Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 10:34

Ce lundi, Lengadoc Info publiait un article sur le vote par le Conseil départemental de l’Hérault d’une subvention de 1 460 000 euros à l’association « Un Toit Où Apprendre », chargée de la mise en œuvre du nouveau projet « Approche intégrée d’accueil des mineurs non-accompagnés et jeunes majeurs de l’Hérault ». Ce projet doit permettre, entre autre, l’accueil dans l’Hérault de ces jeunes clandestins, leur permettre d’apprendre le français ou encore d’obtenir des papiers.

Si cette subvention a été massivement votée par les élus départementaux, certains s’y sont tout de même opposés. Ainsi, la conseillère départementale Nicole Zénon (Défendre l’Hérault), a mis en avant le fait que les salaires attribués à certains personnels dédiés à ce projet étaient très importants.

En effet, selon le plan prévisionnel de financement du projet, les frais de personnels de ce projet s’élèvent à 920 057,39 € soit 63 % de la subvention attribuée alors que cela ne représente que 13 CDI. Et pour cause, deux des personnels employés dans ce projet s’accaparent 35 % du budget « frais de personnels ».

En effet, le directeur du projet et le chef de service seront payés respectivement 7 833 € et 5 500 € par mois pendant deux ans.

Pour Nicole Zénon, cela n’est pas correct : « Je ne peux alors m’empêcher de penser aux bénévoles d’associations caritatives, auxquels nous accordons généreusement quelques subsides.

Que vont-ils penser quand ils découvriront cela ? L’action humanitaire ou caritative peut-elle devenir un métier, rentable au demeurant ? La misère peut-elle devenir un business ? »

Source

Partager cet article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article

commentaires