Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 15:54

 

 

 Je vais au bordel

Peu de gens avouent ingénument et naturellement, dans les conversations entre amis : « Tiens, hier, je suis allé au bordel ! »

Ou encore : « Vous ne trouvez pas qu’on s’ennuie ?…si on allait au bordel, ça changerait un peu, non… ?… »

En tout cas je n’ai jamais entendu ces phrases dans aucun lieu public. Alors que j’ai souvent entendu des personnes avouer sans fausse honte : « Hier je suis allé chez le médecin ».

On se déshabille pourtant dans ces lieux, de façon comparable. Et il y a des cas où le médecin saute sa patiente, dans le but de la guérir, mais il faut dire que le phénomène n’est pas généralisé. Cette activité est d’ailleurs interdite par la loi, sauf si les deux intéressés sont consentants et sans arrière pensée.

Il me semble qu’autrefois, les bordels étaient plus fréquentés qu’aujourd’hui. Ce phénomène est probablement du à la disparition des colonies, où les troupes d’occupation recevaient des bons pour le bordel militaire de campagne. (BMC)

Les candidats au baccalauréat, lors de l’oral, qui ne se déroulait que dans une grande ville, parlaient toujours « d’aller au bordel » une fois les épreuves terminées. Dans les années cinquante.

Je crois que certains s’y rendaient vraiment.

Je crois aussi que les gens, aujourd’hui, vont plutôt à l’hôtel, établissement qui a meilleure réputation, pourvu qu’on n’y entre pas ostensiblement en début d’après-midi. L’équipement est le même : serviette, savon, eau courante. On peut venir avec une femme (ou plusieurs selon les goûts et les possibilités), dans les deux cas. Avec un homme (ou plusieurs).

Par contre, je ne crois pas qu’on puisse aller au bordel avec son chien ou avec sa chèvre. Pas encore. Patience !

Ce qui fait du tort au bordel, c’est le van, cette sorte de camionnette meublée d’un lit et bien équipée du point de vue sanitaire. Elle permet, en outre, les mêmes exercices, dans des conditions de confort comparables. En plus, c’est écologique, en pleine nature !

En effet, on trouve désormais des prostituées avec van dans beaucoup de forêts françaises. Elles sont plus modernes qu’autrefois, elles signalent parfois leur présence par un petit sac en plastique accroché à la branche d’un arbre. Ce petit sac, donné dans les magasins à grande surface pour porter les produits du caddy à la voiture. Les prostituées contribuent ainsi à la protection de la nature, à condition qu’elles utilisent le même sac à chaque fois et ne le laissent pas traîner dans la forêt.

A condition aussi qu’elles ne l’utilisent pas comme préservatif. Surtout plusieurs fois de suite, le même, et sans le rincer.

On dit aussi « je vais aux putes », mais pas souvent, d’ailleurs je n’ai jamais entendu cette phrase, du moins à la première personne.

 

Il existe un proverbe à caractère pédagogique et grammatical qui est ainsi formulé :

« On dit : je vais au bordel, mais on doit dire : je vais chez le coiffeur ».

A suivre

Partager cet article

Repost0

commentaires

Odette Laplaze-Estorgues 27/11/2010 16:13


Pas la peine d'arriver à la signature pour identifier l'auteur du texte. Rolland, peut-être va-t-il falloir ruser et tromper son lecteur. Mais non, je plaisante et même je te signale que j'ai
retenu le "À suivre" et j'en salive d'avance.
Une bise, ici ? OLE