Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juillet 2021 5 23 /07 /juillet /2021 08:28

Six décès seraient liés à l’impossibilité d’appeler les services d’urgence le 2 juin dernier. Même si le lien est difficile à établir de façon certaine, cela montre bien la gravité de cette affaire. Un rapport rendu aujourd’hui public par Bercy analyse les origines de la panne et la gestion de la crise par Orange. Si cet audit ne cherche pas à désigner des coupables, il pointe malgré tout des « insuffisances », comme l’a déclaré le secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, Cédric O, lors d’un point presse. On serait tenté de parler d'euphémisme au regard des manquements.

Comme annoncé au mois de juin, ce sont les équipements réalisant les interconnexions entre le réseau IP et le Réseau Téléphonique Commuté (RTC) qui ont dysfonctionné. Ces call servers sont au nombre de six au total sur le territoire. Premier problème, les personnels d’Orange auraient lancé des « commandes hasardeuses » qui visaient à augmenter les capacités d’appels de type VoIP. Pour permettre leur mise à jour, la configuration des call servers a été modifiée.

« Il s’agit d’une série de commandes de routine passée dans un ordre inhabituel et simultanément sur tous les call servers. Ce qui a déclenché un bug préexistant inconnu jusque-là », a expliqué l’ANSSI.

Encore plus problématique, les équipes de l’opérateur n’ont procédé à aucun test en amont, ne considérant pas leur intervention comme sensible. De toutes façons, la plate-forme de pré-production ne permettait pas de simuler une montée en charge.

Le bug est, en revanche, de la responsabilité de l’équipementier Italtel : « La mémoire ne se libérait plus. Au bout d’une centaine d’appels, la mémoire était pleine et les équipements se sont mis à redémarrer en boucle ».

Ils sont ainsi devenus incontrôlables. D’après Orange, 11 800 appels d’urgence initiés n’auraient ainsi pas pu aboutir.

Autre reproche adressé à Orange, l’absence de supervision nationale des appels d’urgence qui sont traités comme tous les appels. La lenteur de la remontée des informations entre les équipes techniques et managériales en interne et vis-à-vis des autorités publiques est également relevée.

Enfin, la cellule de crise d’Orange serait montée trop lentement en puissance : « Orange a mis près d’une heure à prendre conscience que la panne touchait en particulier les services d’urgence, deux heures pour en informer les autorités et près de trois heures pour mettre en place un dispositif adapté », lit-on encore dans le rapport.

En conséquence, l’ANSSI recommande à l’avenir de respecter un délai certain entre chaque commande et d’effectuer davantage de tests en pré-production. Il n’est toutefois pas question de changer de fournisseur, car il serait l’un des derniers à commercialiser les équipements RTC qui sont voués à disparaître.

A l’autorité indépendante de décider si elle met en demeure Orange. Si c’est le cas, des sanctions ne tomberaient que si l’opérateur ne prenait pas en compte des mesures correctrices. Mais l’opérateur historique n’est pas à l’abri d’une poursuite judiciaire de la part des victimes. 

Dès cet été, un plan d’actions précisera une série de mesures concrètes que tous les opérateurs devront appliquer. Une supervision technique spécifique, ainsi qu’un système de remontée d’alerte dédié aux appels d’urgence seront mis en place.

Un exercice de crise sera aussi organisé dans les six mois. Car aucune procédure de ce type simulant une défaillance logicielle ou une attaque informatique n’avait jamais été organisé par l’Etat.

 

Source

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2021 5 23 /07 /juillet /2021 08:19

Jean-Jacques Crèvecoeur l’avait annoncé dans ses conversations, il y a un peu plus d’un an, au moment du premier confinement de 2020. Il avait affirmé que nous ne serions libérés des confinements que si nous nous montrions dociles en acceptant un vaccin. Cette vidéo, vue par près de 3 millions de personnes, avait été censurée.

À l’époque, je ne savais pas ce qu’il fallait penser de sa prédiction, ni de la situation dans laquelle nous nous trouvions. J’étais inquiet mais je ne parvenais pas à croire que l’on en arriverait là. Je concède qu’il avait vu juste. Nous y sommes. Nous ne sortons des confinements et autres couvre-feux que pour mieux entrer dans l’ère du vaccin obligatoire.

Le Président de la République française a distingué :

Les “bons citoyens vaccinés”, qui peuvent prétendre au paradis terrestre : restaurants, cinémas, spectacles, sports en salle, discothèques et piano-bar.

Les damnés : les “mauvais citoyens non vaccinés”. Ceux-là sont égoïstes, irresponsables et dangereux. Ils seront voués aux gémonies. Il crée de facto une double société. Pour un homme qui dit se battre contre le séparatisme, c’est un comble !

L’Agence Médicale européenne au 4 juillet 2021 estime qu’il y aurait au sein de l’Union européenne :

206 668 effets secondaires liés à l’injection Pfizer-BioNTech pour 3 848 décès ;

152 250 effets secondaires liés à l’injection AstraZeneca pour 938 décès ;

36 294 effets secondaires liés à l’injection Moderna pour 347 décès.

Cela donne au moins 5000 morts des vaccins depuis le lancement de la campagne vaccinale. Certaines estimations indépendantes iraient jusqu’à 10 000 morts liés aux vaccins.

Vous me direz qu’il y a eu beaucoup plus de morts du Covid 19. Peut-être, mais les chiffres ne donnent pas la moyenne d’âge et l’état de santé des morts.

Les morts du Covid étaient presque tous soit très âgés (80 ans ou plus), soit “à risque”. Ils étaient atteints de pathologies graves ou en grand surpoids.

Les morts liés aux vaccins étaient, à priori, pour la plupart en bonne santé et bien moins âgés, même s’il faudrait avoir plus de données sur ce point.

Autour de moi, beaucoup de personnes se font vacciner parce qu’elles espèrent un retour à une vie normale. Hélas, c’est une illusion. Nous sommes trop sortis de la “normalité” pour espérer y revenir aussi vite. Le pouvoir a pris l’habitude de nous imposer des mesures extrêmes. Ces mesures sont globalement acceptées au nom de “notre bien”. Le pouvoir ne lâchera pas cette mainmise de sitôt. Il y aura toujours des menaces, des virus, des terroristes, etc., dont il voudra nous protéger.

En attendant, dans les pays massivement vaccinés, le masque est encore de vigueur et les confinements réapparaissent… Alors ?

 

Source

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 09:57

Ce que j'ai entendu lundi, c’est d’une violence inouïe. L’extension du pass sanitaire aux trains, aux restaurants, aux centres commerciaux, aux hôpitaux, etc., c’est unique au monde. Macron a clairement dit qu’il y aurait la vaccination obligatoire pour certaines professions. La prochaine étape, ce sera pour tout le monde. Il y aura également une troisième dose au mois de septembre. Ceux qui disent, aujourd’hui, qu’on n’est pas dans une dictature, ce sont des sots. On est dans une dictature très violente.

J’ai vu, lundi soir, non pas un président de la République mais un psychopathe. Son regard, ses annonces… J’ai vu un fou furieux, inquiétant et dangereux. Nous basculons dans autre chose. Je connais des gens très en colère, sidérés et en pleurs. Je leur dis : « Ne sombrez pas. »

On parle maintenant d’une troisième dose, et pourquoi pas un abonnement vaccinal ? On nous avait promis l’inverse. Le 24 novembre dernier, Macron avait dit qu’il n’y aurait pas d’obligation vaccinale. On nous annonce, maintenant, une restriction sanitaire pour aller au restaurant ou prendre un train ou un bus.

Les gens qui trouvent cela normal sont comme la grenouille dans l’eau que l’on fait bouillir : ils ont été ramollis. C’est anormal et cela doit appeler à la plus vive résistance, par le boycott. Je n’ai rien contre les restaurateurs, mais tant pis, on n’ira plus. Et les restaurateurs se retourneront contre l’État, pour se débarrasser de ce pass sanitaire.

Ni le Conseil d’État ni le Conseil constitutionnel ne peuvent valider ne serait-ce qu’un dixième de ces annonces folles. Les principes les plus fondamentaux de liberté et d’égalité sont battus en brèche. Malheureusement, le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État ont trahi, ces derniers mois. Mais il faudra tout de même les saisir. Normalement, ils devraient mettre cela à la poubelle, mais ils sont sous pression et sont plutôt enclins à valider ce que propose le pouvoir.

C’est au peuple français de se libérer par lui-même.

 

Source

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 10:04

Des mesures aberrantes se préparent, dans la plupart des grandes métropoles, à interdire de séjour entre la moitié et les deux tiers des véhicules particuliers à l’horizon 2030.

Concrètement, si vous habitez en centre-ville et que vous possédez une voiture, il va devenir important de vérifier si vous pouvez encore vous déplacer. Des radars intelligents pourront lire votre vignette Crit’air sur votre pare-brise (ou constater son absence) et vous enverront un PV directement chez vous. Que vous alliez chez le médecin ou à un rendez-vous urgent n’aura aucune importance. Dans la chasse aux émissions de carbone, c’est nous le gibier.

On aurait pu penser qu’une prime gouvernementale aiderait les familles modestes à effectuer cette onéreuse conversion écologique. Mais non. On pourrait également se demander si le fait de jeter au rebut des véhicules qui fonctionnent très bien est réellement écologique. La question ne semble avoir effleuré ni les collectivités locales ni les parlementaires.

Alors, pauvres sans-dents qui ne pouvez pas vous offrir une voiture neuve ou une conversion au GPL, il ne vous restera qu’à émigrer vers le biotope que vous n’auriez jamais dû quitter : celui de la France périphérique. À la campagne, on peut rouler au diesel. C’est le territoire des ploucs qui ne sont rien, ça passe sous les radars. En ville, en revanche, on est écoresponsable. On prend l’avion pour un oui ou pour un non, mais ce n’est pas le même carbone.

Je ne sais pas si ce nouveau clivage de la société française relève d’une volonté perverse de créer une pyramide féodo-vassalique fondée sur le pognon ou simplement d’une bêtise abyssale et d’une ignorance totale du réel. L’avenir le dira peut-être.

En tout cas, réfléchissons bien à la mainmise glaciale de l’État sur nos vies et à la déconnexion monstrueuse de nos élites. 

 

Source

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 09:59

L’attaque qui a corrompu un logiciel de la société américaine Kaseya a probablement été lancée par le groupe de hackers russes REvil. Un nouvel élément va dans le sens et semble confirmer cette origine.

Une entreprise de cybersécurité, Trustwave SpiderLabs, a confié à NBC news que le code du logiciel malveillant comportait une option pour contourner les ordinateurs dont les systèmes utilisent par défaut le russe. C'est aussi le cas pour les langues de l'ex-URSS, du roumain à l’arabe syriaque, en passant par l’arménien et l’ukrainien. Des pays qui ont encore des relations avec le Kremlin.

Ce ne serait pas une première. On se souvient du ransomware de DarkSide, qui avait attaqué Colonial Pipeline et provoqué un problème d'approvisionnement en hydrocarbure en mai dernier dans plusieurs états américains. Il aurait également intégré une liste de pays proches de la Russie, codée en dur, à épargner.

Tout le monde attend maintenant la réaction Joe Biden. Le président américain a déclaré mardi que son administration n'avait pas encore déterminé l'origine de l'attaque. D’un côté, on dit que l’impact de cette affaire est resté mineur aux Etats-Unis. De l’autre, qu’il s'agit de la plus grande attaque de ransomware de l'histoire en matière de volume puisque 1 500 organisations auraient été touchées. 

La manœuvre était sophistiquée, exploitant une faille logicielle pour infecter en cascade une entreprise informatique, qui a ensuite contaminé d'autres entreprises informatiques, qui ont ensuite affecté des clients. « Les Etats-Unis ne peuvent laisser des groupes de hackers russes continuer à lancer des attaques par ransomware en toute impunité. » (CB News).

 

NDLR : Au contraire il est souhaitable qu’elles se multiplient !

 

Source

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 09:41
Les abonnés pourront désormais être exposés à des publicités personnalisées lorsqu’ils regarderont la télévision en passant par leur box TV.

Après plusieurs mois de phase pilote, les opérateurs commencent à déployer la publicité segmentée. Bouygues Telecom annonce aujourd’hui officiellement son lancement sur tout son parc. Cela signifie que ses abonnés qui regardent la télévision en passant par ses box TV seront susceptibles d’être exposés à des publicités personnalisées. 1,5 million de foyers seraient concernés.

 
Des critères géographiques et d'affinité avec les programmes

Il s’agit de remplacer un ou plusieurs spots d'envergure nationale par d’autres plus spécifiques au même moment et sans que cela soit perceptible par le téléspectateur. Cette pratique est autorisée depuis la parution d’un décret au mois d’août 2020. La personnalisation est basée sur des critères géographiques, l’affinité aux programmes ou encore les centres d’intérêt.

Pour le moment, seules les chaînes de TF1, France Télévisions et M6 sont concernées. Il faut en effet signer des contrats avec chaque diffuseur. Côté opérateur, Orange avait déjà lancé des campagnes avec France Télévision sur une partie restreinte de son parc.

Encore faut-il que les abonnés aient préalablement consenti à cette publicité adressée. Bouygues Telecom rappelle dans son communiqué de presse que "l’approbation est recueillie une première fois au moment de l’installation de la box TV via un écran dédié. Mais l'utilisateur est ensuite libre de changer d’avis à tout moment. L’autorisation n’est pas valable pour une durée illimitée et doit être régulièrement renouvelée." (NDLR : difficile de s'en assurer quand la pub est invisible ! Dans le temps, on disait "images subliminales" en pensant bien qu'on les utiliserait pas. Eh bien si les gars, on y est arrivé.)

 

Source

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 09:35

EN 2012 FRÉDÉRIC MITTERRAND AVAIT DÉCIDÉ DE PUBLIER CHAQUE ANNÉE LE DÉTAIL DES AIDES À LA PRESSE. MESURE SUPPRIMÉE EN 2018, LES DERNIERS CHIFFRES COUVRANT L’ANNÉE 2017. ROSELYNE BACHELOT A CONTINUÉ LES CACHOTTERIES EN S’OPPOSANT À LA DIVULGATION DES CHIFFRES DE 2019, HEUREUSEMENT DIVULGUÉS PAR LA LETTRE A, NOUS EN FAISONS PROFITER NOS LECTEURS.

 

UNE RECHERCHE COMME UNE EXHUMATION

Pour retrouver les chiffres de 2019, les archéologues de la Lettre A ont dû fouiller au milieu d’un sombre document Excel de plus de 91.000 lignes noyées sur le site étatique de la plateforme data.gouv.fr. Les chiffres mis à jour ne comprennent pas les aides indirectes – beaucoup plus importantes – incluant le super taux réduit de TVA (2,10%), les aides à la distribution par les tarifs postaux, l’aide au portage, les exonérations sociales, ni les subventions qui ont accompagné le naufrage de Presstalis remplacé par France Messagerie.

 

LE POMPON POUR BERNARD ARNAULT

Sacré Nanar ! Il vient juste de rouvrir La Samaritaine dont il est maintenant l’heureux propriétaire et exploitant, mais il est aussi et de très loin le plus gros bénéficiaire des aides à la presse diverses et variées de la République Française. Additionnons l’aide au portage, à la distribution, les subventions du Fonds de soutien à l’émergence et à l’innovation dans la presse (FSEIP), du Fonds stratégique pour le développement de la presse (FSDP),

 

LE PARISIEN/AUJOURD’HUI EN FRANCE, 13,6M€ : MÉDAILLE D’OR

Merci Patron ! aurait jubilé François Ruffin dans le film éponyme. Il est vrai que Bernard Arnault, comme son gendre fortuné Xavier Niel, ne cache pas son amitié pour Emmanuel Macron, il n’y a pas que des ingrats dans le monde, pensée somme toute réconfortante.

 

DE JOLIS ACCESSITS POUR DASSAULT, NIEL, DRAHI

Derrière la médaille d’or Arnault, les Dassault (le Figaro), Niel (Le Monde), Drahi (Libération) ne se débrouillent pas trop mal.

Le Figaro 6,5M€

Libération 5,9M€

Le Monde 5,6M€

La Croix/Bayard presse 4,7M€

 

Et coucou le revoilou ! Retour de Nanar aimable propriétaire des Échos (1,6M€) et non moins aimable mécène de L’Opinion (1,9M€).

Une mention spéciale pour L’Humanité avec 3,3M€, sans doute le meilleur rapport subvention au numéro distribué pour les quotidiens.

La PQR, presse quotidienne régionale fait presque figure de parent pauvre. Le groupe Ouest-France empoche quand même autour de 2,4M€. Tous ces chiffres ne comprennent pas la subvention versée à l’AFP, qui oscille entre 125M€ et 146M€ pour 2019, selon les sources.

 

Source

Partager cet article
Repost0
26 juin 2021 6 26 /06 /juin /2021 10:21

J’ai visionné dimanche soir un film d’une rare stupidité, « Captain Fantastik » de Matt Ross qui mérite quelques commentaires.

Disons d’abord qu’il se situe dans la catégorie des films à thème porteurs de messages, un genre apprécié des producteurs ricains pour qui le cinéma reste encore l’outil de domination majeur. « Là où le film passe le drapeau passe aussi » disait-on à Hollywood dans les années 30 et ça n’a pas changé.

Ce Matt Ross poursuit donc la tradition mais avec une niaiserie et une maladresse qu’on n’a pas souvent l’occasion d’observer.

Le film aborde le thème d’un retour à la nature qui capote (pas très nouveau) mais l’adapte au goût du jour, à la mode des survivalistes, le but étant de dénigrer la cause tout en ayant l’air de l’approuver. Vieille technique de scénario qui jette dans l’entonnoir tous les arguments de contestation, puis les discrédite les uns après les autres pour ne laisser couler à la fin qu’un seul principe : il n’y a pas d’alternative à la société capitaliste.

Notre réfractaire au système est donc bourré de contradictions. Premièrement il a engendré six enfants. Pas logique pour quelqu’un qui dénonce la surpopulation. Deuxièmement sa femme profite du Service public et se goberge à l’hôpital depuis trois mois. Pas terrible comme exemple d’autarcie. Enfin pour compléter le tableau elle se tranche les veines dans le premier quart d’heure, fortement déprimée par la vie au grand air. Nous voilà prévenus : le réalisateur ne donne pas dans la finesse et va pousser le message au marteau-piqueur.

Passons aux gamins. Difficile de déterminer quel est le plus antipathique. Ils s’enlisent tous dans la caricature. Il y a les sauvages qui égorgent et dépècent une biche avec abondance de sang, les sportifs qui gémissent en silence, les chiens savants qui récitent les bases de la mécanique quantique, les fayots qui multiplient les citations de Chomsky et s’inclinent devant son portrait (cette scène atteignant le summum du ridicule).

Face à cet étalage de morveux déguisés comme à la kermesse, on rêve d’une gigantesque distribution de torgnoles. Avec double ration pour l’adolescente qui parle du roman « Lolita » comme d’une histoire de viol. Doit-on se cotiser pour offrir le livre au réalisateur ou payer un tueur à gages pour s’en débarrasser ?

Enfin cette laborieuse démonstration d’imbécillité se termine dans une fermette écolo où le père fabriquera des fromages pendant que les enfants iront à l’école.

Conclusion pour les simplets : vive l’Amérique.

Pour les autres : cassez le DVD et relisez Marx !

 

Partager cet article
Repost0
26 juin 2021 6 26 /06 /juin /2021 10:12

En 2017, les électeurs répondant déjà de moins en moins nombreux à l’appel de l’isoloir, le « politologue » Alain Duhamel, 81 ans aujourd’hui, dont près de soixante années de journalisme rampant, analysait à sa manière cette tendance croissante de l’électorat à bouder le bulletin de vote. Quatre ans plus tard, on imagine ce qu’a dû être le désarroi de cette vieille carpette au soir du premier tour des régionales.

En son temps, Bertolt Brecht proposait ironiquement qu’on dissolve le peuple, qui votait mal. Aujourd’hui, le vœu du dramaturge allemand est devenu inutile, le peuple, cet inadapté, s’étant en quelque sorte chargé de se dissoudre lui-même, abandonnant la « démocratie » à un marigot de politiciens professionnels « élus » à 15%.

 

Source

Partager cet article
Repost0
26 juin 2021 6 26 /06 /juin /2021 10:07

En Punjab au Pakistan, ou le covid 19 reflue mais où le taux de vaccination de la population stagne à 20%, les autorités locales ont décidé que ceux qui ne se faisaient pas vacciner seraient privés de téléphone portable.

Ailleurs dans le monde, les autorités politiques préfèrent utiliser des “incitations”.

Dans la ville de New-York, la municipalité a passé un partenariat avec la chaîne de restauration rapide locale Shake Shack, pour inciter les habitants à se faire vacciner. Vous pouvez obtenir un hamburger et des frites après avoir montré votre certificat de vaccination.

Dans d’autres États ou villes, l’idée a fait des émules chez les édiles. Selon les lieux, vous avez le droit à un hot dog, une pizza, une bière ou un donut contre une injection de vaccin. Dans l’Ohio, la vaccination contre le covid 19 est devenue une grande loterie. Elle a été lancée par le gouverneur de cet État, Mike DeWine. Il a annoncé, triomphant, à ses administrés, que les vaccinés seraient tirés au sort. Le grand vainqueur aurait un million de dollars, d’autres se verraient payer leur frais de scolarité à l’université.

La Californie aussi a organisé des loteries. Le gros lot était d’1,5 million de dollars pour les gagnants.

La Virginie est moins riche ou plus égalitaire : les vaccinés ont droit à 100 $. Cela fait pas mal de hamburgers !

Chaque Etat fait avec ce qu’il a : dans le Maine, vous pouvez avoir un permis de pêche ou de chasse en échange de la vaccination. À Chicago, ce sont des spectacles gratuits. Ailleurs, des accès aux courses automobiles et en Caroline du Nord, les habitants obtiennent des financements pour leur logement.

Si les yeux de nombreux observateurs sont tournés vers l'Amérique, c’est parce que ce qui s’y passe a tendance à être reproduit ailleurs, notamment en Occident.

De fait, en Serbie, l’incitation financière pour le vaccin anti-covid 19 est de 3 000 dinars, soit l’équivalent de 25 euros.

En revanche, les fonctionnaires qui refuseraient de se faire vacciner risquent de ne pas être payés.

Ailleurs dans le monde, les vaccins contre le covid 19 sont gratuits et donnent accès à des droits que les autres n’ont pas.

Une chose est sûre, partout dans le monde, les élites, les gouvernements et leurs administrations déploient des moyens de plus en plus infantilisants pour arriver à leurs fins.

Ce n’est pas très rassurant pour la démocratie. Ce n’est pas rassurant pour les libertés individuelles.

Le dialogue entre les peuples et les gouvernants semble rompu, il est même corrompu !

On distribue des bonbons et des bons points pour faire accepter un programme sanitaire…

Quelle est la prochaine étape ?

 

Source

Partager cet article
Repost0