Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 09:39
La réhabilitation des victimes des tribunaux militaires de 14-18 est loin dêtre achevée. Malgré les efforts de la Ligue des droits de l'Homme et d'autres associations qui ont permis d'annuler un certain nombre de condamnations, comme celle des « caporaux de Souain », dont l'instituteur Théophile Maupas défendu avec acharnement par sa veuve, Blanche Maupas, de nombreux soldats victimes d'injustices flagrantes n'ont pas été réhabilités.  
Tel Jean Chapelant, sous-lieutenant de 23 ans ramené blessé dans ses lignes, accusé en octobre 1914, dans la Somme, de « capitulation en rase campagne », condamné à mort et fusillé, attaché sur un brancard. Ou Léonard Leymarie, condamné à mort et fusillé dans l'Aisne en décembre 1914 pour mutilation volontaire et abandon de poste, alors quil avait été blessé à la main à son poste de guetteur dans une tranchée.
 Des exécutions sans jugement ont eu lieu. Une stèle vient d'être inaugurée, le 4 novembre, à la mémoire des deux sous-lieutenants Henri Herduin et Pierre Millant, fusillés sans jugement, en juin 1916, à Fleury, près de Verdun, dont l'exécution a été approuvée par le haut commandement de l'armée. En l'absence, malheureusement, du secrétaire dEtat aux Anciens combattants, Hubert Falco, et du maire de Verdun, Arsène Lux, qui craignait que cela ait un « impact négatif sur le moral de nos forces armées engagées en Afghanistan ».
D'autres victimes d'exécutions sommaires doivent être réhabilitées, notamment parmi les soldats coloniaux et les étrangers européens affectés dans la Légion étrangère. La demande de vérité et de justice concerne aussi les soldats déportés après condamnations dun tribunal militaire ou sur décision sans jugement du haut commandement de l'armée, dont beaucoup en sont morts. Il faut apporter une réponse aux familles qui continuent à être tenues dans l'ignorance du sort de leur ancêtre disparu dans la Grande Guerre sans avoir eu droit à la mention « mort pour la France ».
Pour cela, la Ligue des droits de lHomme demande que soit mise en place une commission rassemblant des historiens, des juristes, des représentants d'associations et du Service historique de la Défense.
 Sans s'ériger en juge des institutions ni des hommes du passé, elle pourrait proposer à la Cour de cassation l'annulation symbolique des condamnations qui lui apparaîtraient manifestement contestables. Et aussi recommander qu'un certain nombre de militaires appartenant à ces différentes catégories de victimes bénéficient de l'inscription « mort pour la France » sur les registres détat-civil et que leurs noms figurent sur les monuments aux morts.   

Partager cet article

Repost0

commentaires

viot 15/12/2009 18:54


Depuis 20 ans je milite pour la réhabilitation des fusillés et vous invite à visiter mon site.

J'aime beaucoup votre chanson les trente glorieuses.

A bientot

Eric


Raphaël Zacharie de IZARRA 29/11/2009 17:04


"VERRE D'EAU"

On l'appelait ironiquement "Verre d'eau".

Auguste était un vieil ivrogne sans nom.

Hydraté dès le lever avec la pire des piquettes, la matinée se terminait invariablement dans une noyade de tonnerre et de feu, la grosse gnôle prenant vite le relais des p'tits canons...

A travers cette voluptueuse agonie de sa conscience le buveur nageait, tour à tour hilare, hébété, larmoyant, dans ce qui semblait être son véritable élément : un univers sinistre d'amnésie
tranchante et de gaité frelatée.

Soixante-cinq ans que cela durait. Une existence entière vouée à l'ivrognerie la plus crasse.

L'on s'étonnait d'ailleurs que "Verre d'eau" fût encore de ce monde après cette longue vie arrosée des pisses de Bacchus.

Mais il était solide l'Auguste ! Faut-il qu'il y ait un Dieu pour les assoiffés sans fond... Il est vrai qu'il avait survécu aux tranchées de la "14". A le voir ainsi, lamentable, abreuvé
d'indignité, dégueulant son ivresse, qui l'eût cru ?

Après avoir traversé l'enfer de la Grande Guerre, qu'est-ce qui aurait donc pu l'abattre ? Pour ce passé héroïque on pouvait bien lui pardonner son vice, au vieil Auguste... Son statut de vétéran
le maintenait malgré tout en estime dans le coeur de ses concitoyens navrés de le voir chanter ses "gnôleries" du matin au soir.

Lui, ne parlait jamais des tranchées. Soûl à toutes heures de sa vie, comment aurait-il pu tenir une conversation cohérente sur quelque grave sujet ? Même lors des commémorations annuelles, il
recevait l'accolade du maire l'haleine chargée de tous les alcools du diable... Se souvenait-il encore au moins de sa jeunesse dans la boue des combats ?

"Verre d'eau" finit par mourir dans un dernier hoquet désespéré dédié à la vigne qui, depuis l'âge de vingt-deux ans, l'avait aidé à vivre.

A oublier surtout.

Il buvait comme un trou depuis l'âge de vingt deux ans... C'était en 1918, la fin de la guerre. Celui que désormais on allait bientôt surnommer malicieusement "Verre d'eau" venait d'être
démobilisé. Vingt-deux ans et déjà toute l'horreur des tranchées dans le regard.

Pauvre "Verre d'eau" ! Homme pitoyable, misérable, lamentable, mais surtout âme sensible brisée en pleine jeunesse, nul ne saura jamais son secret d'ivrogne.

On inhuma bien vite le défunt sans famille.

Nul ne sut que ce sobriquet de "Verre d'eau" sonnait aussi juste chez lui, deux syllabes lourdes comme le son du glas, sombres tel le chant fatal de l'airain...

"Verre d'eau" : des sons clairs et sereins si proches des sons de l'enfer. Des sons qui, ironie du destin, rappelaient son drame, poignant.

Car le drame de "Verre d'eau" c'était...

Verdun.

Raphaël Zacharie de IZARRA


Odette Laplaze-Estorgues 14/11/2009 10:37


Cet article ( que j'approuve totalement) me fait penser au film "Le pantalon rouge" de Yves Boisset. Je le recommande à tous ceux qui ne l'ont pas vu. Il doit bien exister en DVD. Odette L-E