Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 10:09

Dans 12 jours, il sera trop tard pour agir !
Si nous ne nous mobilisons pas au plus vite pour faire barrage au projet de la maire de Paris de fermer la voie Georges-Pompidou à la circulation (sur la rive droite des berges de Seine)...
....la galère que vivent Michaël (lire ci-dessus) et des dizaines et dizaines de milliers d'autres Franciliens depuis la rentrée – la voie n'a pas été rouverte après Paris Plages – deviendra une réalité quotidienne et irrémédiable.
Des gens qui ont juste besoin de leur voiture pour leur travail et leur vie de famille.
Comme Jérémy : "Depuis la rentrée, ce n'est pas possible, surtout pour les banlieusards ! On est obligés de passer par le boulevard Saint-Germain ou Réaumur mais même là c'est bloqué dès 16 heures"...
...Ou bien William : "J'ai des collègues qui m'ont dit qu'ils mettaient 1h20 à faire des trajets qui leur prennent habituellement 20 minutes"...
...Tous ces gens vont se voir tout bonnement chassés de Paris par une bande d'élus bobos anti-voiture, complètement déconnectés de la "vraie vie", et qui veulent frénétiquement chasser les conducteurs de la capitale.
C'est absolument scandaleux !
Pour faire barrage au plus vite à ce projet stupide, signez sans perdre un instant la pétition "Non à la fermeture des voies sur berges".

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 10:07

Macron est à peine sorti de Bercy et n’est pas encore candidat à l’Elysée que, déjà, les thuriféraires se précipitent pour monter dans un train qu’ils espèrent prometteur! C’est le supermercato de la présidentielle qui veut cela: partir assez tôt pour ne pas paraître un résistant de la 25è heure, mais ne pas partir trop tôt quand même, car il ne faudrait pas se griller pour rien.

Dutreil soutient Macron

Dans cette course au minutage complexe, les entrepreneurs apprécieront une première incongruité à sa juste valeur: Macron a d’ores et déjà recueilli le soutien de l’ancien ministre raffarinien Renaud Dutreil, créateur, avec son ami Philippe Bas, lui aussi ministre de cette époque reculée, du RSI. Les deux compères, accessoirement conseillers d’Etat, sont des adeptes du « jardin à la française« , dont la logique profonde consiste à supprimer la concurrence « émiettée » au profit de quelques grands acteurs.

Dutreil, un soutien embarrassant?

Pour Emmanuel Macron, ce ralliement de droite déjà acté depuis juillet constituera rapidement un handicap. Dutreil, admirateur du jardin à la française, a oeuvré un temps à New York pour LVMH. Si certains cherchent des arguments pour étayer l’idée que Macron est le candidat des riches, Dutreil les leur sert sur un plateau. On ajoutera que l’épouse de Renaud Dutreil a attaqué les Wendel en 2012 après avoir contourné l’impôt dans un plan d’intéressement de 324 millions d’euros. Elle n’était pas seule à en profiter… mais là encore, les faits, qui sont têtus, risquent de ne pas profiter à Macron dans une hypothétique course à l’Elysée.

Bientôt le soutien d’Henri de Castries?

Macron devrait prochainement bénéficier d’un autre soutien officiel: celui d’Henri de Castries, ancien président d’Axa, dont il se murmure depuis plusieurs mois qu’il a démissionné pour soutenir son poulain. Pour mémoire, Henri de Castries est un ancien de la promotion Voltaire, et personne ne peut soutenir avoir entendu dans sa bouche des propos flatteurs pour François Hollande. En outre, Axa est le grand financeur de l’Institut Montaigne, le think tank dont l’épouse du directeur Laurent Bigorgne fut la première à héberger le mouvement de Macron…

Macron soutenu par Gérard Collomb

Pour l’heure, le soutien le plus actif de Macron n’est autre que le maire de Lyon, Gérard Collomb. Âgé de 70 ans, celui-ci fut pendant quelques années enseignant en lettres avant d’entamer une carrière politique qu’il n’a plus quittée. Là encore, Macron devra s’appuyer sur cet embarrassant soutien qui n’incarne ni une autre façon de faire de la politique, ni un renouvellement des générations, et qui peinera à combler l’image très élitiste qui lui colle à la peau.

Macron et le gouvernement profond

Macron pourra donc compter sur le soutien actif du gouvernement profond pour faire campagne. Grâce à ces petits artifices, il devrait obtenir une bonne couverture médiatique et bien occuper l’aile droite de François Hollande. En revanche, cette facilité pourrait lui coûter cher en termes d’images: elle constituera un pain béni pour tous ceux qui voudront voir un lui un candidat fabriqué de toutes pièces (ou presque) pour maintenir debout un système à l’agonie, moyennant un peu de chirurgie esthétique.

Source

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 10:03

La propagande bat son plein. Il est difficile de laisser dire des contre-vérités au travers d’analyses tronquées.

Les promoteurs de la suppression du cash ont des fans dans les journaux « officiels ». Le journal suisse « de référence » vient de publier un plaidoyer en faveur de la fin des billets de banque. L’analyse se base sur L’argument populiste qui voudrait que le cash servirait l’évasion fiscale et le financement du crime. Plutôt court le raisonnement!

L’analyse -qui fait suite à un visionnage d’une publicité qui finance le texte-est d’autant plus courte que le monde entier sait aujourd’hui que le volume concerné par l’évasion fiscale des seules firmes transnationales américaines s’élèvent à 1,4 trillions de dollars alors que l’on parle de 5 trillions de billets de banque et piécettes au niveau de la planète!!!

Les journalistes « main stream »devraient s’intéresser aux travaux de Jean-François Gayraud qui détaillent la criminalité du casino financier. Ignorer ses travaux, c’est vouloir travailler de manière partiale et fourvoyer les lecteurs dans des directions précises qui sont autant d’impasses.

La criminalité financière n’a pas besoin de cash. Elle a exactement les produits financiers, les paradis fiscaux et les intermédiaires financiers opaques qu’il faut. Les dark pools sont dignement représentés en Suisse et ne sont pas près d’être bannis! Mais cela n’est bien évidemment pas le sujet de l’article sur la suppression du cash.

Quant à Daëch, censé être l’ennemi public numéro 1 a ses banques qui opèrent sous le beau soleil d’Orient….

D’autre choses semblent échapper à des rédacteurs d’articles confortablement vissés dans leur fauteuil. C’est le pouvoir gigantesque que ces messieurs-dames pensent transmettre aux propriétaires des GAFA (pour Google, Apple, Facebook, Amazon).

Oui, les GAFA et leurs serviteurs se rêveraient en nouveaux banquiers du monde qui forceraient tout terrien à être dépendant d’eux dans leur quotidien. Vous forcer à passer par eux signifieraient des marges juteuses bien sûr sur les transactions… mais pas seulement.

Sans cash, votre traçabilité dans les serveurs de ces géants du Web serait celle d’un objet pris en charge par un transporteur. A chaque instant de la journée et de la nuit, on saura ce que vous faites, quels sont vos goûts, la ventilation de votre budget,vos vices dans les dépenses, etc.

100% de traçabilité= 100% de mise sous surveillance permanente!

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 09:58
Concerts Al Kamandjâti en France

En soutien aux écoles de musique en Palestine, le groupe « Al Kamandjati » sera en tournée à travers plusieurs concerts exceptionnels dans plusieurs villes de France en septembre.

La plupart des représentations se feront sous forme de dîners-spectacles.

Al Kamandjati a été crée dans l’objectif de mettre sur pied des écoles de musique pour les enfants les plus démunis de Palestine, en premier lieu ceux des camps de réfugiés.

Dates prévues: 08/09 Bagnolet, 09-11/09 Fête de l’Humanité (Paris), 13/09 Saintes-Gemmes-sur-Loire (49), 15/09 Pouancé (49), 16/09 Le Thoureil, Eglise de Bessé, 18/09 Carhaix (29), 20/09 Stains (93)

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 09:56

Les faits ont été relatés par L’Est républicain : le samedi 3 septembre 2016, vers 17 h 00, l’auteur de polars Ghislain Gilberti a été victime de violences en réunion alors qu’il se trouvait en centre-ville de Belfort, à quelques pas de la préfecture, accompagné de ses deux enfants.

L’écrivain souffre d’une fracture de l’humérus. Les auteurs ont réussi à prendre la fuite.

Le journal régional avait préalablement couvert une information qui semble liée à cette mystérieuse agression, Ghislain Gilberti ayant fait état, le 11 mars dernier, de menaces de mort et de harcèlement communautaire depuis la parution de son dernier roman traitant du périple d’un réseau djihadiste sur fond de trafic de stupéfiants, intitulé Le Festin du serpent.

Ce que L’Est républicain ne révèle pas, en revanche, ce sont les détails publiés par l’éditeur de l’écrivain sur les réseaux sociaux (Éditions Ring). Nous apprenons, ainsi, que les quatre agresseurs s’en sont pris également au fils de Ghislain Gilberti, âgé de 12 ans, qui a reçu plusieurs coups avec, comme seule explication, « c’est le même prix pour toi ».

Nous apprenons aussi que l’écrivain a fait l’objet d’invectives à caractère raciste, puisqu’il aurait été traité de « sale Blanc ». Enfin, les individus auraient menacé la fille de l’écrivain, âgée de 11 ans, en lui lançant « on ne pardonne pas, on n’oublie pas ».

Ghislain Gilberti, hospitalisé sous anonymat pour sa sécurité, a été opéré le 4 septembre.

Il convient de s’interroger sur le peu de couverture médiatique de cette affaire, et sur la minimisation des faits par la presse régionale subventionnée. En effet, passer sous silence la motivation des agresseurs est particulièrement étrange dans le contexte actuel, lorsque l’on connaît la capacité des médias traditionnels à relayer les revendications communautaires dont l’affaire du « burkini » – grand feuilleton de l’été 2016 – est une parfaite illustration.

Source

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 09:53

Une argumentation humanitariste « perverse ». Pour éviter que les migrants, qui sont « aspirés » vers l’Europe et sa Terre Promise fantasmée, ne prennent des risques, il faut aller les chercher tout prêt du point de départ. Idéal pour l’investissement sécuritaire minimaliste des passeurs. Les autorités politiques de l’Union européenne et les milieux économiques transnationaux veulent de la croissance, des nouveaux consommateurs relocalisés, uberisés, ils veulent rapatrier certaines entreprises en important des travailleurs captifs, endettés par les passeurs, prêts à tout pour casser les coûts du travail, le dumping salarial, culturel, démocratique. Ce n’est pas parce que des hommes jeunes, sans perspective d’avenir dans leur pays, veulent migrer qu’il faut s’incliner devant le fait accompli, l’attaque du patrimoine commun, la destruction du filet de solidarité sociale. Renzi, comme Hollande et Merkel sont les commis de la gauche mondialiste américanisée et des multinationales qui avancent dans leur travail d’uniformisation du tissu social. Il est temps de restaurer la souveraineté nationale et les frontières protectrices.

​Lire l'article

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 09:47

Profitant des tensions et des conflits dans la région du Moyen-Orient, le Royaume-Uni est désormais le deuxième plus grand exportateur d'armes de la planète, derrière les Etats-Unis et devant la France.

«Le Royaume-Uni est devenu un exportateur de matériel militaire de premier plan, le deuxième meilleur au monde sur les dix dernières années, et premier en Europe» se réjouit UK Trade & Investment (UKTI) un agence gouvernementale britannique chargée d'épauler les entreprises dans leurs relations commerciales avec le Royaume-Uni. Le Royaume-Uni dépasse ainsi la France et la Chine, jusque-là respectivement 2e et 3e plus gros vendeurs de matériel militaire au monde.

Mais à qui la Grande-Bretagne vend-elle ses armes ? Depuis 2010, le pays a vendu du matériel militaire à 39 des 51 pays qualifiés de «non libres» par l'ONG «Freedom House», et à 22 pays sur 30 qui violent les droits humains selon... les autorités britanniques elles-mêmes.

Deux tiers des armes britanniques vendues de 2010 à 2016 l'ont été dans des pays du Moyen-Orient.

Pourtant au Royaume-Uni, les entreprises, privées ou publiques, doivent bénéficier d'une autorisation pour exporter des armes. Une licence accordée par les autorités en fonction du matériel vendu et du client. Mais ces autorisations ont été accordées pour chacun de ces pays du Moyen-Orient, à la différence d'autres pays, comme la Russie. En effet depuis la crise ukrainienne, les autorités britanniques interdisent toute exportation de matériel militaire en direction de la Russie ou de l'Ukraine.

L'Arabie saoudite, en guerre au Yémen, a pu quant à elle bénéficier des exportations britanniques en matière d'armement. Pourtant, le royaume a été pointé du doigt à plusieurs reprises par des ONG et par les Nations unies pour les crimes de guerre commis au Yémen dans sa guerre contre les rebelles houthis.

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 09:44

Dans sa correspondance récente avec Colin Powell, Jack Straw, ex-chef de la diplomatie britannique au moment de la guerre en Irak, notait que les débats sur le Brexit avaient l'avantage de faire oublier la sortie du rapport sur la guerre en Irak.

«Le seul point positif du vote sur le Brexit est qu'il réduira l'attention, à moyen terme, sur le rapport Chilcot, bien qu'il n'empêchera pas le jour de sa publication d'être désagréable», a souligné l'ex-ministre britannique des Affaires étrangères dans un mail adressé à l'ex-secrétaire d'Etat américain Colin Powell et publié par le magazine en ligne The Intercept, le 4 juillet, soit une dizaine de jours après le vote en faveur du Brexit... et deux jours avant la publication du rapport Chilcot. Ce document, qui ambitionne de présenter les véritables conditions de la participation du Royaume-Uni à l'intervention militaire en Irak de 2003, était en mesure d'inquiéter Jack Straw et Colin Powell, tous deux chefs de la diplomatie de leurs pays lorsque la décision d'engager cette guerre avait été prise.

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 09:35

Dans un rapport publié mercredi, des parlementaires britanniques accablent l’intervention militaire menée par le Royaume-Uni et la France en Libye en 2011 contre l'ex-chef de l'État libyen Mouammar Kadhafi.

"La stratégie du Royaume-Uni fut fondée sur des postulats erronés et sur une analyse partielle des preuves". Dans un rapport publié mercredi 14 septembre 2016, des parlementaires britanniques ne mâchent pas leurs mots pour critiquer l'intervention militaire britannique en Libye en 2011. La Commission des Affaires étrangères a ainsi relevé plusieurs erreurs dans le processus décisionnel qui a amené Londres à intervenir militairement en 2011 avec la France – alors dirigée par Nicolas Sarkozy – et le soutien des États-Unis, officiellement pour protéger les civils réprimés par le dictateur Mouammar Kadhafi.

L'ancien Premier ministre David Cameron en prend pour son grade : "Il [le gouvernement] n'a pas pu vérifier la menace réelle que le régime Kadhafi faisait peser sur les civils; il a pris au pied de la lettre, de manière sélective, certains éléments de la rhétorique de Mouammar Kadhafi; et il a échoué à identifier les factions islamistes radicales au sein de la rébellion", écrivent les parlementaires dans leur rapport.

(…)

Le rapport n'est pas beaucoup plus tendre à l'égard de l'ex-président français Nicolas Sarkozy, fer de lance de l'opération militaire en Libye. Les parlementaires britanniques citent notamment les conclusions d'un conseiller d'Hillary Clinton après une conversation avec les services de renseignements français. Selon le rapport britannique, Sidney Blumenthal a détaillé auprès de la secrétaire d’État américaine d'alors les motivations du président français, qu’il résume en cinq points : accéder au pétrole libyen ; accroître l’influence de la France en Afrique du Nord ; servir son propre intérêt politique en France ; fournir à l’armée française l’occasion d’asseoir sa position dans le monde ; couper court aux ambitions de Kadhafi visant à supplanter la domination de la France sur l’Afrique francophone. Aucune mention donc de la protection des civils réprimés par Mouammar Kadhafi, officiellement brandie pour justifier une intervention militaire sur le sol libyen.

(…)

En Libye, cinq ans après la chute et la mort de Mouammar Kadhafi, le chaos continue de régner dans le pays où le gouvernement d'union nationale (GNA), soutenu par l'ONU, peine à asseoir son autorité sur l'ensemble du pays depuis son installation en mars à Tripoli. Mardi, les forces du gouvernement non reconnu qui siège dans l'Est se sont emparées du dernier des quatre terminaux du Croissant pétrolier, des installations cruciales pour l'économie du pays situées entre Benghazi et Syrte, une ville d'où les forces du GNA tentent depuis quatre mois de chasser le groupe jihadiste État islamique (EI) qui en avait fait son bastion.

​Lire l'article

Partager cet article
Repost0
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 11:45
Partager cet article
Repost0