Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 10:47

Plus les attentats en Europe se multiplient, plus on découvre que les profils psychologiques et sociaux des kamikazes et de leurs associés sont très divers, jusqu’à paraître indétectables. Le cas de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, dont on ne sait pas toujours très bien s’il s’agit d’un déséquilibré qui se cherchait un modèle ultra-violent à imiter, ou d’un véritable djihadiste islamiste radicalisé à une vitesse inédite, laisse songeur. Bisexuel, amant d’un homme de 73 ans, mangeur de porc, aucune connexion connue avec des réseaux islamistes… l’auteur de l’attentat de Nice était connu des services de police pour des faits de violence de droit commun, mais n’avait rien de l’homme que l’on pourrait soupçonner d’organiser une tuerie motivée par des considérations idéologiques.

Or c’est un problème pour les services de renseignement à qui l’on demande désormais l’impossible, à la Minority Report, c’est-à-dire de connaître à l’avance le passage à l’acte d’un individu, pour être capable de l’appréhender avant son méfait, même lorsqu’objectivement rien ne permettait de présager l’horreur.

Néanmoins, l’Union européenne ne veut pas se résoudre à la fatalité, et va chercher en Israël les méthodes à appliquer pour détecter sur Internet les terroristes susceptibles un jour de passer à l’acte. « C’est un défi », explique ainsi à l’agence Reuters Gilles de Kerchove, le coordinateur de l’UE pour l’anti-terrorisme, en marge d’une conférence sur le renseignement à Tel Aviv. « Nous allons trouver bientôt des moyens d’être beaucoup plus automatisé » dans la détection des profils suspects sur les réseaux sociaux, explique-t-il. « C’est pour ça que je suis ici ».

« Nous savons qu’Israël a développé beaucoup de moyens dans le cyber », pour faire face aux attaques d’Israéliens par des Palestiniens, ajoute le haut fonctionnaire européen, et l’UE veut s’en inspirer.

Selon un officiel israélien interrogé par l’agence de presse, il s’agit d’établir constamment des profils types de personnes à suspecter, en s’intéressant non plus seulement aux métadonnées qui renseignent sur le contexte des communications et les habitudes d’un individu, mais bien sur le contenu-même des communications sur les réseaux sociaux.

Mis à jour quotidiennement au gré des nouveaux profils qui émergent, des paramètres comme l’âge de l’internaute, sa religion, son origine socio-économique et ses liens avec d’autres suspects, seraient aussi pris en compte par les algorithmes israéliens — ce qui semble difficilement compatible en Europe avec les textes internationaux protégeant les droits de l’homme, que l’Union européenne s’est engagée à respecter.

En somme, c’est exactement ce que nous redoutions avec les fameuses boîtes noires permises par la loi Renseignement en France, dont le Conseil constitutionnel n’a su que dire, et qui se limitent officiellement aux métadonnées. Là aussi, il s’agit d’utiliser des algorithmes, dont on ne sait pas du tout sur quoi ils se basent, pour détecter des profils suspects.

Lire l'article

Partager cet article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article

commentaires