Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 09:01

 

La corrida du pape et autres histoires de cons

 

Voilà donc que, d’après les dernières statistiques, la population mondiale atteindrait sept milliards d’individus ! Je ne sais pas trop comment on a fait pour les compter, il y en toujours qui se cachent plus ou moins, surtout dans la forêt vierge, derrière des troncs d’arbres, ou d’autres qui restent enfermés dans les toilettes des trains pour échapper au contrôleur, et d’autres encore qui disparaissent dans la nature, volontairement, pour être à l’abri de la vidéo surveillance. Certains se planquent dans les cimetières, la nuit, au Père-Lachaise, d’autres refusent de laisser entrer le préposé au recensement, sans compter les gros blagueurs qui profitent des guerres pour crever sur place et alors ils faussent les statistiques. Tenez en ce moment même au Moyen Orient, et depuis que j’ai commencé la rédaction de cet article, il y en a des centaines qui ont dégagé le terrain.

Heureusement, d’autres en ont profité pour naître, et ils les remplacent, mais ils vont se ramasser des maladies nosocomiales dans les maternités et retour à l’envoyeur. Non, c’est pas facile de compter sérieusement tous ces types qui grouillent sur la planète.

Et encore, certains sont à la limite de l’humanité, par exemple, rien que parmi le gouvernement français combien sont réellement des hommes ? Et combien des bestiaux ? Souvent dangereux d’ailleurs, et protégés par des policiers tellement déguisés qu’on peut difficilement les qualifier d’hommes. Doit-on compter pour un homme un CRS en action contre les pauvres ? Un banquier qui affame des millions de personnes dans les favelas ? Un trou du cul qui se fait manger la bite exprès pour se faire plaindre ? Un simple sénateur ou un député qui gagne 10 000 euros mensuels, pendant qu’il prive de revenus des millions de personnes ?

Sont-ils encore des hommes ? Et je ne parle pas des milliards de cons, comptabilisés avec les gens normaux ! Ni des milliards d’affreux, tellement moches qu’on les montre à la télévision pour amuser les gogos.

Et tous ces animaux déguisés en lamas, par exemple, et le sous chef de Dieu, le nommé Benêt XVI, qui s’exhibe dans les arènes espagnoles et tous ceux qui vont le voir parce qu’ils croient qu’il s’agit d’une immense corrida et d’ailleurs ils n’ont pas tort.

Vous connaissez tous la chansonnette :

« Toréador

Ton cul n’est pas en or »…

Eh bien si le toréador Benêt XVI dispose d’un cul en or, vérifié par les deux spécialistes de ce métal, les nommés Sarkozy et Bigard, qui sont allés lui tâter les couilles sur place et qui sont formels : ce type là est tout en or, des pieds à la tête. Il a des couilles en or, au sens exact du mot, il est entretenu par lo Puce Déi (c’est de l’occitan), des insectes sournois qui se cachent dans les replis des vêtements papaux !

Mais je reviens à la corrida parce que vous en avez sûrement jamais vu, des vrais corridas de pape. Alors voilà comment ça se passe, attention c’est de la sociologie religieuse, ça peut vous permettre d’avoir une bonne place au paradis! Parce que vous l’ignoriez ? Mais il y a au Paradis, des places où on est debout tout le temps, toute l’éternité et au début ça amuse certains excités mais dès la centième année, on ressent une certaine fatigue, à force de gesticuler avec des crucifix, sans compter qu’on est gardés par des anges dépourvus de sexes, et pas même un transsexuel ! Pas même une bête, par exemple une mouche, c’est pas admis au Paradis, les théologiens chercheraient à les enculer, avec ou sans leur consentement, comme disait Boris Vian.

Donc la corrida du pape, puisque vous êtes trop radins pour vous payer le voyage, vous préférez jouer au loto, à saute mouton à la campagne, à la motte velue dans les régions forestières, à Sucelui-le-Grovy (c’est en Beauce, j’en parle dans un livre qui va sortir bientôt et qui s’intitule « La réforme de l’Enseignement » j’attends la Rentrée des Classes. En ce moment vous achetez « Le Fond de l’Air est bleu », demandez-le à votre libraire, ou achetez-le chez Allan Sutton, c’est un éditeur établi à Saint Cyr sur Loire, merde cherchez dans Google, il faut tout vous dire, vous avez tous les renseignements pour le commander ! Vous m’avez fait perdre du temps, comment je vais faire pour vous narrer la belle corrida du pape ? Et l’histoire de Depardieu qui urine dans les couloirs des avions, en prétextant qu’il a « envie de pisser » et que les chiottes sont en panne ?

Bon, la corrida du pape. Il faut le mettre à quatre pattes, alors c’est lui le taureau, ou, mieux encore, le laisser debout c’est lui le toréador, le taureau alors c’est le diable. A côté, le pape est tout revêtu d’or et il joue à lancer des banderilles avec ses CRS à lui, il appelle ça des aficionados, ah c’est compliqué la religion ! De temps en temps pour lui faire une bonne blague, les aficionados, ils plantent deux trois banderilles dans le cul du pape en criant « ollé ! ».

Alors le Saint Esprit envoie ses feux divins sur la peau du cul du pape, le pape saigne et dit à la foule : « buvez, car ceci est mon sang ! » Il se souvient qu’il a été dans les Jeunesses Hitlériennes, rien de tel qu’une bonne banderille pour retrouver la mémoire !

Je sens que pour Depardieu, j’aurai pas le temps, bon eh bien il pisse dans l’avion, imaginez la scène vous-même.

Vous voyez, avec tout ce cirque, qu’on soit maintenant plus de sept milliards sur terre, c’est pas étonnant, si on passait pas son temps à dire des conneries, on pourrait peut-être modérer la démographie, comme ça il n’y aurait plus de crève la faim. Mais ceci est une autre histoire on est encore en vacances, enfin vous, parce que moi, j’ai toujours été en vacances, c’est parce que je suis un optimiste, lisez « le Fond de l’Air est bleu » vous verrez, on pleure de rire. On pleure surtout, à vrai dire.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires