Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 09:06

La Cour administrative d'appel a annulé, ce mardi 16 avril, la procédure de sélection des candidats au rachat en 2014 d'une part de 49% que l'Etat détenait dans l'aéroport de Toulouse qui avait conduit à céder le contrôle de l'aéroport à des actionnaires chinois. Ces derniers essayent de revendre aujourd'hui cette participation. La semaine dernière, le gendarme des aéroports, l'ASI a imposé une baisse de 33% des redevances de l'aéroport de Nice facturées aux compagnies aériennes.

Il ne fait pas bon être actionnaire de l'un des trois aéroports français privatisés. Dans la foulée du vote le 11 avril de la loi Pacte qui inclut la privatisation d'ADP, le groupe italien Atlantia, actionnaire majoritaire de l'aéroport de Nice (49,9%) et le consortium chinois Casil, actionnaire dans les mêmes proportions de l'aéroport de Toulouse, viennent tous deux de prendre un sacré coup derrière la tête.

A Toulouse, alors que les actionnaires chinois étaient en plein processus de revente de la participation qu'ils avaient achetées en 2015 à l'Etat, la cour administrative d'appel, saisie par trois syndicats, a annulé ce mardi les décisions portant sur la sélection des candidats pour l'achat des parts de l'Etat en 2014. Opposés à la privatisation, la CGT, FSU et Solidaires arguaient que "l'offre indicative" (initiale) avait été déposée par Casil associé à la SNC Lavalin, mais que l'offre finale n'avait été présentée que par le groupe Casil.

La cour leur a donné raison mardi sur ce point et "a annulé la décision de céder à la société Casil Europe" les parts du capital, "l'autorisation du ministre chargé de l'Economie du 7 avril 2015 et l'arrêté ministériel du 15 avril 2015".

    "C'est la procédure de sélection du candidat qui a été annulée, pas la vente en soi. Pour la vente, c'est le tribunal du commerce de Paris qui est habilité à se prononcer. Je vais le saisir dans les semaines à venir", a-t-il ajouté.

Pour le conseiller départemental Pascal Boureau qui représente le département de la Haute-Garonne au conseil d'administration de Casil, "cela gèle le projet présumé de vente" des parts de l'actionnaire chinois. "Les acheteurs potentiels vont y regarder à deux fois".

Lire la suite

Partager cet article

Repost0

commentaires