Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 09:39

A mon avis, si les Bleus ont été aussi rapidement éliminés du Mondial, c’est à cause d’une grave négligence sémantique. Chacun sait qu’un « bleu », c’est un nouveau, et ce sens apparaît d’abord dans l’armée française, vers le milieu du 19ème siècle, parce que les jeunes recrues arrivaient souvent à la caserne, revêtues d’une blouse bleue.

Je sais, cette origine est un peu décevante. Heureusement, il y a le « bleu-bite » ! Le mot signifie exactement la même chose que le bleu sans sa bite. La bite, d’ailleurs, c’est le « bitau », qui désigne un apprenti, dans la région de Genève. Mais, nous dit Alain Rey, le mot « bleu-bite » est, aujourd’hui, « senti comme un composé de bite. » Eh ! bien sentez !

De toute façon, il n’est pas habile de désigner des champions du monde par un mot qui qualifie des apprentis. (car les Français, même battus régulièrement par les équipes des plus minuscules pays, demeurent, éternellement, LES « champions du monde »)

Vous avez noté, tout comme moi, que cette couleur bleue a recouvert également les radios locales, qu’elle s’insinue dans la Poste, visant ainsi à faire croire que nous sommes les meilleurs partout, et que nos gouvernants sont évidemment des sortes de champions du monde. C’est que le bleu était censé apporter du « rêve », et le rêve est préférable, du point de vue des milliardaires qui nous dirigent, à la réalité. Or, c’est un peu raté. Les escrocs, les gangsters (le mot est employé, je l’ai signalé, par Jean Ziegler, rapporteur d’une honorable commission de l’ONU) les cannibales qui sont au pouvoir en France comme dans tous les pays riches, me font personnellement cauchemarder, et non pas rêver. On finit par se demander comment le peuple français peut continuer à se laisser conduire par ces bestiaux, alors que c’est lui, le peuple, qui devrait les maintenir dans leurs pacages.

 

copie.jpgMais restons au milieu des bleus. A la radio, par exemple, vous venez d’apprendre que Jean-Luc Hees et Philippe Val ont viré Didier Porte et Stéphane Guillon ! Pour avoir employé le mot « enculer ». Pourtant, il me semble que ce Val était autrefois associé à Patrick Font et qu’une couverture d’un vinyle, dessinée par Cabu, montrait ce même Val, en train d’enculer François Léotard, alors ministre de la culture.

Val, que Bernard Langlois, de Politis, appelle « Spinoval », car il semble n’avoir lu qu’un seul auteur, Spinoza. J’ai le précieux vinyle devant moi, et je peux lire le titre de l’album : « Ca va chier ! » Même qu’à l’époque, en 1989, cet enculeur de Val chantait, entre deux coups de bite, « Le foot me broute ». Il ajoutait :

« J’en ai plein les roustons

De cet opium des cons ».

 

Et ça continue : 

« Quand la planète

Vit à l’heure du Mundial

Maman je voudrais être

Dans le vide sidéral »

 

Non, je n’invente rien, et j’approuve complètement ce Val 89, surtout quand il dit :

O maman dis-moi

Ce que je fais ici-bas

Pourquoi m’as-tu fait naître

Sur cette foutue planète »


On peut se demander effectivement ce que ce Val fout là ! Ne serait-on pas autorisé à pratiquer en sa faveur, puisqu’il le demande lui-même, l’avortement après la naissance ?

Et pendant qu’on est parti dans les œuvres sociales, qu’attend-on pour éliminer tous ces tueurs en séries, les Bolloré, les Microsoft, les Nestlé, les Monsanto ? Car vous avez observé aussi que la télé adore les émissions sur les tueurs en série, mais elle ne nous montre que des amateurs minables qui n’ont même pas dégommé une dizaine de leurs contemporains ! Et, en ce jour de grève, ça me fait prendre conscience des programmes de télé. On y voit surtout des « énigmes », avec des bons flics, des bons juges, et des mauvais citoyens.

N’est-ce pas un moyen de nous faire comprendre que nous sommes, nous, les escrocs avec nos prétentions à la retraite, au travail, au salaire, aux lois sociales ? Nous sommes les « accusés qu’on fait entrer. »

Alors l’important, c’est qu’il y ait des forces de police partout, que nous soyons submergés dans un univers criminel où nous sommes les coupables ?

Eh bien, finalement, il aura servi à quelque chose, cet enculeur de Philippe Val, et sans le vouloir. Pourtant ce n’est pas un bleu-bite, il est âgé de 58 ans.

Par contre, on peut supposer qu’à force d’enculer et de se faire enculer, il doit avoir tout l’appareil génito-urinaire et anal entièrement bleu.

Il vous reste à compter le nombre d’enculés dans ce texte. Si vous préférez, l’occurrence du mot, mais attention à l’orthographe, c’est une question de bac. L’enculé de Chatel, qui fait l’éloge des fautes d’orthographe, accepterait-il « l’au-cul-rance » ? Oui, je pense, au nom de l’enculture.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Odette Laplaze-Estorgues 26/06/2010 17:30


Tant pis, même si c'est dur-dur d'être aussi crûment rigolo que l'ami Rolland Henault., j'ajoute mon grain de sel (pas garanti de Guérande). Je me rappelle aussi du Val qui faisait la paire avec le
regretté Font qu'il a salement lâché lors d'une certaine affaire... Patrick Font a payé mais quand Val va-t-il payer sa traitrise ? Pour lui, l'enculeur de première, je crois que le pal (bien
enfoncé où se doit) lui ferait recouvrer la mémoire.
Mais assez parlé de ce salaud et merci, Rolland, de m'avoir incitée à commenter à mon tour. OLE