres termes, pas de discours sur le réel. Cela finit par interpeller.

Que signifie l'énoncé brut des faits ? On peut penser qu'il ne signifie rien justement. Pourtant, cette absence est signifiante en elle-même.

Ce qu'elle dit d'abord et avant tout : "il n'y a rien à comprendre, nous sommes devant des violences gratuites". Le citoyen en déduit qu'ils s'entre tuent, point. Il n'y a donc rien à penser pour l'auditeur ou le téléspectateur, renvoyé à sa seule opinion, comme les Palestiniens et les Israéliens semblent l'être eux aussi dos à dos.

Mais – et c'est là le plus vicieux de la méthode car il s'agit bien d'une méthode, déjà éprouvée avec la crise syrienne à ses débuts –, ne pas donner à penser, c'est jouer la carte du dominant.

Ne pas expliciter la situation syrienne correspondait à une volonté politique française de ne pas s'interposer entre Bashar Al Assad et son peuple en révolte. Même chose avec la répression de la Tchétchénie : circulez y'a rien à comprendre, parce qu'il n'y avait pas d'intervention politique décidée.

L'Ukraine, par contre, c'est autre chose, attention, là on a vu, écouté, et appliqué des sanctions, blocus sur les échanges avec la Russie. Impressionnant, cette vigueur soudaine.

Les Palestiniens n'en peuvent plus

Sur la question d'aujourd'hui, les explosions multiples de révoltes en Cisjordanie échappant à tout contrôle palestinien et non commandées par des groupes politiques, il faut le souligner, traduisent que les limites du supportable sont atteintes pour de nombreux Palestiniens, dans la jeunesse en particulier.

Ils n'en peuvent tout simplement plus de l'oppression quotidienne de l'occupation, de la violence quotidienne exercée par l'armée et les colons contre eux, sans limites ni sanctions du gouvernement israélien lui même, ou de l'étranger.

Ils n'en peuvent plus des fausses négociations qui ont duré plus de 20 ans, et n'étaient qu'un leurre destiné à poursuivre en toute tranquillité la colonisation.

Ils n'en peuvent plus de l'Autorité palestinienne qui n'a aucune autorité sur personne sauf éventuellement sur eux-même pour les contraindre, et qui ne justifie son existence que pour son existence.

Ils n'en peuvent plus de l'inertie criminelle des puissances qui auraient du intervenir pour les protéger depuis des dizaines d'années et qui laissent faire, en Ponce Pilate ravi de l'aubaine.

Le "cycle de la violence" est israélien

À la violence de la conquête, de l'occupation, de la colonisation, Israël ajoute toujours plus de violence, outil colonial majeur (et classique) de la pacification des les territoires conquis.

Le "cycle de la violence" est israélien du début jusqu'à la fin. C'est la violence initiale qui engendre la résistance, armée ou non, du peuple palestinien depuis les pierres de la première Intifada, aux brigades armées des différents groupes politiques palestiniens de la seconde.

Arrêter le cycle de la violence, c'est arrêter Israël. Qu'on ne demande pas comment, tous les outils sont là, seule manque la volonté politique, ce qui explique le silence de nos médias.

Alors no comment dans nos médias, pourquoi ? Pour que la violence israélienne puisse continuer de s'exercer, et que les "terroristes" de 13 et 15 ans soient punis et tués aux checks points de Qalandia ou de Shouafat. Pour que les frappes continuent sur Gaza et que l'auditeur se taise parce qu'il n'y comprend rien.

Lire l'article

Partager cet article

Repost0

commentaires