Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 09:18

Un technicien a trouvé la mort et un de ses collègues a été légèrement blessé dans l’effondrement mardi d’une galerie sur le chantier du site controversé d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure (Meuse), où des vérifications sont en cours.

L’éboulement est survenu dans une galerie en cours de forage où étaient effectués des relevés géophysiques, a indiqué la préfecture de la Meuse dans un communiqué.

L’accident a coûté la vie à un technicien de la société Eiffage, et « un de ses collègues est légèrement blessé », a précisé la préfecture, ajoutant que la galerie avait été entièrement évacuée et que des vérifications de stabilité étaient en cours. Les secours avaient précédemment fait état d’un blessé grave.

Une cellule psychologique a été mise en place pour les employés.

C’est la deuxième fois qu’un accident mortel se produit sur ce site, fortement contesté par les associations antinucléaires, où doivent être enfouis à terme des déchets hautement radioactifs aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne.

En 2002, un ouvrier avait été écrasé par un tube d’aération dans le puits d’accès principal, à plus de 200 mètres de profondeur, provoquant l’arrêt du chantier pour cinq mois.

En décembre 2001, un ouvrier avait été blessé après une chute de 11 mètres dans le même puits.

– « Abandon immédiat du projet » –

Baptisé Cigéo, le projet supervisé par l’Agence nationale pour la gestion des déchets nucléaires (Andra) doit accueillir les déchets les plus radioactifs du parc nucléaire français (3% du total) à 500 mètres sous terre, ainsi que ceux ayant la durée de vie la plus longue.

Récemment, le ministère de l’Ecologie et de l’Energie a estimé son coût à 25 milliards d’euros.

Un des deux types de déchets qui doivent être stockés sont dits de « haute activité vie longue »: il s’agit principalement des résidus hautement radioactifs issus du traitement des combustibles usés, dégageant de la chaleur. Le volume de ces déchets est estimé à environ 10.000 m3, dont 30% sont déjà produits.

Les autres déchets prévus sont dits « de moyenne activité à vie longue », et seraient stockés les premiers. Leur volume est estimé à 70.000 m3, dont 60% déjà produits.

Ces deux types de déchets représentent 3% du volume total des déchets radioactifs produits en France, mais concentrent plus de 99% de la radioactivité.

A cheval sur quatre petites communes totalisant aujourd’hui quelques centaines d’habitants, le projet engage les générations futures pendant des dizaines de milliers d’années, ce qui a généré de nombreuses protestations.

Les associations antinucléaires dénoncent « une gigantesque poubelle atomique de 300 ha en surface et 15 km2 de galeries souterraines », et pointent l’obsolescence des matériaux devant servir à contenir ces déchets.

​Lire l'article

Partager cet article

Repost0

commentaires