Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2018 6 20 /01 /janvier /2018 10:28

C’est avec une profonde tristesse que nous venons d’apprendre le décès de Jean Salem. Jean Salem, philosophe, professeur à la Sorbonne, directeur du Centre d’histoire des systèmes de pensée moderne était le fils du communiste internationaliste Henri ALLEG, auteur de La Question, qui exposa à la face du monde la barbarie coloniale en Algérie.

Digne fils de son père, Jean Salem fut notamment en 1982 l’initiateur – avec Jeannette ThorezVermeersch et 7 autres responsables vétérans du PCF – de « la lettre des 9 au Comité Central du PCF », intitulée « Où va le Parti? ». En 1998, il postfaçait La vie en rouge de Jeannette Thorez-Vermeersch, Editions Belfond. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et travaux de philosophie sur Hippocrate, Epicure, Maupassant, Feuerbach, Marx et Lénine…

Il savait être un redoutable pamphlétaire anticapitaliste, anti-impérialiste à la manière du célèbre chroniqueur de l’Huma, André Wurmser, comme par exemple dans son ouvrage Rideau de fer sur le boul’mich : Formatage et désinformation dans le monde libre, réédité récemment aux Editions Delga et un vulgarisateur hors-pair des grands classiques du marxisme-léninisme, à la manière de G. Politzer ou G. Cogniot comme dans son Lénine et la révolution, Encre Marine. Au contraire de beaucoup d’intellectuels membres du PCF qui ont jeté le « bébé et l’eau du bain », Jean Salem a toujours été ce militant communiste marxiste-léniniste qui, par ses écrits, a œuvré comme penseur intellectuel et pédagogue, surtout après la défaite du camp socialiste et de l’URSS en 1989/1991.

 

Source

Partager cet article

Repost0

commentaires