Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 10:55
Roland Barthes plus vivant que jamais…

Si vous redoutez la lecture de l’un des plus grands auteurs du 20ème siècle, tant pis pour vous ! Faudra faire votre deuil de la culture ! Barthes est né en 1915 et mort à la sortie du travail d’un stupide accident d’autobus, en 1980. Il faut dire qu’il enseignait au Collège de France. Un lieu dangereux pour la circulation des autobus. Mais Roland Barthes est aussi connu pour avoir écrit des livres. En particulier « Mythologies » en 1957. « Mythologies » ne risquait pas le Goncourt. En effet, le livre est composé de fragments sans lien apparent. Voyez vous-même : « Le tour de France comme épopée », « Le monde où l’on catche », « Iconographie de l’abbé Pierre », « La cuisine ornementale », « La nouvelle Citroën »…Apparemment, aucun lien entre ces titres. Vous avez raison, c’est fait exprès pour faciliter leur lecture. Ici aucune histoire pour relier les textes, qui sont bien des « fragments »… mais qui nous décrivent le monde dans lequel nous vivons… Je prends l’exemple de la « cuisine ». Combien d’émissions de télévision nous offrent, en 2015, des recettes de cuisine, en soignant bien la présentation ! Ca dégouline de partout ! Mais ce sont des images ! Barthes fait la différence entre le signifiant (l’objet lui-même) et le signifié (l’image photographiée et le commentaire qui l’accompagnent). Il nous décrit donc l’essentiel ! Sans l’historiette qui devrait nous amener à la description. On gagne du temps, avec Roland Barthes. Car il se focalise sur des sujets précis. Et c’est souvent ce qu’ont fait les grands auteurs, qui refusent le carcan du genre littéraire. Montaigne, par exemple, qui pratique « l’écriture à sauts et à gambades ». (Essais livre III chapitre 8). Barthes passe de l’analyse du « look » de l’abbé Pierre, au catch, au tour de France, et au strip tease. Que nous dit-il de si intéressant ? Si l’on doit conserver une idée centrale, il s’agit de la critique du petit bourgeois. En termes sociologiques, la culture de masse, bourgeoise par nature, a tué la culture populaire. En effet on ne consomme pas les ornements des recettes de cuisines, on ne consomme pas l’apparence de l’abbé Pierre, on aimerait qu’il ne soit pas recouvert de toutes ces marques franciscaines, on ne consomme rien dans le strip tease, qui évite le moment de la consommation, et le catch est un sport bidon, en fait un spectacle. Comme le tour de France est un spectacle, et devenu de plus en plus un spectacle, même pas spectaculaire. Mais destiné à faire acheter les produits vantés par la publicité. Ainsi Roland Barthes écrit un peu comme Montaigne, il est lâché en liberté, et c’est ce qui fait le plaisir de la lecture. Et voyez comme c’est formidablement actuel, cette critique de la vie quotidienne. Un exemple : les jeux sur la troisième chaîne : Questions pour un champion et Slam. Les candidats s’identifient à des vrais champions qui sont essoufflés par l’effort et, quand ils sont sélectionnés, ils poussent un petit soupir comme s’ils venaient de remporter une vraie victoire sportive, qui leur aurait demandé des exercices physiques considérables.

Partager cet article

Repost0

commentaires