Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 08:31

À Djibouti, contester le régime en place est dangereux. Bien que le recours à la torture et aux mauvais traitements soit interdit, les forces de sécurité en usent abondamment pour réprimer les voix contestataires, et leur impunité est totale.

Djibouti, minuscule pays de la Corne de lAfrique, est dirigé dune main de fer depuis 1999 par le président Ismail Omar Guelleh.
Dans ce pays qui ne compte aucun député d'opposition au Parlement, dont le seul organisme de radiodiffusion national est gouvernemental, et dont la quasi-totalité des emplois dépendent de l'État, toute contestation politique et sociale est de fait proscrite. Répression de manifestations, arrestations arbitraires, actes de torture et mauvais traitements sont courants à lencontre des rares contestataires du régime.
Aujourdhui, au moins soixante-dix prisonniers politiques sont incarcérés à la prison centrale de Djibouti dite «Gabode» dans des conditions déplorables.
Parmi eux, Mohamed Ahmed, dit «Jabha», trente-neuf ans, militant du Front pour la restauration de lunité et la démocratie (FRUD), mouvement politique dopposition autrefois armé. Pour avoir essayé de défendre une femme enceinte que des soldats de lArmée nationale djiboutienne (AND) tentaient de violer, Mohamed Ahmed a été arrêté le 1er mai 2010. Pendant ses premières semaines de détention, il a été gravement torturé bastonnades, simulacres dexécution, privation de nourriture par des éléments de l'AND, des services de sécurité et de la gendarmerie. À ce jour, aucune charge n'a été retenue contre lui. De plus, il n'a toujours pas pu rencontrer un avocat ni bénéficier des soins médicaux dont il a besoin suite aux tortures quil a subies. Les coups violents qui lui ont été assénés lui ont fracturé des côtes et l'absence de soins aggrave son état : il se nourrit avec grande difficulté et a du mal à se mouvoir.

Merci de signer la pétition : www.acatfrance.fr

Partager cet article

Repost0

commentaires