Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 10:40

Le cas de l’Italie, principale porte d’entrée des clandestins avec la Grèce, est particulièrement intéressant à cet égard.

S’y est mis en place un système très lucratif dont les premiers bénéficiaires sont les coopératives sociales, un type de sociétés mutualistes (prétendument) sans but lucratif, qui dispensent des services socio-sanitaires ou éducatifs et bénéficient, à ce titre, d’un consistant allègement fiscal. Jusque-là, rien d’étrange, si ce n’est qu’elles ne sont en aucun cas obligées de publier leurs comptes, et que les contrôles auxquels elles devraient être soumises ont été annulés par décret ministériel en 2015 (en plein scandale Mafia capitale). Un univers important qui génère 151 milliards d’euros par an.

Dans ces circonstances, s’en mettre plein les poches est un jeu d’enfant.

Pour le sujet qui nous intéresse, elles reçoivent des préfectures 35 euros par jour et par demandeur d’asile pour l’hébergement, les repas et l’argent de poche de ces derniers. Un séjour tous frais payés – par vous et moi – qui peut durer jusqu’à trois ans.

La magouille – légale, rappelons-le –, c’est donc de loger et nourrir chaque migrant à moins de 35 euros par jour, le bénéfice créé finissant directement dans la poche des membres de l’association. Dix clandestins dans une chambre d’hôtel à 70 euros, ou quelque structure publique encore moins chère, le tour est joué. Une petite astuce qui peut rapporter jusqu’à 5.000 euros quotidiennement !

Un nombre considérable de coopératives, sous couvert de bons sentiments humanitaires, ont ainsi triplé, quintuplé, multiplié par 50, par 100, par 126 leur chiffre d’affaires depuis le début de ladite crise.

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 10:31

Deux policiers affectés 24 heures sur 24 devant l’appartement de l’ex-femme de Manuel Valls à Évry. Trois autres avec le rabbin de Ris-Orangis, Michel Serfaty, dès qu’il quitte son domicile. Deux de plus qui accompagnent le recteur de la mosquée de Courcouronnes, Khalil Merroun. Sans compter les nombreux équipages nécessaires à la protection du Premier ministre lors de ses récurrentes visites dans le département. Les policiers de l’Essonne sont chargés de protéger de nombreuses personnalités. Mais face au manque de moyens et d’effectifs, ils sont de plus en plus nombreux à considérer cette mission comme « une tâche indue ».

Une situation qui a atteint son paroxysme ce lundi matin, vers 6 heures. Pour « surveiller la résidence de la famille du Premier ministre » à la demande du centre de commandement d’Évry, le commissariat de Brunoy a été contraint d’envoyer un équipage sur place… Et s’est retrouvé sans policier disponible sur sa propre circonscription. Car comme le précise une note de service confidentielle, c’était «l’unique patrouille disponible» pour intervenir durant toute la matinée sur ce secteur de 55 000 habitants comprenant les villes de Boussy-Saint-Antoine, Brunoy, Epinay-sous-Sénart, Quincy-sous-Sénart et Varennes-Jarcy.

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 10:20

Le décret est passé pratiquement inaperçu, mais il n'a pas échappé à NextINpact ainsi qu'à quelques personnalités : le weekend du 30 octobre, le gouvernement a adopté en toute discrétion un décret publié au Journal officiel, qui permettra de ficher en toute impunité les données de 60 millions de français au sein d'un immense fichier informatique. 

Selon NextINpact, il s'agirait officiellement de regrouper les informations biométriques des Français disposant d'une carte d'identité ou d'un passeport dans un même fichier national afin de centraliser les données et de remplacer les deux fichiers actuellement dédiés aux informations contenues sur les passeports et les cartes d'identité.

Appelés TES (titres électroniques sécurisés), ces fichiers détiendront ainsi non seulement des informations classiques sur les personnes répertoriées (nom, adresse, email, téléphone...) mais aussi les empreintes digitales, photos, empreintes numérisées du visage, couleur des yeux, ou encore la filiation des parents de la quasi-totalité des Français.

Problème : pour la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), chargée de veiller au respect de la vie privée, ces évolutions sont dangereuses car trop intrusives. 

En effet, les informations contenues dans le TES, qui seront conservées pendant 15 ans pour les passeport et 20 ans pour les cartes d'identité, pourront être consultées par les agents chargés de réaliser les papiers d'identité, mais pourront aussi faire l'objet de réquisitions judiciaires et être ainsi consultées par la police, les gendarmes, les services de renseignement et Interpol, permettant un véritable fichage de la population. 

La CNIL s'inquiète par ailleurs du fait qu'une centralisation de données aussi sensibles ne devienne la proie du piratage ou d'un détournement, qui serait grandement facilité par la concentration des données en un seul lieu .

Un décret mal vu 

La CNIL n'est pas la seule à s'inquiéter de ce décret. Sur Twitter, les internautes redoutent que ce super fichier ne porte atteinte à leur vie privée.

Le sénateur socialiste Gaëtan Gorce et la sénatrice Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Esther Benbassa se joignent au concert des opposants au décret, redoutant que cet outil soit mis au service de la surveillance et de la répression.

Certains internautes ne manquent pas non plus de relever que ce décret rappelle la loi proposée par la droite en 2011, contre laquelle l'opposition d'alors s'était dressée comme un seul homme. Jean-Marc Ayrault – alors qu'il est aujourd'hui signataire du décret – s'était notamment farouchement opposé au projet de la droite saisissant le Conseil constitutionnel pour le faire censurer rappelle NextINpact.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 10:52

Je me souviens de l’année 1956, on avait battu des records de froid et des records de températures en météo de l’Emploi : « Tendance aux réunions communistes ». On avait élu dans l’Indre, trois députés communistes.

Je me souviens de Février 1956.

Je me souviens que la météo nous disait que Mis et Thiennot étaient déjà innocents.

Je me souviens des champs d’épandage de la route de Saint-Ambroix à Issoudun. Je me souviens des odeurs de merde que ça dégageait.

Je me souviens de Christian Tessier, grâce à qui j’ai été initié à la grande littérature. C’est-à-dire au mouvement surréaliste, à Jean Paul Sartre, à Albert Camus.

Je me souviens du nom de baptême de la chansonnette : « Le Paris, Le Berry, La Salle Saint Aliette »

Je me souviens du nom du facteur des Postes, il s’appelait P’tit Jules.

Je souviens de la famille Tessier, qui était un Centre Culturel à elle seule mais il faut le répéter, sinon comment s’en souvenir ?

Je me souviens que la fusillade de la place du Marché le 10 juin 1944, coïncidait avec la date des massacres d’Oradour sur Glane.

Je me souviens de « Au pays du Berry quand une fillette… ». On l’avait transformée avec cette chanson « Le Pays du Berry la salle Sainte Aliette… »

Je me souviens de « oui-da » que George Sand employait à toutes les sauces, mais je me souviens qu’on exagérait à propos de l’usage fait par George Sand…

Je me souviens que les voyages de fin d’année nous conduisaient toujours à Nohant et aux Pierres Jaumâtres…

Je me souviens que lorsqu’on prenait une autre direction, les « Chausson Pulman » nous conduisaient presque toujours à Vézelay ou au lac des Settons…

Je me souviens qu’on prononçait « Tétons ». Et à l’époque on trouvait que c’était une bonne plaisanterie.

Je me souviens de Mr Catherinot, qui nous conduisait en ces lieux « paradisiaques ».

Je me souviens du relief de côtes que Mr Catherinot nous désignait d’un geste large.

Je me souviens de « Vous avez vu la butte témoin ? ». Je me souviens qu’il insistait, Mr Catherinot.

Je me souviens de la butte témoin, à Vézelay.

Je me souviens qu’on appréciait beaucoup Mr Catherinot.

 
Repost 0
Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 10:42

La résistance aura duré une semaine. Non, ils ne signeraient pas le CETA, cet accord de libre-échange catastrophique pour les agriculteurs. Non, ils ne céderaient pas aux ultimatums, aux pressions, au chantage des instances européennes. Non, ils ne se placeraient pas du côté des négociateurs qui ont agi dans le dos des peuples.

Et, finalement, ils capitulèrent. Avec fierté.

Les dirigeants wallons ont donc dit oui au Canada, oui au CETA, oui à la mondialisation.

Paul Magnette, célébré dans le monde entier comme héraut de la résistance et apôtre de l’antimondialisme, n’avait rien du rebelle. Un social-démocrate, européen convaincu et intellectuel émargeant au politiquement correct pouvait-il l’être, d’ailleurs ? On en doutait : on en a eu la preuve. En réalité, le Parti socialiste wallon, confronté à la montée en puissance des communistes du PTB (Parti du travail de Belgique), voulait se racheter une virginité à gauche : c’est chose faite.

 

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 10:39

Malgré des évacuations aussi régulières que vaines, les campements sauvages de migrants clandestins ne cessent de croître dans la capitale. Un phénomène aujourd’hui accentué par le démantèlement de la « jungle » de Calais.

Essentiellement situés dans le nord de Paris (Jaurès, Stalingrad…) et des quartiers connaissant déjà d’importants problèmes sociaux, ces bidonvilles de tentes et de matelas se multiplient actuellement. Les associations d’aide aux migrants sont totalement dépassées devant cette croissance exponentielle.

Contrairement aux affirmations du ministre du logement, Emmanuelle Cosse, il semble en effet qu’un grand nombre d’anciens occupants de la jungle de Calais rejoignent Paris en train ou en voitures. « Certains sont récupérés directement par des voitures venues de Paris » affirme une source policière.

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 10:36

Les parlementaires européens viennent de voter, cette semaine, pour une résolution appelant à de plus grandes «capacités institutionnelles pour contrer la propagande inspirée par le Kremlin». Le vote a été adopté par la commission des Affaires étrangères de l’UE et sera soumis au parlement européen le mois prochain. Si cette résolution est votée, alors la prochaine étape serait de mettre en place des mécanismes institutionnels pour bloquer l’accès aux médias russes.

L’hostilité envers la Russie, montrée par le libellé de la résolution de cette semaine, ne peut être décrite que comme enragée, sinon au bord de la paranoïa. Le gouvernement russe a été accusé de mener activement une «campagne de désinformation», de «cibler des politiciens et des journalistes de l’UE», et de «perturber les valeurs démocratiques dans toute l’Europe». En bref, Moscou est accusée de comploter pour la chute du bloc européen.

Il convient de noter particulièrement que le sinistre comité des affaires étrangères de l’UE a accordé une attention particulière à «un large éventail d’outils et d’instruments, tels que les stations de télévision multilingues et organismes de pseudo information faits pour diviser l’Europe».

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 10:33

Suite à une proposition du Conseil de Paris, le square du Temple a été débaptisé pour être désormais dédié à l’écrivain et philosophe américain, Elie Wiesel.  Cette décision ne fait pas l’unanimité et de nombreux riverains estiment que c’est part de l’histoire du quartier et même du pays qui disparaît ainsi.

Le square du Temple rendait en effet hommage à un épisode marquant de l’histoire de France, celui de l’Enclos des Templiers. Au XIIIe siècle, ce square était  en effet un immense enclos appartenant aux chevaliers de l’Ordre des templiers, sur lequel ils érigèrent un beau palais en 1667. Devenu bien national pendant la Révolution française, la « prison du Temple » est la dernière antichambre de Louis XVI et du dauphin Louis XVII avant leur mise à mort. Transformé en couvent, puis en caserne, le palais est finalement détruit pour laisser place à un jardin aménagé lors des grands travaux d’Haussmann en 1857.

L’opportunité de gommer un tel héritage historique au profit d’une personnalité étrangère controversée apparaît fortement discutable pour un grand nombre d’habitants du quartier.

Elie Wiesel  le disait lui-même : « Un homme sans passé est plus pauvre qu’un homme sans avenir. »

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 10:29

Ce sont des fonds privés qui rachètent aux banques des lots de créances douteuses et non honorées. Ils les payent à hauteur de 5 à 10% de leur valeur réelle. Exemple : quelqu'un emprunte 100 euros à une banque, la banque vend cette créance à un fonds charognard pour 5 euros. A lui de se faire rembourser par le débiteur. Autant dire que dès 6 euros, le fonds charognard rentre dans ses frais. La banque, quant à elle, récupère un peu d'argent sur cette créance, alors qu'elle a déjà été renflouée, et donc remboursée, par l'Europe et l'État espagnol. Les deux acteurs de ce marché sont donc bénéficiaires, au détriment de l'Etat et du particulier.

Les fonds charognards usent de tous les stratagèmes possibles pour se faire rembourser ces dettes en déshérence. Ils disposent d'armées de «prospecteurs» téléphoniques, touchant souvent un pourcentage sur ce qu'ils rapportent (ça motive !). Ceux-ci appellent, jusqu'à ce que le débiteur stressé et épuisé s'engage à payer.

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 10:24

La responsable du Centre de supervision urbain (CSU) de Nice, qui affirme avoir subi des «pressions» de la part du ministère de l’Intérieur pour qu’elle change son rapport suite à l’attentat du 14 juillet à Nice, a été appelée à comparaître devant la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris le 4 janvier. Elle devra répondre de «diffamation», rapporte le quotidien régional Nice Matin.

A la suite de l’attentat de Nice, dans lequel 86 personnes ont trouvé la mort, Sandra Bertin avait déclaré au Journal du Dimanche : «J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vues à l’écran. A tel point que j’ai dû physiquement renvoyer du CSU l’émissaire du ministère !

Lire l'article

 

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article