Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2017 6 02 /12 /décembre /2017 09:51

La mairie de Paris organise, le 15 décembre, une journée contre la « grossophobie ».

Hélène Bidard, l’adjointe au maire qui est à l’initiative de cette manifestation, explique : « Moi, j’ai envie de travailler sur la question de la discrimination sur le critère à l’apparence physique. »

Au même moment, pour lutter contre les mauvaises conditions de travail, la firme Snickers fournit un algorithme permettant d’éviter les effets de la faim sur l’humeur. Selon sa publicité américaine, la faim provoque l’irascibilité, la colère et, par conséquent, nuit aux relations et à la performance professionnelle : « Vous n’êtes pas vous-même quand vous avez faim. » Dans sa grande générosité, elle offre aux consommateurs des tarifs réduits pour leurs commandes passées à l’heure où, selon son algorithme et les données personnelles du client, celui-ci est le plus exposé à se mettre en colère (angry) parce qu’il a faim (hungry).

Admirable conjonction, une fois de plus, de l’idéologie « anti-discrimination » et du capitalisme le plus caricatural.

Ainsi la mairie de Paris va organiser un défilé de mannequins très bien en chair et inviter une militante américaine, Jes Baker, qui appelle à « libérer son corps » obèse, à « positiver »… 

Minimiser ainsi la gravité du surpoids est carrément criminel.

Non, Hélène Bidard, l’excès de poids n’est pas une « apparence physique », il est un état de mauvaise santé. Si vous voulez aider les « gros », la première chose à faire est de ne pas leur infliger un coup de plus en niant leur problème.

Si vous voulez lutter contre les discriminations, il faut d’abord savoir ce qui en est et ce qui n’en est pas. Distinguer entre les personnes, estimer différemment leur capacité à travailler, faire payer différemment certains biens ou services, selon leur état de santé et leur volume physique, n’est pas une discrimination abusive mais une évaluation réaliste.

Par ailleurs, certes, « les grosses » personnes sont victimes de méchancetés et de jugements infondés. Mais elles sont surtout victimes de politiques favorisant l’hyper-consommation.

 

Source

Partager cet article

Repost0

commentaires