Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2020 2 17 /03 /mars /2020 08:23

"Plutôt que de gérer une épidémie en dents de scie, la France va donc essayer de contrôler une épidémie au long cours. De la “méchanceté” du virus et sa létalité dépendra en grande partie le bilan humain qu’il faudra dresser à la fin de la crise. En Chine, les autorités ont dénombré 20 % de cas graves. Selon des estimations, la mortalité serait comprise entre 0,5 et 1 %… La question du nombre de cas sans aucun symptôme n’est toutefois pas clairement tranchée et pourrait laisser espérer une situation un peu moins dramatique." (Le Figaro)

C’est ce genre d’informations qu’on aimerait voir diffusé, pas le catastrophisme de fin du monde qui concentre vers les supermarchés tout un peuple ahuri. La crise des gilets jaunes avait fait du tort à la grande distribution. La crise du coronavirus va lui faire le plus grand bien.

Commençons par éteindre la télé et réfléchir tout seuls.

A quoi rêvent des dirigeants qui ne sont plus crédibles, qui accumulent les escroqueries et les histoires de cul, qui voient se lever devant eux la colère d’à peu près toutes les corporations et ce, malgré la violence mise en oeuvre depuis plus d’un an pour les faire taire ?

Eh bien précisément, ils rêvent de les faire taire. Et ce virus tombe à pic pour calmer tout le monde, bien mieux qu’un régiment de CRS.

D’abord on empêche les gens de se regrouper. On ferme les cafés et les restaurants parce que les cabarets font toujours trembler les dirigeants. Ils ont peur des arrière-salles obscures où les conspirateurs complotent, des bombes artisanales dans la manche, prêts à foncer sur l’Assemblée Nationale.

Que fait-on ensuite ? On met en place le confinement. Le nôtre évidemment. Parce que les ministres  sont pas concernés, ils peuvent continuer de circuler et de s’afficher abondamment hors de chez eux, partout où les caméras saisiront leurs tronches de menteurs professionnels. Ils vont même dans les EHPAD narguer les petits vieux à qui ils ont interdit les visites.
Les journalistes aussi sont exemptés, ils sont autorisés à se regrouper sur les plateaux de télé, aussi nombreux qu’ils le souhaitent et sans masques malheureusement.

Enfin on y est arrivé :  la ville est morte, les rues désertes. Plus de manifestants, plus de voitures qui crament, plus de flics qui s’éreintent… Les gardiens de la paix vont pouvoir se reposer, dans des rondes peinardes, et sympathiser avec les milices de quartiers venues leur donner un coup de main. Le peuple sera enfermé chez lui de son proche chef. L’Etat pourra enfin exercer le gouvernement idéal : la rétorsion sans coupable, sans jugement, sans condamnation, sans rien. L’incarcération sans la prison, la contrainte sans la bavure. Le couvre-feu 24h/24h et 7j/7j.

Le prochain virus sera-t-il informatique pour fermer la gueule des résistants retranchés chez eux ?

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lombard 17/03/2020 10:08

Tout à fait d’accord avec votre analyse une lectrice qui vous remercie pour vos informations éclairées
Amicalement
Chantal.