Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 11:37

Utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède…

1- Nous ne voulons pas la guerre.

Les chefs d’Etat de tous les pays assurent toujours solennellement en préliminaires qu’ils ne veulent pas la guerre.

2- Le camp adverse est seul responsable de la guerre.

Nous avons été contraints de faire la guerre, le camp adverse a commencé, nous sommes obligés de réagir, en état de légitime défense ou pour honorer nos engagements internationaux.

3- L’ennemi a le visage du diable (ou « l’affreux de service »).

On ne peut haïr un groupe humain dans son ensemble et il est nécessaire de personnifier l’ennemi dans la personne de son chef (cet épouvantail odieux dissimulera la diversité de la population qu’il dirige).

4- C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers.

Les mobiles de la guerre (volonté de domination géopolitique accompagnée de motivations économique) sont inavouables à l’opinion publique.

5- L’ennemi provoque sciemment des atrocités ; si nous commettons des bavures, c’est involontairement.

On présente la guerre comme un conflit entre la civilisation et la barbarie, l’armée ennemie étant composée de brigands sans foi ni loi.

6- L’ennemi utilise des armes non autorisées.

Nous ne commettons pas d’atrocités et nous faisons la guerre de manière chevaleresque en en respectant les règles. Ce n’est pas le cas des soldats ennemis.

7- Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes.

L’adhésion de l’opinion publique dépend des résultats apparents du conflit.

8- Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause.

Pour la propagande, il faut s’adresser à des professionnels de la publicité ou à des artistes et intellectuels rompus professionnellement à créer l’émotion .

9- Notre cause a un caractère sacré.

Si notre cause est sacrée, nous devons la défendre et, si nécessaire les armes à la main et si elle a un caractère religieux, c’est une croisade à laquelle on ne peut se soustraire.

10- Ceux qui mettent en doute la propagande sont des traîtres.

Pendant un conflit, nul n’a le droit de demander pourquoi la guerre ou de prononcer sans « trahir » le mot PAIX.

Source

Partager cet article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article

commentaires