Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 10:00

La furie délatrice ne connaît désormais plus de répit. La dernière victime en date ? Le rappeur Niska qui, censé donner un concert à Ivry-sur-Seine, pourrait bientôt remballer son micro après avoir été accusé par l’association Femmes solidaires de tenir des « propos méprisants, sexistes et violents envers les femmes ».

Bertrand Cantat qui, en la matière, aura au moins joint le geste à la parole se voit lui aussi obligé d’annuler sa tournée. Qui sera la prochaine victime ? Un autre rappeur ? Médine Zaouiche est assez bien parti pour tenir la corde, depuis que certains entendent lui interdire de se produire au Bataclan. Il lui est ainsi reproché d’avoir, jadis, publié un album intitulé Jihad, titre sur lequel un sabre tient lieu de « J ». Fort bien.

Le problème de ce type de polémiques est qu’elles font généralement assez mauvais ménage avec le sens de la nuance : on se doit d’être pour ou contre, tandis que l’infortuné qui tenterait d’argumenter, en un sens comme dans l’autre, passera immédiatement pour complice des terroristes ou des censeurs.

Pourtant, il y a deux faits qu’on ne saurait passer sous silence. Le premier, c’est que l’objet du délit est sorti en 2005, soit dix ans avant la tuerie du Bataclan, et que Médine n’a toujours eu de cesse de condamner le terrorisme islamique. Le second, c’est que le titre Jihad est ainsi sous-titré, sur la même pochette : « Le plus grand combat est contre soi même. »

En attendant, la machine vengeresse s’emballe à nouveau. Ce, de façon d’autant plus effrénée qu’il est de plus en plus aisé de se faire une réputation de justicier à peu de frais. C’était déjà vrai pour une extrême-gauche qui entendait, naguère, interdire le Front national ; cela l’est désormais pour une certaine extrême-droite. Laquelle, ayant été si longtemps victime de semblables manœuvres, devrait être, plus que quiconque, rétive à jouer aux indicateurs de basse police.

Au fait, pour en revenir au cas du Niksa accusé de « sexisme », on ne saurait que trop conseiller aux nouvelles ligues de vertu de se pencher sur le patrimoine de la chanson française, où il reste tant à épurer. Mistinguett, par exemple, et sa chanson « Mon homme ». Là où, précisément, elle chantait ceci : « Il me fout des coups/Il me prend mes sous/Je suis à bout/Mais malgré tout/Que voulez-vous/Je l’ai tellement dans la peau/Que j’en suis marteau. Dès qu’il s’approche, c’est fini/Je suis à lui. »

À côté, Niksa joue vraiment petit bras. Tout comme, dans le registre guerrier, Médine Zaouiche fait un peu figure de Schtroumpf, comparé à l’auteur de « La Carmagnole ».

 

Source

Partager cet article

Repost0

commentaires