Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 08:47

Dans la Nouvelle République du mercredi 18 septembre 2012, Marius Alexandre Jacob est qualifié de « bandit anarchiste ». Voici la phrase complète : « Celui qu’on a parfois pris pour un héros était un bandit anarchiste. » Ceci a été écrit à l’occasion d’une exposition publique sur cet anarchiste qui est donc qualifié de bandit.

Cette comparaison nous paraît très intéressante du point de vue sémantique: quelle est en effet la différence entre un héros et un bandit ? Entre un général et un simple tueur qui s’est installé à son compte ? Entre un « gros bonnet » (les grands dealers portent en effet une coiffure caractéristique : le bonnet, qui est plus gros que la moyenne) de la drogue et un troisième couteau de la Mafia ? Le troisième couteau est-il moins héroïque que le deuxième ? Force nous est de répondre oui.

 Première observation : le héros a une bonne réputation. Celle du bandit est mauvaise.

Il s’ensuitqu’il faut chercher pour quelles raisons exactes. Or un raisonnement du niveau du certificat d’études primaires nous apprend que c’est avant tout une simple question de chiffre concernant les victimes. Jean Rostand a écrit cette remarque pertinente, qui fut donnée en sujet de dissertation au bac : « Si vous tuez un homme, vous êtes un criminel. Si vous en tuez mille, vous êtes un héros. Si vous les tuez tous, vous êtes un Dieu ! »

 C’est là qu’apparaît la situation paradoxale de Reuilly : l’anarchiste Marius Jacob n’a jamais tué personne ! Il ne peut donc accéder au rang de héros. Par contre les habitants mâles de la commune, ceux qui ont eu l’occasion de participer à deux guerres mondiales et à deux ou trois guerres coloniales, qui nous dit qu’ils n’ont pas été des héros, sans le savoir ? Ou, si l’on préfère, selon la définition de Rostand, des « criminels » ? En service commandé certes, ce qui constitue une importante atténuation de leurs mérites dans le domaine de l’héroïsme. Mais poussons encore plus loin le raisonnement, Ceux qui ont leur nom gravé sur le monument aux morts n’ont-ils tué personne ? Ne serait-ce que par inadvertance en montant à l’assaut d’une tranchée allemande ? Etre une victime ne suffit pas à les disculper. Car les morts finissent toujours par perdre la guerre, leur guerre à eux. ! Sont-ils pour autant des héros ? Ou des criminels ? Les condamnera-t-on au bagne, comme Marius ? Un mort ça n’aurait pas de sens, au bagne. Ca chercherait des planques pour éviter les corvées, à cause de l’arthrose qui finit toujours par atteindre les articulations du tueur à la main ou à la machine, dont la composition se réduit assez vite à des ossements.

Ceci nous amène à approfondir encore davantage la différence : c’est quoi exactement, un héros ? C’est quoi, exactement,  un bandit ?

Un esprit superficiel et sournois ferait observer que le bandit bande et même qu’il vit en bande, et même qu’il vit en bandes de bandeurs. Il ajouterait que c’est là l’étymologie du mot. Vous savez, les gens ne sont pas tous très intelligents dans l’ensemble, surtout les militaires de carrière, et j’en connais de très surfaits, qui se satisfont d’explications très simples.

 Je reviens à Marius Jacob, qui vécut la fin de son existence à Reuilly après avoir tâté du bagne et contribué grâce à Albert Londres, à son abolition. Les auteurs de l’exposition auraient dû réfléchir avant de procéder à cette exposition d’un bandit qui n’a vraisemblablement jamais tué personne. Il a volé certes, mais essentiellement les riches pour redistribuer les sommes superflues aux pauvres. Si cela suffisait pour justifier le mot « héros », on dénombrerait dans la classe politique d’aujourd’hui des bandes considérables de combattants héroïques, à qui il a fallu faire des efforts pour plonger leurs mains dans les poches des contribuables, mais vous avouerez qu’ils n’ont pas risqué le bagne. Cette situation est acceptée par tous les électeurs par exemple, disons tous les citoyens !

 Je crois avoir enfin trouvé le critère essentiel, il réside encore une fois dans l’argent. Certes le « héros » fait couler de l’argent liquide, sous forme de sang, et d’ailleurs ça s’appelle liquider, plutôt que liquéfier. Les cas les plus célèbres sont ceux de MM Bérégovoy, Robert Boulin, Fontanet, de Broglie…

 Le bandit certes ne bande plus sous terre en dépit d’un phantasme populaire concernant un célèbre ecclésiastique, et qui a donné lieu à une chanson patriotique. Il s’agit de Mr Dupanloup.  Une légende tenace veut qu’il continuerait son activité de bandit (ou si l’on préfère, de « bandeur ») sous la terre sacrée de la patrie.

 Cet homme est honorable, si toutefois des expertises devaient prouver qu’il ne s’agit pas d’une légende. Alors pourquoi l’anarchiste Marius Jacob serait-il un bandit, qui mérite tant d’honneurs, à Reuilly (36100) ?

Parce qu’il doit bien rapporter de l’argent, maintenant qu’il ne défend plus la cause anarchiste ! Pas beaucoup, il est vrai et c’est la raison pour laquelle les organisations patriotiques, comme le Souvenir Français, ne l’ont pas classé avec les héros. Il en reste une autre parmi ces raisons : Marius au cimetière de Reuilly ne dispose que d’une simple et unique sépulture. Or, la plupart des héros des guerres sont allongés dans des cimetières héroïques où leurs longues alignées de croix blanches produisent un effet esthétique indiscutable. Mais on ne peut pas demander à Marius Jacob de constituer une alignée crédible de croix sacrées, à lui tout seul.

Visitez donc l’exposition consacrée à Reuilly à ce héros-bandit unique au monde. Ce sera une excellente approche du lexique en ces temps de décrépitude de l’enseignement.

Partager cet article
Repost0

commentaires

JMD 06/12/2012 05:57

Un petit et vilain commentaire pour Rolland reçu aujourd'hui dans le JACOBLOG à propos de l'article ci-dessus :
http://www.atelierdecreationlibertaire.com/alexandre-jacob/2012/11/les-bandits-de-reuilly/#comment-2839
Je me suis permis de répondre à Monsieur Verchuren qui connait ses codes postaux.
Amitiés
JMD

Jean-Marc Delpech 26/09/2012 06:12

J'ai découvert l'article de la NRCO hier :
http://www.atelierdecreationlibertaire.com/alexandre-jacob/2012/09/alexandre-jacob-a-son-musee/
Mais c'est fou ; depuis des lustres le discours de Ben Mon Colon n'a jamais varié. La preuve en est de cette anecdote distillée régulièrement sur le changement de trottoir quand le vieux Marius,
descendant de son hameau de Bois Saint Denis pour aller au bourg, évitait consciencieusement le passage devant la gendarmerie locale. Mais admettre le particularisme jacobien serait, pour un esprit
étroit ou galonné (ce qui confine au pléonasme), remettre en cause tout un système de jugement moral et manichéen. Cela est bien sûr impensable car cela signifierait les pertinence de certaines
idées rouges et noires et la négations des valeurs d'ordre et de propriété. je ne sais si l'OIT de Reuilly s'est penchée sur de telles réflexion, mais je sais que son musée Jacob est fait
essentiellement de photocopies ! Un papier à venir dans le blog de l'honnête cambrioleur rendra compte d'une visite dans cette salle où l'homme est présenté par le prisme du "chercheur"
reuillois.
Tcho
JMD

Odette Laplaze-Estorgues 24/09/2012 08:48

Quel talent ! Aurait pu s'écrier Patrick Font, du temps où il n'avait pas encore été agoni d'ignominies après avoir dérider tant d'honnêtes gens qui n'ont jamais bien
compris qu'on les prive du troubadour quelque peu "olé olé" dans ses tournées. Rolland Hénault dont l'humour égale la maîtrise du verbe cartésien nous donne ici un article jubilatoire de cette
veine, hélas en mal d'épuisement dans tous nos médias, tristement moutonniers. Dommage, et merci pour l'endurance, cher R H. OLE