Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 10:02

Une classe de cinquième d’un collège de Vénissieux (Rhône) a créé, dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, un jeu inédit de stratégie sur les combats de 1917, une initiative saluée jeudi par un général des armées venu rencontrer les collégiens. (AFP - 10 avril 2014)

 

Un collège de Vénissieux (69) a eu l’excellente idée d’exciter les élèves d’une classe de 5ème sur les joyeux événements qui se sont déroulés entre 1914 et 1918. Ces dates ne vous disent rien ? Il faudra travailler la mémoire. Les enfants de 5ème, à Vénissieux, eux, ils savent. Depuis que leur professeur leur a appris, et que, du coup, le professeur s’est rafraîchi la mémoire. Le résultat ne s’est pas fait attendre. Les charmants bambins ont voulu montrer leur patriotisme ! Dame, c’est que les jeunes apprennent aux vieux dans tous les domaines. Même que ça s’appelle le « jeunisme ». Ainsi les jeunes de Vénissieux ont montré aux anciens poilus l’art de crever un Boche avec une simple baïonnette. Ils ont même fait venir un général, qui a vérifié qu’il n’y avait pas d’espions dans la salle de classe !

 C’était, paraît-il, un plaisir de voir ces futurs premiers communiants s’entretenir avec la grosse Bertha ! Et pincer le cul de la Madelon ! En chantant des hymnes patriotiques, comme « La Madelon/ Elle a plus de poil au con ! » Voilà en tout cas une excellente idée en matière de pédagogie, et qu’il faut saluer. Il paraît que cette initiative a déclenché l’enthousiasme dans les cimetières militaires ! Des squelettes, apparemment un peu amaigris, ont fait cliqueter leurs vieux ossements et ils ont entonné la Marseillaise comme en 14 !

Toutefois, il me semble qu’on ne doit pas en rester à ces jeux puérils de stratégie en chambre. Il faut très vite, pendant que les troupes sont encore fraîches, passer aux travaux pratiques. Car c’est bien beau, la théorie, mais ce qui importe surtout c’est la guerre pour de vrai. Et sans armes, ces excellents français sont voués à des blessures sans gravité.

 Heureusement, nous bénéficions toujours du modèle américain. Aux Etats-Unis, en effet, l’opinion publique s’amuse depuis trois semaines avec une très belle tuerie dans un établissement scolaire. Un jeune a tiré sur ses petits camarades de classe. Il en a abattu un seul mais il en a blessé dix neuf autres. Un beau score tout de même ! Avec des lascars comme lui, les Américains n’auraient pas perdu le Viet Nam ! Et, plutôt que de se laisser aller à la sensiblerie, qui a nui si souvent au moral de nos soldats dans le passé, on devrait décorer ce jeune qui commence si bien ! Evidemment, il a attaqué dans ses propres troupes. Mais on peut penser qu’il n’avait pas un « Jap » sous la main ! Alors on va l’encourager.

 Et que nos collégiens n’hésitent pas à imiter ce héros précoce ! Que le général leur donne les consignes ! Ils comprendront vite qu’il faut diviser la cour du Collège de Vénissieux, et les troupes en deux camps résolument ennemis. Comme en 14…Ensuite, les événements s’enchaînent tout naturellement, comme dans les vraies guerres. On aura forcément des petites victimes, que l’on aura tout loisir de mesurer et l’on adaptera les petits cercueils à leurs dimensions de petits cadavres un peu prématurés.

 Ce qui permettra d’obtenir enfin un cimetière militaire intégré à l’école. On réservera un terrain suffisamment grand pour les victimes des combats à venir. Et j’insiste sur le caractère pluridisciplinaire de cette initiative. On pourra développer les mathématiques, la filière scientifique, mais aussi les Beaux Arts, par des concours du meilleur monument aux morts ! Sans compter la littérature héroïque, qui se développera et s’amplifiera.

 Ce lieu sera alors propice aux discoureurs spécialisés dans les actes de bravoure. Car rien n’empêche d’organiser une distribution des prix. Puis-je avancer quelques exemples ? On attribuera le Prix de la torture, le Prix du viol patriotique, le Prix de l’étripage avec couteau de cuisine.

 Ah ce ne sont pas les idées qui manquent, quand on veut se donner la peine de sortir de la routine. Et puis ça coûtera presque rien ! Puisque déjà beaucoup d’élèves et d’étudiants sont armés jusqu’aux dents !

 J’espère que le nouveau ministre de la Défense Nationale appréciera cet article, écrit par un citoyen de bonne volonté, bien que simple deuxième classe.

Partager cet article

Repost0

commentaires