Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 10:01

Il peut être dangereux d'aller voir un psychologue ou un psychiatre pour des problèmes de malaise, d'anxiété, de déprime.  

Il existe des cas de malaise extrême (dépression profonde) et d'anxiété (crises de panique) qui relèvent de la médecine.  

Mais actuellement, dans de nombreux cas, ce n'est pas vous qui êtes malade et qui devez changer. C'est le monde qui vous entoure qui est malade et qui devrait changer.  

 

Méfiez-vous des solutions toutes faites de la psychiatrie 

La formation, la fonction des psychiatres et psychologues, est de vous aider à changer votre vision du monde pour vous aider à vous sentir plus heureux, que ce soit par des médicaments, la psychanalyse ou les thérapies cognitives et comportementales. 

Mais ce n'est pas toujours une bonne idée.  

La fille d'une de mes amies a fait le mois dernier une tentative de suicide. Elle a été hospitalisée à l'hôpital Necker, à Paris, où des psychiatres se sont occupés d'elle pendant une semaine, interdisant à sa famille tout contact avec elle. Ils ont essayé de l'aider à changer sa vision de l'existence, à avoir une meilleure perception d'elle-même. Ils lui ont aussi donné des médicaments pour éliminer ses angoisses (anxiolytiques). 

Le problème est que cette jeune fille n'avait aucun problème psychologique. Si elle avait envie d'en finir, c'est parce qu'elle était victime depuis des mois, dans son collège, d'agressions et d'humiliations insupportables (liées à son physique). Mais la direction de l'école n'intervenait pas pour la protéger. 

Les psychiatres de l'hôpital ne pouvaient rien pour changer cela. Ils n'ont aucune autorité sur la direction du collège. C'est ainsi qu'il fut décidé à leur niveau de lui donner des médicaments, des séances de psychanalyse, puis de la renvoyer dans son collège, en croisant les doigts. (Je vous rassure, après discussion avec mes amis, cette jeune fille n'est pas retournée auprès de ses tortionnaires). 

 

Une société paumée

Dans son livre « La société saine » (1955), le psychanalyste Eric Fromm écrivait : 

« Pourtant, beaucoup de psychiatres et psychologues refusent l'idée que la société dans son ensemble pourrait être malade. Ils maintiennent que le problème de la santé mentale dans la société ne concerne qu'une minorité d'individus “inadaptés”, et non pas la culture en elle-même, qui devrait être adaptée aux individus.[1] »

Notre société est elle en bonne santé, et ceux qui ont du mal à s'y adapter sont-ils des malades qu'il faut traiter ? Ou bien notre société est-elle elle-même paumée ? Dans ce cas, il serait logique que beaucoup de nos contemporains aient des difficultés émotionnelles à supporter les conditions de vie : 

« Une société malade est une société qui crée de l'hostilité mutuelle, de la méfiance, et qui transforme l'homme en un instrument exploité par les autres, qui le prive du sentiment d'avoir de la valeur, sauf dans la mesure où il se soumet aux autres et devient un automate [2] », disait Fromm. 

Pour ma part, il me semble en effet que l'agressivité, l'indifférence, la mauvaise foi sont devenues omniprésentes. En l'espace de 24 heures, j'ai été personnellement témoin des scènes suivantes : 

un jeune automobiliste qui s'arrête au milieu de la rue et sort de sa voiture pour injurier et menacer physiquement une vieille dame qui le suivait ; 

un policier qui met une amende à un monsieur pendant que celui-ci prend son ticket à l'horodateur, et refuse de l'annuler ; 

un restaurateur qui explose de colère parce qu'un client demande une carafe d'eau plutôt qu'une bouteille d'eau ; 

une nourrice qui menace le petit garçon dont elle a la garde parce que celui-ci panique du fait que sa maman soit partie. 

 

« C'était mieux avant » ?

Je n'ai aucune idée de ce qu'il faudrait faire pour changer tout cela. Mais une chose est sûre : si vous dites aujourd'hui en public que, pour certaines choses, « c'était mieux avant », il se trouvera systématiquement quelqu'un qui vous traitera de ringard et de passéiste. 

Et pourtant, ouvrons les yeux. 

Les personnes confortablement installées au sommet de la hiérarchie sociale peinent à reconnaître le degré de détresse, de passivité, d'ennui, d'isolement et de déshumanisation qui règne dans le reste dans la société. Les incivilités qui se multiplient, les écoles qui ne proposent qu'un moule unique pour tous les enfants, le travail dans des bureaucraties énormes et impotentes (qu'elles soient publiques ou privées), les administrations qui vous traitent comme un numéro… Tout ceci transforme les rapports normaux entre les gens en favorisant la crainte plutôt que la bienveillance, la manipulation plutôt que le respect, l'efficacité des machines plutôt que les besoins émotionnels des êtres humains, la dépendance plutôt que la liberté. 

Peut-on considérer comme maladivement nostalgiques les personnes qui souffrent d'un monde où :

• le système de santé exploite la maladie plutôt que de promouvoir la santé ; 

la solitude prend des allures d'épidémie, avec maintenant une personne de 75 ans sur quatre qui n'a plus aucun contact avec personne, ni ami, ni famille, ni voisins, ni connaissances quelles qu'elles soient, avec un nombre de personnes seules en augmentation de 1 million depuis 2010 [3] ; 

des catastrophes écologiques sont annoncées de toutes parts ; 

des dirigeants politiques mettent toute leur énergie à mentir sur la situation (« La croissance revient ! », « Le chômage va baisser ! ») ; 

des conflits armés éclatent aux quatre coins du globe ? 

Je ne le crois pas. 

Alors oui à la psychiatrie et aux médicaments pour les personnes qui souffrent réellement de problèmes psychiques. 

Mais pour tous les autres ? Ne demandons pas à la médecine de nous aider à fermer les yeux et à nous boucher les oreilles grâce à des « pilules du bonheur ». Il y a bien mieux à faire.

 

Sources : 

[1] "Yet many psychiatrists and psychologists refuse to entertain the idea that society as a whole may be lacking in sanity. They hold that the problem of mental health in a society is only that of the number of 'unadjusted' individuals, and not of a possible unadjustment of the culture itself." The Sane Society (1955) 

[2] "An unhealthy society is one which creates mutual hostility [and] distrust, which transforms man into an instrument of use and exploitation for others, which deprives him of a sense of self, except inasmuch as he submits to others or becomes an automaton." 

[3] La solitude touche désormais un Français sur huit 

 

Source : http://www.santenatureinnovation.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jean-Marc Dupuis
commenter cet article

commentaires