Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 09:12

L’Arabie saoudite a été promue au Conseil des droits de l’Homme des Nations unies, malgré les violations massives des droits humains dont elle est responsable. Le royaume saoudien s’illustre notamment par son recours quasiment frénétique à la peine de mort. Le jeune militant chiite Ali Mohammed Baqir al Nimr en est une triste illustration. Il a été condamné pour, entre autres, participation à des manifestations contre le gouvernement et attaque à l'encontre des forces de sécurité, à l’issue d’un procès inique. Ses’“aveux” lui auraient été arrachés sous la torture et à aucun moment il n’a été autorisé à consulter son avocat. En outre, il a été condamné pour des crimes qu’il aurait commis alors qu’il était encore mineur, en violation de la Convention internationale des droits de l’enfant à laquelle l’Arabie saoudite est partie.

Ali a maintenant épuisé ses voies de recours et risque d'être exécuté dès que le roi aura ratifié sa condamnation. Signez maintenant la pétition pour demander aux autorités saoudiennes d’annuler la déclaration de culpabilité et la condamnation à mort d'Ali Mohammed Baqir al Nimr. Plus d'information avant d'agir...

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 09:07

Avions larguant des bombes sur des civils, population exsangue, assiégée et affamée, enfants déchiquetés, routes, ponts, écoles, hôpitaux, zones résidentielles, cimetières, aéroports détruits, patrimoine archéologique dévasté. Non, cette fois, ce n'est pas de la Syrie qu'il s'agit mais d'une nation oubliée, le Yémen.

Depuis le 25 mars dernier, le Yémen est agressé et envahi par l’Arabie saoudite, ce pays ami qui nous livre du pétrole et qui achète nos armes.

D’après l’ONU, en moins de 200 jours de guerre, le régime wahhabite a tué près de 5.000 fois au Yémen dont près de 500 enfants.

Le nombre de victimes civiles de la guerre du Yémen est proportionnellement supérieur au nombre de civils tués dans la guerre de Syrie.

En effet, la moitié des morts sont civils au Yémen pour moins d’un tiers de victimes civiles en Syrie.

Pourtant, personne parmi les humanistes professionnels conspuant Assad n’élève la voix contre le Roi Salmane.

La Syrie s’est vue imposer une guerre par terroristes interposés, une politique d’isolement et de sanctions économiques. En revanche, l’Arabie saoudite reçoit nos salamalecs et nos satisfecits.

"Notre ami le Roi" Salmane ne fait pas que détruire par ses bombes. Il impose un blocus terrestre, maritime et aérien qui selon Médecins Sans Frontières (MSF) tue autant les civils que la guerre. 20 millions de Yéménites risquent en effet de mourir de faim et de soif à cause de la guerre et de l’embargo saoudiens.

On a rarement vu une politique de deux poids deux mesures aussi contrastée entre une Syrie qui déchaîne les passions et un Yémen qui laisse de marbre.

Cette politique de deux poids de mesures ressemble à un match de boxe entre un poids lourd et un poids mouche où le poids lourd peut frapper le poids mouche sous la ceinture mais pas l’inverse.

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 08:42

C’est l’Arabie Saoudite qui nous fournit ces deux tuyaux pour gagner le paradis le plus rapidement possible. Tout d’abord la méthode dite « de masse ». Ou encore appelée « bousculade ». Cette technique plaira aux frères qui ne répugnent pas à la promiscuité. Mais attention à l’itinéraire ! Bien consulter les cartes avant le départ. Il faut d’abord se rendre à La Mecque et en pèlerinage. Et là on est sur la bonne piste, la piste d’envol vers le paradis. J’explique le fonctionnement du décollage. On cherche le bon endroit pour être suffisamment serré. Quand on l’a repéré, on fonce. Vers la « bousculade », qui agit à votre place. Il suffit de se laisser porter par la foule des fidèles pèlerins. La « bousculade » agit par un effet de resserrement. Elle sépare les âmes de leur enveloppe charnelle, dont ils n’auront pas l’usage dans les jardins d’Allah ! (Version arabe du paradis). Et allez bon voyage et bon vent ! Ceux qui ont le vertige ne regardent pas en-dessous. Ceux qui sont douillets évitent de pousser les cris habituels liés à l’étouffement. Ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Il existe une seconde méthode qui plaira aux individualistes forcenés. C’est la méthode perso. La décapitation à la hache. Elle assure le confort lié à tout voyage où l’on a le souci de la personne humaine. Bien sûr, il faut poser sa tête sur le billot. Certains prétendent que ça provoque une impression désagréable. Mais quel soulagement divin quand la hache retombe enfin sur votre cou. On peut comprendre ces amateurs de billot et de hache. Le principal inconvénient réside dans le fait qu’il faut ensuite procéder au nettoyage du matériel. Mais l’heureux bénéficiaire du voyage en paradis est dispensé, par Allah, de ces tâches subalternes. En Occident on continue de livrer des armes à l’Arabie Saoudite. Et on trouve des enculés de plateaux télévisés, qui défendent, au nom du commerce international, ces livraisons de machines à tuer. Avec un argument imparable : l’Arabie Saoudite ne fera pas usage des armes qu’on lui vend. C’est la première fois au monde que des enculés nous enculent aussi ouvertement.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 08:37

D’abord le texte et ensuite le commentaire. Un petit détail avant de commencer. Victor Hugo a vécu la mort tragique de sa fille Léopoldine, emportée par le mascaret et il accomplit tous les ans ce pèlerinage individuel.

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends

J’irai par la forêt j’irai par la montagne

Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Bon vous avez le texte intégral sur internet. Douze vers au total.

Mais avec cette première strophe on en a suffisamment pour commencer l’explication détaillée du texte. Après vous continuerez tout seul, comme un grand que vous êtes.

Victor Hugo exprime la décision de partir pour un pèlerinage sur la tombe de sa fille.

Suivons le, mettons nos pas dans ses pas.

1er vers ; on note la progression du départ. Il ne s’agit pas de partir comme un fou. Et puis un pèlerinage c’est une marche sacrée. Une cérémonie.

On a donc d’abord un simple mot : « demain » et ensuite trois mots : « dès l’aube ». Avec une notion qui sera encore précisée dans le troisième pas de ce géant des lettres. Cette notion, c’est « l’aube », tous les sacrements sont donnés à jeun. Et si possible au petit matin. L’aube signifie la blancheur, c’est le moment qui précède le lever du soleil. Le mot est important dans la liturgie catholique. Mais le troisième pas du poète ajoute encore un aspect du paysage matinal : « l’heure où blanchit la campagne ». D’abord « l’heure » et la campagne, terme vague, mais suffisamment expressif pour que chacun y mette son paysage personnel. On remarque surtout le verbe « blanchit », avec inversion de l’ordre habituel des mots. (inversion du sujet). On note que le pas s’allonge, après que Victor a pris la mesure de l’événement qui l’attend. Mais ce n’est pas tout, VH nous gratifie d’un rejet : « je partirai ». Et ce n’est pas employé pour rien. C’est naturellement que Victor a recours à des figures de style.

2ème vers : le ton devient confidentiel, c’est comme un chuchotement (vois-tu je sais). Et, en même temps l’expression est lourde de sens. Il y a une communication entre sa fille et lui, un dialogue avec la mort. Et une harmonie suprême. (tu m’attends et je le sais). Hugo, après la mort de sa fille, a cru au spiritisme, il a fait tourner des tables. Il est devenu un médium.

3ème vers : On note la répétition de « j’irai » qui est plus qu’une forme d’insistance. J’irai marque l’espoir d’arriver à un but. En plus cette expression reprend « aller par monts et par vaux ». Cette tournure date du 15ème siècle. Elle introduit une nuance d’éternité dans le temps. Et l’espace défini par les monts et les vaux est illimité. Mais ce sont surtout deux mots qui doivent retenir notre attention : « la forêt » et « la montagne ».

La forêt, c’est le lieu de perdition, là où règne Satan, « prince des ténèbres ». Et la montagne, c’est toujours, plus ou moins dans la religion catholique, « le Golgotha ». C'est-à-dire un lieu de souffrance, puisque c’est la passion du Christ. La passion, étymologiquement, c’est la souffrance, on retrouve ce sens dans le « patient », le malade qui souffre. Mais la montagne, toujours par rapport au Christ, c’est une épreuve qui permet de gagner l’accès au paradis. Aller par la forêt et aller par la montagne, c’est donc risquer de se perdre, et tenter l’ultime épreuve qui permet l’accès (le retour) au Jardin d’Eden. Et on arrive au vers 4.

4ème vers : celui sur lequel on pense d’abord qu’il n’y a rien dire. Mais avec Hugo, la méfiance est de rigueur. Alors vous l’avez vu, le petit mot qui se cache sous une apparente banalité ? Oui, c’est bien « demeurer ». Ce mot allonge le temps, le fait durer. Comparez avec « rester ». « Demeurer » c’est la « demeure », c’est être là « à demeure ». On s’arrête longtemps quand on demeure. Bien plus longtemps qu’avec « rester ». Je sais que vous êtes grand maintenant, vous continuez tout seul…

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 08:30

À l’occasion de la fête de l'Aid-el-Kebir ce 24 septembre, WELFARM suit de très près le déroulement des événements qui sont organisés dans toute la France.

Pour rappel, l'étourdissement est obligatoire pour chaque animal abattu dans l’Union européenne. Une dérogation à cette obligation a été accordée dans le cas de l'abattage rituel. WELFARM est fermement opposée à cette dérogation et souhaite qu’en France, la viande halal ou casher provienne d'animaux étourdis, comme c’est le cas dans de nombreux pays, comme la Norvège, la Suède, la Suisse ou la Nouvelle-Zélande.

Depuis plus de vingt ans, WELFARM œuvre pour l’amélioration des conditions d’abattage des animaux d’élevage. L’association mène un combat de fond sur le long terme qui se veut constructif et travaille en collaboration avec l'ensemble des acteurs impliqués dans le processus d'abattage.

Par ailleurs, WELFARM recueille de nombreux moutons saisis sur des sites d’abattages clandestins, dans sa ferme située en Meuse : La Hardonnerie. L’association se prépare à sauver à nouveau des moutons destinés à être abattus illégalement, en lien avec d’autres associations de protection animale partenaires.

En savoir plus

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 08:28

Ces 4 dernières années, Le Monde nous a habitués aux caricatures les plus absurdes sur le conflit syrien. Mais le 8 septembre dernier, leur journaliste Maxime Vaudano, a dépassé toutes les bornes de la décence dans son tract intitulé « En Syrie, qui de l’EI ou du régime de Bachar Al-Assad a fait le plus de victimes ? ». Court et pauvre en informations, ce texte ressemble davantage à un document militant destiné à frapper les esprits qu’à un article de fond. Le Monde affuble le texte d’un graphique « camembert » pour épater la galerie et lui donner un pseudo-fond scientifique. Puis il enchaîne sur une formule magique aux vertus hypnotisantes : 80 % de victimes syrienne sont le fait des forces gouvernementales ! Et voilà, le tour est joué. Il n'en fallait pas plus pour que le gouvernement français, la gauche interventionniste et les analystes pro-OTAN reprennent en chœur ce slogan publicitaire relevant de la pure intox. Explications.

Le RSDH, une ONG qui avoue faire de la désinformation

Pour nous faire avaler son papier mensonger, le journaliste « Mondain » se base sur le Réseau syrien des droits de l’homme (RSDH), une officine de la Coalition nationale syrienne financée par les soi-disant « Amis de la Syrie » (USA, Canada, pétromonarchies du Golfe, France, Angleterre, Turquie). Le choix de citer le RSDH plutôt que l’OSDH pourtant considéré comme une source fiable par les médias dominants n’est pas anodin.

Depuis que feu le propagandiste Ignace Leverrier (décédé le 21 août dernier) a publié un pamphlet contre l’OSDH qu’il accuse de connivences avec Assad, les journalistes les plus hostiles à la paix en Syrie s’en méfient. (1) Pour attaquer l’OSDH, le défunt mentor et menteur du Monde Ignace Leverrier, s’appuie sur un « nombre d’opposants syriens » sans préciser ses sources. L’une des preuves du manque de fiabilité du directeur de l’OSDH serait, selon lui, ses prétendues origines alaouites. Bien que Leverrier plaide pour une Syrie pluraliste et démocratique, il fait de l’identité alaouite un indice de « mauvaise foi » de Rami Abdel-Rahman alias Oussama Souleimane.

Or, s’il convient de filtrer l’info en provenance de toute ONG agissant dans un contexte de guerre, les bilans avancés par l’OSDH sont relativement plus fiables que ceux du RSDH car ils ont le mérite de mentionner les très nombreuses victimes militaires et civiles pro-Assad.

De l’aveu même de son président Fadel Abdoul Ghany, le RSDH ne comptabilise d’ailleurs même pas le nombre de victimes pro-gouvernementales. « Le président du RSDH admet avoir très peu d’information sur les pertes dans les rangs du régime » reconnaît Nicolas Hénin, auteur du pamphlet anti-syrien « Jihad Academy » (2).

Le graphique en forme de fromage publié par le « journal » Le Monde est donc bien une imposture puisqu’il gomme d’un seul trait des milliers de victimes pro-Assad en prétextant un manque d’information. Joli coup d’esbroufe.

Récapitulons. Le Monde et Libé font les gros titres avec un chiffre avancé par l’opposition qui ne reprend quasi que les victimes de l’opposition. Et ça vient nous donner des leçons d’objectivité. Le jour de la publication du fameux camembert puant du Monde, la gauche moraliste a sauté sur l’occasion pour nous rappeler qu’il fallait surtout intervenir contre Assad ou attaquer simultanément Daech et Assad. Pour permettre au Front al Nosra, branche syrienne d’Al Qaeda, de conquérir Damas ?

Source : http://www.michelcollon.info/Syrie-le-revisionnisme-du-Monde-a.html

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 08:25

C’est par dizaines de milliers que les travailleurs finlandais sont descendu dans les rues pour s’opposer à l’euro-austérité, alors que des appels à la grève étaient suivi dans de large secteur de l’économie, particulièrement visibles par exemple au niveau des transports de la capital Helsinki.

Dans ce pays de l’Union Européenne et de la zone euro également, les travailleurs sont sous le coup des diktats de l’Union Européenne, imposant là aussi en application des traités européens une politique à sens unique au profit des multinationales et du patronat, faisant payer la crise aux travailleurs.

Retraités, fonctionnaires, allocataires sociaux et salariés du privé: l’austérité frappe tout le monde. Les syndicats exigent le retrait des dernières réformes présentées par le gouvernement qui sabrent les majorations salariales pour les heures supplémentaires et les dimanches, suppriment deux jours fériés ainsi que huit jours de congés aux agents de l’État. Mesures ressemblant à celles qu’étudient le gouvernement Valls-MEDEF et que réclame à grand cris la droite et l’extrème droite en France, mesures directement issus des feuilles de routes écrites par les patrons et dont la commission européenne et la BCE s’assurent du respect scrupuleux.

​Lire l'article

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 08:23

Face aux pressions financières de Bruxelles, les Grecs dénoncent "l’hypocrisie" des Européens. "Ils nous reprochent notre dette élevée, nos déficits, qu’ils connaissaient parfaitement, alors qu’ils sont en bonne partie dus à des achats d’armes à prix fort dont ils ont bénéficié", souligne Manos Tsaldaris, spécialiste des questions de défense au Journal des rédacteurs (de gauche et indépendant). Si les contrats d’armements grecs ont été si coûteux, c’est qu’ils ont été accompagnés de sérieux dessous de table.

En 2013, l’ancien ministre de la Défense Akis Tsochadzopoulos a été condamné à 20 ans de prison pour avoir empoché 8 millions d’euros de commission occulte d’un contractant allemand. Cette condamnation reste une exception dans une mer de corruption sur les ventes d’armes, assure Kostas Isichos, l’ex-vice ministre de la Défense. Il dénonce une autre hypocrisie européenne. "Pour la corruption, c’est comme pour le tango : il faut être deux pour danser. Certes, il y a des corrompus grecs. Mais il y a aussi des corrupteurs européens".

​Lire l'article

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 08:18

L'Etat versera désormais 250 millions d'euros d'aides à la pierre chaque année pour la construction de logements sociaux, au sein du Fonds national d'aides à la pierre, contre 400 millions d'euros auparavant, a annoncé jeudi François Hollande.

Le chef de l'Etat s'est aussi prononcé en faveur d'une "baisse du taux de commissionnement des banques" qui collectent les fonds déposés sur le livret A, et servent à financer le logement social, lors d'un discours au 76e congrès de l'Union sociale de l'habitat (USH) qui réunit quelque 750 bailleurs sociaux.

Le président n'a pas précisé le niveau auquel il souhaitait voir fixé ce taux dont la baisse permettra aux bailleurs sociaux de réduire d'autant le coût de financement de leurs projets.

Premier président de la République à venir au congrès des bailleurs sociaux depuis François Mitterrand en 1989, il y a 26 ans, il avait été interpellé solennellement par le président de l'USH, qui demandait un maintien des aides à la pierre à leur niveau actuel.

"Les aides à la pierre sont un investissement de la République dans son avenir, pour son avenir", avait déclaré Jean-Louis Dumont.

"C'est l'affirmation d'une mission régalienne, d'une politique publique", poursuivait-il. "En aucun cas, le mouvement HLM ne doit être la FNSEA du logement (...) nous ne pleurons pas, nous travaillons ensemble, nous exigeons au nom de la République", avait-il ajouté.

Dans la salle, des membres de l'association de défense des locataires CNL, qui souhaitaient un doublement des aides à la pierre - une promesse du candidat François Hollande - ont protesté en silence, en brandissant des affichettes.

​Lire la suite

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 08:11

Elle a été multipliée par deux, dix ou cent. C’est la taxe foncière dont devront s’acquitter 1.730 propriétaires, pour cette année 2015, et qui ont sursauté – le mot est faible – à la vue de son montant.

Quelques exemples : à Boissy-Saint-Léger, dans le Val-de-Marne, une retraitée de 95 ans devra payer 6.000 euros au lieu de 2.600.

À Saint-Leu-d’Esserent, dans le Val-d’Oise, le coup est rude pour une autre personne âgée dont la taxe de 33 euros (sans doute anormalement basse) est passée à… 6.393 euros, soit un impôt multiplié par 193 : un nouveau record au pays de Hollande ! Et, à Morang-sur-Orge, dans l’Essonne, celle de ce retraité a grimpé de 390 à 3.185 euros.

Ces communes sont-elles devenues folles ? Non. Elles appliquent purement et simplement, depuis le 1er janvier, l’amendement voté en mars 2012 par le gouvernement Fillon, et intégré dans les projets de lois de finances 2013 et 2014. Lequel porte sur ce qui suit.

Les terrains constructibles non bâtis, situés dans les 28 agglomérations appelées « tendues « – en clair, là où sont prévus des logements sociaux -, en plus d’être surtaxés de 25 %, se voient majorés de 5 euros le mètre carré. Puis 10 euros en 2016. Six cent dix-huit communes concernées, cette année, dont les maires ont eu obligation de transmettre à l’administration fiscale la liste des terrains constructibles.

​Lire l'article

Partager cet article
Repost0