Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 10:23

Le talk show de Yann Barthès, « Quotidien », premier de la télévision française, hisse "l’infotainment" au rang de messe quotidienne. Si la liturgie est hybride, le catéchisme progressiste y est martelé de manière orthodoxe, quitte à faire avaler n’importe quoi aux fidèles.

Exemple :
Le 22 octobre, Pablo Mira, au début de l’émission, se tient debout son mug à la main, parmi la bande. On croirait les animateurs du Club Dorothée, surjouant le copinage et la décontraction en jean-basket. « Est-ce que Fanny et Paul ne foutent pas trop le bordel à Mayotte ? », blague la nouvelle Dorothée, au moment d’introduire le reportage de ses envoyés spéciaux qui suivent le voyage du président de la République, et sans comprendre que le « bordel », dans l’île, n’est pas matière à plaisanterie, qu’il est à l’origine de vrais désastres humains et qu’il n’est pas le fait de deux amuseurs parisiens, mais d’une immigration clandestine délirante.

Barthès continue sur le même ton : « Imaginons, t’es président et t’as envie de te débarrasser d’un membre du gouvernement parce qu’il est un peu, un peu... » Ainsi s’affiche une complicité avec le public tutoyé auquel on propose de rejoindre la bande de jeunes et son concours de vannes. Les playlists (sélections de musiques personnalisées) qui suivent les entretiens avec les invités achèvent tout échange par une communion dans la sous-culture du tube, parce que la boom reste l’horizon ultime de ce groupe d’adulescents que galvanise sa propre vanité.

Après le moment « playlist », il arrive que Yann Barthès se laisse aller à danser depuis son fauteuil, de son fauteuil où il tourne, se pavane, croise et décroise les bras. Dans l’héritage ardissonien, la vraie vedette de Quotidien, ce ne sont ni les sujets ni les invités, aussi prestigieux soient-ils, non, la vraie vedette, c’est l’animateur : Yann Barthès, qui tournoie sur son trône, au centre exact du plateau, vers qui tout converge. Et que fait-il depuis son trône ? Il affiche un sourire narquois inextinguible. Car la dérision des années Canal+ est le carburant essentiel de cette machine où l’info est un divertissement comme un autre. Tout n’est que prétexte à afficher sa morgue de ricaneurs à la mode. Des nouvelles des antipodes aux extraits d’interviews politiques, des artistes invités aux reportages immersifs, rien qui ne vaille que par la vanne qu’on en tire depuis ce salon d’aristos régressifs.

Le bureau circulaire qui se déploie autour de Barthès, où s’alignent les invités et chroniqueurs comme autant d’applications à sa disposition, a la forme d’un grand « C », mais on peut aussi y voir l’initiale tronquée du titre de l’émission, initiale qui lui sert également de logo. Cette interprétation n’est pas dénuée de fondement. Et si toute la disposition du plateau suggérait, finalement, qu’ici, le pitre couronné ricane depuis le trou d’un « Q » ?

 

Lire l’intégralité sur :  https://www.ojim.fr/actualite-mediatique-dossiers-thematiques/

 

Partager cet article

Repost0

commentaires