Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 11:07

Je citerai d’abord le brillant contributeur anonyme du site les-crises.fr qui écrit, plus malin que ceux qui gueulent contre le terroriste de service ce soir-là, « plus choquant encore, c’est qu’on s’y “habitue”, et que si aujourd’hui tout le monde met un petit mot touchant sur Facebook, même si c’est parfaitement inutile voire contre-productif, au fur et à mesure du temps les gens “intègrent” ces faits comme faisant partie du paysage quotidien, et élèvent leur niveau de tolérance. […] Si ce n’était pas le cas, on aurait des manifestations plus importantes que pour la loi travail pour sortir de l’Otan, arrêter de soutenir Daesch etc… et pourtant, tout le monde s’en contrefout. […] Donc, demain, ce sera un attentat par mois au lieu d’un tous les six mois et un par an auparavant. En attendant un par semaine. »

Je voulais aussi citer Dostoïevski après ce lecteur moins hébété que la moyenne, qui a compris que les Français se laissent tuer parce que les Français sont déjà morts, pour reprendre le titre d’un film célèbre ; 80 % d’entre eux environ sont morts en tant que Français et en tant qu’individus ; et c’est pour cela qu’ils rééliront Hollande ou qu’il éliront le vieux Juppé, qui fera la guerre à la Russie, à la Syrie et à l’Irak – en attendant la Chine – pour plaire à son sponsor américain.

C’est dans Souvenirs de la maison des morts (Dostoïevski) :

« L’homme est un animal vivace ! on pourrait le définir : un être qui s’habitue à tout, et ce serait peut-être là la meilleure définition qu’on en ait donnée. »

Car on peut vivre en enfer et s’y habituer ; « on en fera même payer l’entrée au bourgeois », a dit Léon Bloy.

Source

Partager cet article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article

commentaires