Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 09:04

Tondues-en-44.jpgLa recluse raconte le séjour de M. Dautraye (clone de l’auteur), à Montaignan. (Saint-Flour) Un fait divers, peu ordinaire, l’a attirée dans ce petit chef-lieu d’arrondissement du Cantal qui va la fasciner. En huit jours, la narratrice évoque la destinée d’Estelle Boulay, une jeune fille tondue à la Libération qui, ne supportant pas l’humiliation, est restée cloîtrée chez elle durant quarante années. Grâce à quelques articles et photos, recueillis dans la presse régionale, puisant dans ses souvenirs personnels mais donnant libre cours à son imagination, l’auteur va mettre en scène l’histoire d’Estelle Boulay et celle de toute sa famille.
Peu à peu, la narratrice s’attache à son héroïne au point de s’identifier à elle, d’entretenir avec elle des rapports fusionnels et la descente aux enfers qui s’en suit peut ébranler les sensibilités ou les susceptibilités.
La recluse, c’est à la fois des larmes, du sang, de la rage, de la folie, de la mort et de la merde formant une alliance tantôt attendrissante, tantôt horrifiante. L’histoire de Marie et d’Estelle rencontre l’Autre, l’Histoire Majuscule. A la lecture de ce récit (de semi fiction) chacun, selon sa sensibilité, pourra choisir entre s’émouvoir et s’indigner.
La recluse, s’inspire d’un fait divers des années 80 qui rappelle un épisode peu glorieux de la Libération, occulté dans la commémoration de cette dernière.
Il peut se lire comme une lente descente aux enfers qui touche à ce qu’il y a de plus pervers en l’Homme, se libérant dès que les verrous de la morale sautent.
La composition en contrepoint Estelle / Marie permet de montrer avec finesse la sorte de mue, l’identification entre l’auteur et son héroïne. Jamais le lecteur n’a l’impression qu’aucun des personnages n’en fait trop et, très vite pris au piège du récit, il ne peut le lâcher avant la fin.
Le travail sur le style, l’écriture – parfaitement maîtrisés – est incontestablement la marque de la réussite de cet ouvrage bouleversant qui nous conduit à faire table rase de tous nos tabous et de notre moralité.
Le lecteur ne sort pas serein de cette lecture. Il ressent un impérieux besoin d’en savoir plus.
( Texte inspiré par la lettre reçue d’Elisabeth Samama, le 9/11/88 – Editions Julliard ).

 

A commander chez l'auteur :recluse

Odette Laplaze-Estorgues
33 rue Vallée de la Préguille
63122 CEYRAT
Prix : 12 € port compris

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Odette Laplaze-Estorgues 14/01/2012 21:00

Chose promise... il m'est assez difficile de faire l'article à propos d'un roman dont je suis l'auteur. Céline disait " Les autres y foutent rien... Moi je travaille ! " Cf les propos de R.
Hénault. Moi aussi, j'ai beaucoup travaillé ce texte dont la première version date de 1985. Le thème heurtait, et plus encore la manière de le traiter. Achetez-le, vous en jugerez. Et surtout,
faites-moi part de vos impressions. deux mots à propos de la photo tête d'article. Elle a été empruntée aux archives par le documentariste Jean-Pierre Carlon qui, ayant lu le manuscrit de mon
livre, a pris contact avec moi et m'a fait participer à son projet. Pour terminer, si certains des lecteurs de l'aricle sont intéressés, je peux venir présenter et le roman et le film. Les deux
ensemble ou le bouquin seul. Désolée, si j'ai été trop verbeuse. OLE