Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 09:45


Reçu de Do cet article très intéressant :


L’Encyclopédie des nuisances critiquait énormément la restauration de la chapelle Sixtine en lui reprochant notamment ses couleurs vives. Je n’avais pas eu l’occasion de savoir si l’auteur avait ou non raison, n’ayant jamais vraiment vu de représentation de la Chapelle Sixtine ni avant ni après restauration. Mais voilà qui est fait avec l’image ci-dessous qui m’a beaucoup appris sur la restauration :

 

 

Franchement je préfère nettement avant la restauration qu’après. On voit bien qu’avant, c’est de l’art, même abimé ; et on voit tout aussi bien qu’après, ce n’est plus qu’un dessin technique.

Pour pouvoir restaurer correctement du Michel-Ange, il faudrait non seulement être au moins aussi bon que lui dans son art ; mais, en plus, être sûr de savoir exactement ce qu’il a voulu peindre. L’immense majorité des restaurateurs sont très nettement inférieurs à l’artiste dont ils prétendent restaurer l’oeuvre. Ce sont de grands présomptueux qui veulent tout de même se comparer au maître. Voire se croire supérieur à lui… puisqu’au fond, ils prétendent le juger.

La restauration est une imitation de l’oeuvre originale interprétée selon la mode du moment ou selon les goûts du restaurateur.

Ainsi, si dans une oeuvre de jeunesse on a bien l’impression que Michel-Ange utilise légèrement ce que plus tard, à l’époque d’Hergé, on appellera la ligne claire (dessiner les contours avec ligne claire), on a l’impression que cet aspect a été très nettement exagéré par le restaurateur, qui a donc fait les choses à son goût et non pas au goût de Michel-Ange.

Les couleurs vives de la restauration sont choquantes. De même que la transformation de l’homme de face, presque svelte, en homme très fort, il faut respecter l’oeuvre. Sinon, pourquoi prétendre restaurer ? Moi, j’appelle ça peindre par dessus.

Au lieu d’abimer les oeuvres des maîtres en repeignant par dessus, les "restaurateurs" feraient bien mieux de faire comme les peintres débutants : peindre ailleurs, humblement, à leur façon, une imitation plus ou moins fidèle de l’oeuvre originale.

On remarquera aussi qu’avant restauration, un voile couvre les fesses de l’homme vu de dos. Ce voile a disparu dans la restauration. On ne peut pas le reprocher aux restaurateurs. En effet :

De 1536 à 1551, à la demande de Clément VII puis de Paul III, Michel-Ange exécute le jugement dernier, avec quelques 400 personnages. Mais les nus scandalisent certains, comme Paul IV (1555-1559), qui fait cacher les parties intimes des personnages et des ignudi par Ricciarelli (1509-1566), ami et assistant de Michel-Ange, qui sera surnommé « il braghettone », le « faiseur de culottes ».

Mais que dire de la femme vers la droite recouverte après restauration d’un tissus bleu vif sur ses jambes ? On ne peut pas voir ses jambes au travers du tissus. Par contre, avant restauration, on les voit très nettement par transparence. Donc, ce voile bleu pale qui la recouvre avant restauration est très probablement l’oeuvre du « faiseur de culottes ». Alors, pourquoi les restaurateurs ne l’ont-ils pas tout simplement enlevé, au lieu de l’accentuer afin de supprimer toute transparence, et en plus avec un bleu très vif ?

 

Retrouvez l'article original sur http://mai68.org/spip2/spip.php?article6754

Partager cet article

Repost0

commentaires