Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2019 6 01 /06 /juin /2019 10:13

 

Emmanuel Macron est sous le feu des critiques depuis l'annonce par General Electric de la suppression de plus de 1 000 emplois en France. Il était ministre de l'Économie lorsque l'État a validé la vente d'Alstom au géant américain.
 

Près de cinq ans après la vente du français Alstom à l'américain General Electric (GE) alors qu'il était ministre de l'Économie, Emmanuel Macron fait face mercredi 29 mai à un flot de critiques acerbes de l'opposition, des syndicats de GE, et même de certains acteurs du monde de l'industrie.

Le président de la République porte une responsabilité dans le "désastre" industriel et social à venir, pointent notamment les syndicats, après l'annonce mardi par GE de la suppression de plus d'un millier d'emplois en France – selon le groupe américain, jusqu'à 792 suppressions de postes pourraient intervenir dans son entité turbines à gaz de Belfort, et 252 dans celle dédiée aux "fonctions supports".

En toile de fond de cette colère : le rôle joué en 2014 par Emmanuel Macron dans la vente du pôle énergie d'Alstom à GE. À l'automne 2014, Emmanuel Macron, ancien secrétaire général de l'Élysée de François Hollande (2012-2014), succède à Arnaud Montebourg au ministère de l'Économie. Il y hérite de l'épineux dossier du rachat d'Alstom par l'Américain General Electric. Arnaud Montebourg y était opposé, les conditions de la vente de ce fleuron français ne le satisfaisant pas. Il affirmera plus tard qu'il avait tenté d'encadrer l'opération qu'il n'avait pu bloquer faute de volonté de François Hollande et de son secrétaire général, Emmanuel Macron.

Source

Partager cet article

Repost0

commentaires