Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 11:19

Le ministère de l'Intérieur a publié un appel d'offres afin d'équiper les forces de l'ordre en armes et munitions anti-émeutes pour une durée de quatre ans. Une commande qui s'élève à 22 millions d'euros, hors taxes.

Le gouvernement sentirait-il qu'il y a de l'eau dans le gaz, à la veille d'une rentrée sociale s'annonçant plus que mouvementée, sur fond de réforme de code du travail par ordonnance ou encore de hausse de la CSG ?

Le ministère de l'Intérieur a en tous cas décidé de sécuriser son stock d'armes non-létales destinées aux forces de l'ordre en passant commande, le 5 août, sur le site officiel des marchés publics pour des grenades lacrymogènes, des grenades assourdissantes et leurs lanceurs. Les munitions de lanceurs de balles de défense (LBD, communément appelé flashball) sont exclues de l'appel d'offre, consultable par tout un chacun sur le site officiel du Bulletin officiel des annonces des marchés publics.

Le tout, qui coûtera à l'Etat 22 millions d'euros hors TVA, est censé suffire à la police et à la gendarmerie pour faire face aux manifestations et autres besoins de maintien de l'ordre durant quatre ans, c'est à dire jusqu'à la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron. 

Il faut dire que le stock d'armes anti-émeutes avait été éprouvé durant le mandat de François Hollande, marqué par de très nombreuses manifestations et mouvements sociaux, sans compter la crise migratoire et les multiples affrontements avec les forces de l'ordre à Calais ou encore les évacuations de campements sauvages de migrants.

Source

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article

commentaires