Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 09:36

 

Le citoyen de ce début de millénaire est libre. Il est également égaux, et fraternel ! Un exemple : le dimanche matin, on lui offre deux sports différents.

Le premier est traditionnel : la messe, qui permet des mouvements d’assouplissement et, pour les plus jeunes, un apprentissage, dans un secteur professionnel qui va redevenir en pleine expansion : enfant de chœur ! Je n’insiste pas, puisque des millénaires ont appris à la jeunesse à pratiquer cette activité sportive, pourtant provisoirement délaissée aujourd’hui.

Je passe donc tout de suite au second, plus populaire.

Faire ses courses le dimanche matin réunit bien des activités sportives variées. D’abord, il faut se lever tôt, si on habite loin d’une église, et, contrairement à ce qu’on attendrait : le saut en hauteur et le saut à la perche n’occupent aucune place. Il est vrai que l’on ne peut directement atteindre Dieu, qui est au ciel, ce qui représente une trop longue distance.

Le ciel du supermarché permet toutefois une épreuve qui peut être qualificative dans la série « Rédemption ».

Surtout au moment de la quête, je veux dire de la caisse. C’est le grand moment de spiritualité, celui où Dieu entreprend la première sélection des élus !

D’abord il faut affronter ses contemporains, qui éprouvent une forte attirance pour le regroupement familial. En effet, le solitaire ne prend pas le risque de faire ses courses un dimanche matin. Ce sont des équipes suréquipées qui se rendent à cette compétition.

Certaines offrent une apparence inoffensive. On ne voit même pas qu’il s’agit d’équipes qui participent à un concours.

Le ou la chef de meute fait semblant d’être seule. C’est une ruse de guerre. Car elle n’a étalé sur le comptoir que trois ou quatre articles, qui vous laissent augurer une attente brève et fructueuse. Ah vous n’en aurez pas pour longtemps, pour prendre le ticket tant convoité pour le paradis, qui se présente innocemment sous la forme d’un pot de yaourt, d’un boudin blanc, accompagnés d’une botte de carottes.

Hélas, vous rêvez déjà au séjour céleste où l’on déguste le gigot d’agneau, les pâtisseries orientales, accompagnées d’un thé à la menthe avec un soupçon de Whisky sacré !

Je répète : « Hélas » ! Vous n’aviez pas compté sans les entreprises du Malin ! Et justement, le voilà le Malin, suivi d’une troupe de diablotins qui sont allés dans tous les rayons fouiller des produits dont l’existence vous avait échappé ! Et en plus, ils sont noirs, attention à la Ligue des Droits de l’homme. Suffit de les regarder de travers et à la moindre remarque, c’est le tribunal. Et puis voilà un groupe de Bouddhistes qui ont parfaitement intégré la gastronomie française. Ils rapportent des boîtes de Cassoulet, ils surgissent de dessous les rayons des surgelés. Forcément, ils sont plats, à force de ne pas s’alimenter ! Et avec un peu de chance, vous voyez arriver les Bretons, avec leurs binious, les Auvergnats avec leurs vielles, vous ne faites d’ailleurs plus la distinction… ils sortent de partout… On dirait qu’ils ont des terriers, qu’ils viennent de tuer le cochon, ou de la pêche en haute mer !

Ils ont presque des filets qu’ils traînent vers la grande caisse…

Et, en plus il s’interpellent : « Armand !... n’oublie pas le beurre normand !... pense à ta femme ! »

La femme en question s’appelle Gaston. Les cris d’amour sont déchirants. On apprend vite à les reconnaître et moi la seule chose qui ne me va pas c’est que toute cette humanité grouille soudain.

Et me passe devant le nez !

Pourtant le Dimanche c’est un jour de repos, consacré chez les Catholiques aux prières le matin et aux vêpres l’après midi. On mange de l’antilope, du crocodile, de la mygale, suivant l’appétit. Est-ce bien conforme à la Bible, spécialement au « Lévitique », qui précise quels sont les animaux purs et les animaux impurs. J’ai bien appris ma leçon : je sais qu’un catholique intégriste comme moi ne doit pas manger n’importe quoi ! Par exemple c’est marqué noir sur blanc dans le « Lévitique ». Et voici ce qu’il dit :

« Vous mangerez de tout animal qui a la corne fendue, le pied fourché et qui rumine ». Ainsi, le cochon est-il interdit aux catholiques, alors ne vous moquez pas des musulmans. Pour les poissons, prudence ! Vous aurez en abomination tous ceux qui n’ont pas de nageoires et pas d’écailles. Il a tout prévu, l’Eternel, et c’est Moïse son responsable en communication.

Ecoutons donc ses conseils : évitez les reptiles, c’est trop compliqué. Surtout s’ils ont quatre pattes et qu’en plus ils volent.

En attendant, je trépigne. Je marche d’un pied sur l’autre !

Il en vient de partout, c’est un peu comme dans « L’Ecume des Jours » de Boris Vian, quand il décrit la conférence de Jean Sol Partre. Je vous conseille plutôt de lire le roman de Vian, plutôt que la Bible. C’est beaucoup moins chiant !

Mon Dieu, j’ai péché ! Voilà pourquoi tout le monde me passe sous le nez ! Sans compter que je vais être en retard pour la Confession. Le lundi, les confesseurs sont au repos.

Je crois que je vais prendre rendez-vous chez un psychanalyste. Les psychanalystes ne vous obligent pas à faire des prières. Mais c’est plus cher quand on passe à la caisse. Pour cette raison, il n’y a pas de file d’attente.

Partager cet article

Repost0

commentaires