Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 09:48

France 5 a diffusé mardi dernier un « docu-fiction » intitulé « Bye-bye l’euro », imaginant les conséquences de la fin de la monnaie unique. La réalisatrice présente ce reportage comme une contribution au débat démocratique : « [Nous] considérons qu’il est important que les citoyens soient informés. C’est vraiment une mission du service public » (source : france5.fr). Mais, loin d’être nuancé et contradictoire, « Bye-bye l’euro » est un documentaire partisan, ouvertement hostile à la fin de la monnaie unique. Un seul scénario est présenté au téléspectateur : une catastrophe économique et sociale sans précédent.

Cette émission militante reprend à son compte tous les clichés éculés sur la fin de l’euro : fuite des capitaux et des entreprises, augmentation des taux d’intérêts, isolement diplomatique de la France, effondrement du pouvoir d’achat, inflation incontrôlée, crise du financement de l’État, austérité…

Pour accréditer cette vision apocalyptique, un panel de personnalités européistes se prêtent au jeu et expliquent les mécanismes du désastre à venir. Par exemple, Jacques Attali affirme que la fin de l’euro serait une « absurdité, un suicide, une déchéance absolue ». Rappelons que cet expert nous avait annoncé en 1997 que la monnaie unique serait « une chance pour la France » et un gage de « gestion saine des finances publiques » (source : le Monde Économie, 28 octobre 1997). Michel-Édouard Leclerc va plus loin, en mentant ouvertement à propos des prix du carburant : il affirme, de manière éhontée, qu’une dévaluation du franc de 20 % entraînerait une augmentation équivalente des prix à la pompe (ce qui est totalement faux car les prix des carburants dépendent à 85 % des taxes et non du coût du pétrole).

Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gilles Ardinat
commenter cet article

commentaires