Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 10:40

Une véritable tentative de Coup d’Etat est en cours contre le Président Trump, qui après tout a été légitimement élu lors des dernières élections présidentielles. Or, à l’évidence, toute une série de « pouvoirs » refusent le résultat des urnes et manœuvrent pour essayer de faire tomber le nouvel élu, ce qui en termes politiques et en bon français s’appelle un complot.

Tout Coup d’Etat est en effet toujours précédé d’une conjuration fomentée par ceux qui veulent faire renverser le pouvoir en place. Un complot a donc besoin et de conjurés/comploteurs et d’un modus operandi, détaillant les rôles de chacun dans le projet.

Commençons par les comploteurs

A l’évidence, les comploteurs aux Etats-Unis regroupent trois séries de personnes très différentes.

En premier, nous trouvons les hommes de l’ombre et de pouvoir, ceux qui peuplent ce qu’il est convenu d’appeler l’Etat Profond ou «Deep State, en anglais » et qu’Eisenhower appelait les hommes du complexe militaro-industriel.

Aux Etats-Unis il y a plus de 17 agences de renseignements qui se tirent dans les pattes à qui mieux -mieux. Les Français connaissent de nom la CIA, le FBI et la dernière-née, la NSA, censée chapeauter tout ce beau monde, mais il y en a bien d’autres tels les services de renseignement de l’armée ou des « marines (un peu notre Légion) », de l’aviation, de la marine et que sais-je encore. Et chacun de ces organismes essaye de tirer à couverture à lui pour défendre des intérêts et des causes qui sont chères à chacun des petits chefs de ces organisations mais encore plus à ceux qui les ont fait nommer là, et donc en tirent profit.

A la fin de la désastreuse présidence Obama, la situation avait atteint de tels niveaux de luttes intestines entre tous ces nids de frelons que certains de mes amis au Moyen-Orient me disaient que dans l’affaire de Syrie par exemple, ils voulaient bien aider les Américains, mais que sur le terrain il y avait une stratégie suivie par la CIA, une autre par le Président des Etats-Unis, une troisième par l’armée Américaine et qu’ils s’y perdaient un peu, la CIA par exemple fournissant des armes à des groupes définis comme des ennemis par le  Président et combattus de ce fait par l’armée tandis qu’une autre organisation pouvait être un allié en Syrie et un ennemi en Irak….

Tous ces gens qui « font leur beurre et leurs carrières (grâce aux ventes d’armes) » sur les conflits que les Etats-Unis engendrent un peu partout dans le monde ne veulent pas entendre parler d’une Amérique qui carguerait la voilure pour laisser un monde qui les dépasse se débrouiller tout seul.  A noter que nombre des élus Républicains font partie de cet Etat Profond, ce qui ne facilite pas la tâche de Trump (Le Sénateur McCain, ancien candidat à la Présidence en est un exemple parfait).

Le deuxième groupe est constitué par la quasi-totalité des grands media, New-York Times, Washington Post, CNN, NBC, CBS, tous dépendants des grandes puissances d’argent. Le rôle de ces media dans le complot est de «relayer» des informations soi-disant confidentielles fournies par des informateurs à l’intérieur des services de renseignements cités plus haut, toujours sous condition d’anonymat, ces « renseignements » visant à mettre gravement en cause le nouveau Président ou son entourage.

Et enfin, le troisième groupe de conjurés est constitué par des juges placés là par Obama ou Clinton, bloquant un certain nombre de décisions prises parfaitement légalement par le nouveau Président ou s’autorisant à instituer des procédures complètement futiles contre lui, pour l’empêcher de gouverner et ainsi freiner son action.

Voilà donc les comploteurs : services Secrets, grands médias, juges politisés.

Le lecteur attentif reconnaitra là parfaitement la composition sociologique de ceux qui nous ont autorisés à voter pour monsieur Macron et pour lui seul, en éliminant d’office tous les autres candidats.

Il reconnaitra aussi sans problèmes ceux qui se sont si violemment opposés au Brexit…

Passons au « Modus Operandi »… Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article

commentaires