Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 10:56

La liberté d'expression, dans nos campagnes, Balzac et Baudelaire très durs à l'égard des Berrichons.

Mais ils le méritaient.

Je remonte à mes démêlés dans ce blog. J'ai eu la curiosité de consulter Honoré de Balzac et spécialement la "Rabouilleuse", dont l'intrigue a pour cadre Issoudun. Et j'ai découvert que Balzac n'était pas tendre avec les berrichons. Voici ce qu'il dit: "la décadence d'Issoudun s'explique par l'immobilisme poussé jusqu'à l'ineptie..." C'est deux pages plus loin que l’on trouve la phrase célèbre: "Issoudun aurait engourdi Napoléon". Plus tard, il lui est donc arrivé une aventure comparable à celle vécue par Charles Baudelaire, qui, poussé par une pulsion masochiste, avait rêvé de travailler à Issoudun… Il s'était engagé dans le "Journal du département de l'Indre". En 1848. Et ça avait très vite tourné court. Il faut dire, que contrairement à Balzac, Baudelaire n'avait pas d'amis sur place. "Une prostituée vaut bien une femme de notaire" leur avait-il dit dès les premiers jours et ça s'était terminé par une formule plus définitive : "Je ne suis pas le domestique de vos intelligences". Or je rapproche les aventures baudelairiennes à mes publications : "Raymonde Vincent, chrétienne et libertaire". Raymonde Vincent avait obtenu le prix Fémina en 1937. J'avais demandé à François Gerbaud de préfacer mon livre. Et je constate qu'il n'y a pas beaucoup d'enthousiasme pour parler dans la presse de mon dernier livre "Gérard Depardieu et moi". Le moins qu'on puisse dire c'est que je ne suis pas encouragé par les médias. Sauf par France Bleu Berry, où j'ai des amis dans la place, en particulier Thierry Chareyre. A Bip/Tv, la Télévision issoldunoise, où j'ai également un ami sûr, Laurent Mabed. Malheureusement il est affligé d'un chef, qui "n'aime pas Gérard Depardieu". Et ça suffit pour faire un blocage qui ressemble fort à une censure. Pourtant c'est le maire (de droite) qui avait fait Depardieu "citoyen d'honneur de la ville de Châteauroux ».

Ce qui n'est pas dans les habitudes du maire de la ville, Issoudun où il est le responsable d'un petit chef d'oeuvre, "le musée Saint Roch".

Je ne doute pas de la sincérité de Laurent, ni de la Directrice, Sophie Cazé. C'est plutôt la petite dernière, qui est un genre de chipie. Faute d'avoir du talent, elle agirait par jalousie. Ou pour tout autre motif secret. J'en suis donc là avec la TV issoldunoise. Demain je vais voir Bruno Mascle, de la Nouvelle République. Je le connais, et il me connaît. Je sens que ça va bien se passer...

Je vous tiendrai au courant de la suite de mes aventures...

Partager cet article

Repost 0
Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article

commentaires

Michelle-Marie BODIN-BOUGELOT 07/05/2016 19:21

Ah ma petite cousine Raymonde Vincent !
Grâce à elle et au livre que j'ai écrit sur maman j'ai retrouvé une cousine à qui j'ai offert ton livre Roland.
Quant à Gégé il nous a "pourri" notre enfance ! Alors que nous apprenions à faire du vélo il nous em... avec sa mob !
Par contre je lirai ton bouquin.
Ne t'inquiète pas chez nous nous sommes ignorés. J'en suis à mon 27ème livre et je suis plus connue ailleurs qu'en Berry..Et, je n'ai pas la chance de connaître de journalistes.
On se revoit à Gargilesse ?