Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 10:05

 

Après le déni de démocratie dont ont été victimes les Français en 2007, avec la ratification d'un traité qu'ils avaient rejeté, deux ans auparavant par referendum, Marylin et moi avions déchiré nos cartes d'électeurs, ne souhaitant plus jamais prendre part à ce simulacre de démocratie que sont les élections.

Est-ce qu'en allant battre le pavé par un triste après-midi de janvier, nos voix seraient plus audibles ? La portée symbolique de cette Journée de Colère était néanmoins suffisante pour justifier notre participation.

Tous les deux révoltés par la façon dont la liberté d'expression avait récemment été bafouée avec l'affaire Dieudonné, c'est donc derrière cette banderole que nous avions décidé de défiler.

La question ne se posait d'ailleurs pas ; et Marylin était très en colère... ça tombait bien !

« Tous les média n'ont cessé de dire que le Conseil d'Etat, la plus haute autorité administrative, avait tranché de façon impartiale en faveur du gouvernement, mais pourquoi ne précisent-ils pas que son assemblée générale peut être présidée par le Premier ministre ? N'y a-t-il pas là comme un conflit d'intérêt ? Et pourquoi la presse ne souligne-t-elle jamais que le recours de Manuel Valls a été fait auprès du juge des référés, unique décisionnaire du jugement rendu en urgence ? La justice d'un pays ne tient donc qu'à l'humeur d'un seul individu...que certains soupçonnent d'ailleurs d'être juge et partie ?!? Mais on se fout de la gueule de qui ? », hurlait-elle.

Arrivés place de la Bastille, c'est une foule bigarrée que nous avons rejoint... Quenelles et Ananas de rigueur derrière notre banderole rassemblant les partisans de Dieudonné ; quitte à déplaire à tous ceux qui essayent de nous convaincre depuis un mois de l'antisémitisme latent des troupes dieudonnistes, à aucun moment, lors de cette manifestation, nous n'avons entendu de propos ou slogans antisémites... tout au plus quelques formules hostiles à la politique israélienne en Palestine ainsi qu'à la LDJ et au Crif. Les media « collabos » n'ont, eux, pas été épargnés mais les deux grands gagnants de cette marche étaient incontestablement Manuel Valls et François Hollande qui ont chacun eu le droit à quelques palettes de quenelles « dans leur cul ».

Marylin me faisait remarquer que Dieudonné avait réussi un véritable coup de force : cette foule venue des banlieues et qui, il n'y a pas si longtemps encore, aurait conspué les emblèmes nationaux, chantait la Marseillaise à cœur ouvert. Cet « ajustement » opéré en banlieue nous interpelle aussi sur le traitement à l'unisson de l'information par l'ensemble des media officiels... la Pravda ne ferait guère mieux ! Où encore l'oppression de plus en plus pesante que nous fait subir l'Etat... les pions semblent tous se repositionner sur l'échiquier.

Devant nous, d'autres franges de la société avec d'autres revendications marchent à l'appel du même collectif pour exprimer leur colère. Cette cohabitation inattendue souligne bien que le mécontentement est général au sein de la société française malgré les qualificatifs (intégristes catholiques, homophobes, nationalistes racistes islamophobes etc...) de la presse censés décrire les manifestants comme les représentants des strates les plus viles de notre pays.

Paradoxalement, j'ai personnellement bien du mal à me reconnaître dans cette énumération de la haine que je suis supposé représenter !

Démentant ce que laissent entendre les media, les organisateurs de cette marche ont réussi leur pari à savoir fédérer les colères et les revendications de tout un peuple et le signifier à ses dirigeants.

Le cortège qui rejoint la Place Vauban depuis la Bastille ressemble plus à un défilé qu'à une manifestation de rage, aucun trouble notable, selon nous, à l'ordre public n'est à signaler jusqu'à ce que l'ordre de dispersion soit donné.

La couverture faite par les média de l'évènement est tout simplement trompeuse car elle ne reflète, en rien, l'atmosphère de la manifestation telle que nous l'avons vécue.

Comme à l'accoutumée, ceux-ci se sont emparés de cas isolés non représentatifs du climat général pour dépeindre une image complètement biaisée du mouvement... ce sentiment est largement partagé aujourd'hui par tous les participants qui ont commenté les articles de presse sur le sujet.

Pas étonnant, dans ces conditions, que les média soient la cible des slogans de manifestants en colère.

A noter enfin, selon de nombreuses sources, que les forces de l'ordre ont favorisé voire provoqué les incidents qui ont émaillé la fin de la manifestation...

Alors oui les Français ont raison d'être fâchés car au moment même où ils découvrent le résumé des évènements de la veille dans la presse, ils apprennent que le fils de Jean Yves Le Drian, ministre de la Défence, aurait bénéficié de faveurs pour son recrutement auprès du plus grand opérateur de France dans le domaine du logement social.

Dans le même temps tombent les chiffres du chômage et au lieu de la promesse de l'inversion de sa courbe tant espérée par nos dirigeants, c'est finalement un nouveau record du nombre de demandeurs d'emploi qui est annoncé.

Et le même PS qui gaze, matraque et enferme nos concitoyens venus exprimer leur ras le bol des difficultés du quotidien semble très bien s'accommoder, en son sein, du sénateur Jean Noël Guérini, condamné déjà trois fois depuis 2011 pour, entre autres, « prise illégale d'intérêts », « trafic d'influence » et « association de malfaiteurs », sans parler des Cahuzac, Fabius, Dray et autre Kucheida, qui trainent tous leurs casseroles judiciaires et sans non plus compter celles à venir avec les soupçons de favoritisme révélés par Médiapart concernant Manuel Valls, lui-même.

Et l'on apprend encore que Nicolas Sarkozy est, une fois de plus, inquiété par l'ouverture d'une nouvelle enquête préliminaire concernant ses comptes de campagne... seulement quelques jours après le refus du Sénat de lever l'immunité parlementaire du sénateur Serge Dassault, soupçonné de corruption (certains parlent même de meurtres) et Patrick Balkani ne trouve rien d'autre à faire que de poursuivre en justice de jeunes rappeurs ayant fait le geste de la quenelle devant la mairie de Levallois alors que lui même et son épouse font l'objet d'une enquête pour « blanchiment de fraude fiscale ». Et pour chacun de ces trois individus, les démêlés judiciaires cités ici sont loin d'être exhaustifs.

Enfin, nous apprenons que des 250 arrestations de la veille, seules huit personnes, dont deux mineurs font l'objet de poursuites... serait-ce parce que les manifestants n'étaient effectivement pas responsables des heurts qui ont suivi la cloture de la manifestation ?!

Ce ne sont là que les nouvelles de ce 27 janvier qui exaspèrent tant une population fatiguée de l'hypocrisie de ses dirigeants qui lui imposent toujours plus d'efforts, organisent méthodiquement depuis des décennies la destruction de la Nation et serinent leur discours moralisateur à longueur d'année mais s'en exemptent eux-mêmes !

Et dire que certains continuent à ne voir dans ces manifestations que l'expression de la haine des raclures de notre pays !

Source : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/jour-de-colere-je-raconterai-a-mes-147081

Partager cet article

Repost0

commentaires