Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 10:23

1. L’une des principales exigences d’ATTAC est l’imposition de la taxe Tobin, qui ne vise pas à éradiquer la spéculation (ce qui serait la seule solution logique et raisonnable), mais va permettre aux spéculateurs de continuer à pratiquer leurs outrages en échange du paiement d’une taxe… Inutile de dire que cette initiative a le soutien des spéculateurs comme George Soros.

2. Parmi les bailleurs de fonds d’Attac, nous trouvons Le Monde diplomatique, qui a des parts dans le groupe de médias espagnol PRISA (15%) et Lagardère (17%). Et en 2003, le même gouvernement français a financé Attac.

3. Attac, ami du Monde diplomatique, est le sponsor principal du Forum social mondial qui, depuis sa création en 2001, a reçu le soutien financier de la Fondation Ford (à son tour liée à la CIA).

4. Susan George, membre et présidente du conseil de l’Institut transnational (financé par, entre autres, l’Open Society Institute de George Soros), est la présidente d’honneur d’ATTAC.

Tous ces faits indiquent qu’ATTAC est un exemple clair d’opposition contrôlée.

Comme nous l’avons expliqué, ATTAC a été l’un des principaux moteurs du Forum social mondial. Cet extrait d’un article écrit par Michel Chossudovsky explique très bien comment ces événements internationaux dirigés par des militants et des ONG, servent en fait l’ordre du jour globaliste.

​Lire la suite

Partager cet article
Repost0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 10:21

Mayotte est un département et une région d'outre-mer (DROM) depuis maintenant cinq ans. Le problème, c'est qu'il est impossible de s'en rendre compte. Cet ensemble d'îles n'a rien à voir avec le reste de la République française. Le principe d'égalité y est une douce chimère. Le RSA local est deux fois inférieur au RSA métropolitain, tandis que le coût de la vie est plus élevé – du fait de l'importation des marchandises. La bouffe dans les hypermarchés est hors de prix, les produits frais sont souvent indisponibles et les loyers sont les mêmes qu'en métropole. Le Code du travail français ne s'applique pas intégralement, et un actif mahorais sur trois est au chômage. D'après une étude de l'Insee datée de 2012, 58 % des habitants en âge de travailler ne maîtrisent pas les compétences de base à l'écrit en français.

Cette absence de perspectives explique en partie les scènes de guérilla urbaine qui se sont multipliées dans le département lors des dernières semaines. Depuis le début de la grève, les barrages routiers sont omniprésents. Il m'est arrivé de ne pas pouvoir rentrer chez moi entre deux nuits de travail à l’hôpital.

(…)

Au-delà du simple désastre sanitaire, le contexte économique et social très difficile a poussé les gens à descendre récemment dans la rue. Ils protestent à juste titre contre l'abandon dont ce département est victime. Malheureusement, la situation s'est envenimée quand des jeunes s'en sont mêlés. Dans le quartier de M'tsapéré, il m'est arrivé de croiser une bande de gamins armés de machettes.

Un mec a fini par se faire poignarder, et les représailles ont dégénéré. Le bilan ? Une centaine de voitures caillassées et des forces de l'ordre dépassées. L'hélicoptère de la gendarmerie balançait du gaz lacrymogène depuis les airs, ce qui obligeait les habitants à se terrer chez eux. Après cela, des renforts de la Réunion ont débarqué.

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 10:12

Un scandale sexuel majeur pourrait se tramer à Hollywood, a prévenu l'acteur Elijah Wood (Frodon Sacquet dans la trilogie Le Seigneur des Anneaux) dans une interview au Sunday Times, ce dimanche. Son ampleur pourrait être égale à celle du scandale Jimmy Saville en Grande-Bretagne, du nom de ce présentateur de la BBC accusé de centaines d'agressions sexuelles sur des mineures, a-t-il indiqué.

Il assure que des jeunes acteurs ont été sexuellement abusé par des "vipères de l'industrie". Si lui-même dit avoir été protégé de ces agressions par sa mère, il assure "avoir été entraîné dans des endroits sombres" ce qui lui a fait prendre conscience "que ces choses continuent probablement aujourd'hui". "Si vous êtes innocent, que vous savez peu de choses sur le monde et que vous voulez réussir, des gens avec des intérêts parasites vous verrons comme une proie. Ce qui me chagrine avec ces situations, c'est que les victimes ne peuvent pas s'exprimer aussi fort que les gens qui ont le pouvoir", dit-t-il.

"Ils peuvent être écrasés et voir leur vie irrémédiablement détruite".

"Il y a une face cachée" d'Hollywood, assure-t-il. "Si vous pouvez l'imaginer, c'est que cela s'est sûrement passé".

Elijah Wood n'est pas le premier à dénoncer un scandale d'abus sexuels à Hollywood.

Anne Henry, co-fondatrice de l'association Bizparents, un groupe d'aide pour les enfants acteurs, estime que Hollywood abrite une centaine de pédophiles actifs. Selon elle, un "tsunami" de plainte va émerger. Les trois quarts des enfants acteurs qui "finissent mal" ont été victimes d'abus sexuels, assure-t-elle.

Corey Feldman, qui enfant a joué dans Les Gremlins ou Les Goonies, a temoigné en disant avoir été "entouré" d'agresseurs sexuels lorsqu'il était adolescent. Il a ensuite connu des problèmes d'alcool, de drogues, ainsi que des troubles mentaux.

Source

Partager cet article
Repost0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 10:06

Alexander Van der Bellen, qui a battu Norbert Hofer du Parti de la Liberté de 30.000 voix au plus sur cinq millions de votes, a un parcours d’opposant au concept d’Etat-nation. En 2007, alors qu’il dirigeait les Verts autrichiens, son parti publia la photo d’un chien portant le drapeau autrichien dans sa gueule, avec la mention : « Fourrez-vous votre drapeau dans la gueule », suivie d’une déclaration disant que « Quiconque aime l’Autriche est de la m… »

Le parti Vert autrichien hait son pays

La « blague » était une mise en scène à propos d’une campagne demandant aux propriétaires de chiens de mettre les excréments de leur animal dans un sac plastique et à la poubelle. Les Verts autrichiens avaient remplacé le sac par le drapeau autrichien.

Loin d’être une simple plaisanterie, cette attitude anti-frontières et anti-nation est un élément essentiel de l’idéologie du parti Vert autrichien, à présent en charge du pays.

Van der Bellen, nouveau président autrichien, est favorable au fédéralisme européen

Un autre incident, plus récent, a été rapporté il y a peu lorsqu’un militant Vert de premier plan a déclaré lors une discussion sur les contrôles aux frontières pour faire face à la crise migratoire : « L’Autriche est un immonde tas de merde ! ». « Ce sont des faits et non une opinion subjective » a posté Georg H. sur sa page Facebook.

Peut-être ne doit-on pas s’étonner que Van der Bellen, fils d’aristocrates russes, ait peu d’affinités avec son pays de naissance, mais son parcours politique a pris progressivement un tour extrémiste. Il est à présent opposé aux nations en général, affirmant que les Etats membres devraient se fondre dans le fédéralisme de l’UE. Des Etats-Unis d’Europe, en quelque sorte.

Le nouveau président refuse de nommer Chancelier le dirigeant du principal parti d’Autriche

Comme ses homologues allemands, il voit dans les réfugiés une opportunité économique d’intégrer des jeunes travailleurs et intelligents, et ce alors que les faits ont montré que beaucoup d’entre eux sont illettrés.

Bien que les gens fassent remarquer que le rôle du président est surtout cérémonial, il détient néanmoins le pouvoir de nommer le Chancelier, qui dirige le gouvernement fédéral. Et sur cette question, il a clairement dit qu’il n’était pas disposé à y nommer le dirigeant du premier parti d’Autriche, qu’il considère comme anti-européen.

A terme, une crise constitutionnelle dans le pays ne saurait être écartée.

Source

Partager cet article
Repost0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 10:02

Caracas, mai 2016. Comme la Constitution le lui permet, la coordination de la droite (MUD) a remis au Centre National Électoral (CNE) les signatures nécessaires pour que celui-ci organise un référendum révocatoire contre le président Maduro. Garant de processus électoraux validés depuis 17 ans par les organisations internationales (UE, OEA, UNASUR..), le CNE est en train de vérifier l’authenticité de ces listes (1). La présence d’identités usurpées ou de personnes décédées fait croire à certains que la droite a autosaboté sa collecte pour mieux crier à la dictature en cas de rejet : une grande puissance y trouverait le prétexte à une intervention. Quoi qu’il en soit, si le nombre requis de signature est validé et si l’on compte les délais de chaque phase du processus, le référendum pourra être organisé au début de 2017, après les élections des gouverneurs.

Le 14 mai. l’ex-président colombien Alvaro Uribe, dont on attend encore la comparution devant la Justice pour crimes contre l’humanité, a déclaré depuis Miami que l’opposition vénézuélienne devrait avoir “une armée pour la défendre” et qu’il fallait répliquer contre Maduro la technique utilisée contre Dilma Roussef (2). Le 18 mai, ses apprentis paramilitaires, regroupés au sein de l’Aube Dorée vénézuélienne, partent à l’assaut du Centre national Électoral, déjà victime de plusieurs agressions, pour exiger la « tenue immédiate » du référendum, blessant gravement plusieurs fonctionnaires de police, s’acharnant sur une femme policière (3).

Que dit France 2 de tout cela? Que “le gouvernement rejette le référendum” et que ”la police réprime des manifestants”.

Voilà ce que la grande majorité des téléspectateurs voit, entend et croit, jour après jour, année après année. Images fabriquées sur commande durant quelques minutes sur quelques mètres carrés de la capitale, destinées à alimenter le storytelling des médias. L’objectif est de provoquer la violence pour dénoncer devant les organisations internationales les soi-disant violations des droits de l’homme. Alors que le hors-champ réel montrerait la population indifférente ou lassée des provocations, une voix off de journaliste le substitue, loin du Vénézuéla, pour évoquer une « guerre civile ». Mais qui le devinera ? Retour à la case départ, aux visages des archives de Marc Ferro. Au bout de 17 ans de révolution, le mot “Venezuela” active automatiquement dans notre cortex l’image “répression”. Plus de contre-champ, plus de hors-champ, plus de temps, plus de suivi. La quantité devient qualité. Dire le réel devient impossible. A moins d’être pris pour un fou et de perdre ses amis.

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 09:58

Si la Banque européenne pour le développement (BERD) accorde à la société Servolux le crédit qu’elle a sollicité, 378.000 poussins passeront chaque année les 47 jours de leur « existence » parqués dans des cages sans litière. Jusqu’à l’abattoir.

La technique d’élevage en batterie du projet, interdite au sein de l’Union européenne, devrait être assurée par l’entreprise allemande FIT Farm rapporte l’ONG Humane Society International (HSI). Le fabricant, dont une vidéo promotionnelle montre des poulets voletant dans un cadre aseptisé, nous a assuré par téléphone la conformité de ses installations aux directives européennes. Mais personne n’est dupe sur la souffrance des animaux dans un tel environnement…

Dans un rapport, HSI a rassemblé de nombreux cas d’aides publiques accordées à des projets ne respectant pas les normes de protection des animaux d’élevage.

L’Allemagne s’est par exemple portée garante à hauteur de 26,4 millions d’euros d’un crédit à l'exportation de la société Avangard pour l’installation en Ukraine de batteries d’élevage qui ne seraient pas autorisées sur son propre sol. Selon le rapport, l'entreprise a pourtant reçu en 2014 l’autorisation de vendre ses oeufs sur le marché européen.

Les consommateurs ne sont souvent pas informés de la provenance des oeufs dans les plats transformés, son étiquetage n’étant pas obligatoire.

Sauvons la forêt lutte de longue date contre l’élevage intensif et plaide pour une alimentation végétarienne - végétalienne. En plus de la souffrance animale, les forêts tropicales sont détruites pour les cultures de soja et de maïs. 75% des terres agricoles de la planète sont dédiées uniquement à la nourriture du bétail.

Demandons à la BERD et aux autres institutions financières de ne plus offrir aucune forme d’aide publique aux usines à animaux !

SIGNER LA PETITION

Partager cet article
Repost0
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:35
Pour ceux qui méprisent Gérard Depardieu : ce sont des gros cons

Eh bien ils ont l'air d'une bande de cons, ou d'une bande de connasses, ceux qui refusent de lire Gérard Depardieu...

Si vous aviez un minimum de culture, vous sauriez que Gérard Depardieu n'écrit pas n'importe quoi, pas comme vous!

Deux exemples suffiront pour vous convaincre, si vous n'êtes pas irrécupérable. Le premier concerne le "monstre sacré". Un peu de culture ça peut pas faire de mal. Quand Depardieu écrit, dans les lettres volées, une lettre à la Lilette, il ne se trompe pas sur les mots: "Maman, j'ai toujours trouvé que tu ressemblais à une vache... Oui ma Lilette tu ressembles à une vache. Te vexe pas c'est très bien une vache. C'est le lait la viande, le sang...c'est l'inertie chaude et rassurante..." Il sait que la vache, sous la forme "Io", a été l'objet d'une métamorphose, comme c'était courant dans l'Antiquité grecque. Ecoutez, si vous refusez de vous instruire, je ne peux rien pour vous. Donc, Zeus, qui était le maître suprême à l'époque de la naissance du monde, avait transformé sa protégée en vache, en génisse. Qui peut encore faire comme Zeus? En 2016?

Mais ce n'est pas tout. Gérard Depardieu vous en bouche un coin. Si vous appreniez la liste des mutations génétiques dans le monde antique. Profitons en pour régler une autre question, soulevée dans "Ca s'est fait comme ça". C'est à propos de la mer. Depardieu devine qu'il existe un lien entre la mer et la mère. Je cite page 33, de "Ca s'est fait comme ça": "J'ai pensé qu'on venait tous de là...Je ne sais pas combien de temps j'ai cru cela, cette merveille, que nous étions tous nés de la mer..." Or les psychanalystes acceptent un raisonnement identique. Et les poètes, donc, et pas seulement Baudelaire, mais Rimbaud, Lautréamont... Dans "les Fleurs du Mal" le lexique est identique: "Homme libre toujours tu chériras la mer..." et plus loin: "tu l'embrasses des yeux et des bras..." C'est a la portée des enfants, mais vous n'êtes pas cultivés, j'oubliais...Il n'est jamais trop tard pour vous instruire. Mais moi je renonce : vous êtes trop cons!

Partager cet article
Repost0
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:31

Au début de la Première Guerre mondiale, en septembre 1914, les Britanniques créèrent secrètement le Bureau de la Propagande de guerre (« Wellington House ») au sein du ministère des Affaires étrangères. Reprenant le modèle des Médicis, ils recrutèrent les grands écrivains de l’époque —comme Arthur Conan Doyle, HG Wells ou Rudyard Kipling— pour publier des textes attribuant des crimes imaginaires à l’ennemi allemand, ainsi que des peintres pour les mettre en image. Par la suite, ils recrutèrent également les patrons des principaux quotidiens —The Times, Daily Mail, Daily Express, Daily Chronicle— pour que leurs journaux reprennent ces falsifications.

Ce modèle fut repris par le président Woodrow Wilson qui créa, en avril 1917, le Comité d’information publique (« Committee on Public Information »). Cet organe est célèbre pour avoir employé des milliers de leaders locaux afin qu’ils répandent la bonne parole (les « Four Minute Men »). Il développa la propagande visuelle en créant un département chargé des affiches, qui produisit notamment le célèbre « I want you ! », et un autre qui tenta de produire des films. Surtout, il substitua au recrutement de grands écrivains un groupe de psychologues et de journalistes autour d’Edward Bernays (le neveu de Sigmund Freud) et de Walter Lippmann chargé d’inventer chaque jour des histoires extraordinaires, terribles et édifiantes, qu’ils diffusèrent auprès des patrons de presse. De la sorte, on passa de l’orientation donnée par le Pouvoir à des artistes à la narration d’histoires (« storytelling ») fabriquées systématiquement selon des règles scientifiques.

Alors que les Anglo-Saxons visaient uniquement à frapper les imaginations et à faire de l’adhésion à la guerre un phénomène de mode, les Allemands expérimentèrent le moyen de faire participer les gens aux histoires imaginaires qu’on leur raconte. Ils firent un usage généralisé des uniformes, qui permettent à l’individu de jouer un rôle, et des mises en scènes grandioses —politiques et sportives— qui manifestent l’opinion majoritaire. C’est sans aucun doute à ce moment-là que s’élabora la « propagande moderne », c’est-à-dire la diffusion de croyances qu’on ne peut pas critiquer et sur lesquelles on ne peut pas revenir. L’individu qui a participé aux marches au flambeau en uniforme noir ne peut plus remettre en cause ses croyances nazies sans se remettre en cause lui-même et devoir repenser à la fois le passé et sa vision de l’avenir. En outre, Joseph Goebbels institua un briefing quotidien au ministère de l’Information au cours duquel il définit les « éléments de langage » que les journalistes devraient utiliser. Il ne s’agissait plus simplement de convaincre, mais de modifier les références des foules. En outre, les Allemands furent les premiers à maîtriser les nouveaux moyens de communication que sont la radio et le cinéma. Ils s’invitèrent même au domicile des gens en y installant la télévision.

Goebbels considérait l’art de la propagande comme un combat contre les individus. Il souligna l’importance de la répétition, du « bourrage de crâne », pour vaincre les résistances intellectuelles. Le problème était d’autant plus important que l’usage de la télévision renvoyait à nouveau de la foule à l’individu.

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:17
Nouvelle parution au "Petit Véhicule"

« Nos disparus » suivi de « Mille couleurs »

Textes : Philippe Ayraud

Photographies couleur : Luc Vidal

Editions du Petit Véhicule

catégorie beaux livres

Tirage limité

Il ne sera pas dispo en librairie,

mais l'est auprès de Philippe Ayraud directement (20 euros)

ou par correspondance (22 euros)

(9 rue d'Ouessant 44 470 Thouaré-sur-Loire).

C’est un piano qui joue Chopin

Un accordéon dans l’hiver

Modiano qui écrit sans fin

La même ode à Dora Bruder

Nos disparus

C’est cent ans de solitude

Qui tiennent tout entier dans une heure

C’est la jachère des habitudes

Dans les mortes saisons du cœur

Nos disparus

(Extrait du poème Nos disparus

Partager cet article
Repost0
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 11:15

Ce soir, les amateurs de chansonnettes auront le « choix » entre l’innommable « The Voice » de TF1 et le concours de l’Eurovision, où le chanteur choisi par le service public de Télévision… chantera EN ANGLAIS. Les termes de ce « choix » ne laissent que trop voir où en est le totalitarisme et la colonisation linguistique dans notre pays en pleine dérive transatlantique.

Les amateurs de foot ne pourront pas se consoler avec un hymne en français à la gloire des « Bleus » vu que la FFF, « sponsorisée » (quel joli mot !) par Carrefour-Market (à moins que ce ne soit Carrefour-City ?) est lui aussi… en anglais !

Dans le même temps, les députés – ceux-là même qui s’apprêtent à avaliser le « Job Act » à la française, alias « loi El Khomri » – ont abaissé les quotas de chanson francophone prévus par la loi Toubon de 35 à 30, voire à 25%. Au nom, ne riez pas, de la « diversité ». Alors que sur les 6000 chansons francophones répertoriées annuellement par la SACEM, même pas 15% accèdent réellement aux ondes nationales qui leur préfèrent la soupe mondialisée… et les éternels chanteurs francophones installés…

Illustration de la même auto-phobie linguistique, il y avait ZERO journaliste du « service public de l’audiovisuel français » à la conférence de presse co-organisée par le député communiste Candelier et par l’Association "COURRIEL", co-présidée par L. Landini et G. Gastaud, avec le soutien d’éminentes personnalités de la chanson, de la science, de la littérature, du syndicalisme et de la politique. Que c’est beau le « pluralisme » et la « défense de la langue française » tels que l’entend le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel !

Mais qu’on se rassure, le lendemain de cette conférence de presse CENSUREE, nombre de radios et de télés publiques faisaient la promo des « nouveaux mots du français » répertoriés par la maison Larousse. Laquelle s’arroge le droit d’estampiller « made in French » de nouvelles fournées d’anglicismes qui finiront bien par submerger notre petit patois hexagonal…

Devant tant de preuves accablantes, quel progressiste, quel anticolonialiste sincère peuvent-ils encore nier l’existence d’une POLITIQUE EXTERMINISTE à l’encontre des langues nationales et au profit du tout-globish qui, bien loin de porter la langue de Shakespeare, colporte surtout et avant tout les signifiants pervers de la mondialisation néolibérale ? Et ce n’est certes pas la promulgation du « JOB ACT » édicté en Italie, et qui n’est rien d’autre que le grand frère de la loi dite El Khomri, qui nous prouvera le contraire, d’autant que ces deux attentats aux droits ouvriers ont été commandités EN ANGLAIS, et avec quelle morgue, par le commissaire européen Pierre Moscovici ; lequel, toute honte bue, ne s’adresse plus qu’en cet idiome, illégalement promu par l’UE (en violation des traités existants !) à son homologue Michel Sapin. Mais après tout, Emmanuel Macron ne vient-il pas de faire cours en anglais à des étudiants français de Sciences Po ? au fait, comment dit-on ALIENATION en patois maastrichtien.

Extrait de http://www.initiative-communiste.fr par Floréal

Partager cet article
Repost0