Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 09:29

Devant séjourner en Pologne, j’ai acheté Le guide du Routard de ce pays. À sa lecture, très rapidement, je me suis demandé si j’avais dans les mains un guide touristique ou un livre de propagande politique. Et pas n’importe laquelle, de celle de la forme la plus violente, la plus ringarde et la plus gratuite de l’anticommunisme.

 

Cela commence dès l’introduction avec le parallèle nazisme/communisme : «  Avec 6 ans de barbarie nazie (1939-1945) et 45 ans de totalitarisme communiste (1945-1989), la Pologne compte parmi les nations qui ont le plus souffert en Europe ». 

Page 30 : « Pour finir, visiter Gdansk, les chantiers navals acteurs de la fin de la dictature communiste ».

Page  68 : « 45 ans de dictature communiste  »

Page 104 : « Au musée de l’insurrection de Varsovie, pour bien se rendre compte de celle-ci, le visionnage du film “City of Ruin” est hautement conseillé, les tourments de l’après-guerre, liés à l’instauration du régime communiste, ne sont pas oubliés, preuve étant faite, si nécessaire, que le calvaire n’était pas fini… ».

Page 111 : « Au musée de la vie sous le communisme de Varsovie vous verrez également, et le sourire s’efface, un mannequin de la milice qui veille sur la reconstitution d’un bureau de quelque huile du parti : portrait de Lénine, Brejnev et tout le saint-frusquin. Brrr »

Page 141 : «  Dans le musée et château Koztowka, visitez la galerie du réalisme socialiste. Imposée en 1950 par le voisin soviétique, cette forme de propagande pseudo-artistique fut abandonnée en Pologne  cinq ans plus tard. Le château se vit alors dépositaire de tout ce que le pays avait pu produire en œuvres destinées à « éduquer » les masses sans jamais révéler les talents de leurs créateurs laissés dans l’anonymat. On ne rigolait pas sous la dictature ».

 

Même topo aux pages 235, 255, 310, 334, 374, 381, 382,394, si jamais le lecteur n’avait pas compris !

 

Et  j’ai gardé le « meilleur » pour la fin :

Page 384, le Guide du Routard souhaite ouvertement la mort d’un homme : « Dans la catastrophe aérienne de Smolensk, en avril 2010, la Pologne a perdu son président et les principaux dirigeants de son armée. Un général a cependant échappé au crash : l’ex-général Jaruzelski qui désirait être du voyage mais avait été éconduit. Qui a dit : « Il n’y a de la veine que pour la canaille » ? »

 

Et le bouquet final : dans la rubrique « Livres de route », parmi 10 livres conseillés, que trouve-t-on ? “Le livre noir du communisme” ! Accompagné du commentaire suivant : « Même si l’ouvrage a soulevé des polémiques à sa sortie (toute dictature compte malheureusement ses nostalgiques !), il décrit comment une idéologie égalitaire au XIXè siècle a pu au siècle suivant engendrer l’une des plus effroyables organisations totalitaires, une machine à broyer les individus et les consciences. De Lénine à Staline, de Mao à Ho Chi Minh, de Pol Pot à Castro, cette somme de plus de 1100 pages dresse l’inventaire des massacres, des persécutions, des famines et déportations organisés au nom d’une raison d’État préconisant la suprématie d’une classe sociale sur les autres ».

Çà je ne l’avais encore jamais lu ! Mettre sur le même plan Castro, Lénine, Ho Chi Minh (le libérateur du Vietnam, pays qui chassa les Khmers rouges du Cambodge) et Pol Pot il faut le faire !

Le Guide du Routard devrait savoir que le contenu de ce livre rédigé pour la plupart par des gens d’extrême-droite, est vivement contesté, dans sa recherche historique et sa « comptabilité » macabre, par des personnalités politiques ou historiens de tous bords.

 

Le plus étonnant c’est que malgré cet enfer sur terre le guide nous dit page 383 que : « Les communistes gagnent les élections de 1993 ». Non mais, ils sont vraiment fous ces polonais !

 

Source

Partager cet article

Repost0

commentaires