Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 09:03

tupolev.jpgEn effet, des dizaines de citoyens viennent se s’écraser en avion et ce ne sont pas des citoyens ordinaires, mais des chefs d’états, des ministres, des sous-secrétaires d’états, des gardes du corps, des maîtresses des gardes du corps, qui n’ont pas su garder le corps de ces importants personnages. Ah ! les salopes ! On leur fait faire un petit baptême de l’air gratos, on leur dit :

-Sœur Salope, tu vas pas payer le voyage, c’est un entraînement pour la montée au paradis. Mais tu vas veiller le corps du garde du corps du président.

Certains ajoutent :

-Tais-toi et suce, tu es catholique et les catholiques ne donnent pas la parole aux femmes !

Je me répète ? Je redonde ? Oui, l’heure est grave. Historique.

Je fais évidemment allusion à cet atterrissage un peu manqué des plus hauts dignitaires de l’Etat Poldève, cher au cœur d’Alfred Jarry.

Et je m’indigne, devant l’absence de tout principe de précaution ! Ah ils ont la tête dure, les Polonais ! Ils n’écoutent rien. J’en ai connu beaucoup, à la ferme, quand ils venaient biner les betteraves. Mon père leur disait gentiment :

-Fais gaffe, ami Polack, déjà que tu m’as envoyé me bagarrer contre les Boches, eh bien maintenant, tu bines les betteraves à l’envers ! Tu pioches la betterave et tu conserves l’ivraie !

Evidemment, le gars comprenait pas, parce qu’il était trop catholique. Il avait trop lu le catéchisme, et il confondait l’ivraie avec l’ivresse ! Voilà à quoi mène l’excès de religion !

Mais je reviens à cette histoire d’atterrissage un peu trop rapide, avec les conséquences qu’il a eues. En principe, quand un avion se crashe, à l’intérieur, il y a des gens ordinaires. Rarement des maîtres du monde ! Alors il faut se poser des questions, parce que, si ça continue, ils vont tous y passer les maîtres du monde, et on sera là, en bas, tout désemparés. On les enterrera quand même, mais à contre cœur ! Sans enthousiasme, je dirais même, sans foi ! Sans espérance, sans charité, sans rien. J’en connais même qui m’ont dit, en confidence, ne le répétez pas : moi, j’irai leur z y pisser sur leur tombe !

J’ai essayé de les calmer :

-Contentez-vous de cracher, amis alcooliques ! Comme Boris…sinon, ce sera de l’exhibitionnisme ! c’est dix ans fermes au placard !

Mais ils sont incurables, les vrais alcooliques chrétiens. Ils veulent pisser sur la tombe de Sarkozy. Ils disent que c’est un polack et que c’est tout ce qu’il mérite. Je les raisonne, pourtant :

-Si c’était un vrai Polonais, il aurait biné les betteraves chez mon père, comme les autres, et il aurait été bourré au bout du rang, comme les autres…je l’aurais su ! A la campagne, tout se sait ! A cause des commères derrière leurs rideaux, y compris si c’est pas des rideaux de fer…

Or ce vieux camarade communiste repenti venait de donner un premier indice capital !

En effet, la toute première erreur de ce président polonais, ça a été de monter dans un « Tupolev », de fabrication soviétique, autant dire marxiste léniniste. On ne s’instruit plus dans nos écoles, sinon, on saurait que Marx est responsable de la qualité du parc aéronautique des ex-pays de l’Est. Marx et Engels avaient travaillé en usine et ils avaient saboté les avions russes, à titre préventif, en pensant que la dictature du prolétariat viendrait plus tard. On ne peut pas leur reprocher, puisque le petit père des peuples n’était pas encore au pouvoir. Il était tout petit petit, Joseph, d’ailleurs on l’avait surnommé « Stalinou ». Joli, non ?

En plus d’être carrément communiste, le « Tupolev » il datait de 1972. Mais les Polonais, quand ça a bu, on peut plus les tenir ! Rien à faire ! Aucune moralité, aucun raisonnement. Ils essaient, assez communément, de travestir leur nom en ajoutant un « ski » à la fin. C’est infantile. Ils s’imaginent que lorsqu’on les voit tituber c’est qu’ils sont aux Jeux Olympiques d’Hiver. Ils confondent la Glace de la Vodka avec la Glisse sur la Vistule. Ensuite, au moment des obsèques, la presse télévisée nous dit qu’ils « se massent » derrière le cortège !

Franchement, est-ce que c’est bien le moment de se faire masser en public ? Surtout que c’est des gonzesses, les femmes chargées des gardes du corps, qui procèdent à l’opération.

En présence de Lèche Valesa, qui porte un nom indécent, lui aussi. Il ne pourrait pas se retenir un peu, à 98 ans ? Excusez-moi, mais je n’ai pas tout à fait terminé. Voilà qu’en plus, Marx a écrit « La question juive ». Encore un antisémite, comme Siné, Didier Porte et Georges Frêche ! C’est pas étonnant que Dieu, le vrai, celui de l’Ancien Testament, les ait obligés à picoler avec excès, avec les tristes conséquences que l’on sait !

Ah ! c’est bien triste, oui, tout ça ! Quand c’est une vieille Caravelle qui s’aplatit dans la brousse, bon, c’est triste aussi, mais on oublie vite.

Ce qui m’inquiète, dans ce fait divers, c’est le problème de la pauvreté, matérielle, intellectuelle et morale. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les pilotes de ligne sont assez souvent complètement bourrés. Amusez vous à compter les catastrophes aériennes depuis le Concorde. C’est ahurissant ! Et voilà qu’aujourd’hui, j’apprends qu’un héros de la « Patrouille de France » vient de larguer son Mirage F1, à Gidy, au Nord d’Orléans.

Gidy, c’est pour ainsi dire mes racines beauceronnes. Je me demande si c’était pas à moi qu’il en voulait. Le pilote, lui, il s’en fout, il a actionné son siège éjectable. Mais moi, en dessous, j’aurais pu y être !

Et j’apprends que notre ami Maurice Montet vient d’obtenir son brevet de pilote ! Mon dieu Seigneur, Maurice (qu’on surnomme MAM (MA urice M ontet) fais pas le con, lâche le manche ! Ou alors viens chez nous à Déols, on a la maintenance des aéroplanes chinois. Ceux-là, tu pourras même pas les faire décoller, tellement le bar de l’aéroport est long !...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Odette Laplaze-Estorgues 17/04/2010 09:46


Au seul titre de l'article, j'ai su qui en était l'auteur. Etrange, non ? Non, car il me semble que je finis par assez bien connaître ce cher R. Hénault. A moitié polake, j'aurais pu m'indigner de
la réputation faite aux polonais, ce qui n'est pas nouveau, par chance, j'ai été faite "athée, ô grâce à dieu" et goûtant ce genre d'humour. Je vais donc transmettre l'article à mes potes et
potesses qui s'enrégaleront. OLE