Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2019 6 25 /05 /mai /2019 08:45

Alors qu’au Venezuela, les États-Unis ont conduit de multiples opérations depuis 2002 contre le modèle bolivarien et son aura en Amérique latine, ils n’ont commencé que l’année dernière à agir contre son peuple. Au contraire, depuis le début du XXème siècle, le peuple iranien a dû affronter le colonialisme. La famine et les maladies ont tué 8 millions d’Iraniens durant l’occupation britannique de la Première Guerre mondiale. Le renversement du Premier ministre nationaliste Mohammad Mossadegh par les États-Unis et le Royaume-Uni, en 1953, suivi de son remplacement par le général nazi Fazlollah Zahedi, qui imposa la terrible répression de la Savak, est largement connu.

L’arrestation d’agents de la CIA en flagrant délit dans un étage réservé de l’ambassade US continue à être présenté en Occident comme une « prise d’otage de diplomates » (1979-81), alors que Washington n’a jamais saisi la justice internationale à ce sujet et que deux Marines libérés ont confirmé la version iranienne. En 1980, les Occidentaux ont demandé à l’Irak d’entrer en guerre contre l’Iran. Ils ont vendu des armes aux deux camps pour qu’ils s’entretuent et se sont battus aux côtés des Irakiens lorsque le sort a failli tourner. Un porte-avions français participait même aux combats sans que les Français en soient informés. Cette guerre a fait 600 000 morts côté iranien. En 1988, l’armée US abattit un vol commercial d’Iran Air faisant 290 victimes civiles, sans jamais présenter la moindre excuse.

Sans parler de l’ineptie des très lourdes sanctions sur le nucléaire : les États-Unis et Israël prétendent que Téhéran poursuit le programme atomique du Shah. Pourtant les documents les plus récents publiés par Benjamin Netanyahu attestent que c’est une extrapolation. Les Gardiens de la Révolution envisageaient en tout et pour tout de fabriquer un générateur d’onde de choc.

C’est donc dans ce contexte, que l’Iran a annoncé ne plus respecter une clause de l’accord sur le nucléaire, comme le lui en donne le droit ce Traité lorsqu’une autre partie —les USA en l’occurrence— ne respecte pas ses obligations. En outre, il a donné deux mois à l’Union européenne pour dire si elle entend ou non respecter les siennes. En conclusion, une agence de Renseignement US a lancé une alerte selon laquelle le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, préparait des attentats contre les diplomates US à Erbil et à Bagdad. Tout ceci n’est pas très sérieux.

Malheureusement, le gouvernement iranien refuse tout contact avec le président Trump et son équipe. Le Cheick Hassan Rohani, considère que le retrait par Donald Trump de l’accord sur le nucléaire vise à utiliser le mécontentement populaire de décembre 2017 pour le renverser. Il persiste à croire que l’Union européenne lui est favorable, bien que le Traité de Maastricht et les suivants empêchent Bruxelles de se désolidariser de l’Otan. C’est donc en toute logique qu’il a rejeté par deux fois l’offre de pourparlers de Donald Trump.

Bien sûr, avec ce mauvais casting, on ne peut exclure que cette mise en scène dérape et provoque une guerre. En réalité, la Maison-Blanche et le Kremlin se parlent. Ni le secrétaire d’État US, Mike Pompeo, ni son homologue russe, Sergueï Lavrov, ne souhaitent se laisser embarquer dans cet engrenage.

Source

 

Partager cet article

Repost0

commentaires