Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 10:31

L’Union européenne importe quinze fois plus des colonies illégales israéliennes situées dans les territoires palestiniens occupés que des Palestiniens eux-mêmes, a révélé aujourd’hui un nouveau rapport issu d’une coalition de 22 organisations non gouvernementales, dont Caabu, Christian Aid UK and Ireland, la Fédération internationale des Droits de l’Homme (FIDH) et Diakonia.

Ce rapport, intitulé "Les affaires plutôt que la paix ou comment l’Europe contribue à soutenir les colonies israéliennes illégales", est le premier à comparer les données disponibles sur les exportations des colonies israéliennes et celles des Palestiniens, en soulignant l’incohérence de la politique européenne. L’UE déclare que « les colonies sont illégales au regard du droit international, constituent un obstacle à la paix et menacent de rendre la solution à deux États impossible », mais l’UE continue de fournir un marché primaire d’exportation aux produits des colonies. La plupart des États membres de l’UE n’ont pas exigé que les produits soient correctement étiquetés dans les magasins, ce qui fait que les consommateurs ignorent la véritable origine de ces produits, contrairement aux directives de l’UE.

« L’Europe dit que les colonies sont illégales au regard du droit international et elle continue à commercer avec elles. Les consommateurs contribuent involontairement à l’injustice en achetant des produits qui sont faussement étiquetés comme provenant d’Israël quand en fait ils viennent des colonies de Cisjordanie », a déclaré William Bell, le responsable de l’action et de la politique de Christian Aid Angleterre et Irlande.

Dans son introduction au rapport, Hans van den Broek, l’ancien commissaire européen aux relations extérieures, appelle les gouvernements européens à adopter une série de mesures concrètes pour cesser d’aider à l’expansion des colonies de peuplement et pour combler le fossé entre les paroles et les faits réels. Le groupe d’associations demande qu’il y ait, au moins, des lignes directrices claires en matière d’étiquetage pour s’assurer que les consommateurs européens n’achètent pas des marchandises coloniales sans le savoir. De telles directives existent déjà au Royaume-Uni et au Danemark.

Lire l'article

Partager cet article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article

commentaires