Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 10:11

- Regarde un peu, non mais regarde!... c'est Margarina!...

- Margarina?...  c'est pas un prénom courant...

- Elle a joué dans la version pauvre du "Dernier Tango à Paris"... ils avaient pas les mêmes budgets... alors le beurre...

- Tu vois, Arnesse, je suis rural de naissance, mais les infinies possibilités de l'imagination campagnarde m'étonneront toujours...

- Vise un peu Margaretta, me dit Arnesse en me poussant du coude... Il tient plus, Arnesse... il frémit des naseaux, il bave, les yeux s'exorbitent, les oreilles se redressent, c'est impressionnant... et pourtant il est servi, à l'Eternel Repos...

- Qu'est-ce que t'as, vieux ?... une crise d'épilepsie ?... une attaque de Parkinson?...

- T'inquiète pas, c'est l'ecstasi... ils en fabriquent une variété locale, vachement craignos, avec de l'extrait de rutabaga... t'ajoutes du concentré de chou-rave avec deux doigts d'ail sauvage, du vrai, celui d'Enfoncémoissat...

- Et c'est autorisé ?...

- Les flics ferment les yeux... surtout à cette heure-là... les yeux, ils commencent à les fermer vers dix heures du mat' après le 12ème Ricard...

On ricane, un peu bêtement je dois dire, de ces pauvres malheureux fonctionnaires, qui sont l'objet des moqueries permanentes de l'humanité normale.

- Vaut mieux rire que de les tuer... ça coûte moins cher...

Voilà au moins une réflexion pleine de bon sens. Effectivement, descendre un flic, c'est bien joli, mais on en fait quoi, après ? On le garde au frigo... Arnesse reprend :

- Et puis ici t'as le gratin du département, le Tout Guéret...

- C'est-à-dire ?...

- Le procureur, le commandant de Gendarmerie, l'archiprêtre, le préfet, les trois commerçants de la rue Grande. Sans compter le médecin, qui vient là à titre gracieux, vu qu'il pratique pas avec ces dames...

- Encore un gay?... comment on fait pour être gay dans une ville aussi triste?...

- C'est pas un gay gai, c'est un gay sinistre... une gueule d'un sombre... plusieurs clients lui font actuellement un procès. Ils l'accusent de les avoir rendu dépressifs uniquement en se promenant dans la rue le dimanche... mais observe-moi ces meufs, ces gonzesses, ces nanas, ces amazones...

- Il faut reconnaître, c'est quelque chose... j'ai bourlingué pourtant, Poitiers, Barbezieux (16), Romorantin (41), Corbilly (58), Artenay (45), Loudun (37), et même Carpentras (84), Annonay (42)... et je cite que des exemples !... j'avais jamais rien vu de comparable... la Creuse, c'est le top... elles sont élevées où, ces créatures miraculeuses ? Elles descendent du ciel, de l'Enfer ?... du Purgatoire ? du Jardin d'Allah ?...

- Elles viennent de la Creuse, mon Vieux !... des purs produits locaux !...

- C'est pas vrai !

- C'est la vérité toute nue, aussi nue que les six gonzesses que tu vois en ce moment derrière le bar... Il y a un truc évidemment...

-... fis-je, étonné...

- Une école spécialisée...

-...non?...

- Si!

- On pourrait pas rallonger les répliques du dialogue?...

- Pas de problème. Alors voilà. Tu connais les difficultés de circulation dans cette belle région si écologique, si verte, si bien pourvue en ruisselets, en oiselets, en agnelets, en porcelets... en doux vallons idylliques, en chemins creux bucoliques ?... eh bien ! c'est des obstacles, toutes ces belles choses de la nature, des obstacles à l'instruction, que l'on dispense généralement en des lieux plus proches des grandes agglomérations, plus faciles d'accès, là où la population est plus dense, bref et pour simplifier, dans les villes !... alors ici, le Conseil Général a eu une idée, extrêmement riche, et qui fait fureur désormais: il a délocalisé. Mais il a pas délocalisé l'ENA, ni Polytechnique, ni la Rue d'Ulm, ce genre d'établissement, tout le monde s'en fout. Il a délocalisé les Etablissements Sexuels du monde entier, tout près d'ici, à Genouillac et à Guéret, et, résultat, il existe ici les spécialités les plus raffinées du monde !

- Alors là!... tu m'instruis, Arnesse ! Les Etablissements Sexuels...

- Oui, ils existaient déjà, sous forme d'entreprises privées, parfois... mais ici, au Centre de Sexologie de Guéret, les professeurs les plus prestigieux sont venus apporter leur savoir faire... je te les cite pas tous... Zorbec le Gras, le grand spécialiste des quartiers chauds d'Athènes, Prosper Yop La Boum, le petit fils du grand Prosper Yop La Boum, de Ménilmontant, Pyne-Okyo, un spécialiste oriental, qui reste toujours raide comme un piquet, Liou-Chat-ou-Chie, réputé pour ses connaissances en perversion anale, Albertino de la Guêpière, le Corse aux deux visages, le Professeur Impro-K'cénet', gestionnaire sexuel mondialement connu, Rosita Langue de Velours, une vieille esthète andalouse, Macaroni de la Plata, qui en a une longue et plate, Conassona Velouta, la Grande Couillardue du Charolais etc...

- Très intéressant... mais l'énumération est suffisante, je crois, pour donner au lecteur, un aperçu du sérieux de la Maison...

Alors nous nous dirigeons vers une table, je devrais dire une stalle, voire un minuscule boudoir, extrêmement moêlleux, élastique, onctueux. On nous apporte la carte :

 - Brouette du Plateau de Millevaches...

- Ca consiste en quoi?...

- Spécialité locale! Je devrais rien te dire avant... mais t'es un ami?

- Je suis un ami...

- La fille fait la brouette comme ailleurs, mais ça se passe sur le plateau de Millevaches... Si tu veux la brouette chargée, t'as le choix entre les trois betteraves sur le dos de la fille ou la gerbe de sainfoin... c'est assez physique, comme exercice... très agricole en même temps...

- Et la poëlée de la Souterraine?...

- La fille est assise dans une poële... ça peut se déguster sur place...

- Et la fricassée de la Basse Marche ?...

- Ca se passe dans un chaudron...

Je parcours la longue liste des infinies spécialités creusoises...

- L'embouteilleuse à cidre d'Ambazac.

- C'est pour les maniaques du rustique.

- La pompe à Poulidor...

- C'est un truc très osé... c'est pour ceux qui se dégonflent pas. Ecoute, lis la carte tout seul, c'est fastidieux, ce dialogue...

J'obtempère.

Je fais les questions et les réponses. Après tout, c'est moi qui l'écris, le bouquin, déjà bien gentil que je lui laisse la parole, à Arnesse...

Le panneau de basket du FC Limoges (pour les membrus)

Le contre-la-montre de Vassivière (pour les clients pressés)

Promenade guidée sur le Mont de Vénus et d'Ambazac, avec son poil (altitude 731 m)

La fente veloutée de Saint Junien (en cuir de vachette)

La mine sans fond d'Ahun-sur-Creuse (pour amateur d'absolu)

Betterave mécanique (sado-maso)

Le topinambour enchanté (pour les très jeunes)

Les explications ne sont pas très précises, mais apparemment on peut faire confiance au personnel. Pour ma part, je me contenterai d'une demi-bouteille de Champagne. Pas pour l'embouteillage, pour boire. Arnesse ne résiste pas. Il adore le "Triple saut dans le toupi avec le bouéradour dans le cul".

 Je le savais, que ça finirait comme ça. Il est grand temps d'arrêter là, avant que ça dégénère.

Justement Arnesse revient en se réajustant, deux filles nous raccompagnent fort élégamment:

- Aufwiedersehen... à la revoyure... good morning... te saluta… bambalabamba... kawazaki...

- C'est vrai qu'en plus elles causent bien l'étranger, tes langoustines... mais on va remonter dans la XM et rejoindre l'Eternel Repos. Demain, on va être en forme pour l'enquête, je sens qu'il va se passer des choses...

- Il y a intérêt, on est déjà à la page 53...

Partager cet article

Repost0

commentaires