Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 08:12

 

La pratique de l’avortement se libéralise un peu partout dans le monde et il faut encourager cette tendance. Mais ce n’est pas suffisant, il faut revoir complètement la loi, l’assouplir, si vous préférez un autre langage.

En effet, quand on aura autorisé l’avortement du fœtus de huit mois, nul doute que des tricheurs procèderont à des naissances prématurées. Il reste bien sûr l’avortement à neuf mois, mais je vois d’ici les arguments des intégristes : à neuf mois, même si le fœtus n’est pas fini, l’ex embryon est déjà un être humain vivant !

Or, c’est justement ce que je lui reproche. Il n’est « pas fini » et il n’a pas fini de nous faire chier. Je parle évidemment des embryons et des fœtus des maîtres du monde. Des fœtus des maîtres de l’Economie, de la Haute Finance, de la Politique internationale, ceux de la Trilatérale par exemple. Il faut, évidemment les empêcher de naître complètement, les arrêter avant qu’ils n’exploitent le peuple, de manière aussi honteuse, avant qu’ils ne convainquent les esprits faibles de se rendre aux urnes, pour justifier leurs crimes infâmes. Il faut les empêcher de nuire, tous ces gangsters internationaux, ces bandits planétaires, ces tueurs aux très longs couteaux !

Et pour cela, je l’ai dit mais je le répète, il faut assouplir la loi ! Rien de mieux qu’une loi souple. Le vieux dicton des latins « dur alex, sed lex » est complètement dépassé ! Je traduis d’ailleurs pour tous ceux qui ne rencontrent pas suffisamment souvent des latins qui parlent encore correctement leur langue : « la loi est dure, mais c’est la loi ».

Non, la loi est trop dure et c’est la raison pour laquelle je propose ces amendements. En effet, les « maîtres du monde » qui ont échappé à la loi sur l’avortement, sont là, parmi nous, même si on ne peut pas les voir de près. Ils nous narguent, ils nous humilient, ils nous empêchent de vivre ! Et c’est un scandale.

CC 38971Or, une bonne loi peut arranger tout ça. Il s’agit d’une sorte de changement dans la continuité : il faut enfin autoriser, pour les catégories de monstres cités plus haut, l’avortement après la naissance ! C’est une vraie révolution ! Et il ne s’agit pas de viser les gens « d’en bas », mais bien les futurs gens d’en haut ! Par exemple, les petits sarkozis (je prends ce mot comme un terme générique) qui grouillent un peu partout, il n’est pas trop tard pour les avorter. Et même les plus grands ! Même les vieux ! Un vieux salaud est un ancien fœtus, toujours, et la loi doit s’appliquer à lui ! Pas de dispenses du genre « je faisais rien de mal, je poursuivais mes études à Dubaï ». Non, ça ne prend plus. Car ceux qui font leurs études à Gaza, par exemple, subissent l’avortement après la naissance ! Et là il faut agir pour que ça cesse. Ceux là en effet ne sont pas dangereux !

Mais avorter un G8, un G20, ça c’est facile et salutaire, c’est même urgent ! Et, au fond, il n’y a guère que quelques dizaines de milliers de (mauvais) sujets qui seront visés par cette nouvelle loi. C’est dérisoire par rapport au chiffre des victimes des guerres actuelles, comme les 700 000 avortés en Irak ! Et les 50 millions de victimes d’un avortement post-natal de la Seconde guerre mondiale. Ne nous décourageons pas devant l’ampleur de la tâche ! L’avortement après la naissance est la seule solution pour arrêter « la misère du monde ». Voyez, je cite Bourdieu lui-même.

Le seul problème qui demeure, c’est la méthode. Comment faire face à ces centaines de milliers d’anciens fœtus crapuleux, qui relèvent de la nouvelle loi, et qui vont, en plus, se défendre. Ces « vieux fœtus » sont armés, et pas des meilleures intentions. Ils disposent de technologies de pointe. Eh bien, prenons-les sur leur terrain. Lâchons ces minables bistouris, ces antiques scalpels, ces produits chimiques de gagne petit ! L’avortement après la naissance exige des moyens à la hauteur de cette noble tâche !

On pourra, mais ce sont de simples suggestions, pratiquer l’avortement au phosphore, au missile, au bombardement classique. Affamer l’ancien fœtus est une pratique élégante, inspirée de l’embargo, médecine douce, qui consiste à bien protéger les G8, les G20 etc…par des vides sanitaires et empêcher l’alimentation de tous ces ex-embryons qui ont proliféré, à cause de notre négligence.

Au fond, il suffit de voter la loi et l’application en sera toute simple. Mais ne nous attardons pas dans les pétitions et autres méthodes bureaucratiques. Que chacun se mette au travail et pratique au moins un avortement après la naissance ! Un par jour ! Ce n’est pas grand-chose, et la question sera définitivement réglée.

Partager cet article

Repost0

commentaires