Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 08:06

Un professeur, (cette catégorie socio professionnelle existe encore et pas seulement dans les campagnes. Le professeur a vu ses tâches se moderniser : il est chargé d’arbitrer les bagarres et agressions entre élèves désireux d’être les premiers à recopier les devoirs expliqués sur Internet ! Accessoirement, il peut être appelé par un autre professeur agressé  par un gang d’élèves, au couteau, ou à l’arme automatique. Le prof violé par plusieurs élèves  (ou qualifiés d’étudiants) ne sera pas secouru vu la fréquence des attentats.)

 Je parle en connaissance de cause : dans mon département (pourtant central, et à forte densité rurale), voici le cas d’un professeur.

 Je vous prie de vous débrancher de vos conduits auditifs et de tous ces mobiles qui vous permettent d’être en communication avec le monde entier et d’assister aux guerres tribales, ou chimiques, de voir les gens mourir en direct, se vider de leur sang en direct et hurler de douleur en direct.

 Il reste que ces délits, pour ne pas dire ces crimes sont parfaitement insignifiants par comparaison avec une attaque de chefs d’états au Moyen Orient, ou le fait d’organiser la famine dans les pays pauvres, soigneusement entretenus dans la pauvreté par leurs soins, pour permettre aux organisations humanitaires d’augmenter le nombre de leurs adhérents.

 Je persiste donc dans les détails.

 Professeurs, ne dites pas « ma belle » à une fille, même publique puisqu’elle fréquente l’Ecole Publique. Evitez l’antiphrase du genre « Mon amour ». Le mot, bien qu’inconnu des intéressés, trouvera toujours un avocat, qui accèdera au moyen juridique légal pour vous faire juger, et inscrire sur le fichier des « délinquants sexuels ». (Authentique).

 Ces précautions s’adressent particulièrement aux professeurs d’Education Physique et Sportive. Si une (ou « un ») élève est en difficulté sur des barres parallèles, ne cherchez pas à la (ou « le ») sauver. Ne les frôlez pas !

 Il s’agit en effet d’un viol à distance, tout aussi grave qu’une partouze de Mr DSK mais infiniment mieux punie, sauf si vous disposez d’une équipe solide de « partouzards » assermentés.

 Enfin, surveillez votre regard, entraînez-vous devant la glace, le matin !

Vous distinguerez ainsi le « regard amoureux » (peine avec sursis) le regard d’amour (prison ferme) et le « regard de haine » (émasculation chimique, les chirurgiens ne sachant dans quel endroit de la déchèterie balancer ces organes superflus et dangereux !).

 Vous serez alors inculpés d’un « viol à distance » (30 ans de prison ferme !) voire d’un viol virtuel, si vous disposez d’un vrai avocat ( 25 ans seulement !).

 Mais le mal est fait : tout professeur est un suspect, le témoin numéro1, comme on dit en 2013, d’un crime de nature sexuelle.

Et ainsi la « libération sexuelle » se retourne-t-elle contre ceux qui avaient voulu franchir cet interdit majeur, et qui persistent souvent aujourd’hui.

Car s’agit-il d’une « libération » ou d’une « prostitution », acceptée dans la vie courante, mais refusée dans le cadre de l’Inéducation Nationale ?

Comme si on avait ressenti qu’il s’agissait d’un mouvement irréversible et tragiquement opposé à notre éducation. Bien entendu, les enseignants n’en sont pas responsables. Car il  reste un seul interdit, que l’on va franchir allègrement : l’interdit de la Mort.

Et les maîtres à ne pas penser de l’Education Nationale sont prêts à refuser l’étude de Louis Ferdinand Céline parce qu’il montre où mène ce désastre, qui, à vrai dire, existe depuis les origines de l’homme : la guerre généralisée, avec la mondialisation.

La vie humaine n’est plus prise en compte. On est passé de DSK et de la Presse People au fait divers sanglant.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Sophie Paulin 31/07/2014 18:24

Une réponse au viol à distance.

Un mec qui se masturbe en pensant à une nana, peut à distance lui donner
des douleurs vaginales.
Peut être faut il parler d'autre chose que d'un simple frôlement ou regard.
Quand une victime se plaint des fois elle ne dit pas toute la verite de peur
d'etre traiter de folle.

Un jour les femmes se rassembleront pour faire savoir vous les fantasmeurs qu"a
chaque fois que vous vous masturbez et défoncez une femme elle le sait et en
souffre.