Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 09:41

« Forestscape » est un nouveau concept « immersif », en pleine nature, organisé tout l'été dans la forêt de Schnepfenried (Bas-Rhin) par la compagnie théâtrale du Reflet. Il propose aux participants d'incarner de jeunes alsaciens récalcitrants qui doivent s'échapper d'un camp de redressement nazi. Le but : rejoindre la Résistance. Pour y parvenir, durant une heure, ils doivent résoudre diverses énigmes, en interaction avec un comédien, et réussir des épreuves physiques. (Le Figaro 28/05/2021).

 

Les théâtreux manquent singulièrement d’idées. Ressortir les vieux uniformes vert-de-gris et nous rejouer « Ach so, la guerre gross malheur », ça sent le déjà vu. Moi j’ai un bien meilleur plan, un scénar qui n’exige aucun accessoire d’époque, ni traction ni mitraillette.

Mes acteurs à moi porteront des blouses d’infirmiers dans un décor discret : un local en banlieue baignant dans une odeur d’éther. Les candidats qui franchiront l’entrée devront remplir toutes les conditions de bonne santé mentale en présentant un « pass sanitaire » complètement vierge. Pour plus de précautions, on leur posera la question « Acceptez-vous la vaccination ? » pendant que les faux infirmiers leur saisiront le bras en brandissant une seringue.

En fonction de la violence de leurs réactions, ils seront admis ou recalés.

Pour les gagnants commencera alors une ère nouvelle. Ils s’échapperont du camp de redressement macroniste et rejoindront la Résistance.

 

Mais pour que le Figaro en parle, il faudra attendre la Libération.

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 09:24

Le documentaire de Lucio Mollica intitulé « Ex-Yougoslavie – Les procès du Tribunal pénal international » diffusé le 4 mai 2021 sur Arte ne dit pas un mot sur la campagne de terreur organisée par le SDA d’Alija Izetbegović à l’encontre des citoyens serbes de la partie de Sarajevo sous contrôle musulman de 1992 à 1995.

3 000 civils serbes ont été tués, uniquement dans cette partie de Sarajevo. Au cours de cette période, 1 665 civils serbes ont été gravement blessés et 800 ont disparu. La majorité de ces morts et de ces blessés n’était pas liée aux combats entre l’armée bosniaque et l’armée serbe, mais aux actes criminels planifiés par le SDA d’Alija Izetbegović contre des civils le plus souvent agressés dans leurs foyers. Cette campagne de terreur a conduit au grand exode des Serbes après les Accords de Dayton de décembre 1995 ; suite à ces accords, 435.000 Serbes sont devenus des déplacés internes en Bosnie-Herzégovine, au moment où 235.000 Serbes étaient forcés à l’exil face à l’opération de nettoyage ethnique en Croatie. Au final la population serbe d’une ville qui se veut tolérante et multiethnique, Sarajevo, a été totalement éliminée par ceux qui prétendent toujours être les principales victimes de ce conflit.

Dans la seconde partie du documentaire, la falsification est portée à son paroxysme. La responsabilité de tous les crimes commis dans la province méridionale de la Serbie, le Kosovo-Métochie, est attribuée au seul président serbe Slobodan Milošević. Aucun mot sur le massacre de Račak qui a mis le feu aux poudres ni sur les accords de Rambouillet qui constituaient un véritable diktat sur la Serbie. Pire, une vision simplificatrice et simpliste tend à démontrer que les militaires serbes s’en seraient pris à toute la population albanaise ; or une guerre terrible avait commencé dès 1998 entre l’armée yougoslave et l’UÇK, organisation désignée comme terroriste par les États-Unis. Vingt-cinq ans après les faits, Arte ose réaliser un documentaire faisant porter l’entière responsabilité de la «guerre du Kosovo» de 1999 sur les épaules de Slobodan Milošević, au moment même (2021) où plusieurs criminels de guerre albanais, dont l’ancien président Hashim Thaci, sont jugés par le «Tribunal spécial pour le Kosovo ». Encore un nouvel effort de falsification historique, 12.000 morts sont attribués à l’armée yougoslave alors que cette guerre du Kosovo a provoqué 6.500 morts albanais et 2.700 morts serbes.

Alors que toutes les autorités politiques et militaires serbes sont dénoncées dans ce documentaire, pas un nom de responsable bosniaque n’est cité. Les criminels sont serbes, les victimes bosniaques. Seuls les procureurs et les enquêteurs à charge s’expriment, jamais un avocat de la défense. Les crimes à l’encontre des Serbes n’ont jamais reçu la qualification appropriée. Alors qu’il s’agissait le plus souvent de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, ils ont été qualifiés de simples crimes de droit commun. Les auteurs bosniaques de ces crimes, à l’instar de Naser Orić, ont échappé à la justice : soit ils n’ont pas été inculpés, soit ils ont été déclarés pénalement irresponsables pour troubles psychiatriques, soit ils ont été acquittés ou condamnés à des peines dérisoires au regard de la gravité de leurs crimes. Ce déni de justice résultait notamment de menaces et de pressions exercées sur les juges et les témoins.

 

Source

Partager cet article
Repost0
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 09:20

Éboueurs et égoutiers se sont mobilisés mardi 25 mai dès le matin pour préserver leur statut menacé par la réforme de transformation de la fonction publique. L’occupation, prévue pour une durée indéterminée, a été prolongée en fin de matinée suite à des discussions entre les syndicats et la mairie. La position des syndicats est claire : « pas une minute de plus ».

Cette occupation représente une nouvelle étape dans la mobilisation de ces personnels de la mairie aux tâches spécifiques et particulièrement pénibles.

La réforme, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2022, prévoit que leur temps de travail doit augmenter de 1552 heures à 1607 heures, ce qui revient à aligner leur statut sur un 35 heures annuelles. En pratique, les éboueurs et égoutiers devraient ainsi  perdre huit jours de congés dans l’année.

 

Source

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 09:49

J’ai entendu, l’autre jour, que la moitié ou presque des Français auraient profité des confinements successifs pour écrire « Le confinement, ma vie, mon œuvre », « La cuisine en temps de guerre sanitaire », « Comment confectionner son masque en toile à matelas », etc. Il paraît que les maisons d’édition demandent qu’on cesse l’envoi de manuscrits : débordées ! Pourtant, il y aura un ouvrage à rédiger quand on en sera sorti : le Dictionnaire des absurdités gouvernementales.

Un gros dictionnaire qui vient encore de gagner quelques belles pages avec la séance de l’Assemblée, où les parlementaires votaient la sortie de l’état d’urgence sanitaire. Nos éminences la voulaient fin octobre. Le MoDem était contre : ce sera fin septembre. Ou pas. On verra, si les enfants sont sages.

Rigolard, le député de la Manche Philippe Gosselin (LR) a pointé, en séance, quelques-unes des nouvelles farces à l’actif du déconfineur en chef. Il faut dire que la bande à Castex se surpasse, hissant l’absurdité au rang d’art majeur.

On rappellera quelques banalités, acheter du maquillage mais pas de slips ; habiller son enfant jusqu’à deux ans mais pas au-delà ; couvre-feu à 19 heures entraînant dans les supermarchés des queues gigantesques où les gens sont à touche-touche, etc.

Les nouveautés déconfinatoires sont encore plus « époustouflifiantes ». Ainsi celle relevée par le député Gosselin, à savoir le maintien de la fermeture des boîtes de nuit mais la réouverture des… clubs libertins ! « Vous refusez de permettre la réouverture des discothèques, mais savez-vous par ailleurs que les clubs libertins vont pouvoir rouvrir ? Et il est bien connu que dans ces clubs, on pratique tous les gestes barrières. C’est même d’ailleurs pour ça qu’on y va ! Voilà en Absurdie où nous en sommes », a lancé le député de la Manche.

C’est la loi, à ce qu’il paraît, car au regard du Code du tourisme, les clubs libertins sont considérés  comme des salles de  sport. On aimerait  connaître le nouveau protocole  sanitaire : pas plus de six  partenaires à la fois, une porte  pour l’entrée, une autre pour la sortie ? Au revoir Madame, n’oubliez pas votre masque !

Les patrons de discothèque, eux, ne décolèrent pas. C’est « le seul commerce qui est fermé depuis quatorze mois et qui n’a aucune responsabilité dans les deuxième, troisième, quatrième vagues qui sont survenues et celles qui suivront », dit leur représentant à LCI. Pourtant, les discothèques ne seront pas autorisées à rouvrir cet été. On va autoriser des rassemblements de 1.000 personnes et les boîtes à partouzes, mais pas les pistes de danse en extérieur.

Totalement absurde, également, la réouverture des remontées mécaniques dans les stations de ski à compter du 19 mai, d’abord à 50 % de leur jauge, puis à 65% le 9 juin et 100% le 30 juin. En maillot de bain vers les sommets… Tout aussi incompréhensible, la réouverture des parcs d’attractions sans attractions ! C’est le secrétaire d’État au Tourisme qui l’a dit sur RMC, le 6 mai : "les parcs à thèmes pourront  rouvrir dès le  19 mai, c’est-à-dire les activités  de plein-air, les zoos, avec  quelques espaces du type  aquarium, etc. En revanche, les attractions en elles-mêmes, au sens  juridique du terme, ce sera le 9 juin, en même temps que les fêtes foraines."

Enfin, on nous a annoncé en fanfare le retour des mariages. Sauf qu’il y aura toujours le couvre-feu, à 21 heures, puis à 23 heures. Là encore, la représentante du syndicat professionnel s’arrache les cheveux : « On annonce que les fêtes de mariage vont reprendre, tout en interdisant les cocktails debout et en faisant terminer les repas à 21 h, soit l’heure à laquelle ils commencent d’habitude ! »

Les médecins le disent tous : pris pour des girouettes, les gens sont en train de devenir fous. Moi-même, j’avoue…

 

Source

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 09:37

★ Les massacres de Deir Yassin et de Tantoura auraient quand même eu lieu

★ Plus de 700 000 Palestiniens auraient quand même été expulsés entre 1947 et 1948

★ Plus de 530 villages auraient quand même été détruits en 1948

★ Le diplomate suédois pro-paix Folke Bernadotte aurait quand même été assassiné

★ Israël aurait quand même envahi illégalement Gaza, le Sinaï, les Golan Heights et Jérusalem Est en 1968.

★ L’artiste palestinien Ghassan Kanafani aurait quand même été assassiné

★ Le massacre de Sabra et Chatila aurait quand même eu lieu.

★ De nombreux massacres auraient quand même eu lieu pendant la guerre des 6 jours (qu’Israël, par ailleurs, savait gagnée d’avance.)

★ Plus de 600 000 colons vivraient quand même en Cisjordanie

★ Israël serait quand même en non respect et violation de plus de 15 résolutions des Nation-Unies. Soyons clairs, j’ai oublié plein de choses et me suis arrêté en 1987, l’année ou le Hamas fut créé. J’aurais pu continuer jusqu’à 2001, puisque le Hamas n’avait tiré aucune roquette avant cette date-là, ou j’aurais pu continuer jusqu’en 2002, puisque ce fut cette année seulement que la première roquette du Hamas atterrit en Israël.

★ Pour être clair, très clair, la création du Hamas est une réponse au projet expansionniste et colonial d’Israël, pas le contraire.

★ Si le Hamas n’existait pas, Israël serait quand même un Etat d’apartheid. Il faut le dire, le crier haut et fort, et le répéter, encore, encore, encore, encore.

 

Source

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 09:33

J’ai reçu une lettre de Valérie Pécresse. J’ai d’abord été très surpris, mais j’ai trouvé ça sympa. On ne reçoit plus guère de courrier. Factures et dépliants publicitaires encombrent nos boîtes à lettres depuis longtemps. Aussi me suis-je hâté d’ouvrir l’enveloppe. Ma déception a été immédiate.

Je ne sais pas où elle a pris ses renseignements, mais sa lettre commence par deux énormes erreurs. D’abord elle se trompe de prénom. Elle m’appelle « Cher Francilien ». « Il y a six ans, écrit-elle, vous m’avez élue à la présidence de l’Ile-de-France. » Moi ?! Aucun souvenir de ça ! Et d’abord comment aurais-je pu, moi qui n’ai pas de carte électorale ?

Elle m’apprend ensuite qu’elle a décidé d’être à nouveau candidate. Je suis content pour elle, mais lorsqu’elle prend soin de m’en expliquer les raisons, là encore je me dis qu’elle doit me confondre avec quelqu’un d’autre : « Parce que je vois plus que jamais votre soif de réussir », me dit-elle. C’est un peu tard pour moi, non ? Comment peut-on écrire des choses pareilles à quelqu’un qu’on connaît aussi mal ? Mais le plus grave c’est  lorsqu’elle me confie : « Parce que j’ai aimé  chacune de nos rencontres  et qu’elles m’ont tant apporté. » J’ai eu un moment de panique. Heureusement que m’a compagne n’a pas relevé le courrier avant moi. Vous imaginez la situation ?

Je n’ai pas cru bon de poursuivre ma lecture. Je suis allé discrètement jeter la missive à la poubelle.

 

Source

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 09:30

La société publique Électricité du Liban (EDL) a commencé à baisser sa production (six heures par jour actuellement). Elle a annoncé que, faute de moyens, elle cessera toute activité au plus tard le 22 juin 2021.

Vendredi 14 mai 2021, les bateaux-centrales turcs de Zouk et Jiyé ont cessé leur travail. Ils n’avaient pas été payés depuis 18 mois et le procureur de Beyrouth les avait immobilisés dans le cadre d’une enquête pour corruption. EDL doit déjà 180 millions de dollars à la société turque Karpowership.

Les centrales libanaises n’ont plus de quoi payer de carburant. Le Parlement a annulé la loi 215/2021 permettant de puiser dans les fonds de la Banque centrale pour en acheter.

Le 22 juin, les ascenseurs cesseront de fonctionner. Les climatiseurs aussi. Il sera impossible de recharger des téléphones portables ou de travailler avec des ordinateurs.

Une petite réserve serait néanmoins prévue pour certains hôpitaux.

Des privilégiés pourront encore acheter de l’essence et produire de l’électricité pour eux avec des groupes électrogènes. Mais le tiers de la population, qui ne mange déjà plus à sa faim, ne pourra jamais y avoir accès.

 

Source

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 09:25

Suite aux récents événements en Colombie, nombre de Colombiens de la diaspora se sont mobilisés pour protester contre le gouvernement fascisant d’Ivan Duque. Le PRCF et les JRCF de Bretagne ont décidé de poser quelques questions à un de ces Colombiens lors d’une manifestation à Rennes en soutien aux victimes de la répression policière dans les grandes villes de Colombie, pour tirer un cadre global de la situation politique de ce pays, étant donné que les médias dominants français, détenus par quelques milliardaires, ne daignent pas expliquer clairement ce qu’il s’y passe.

Voir les vidéos

Partager cet article
Repost0
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 10:38

Absolument inadmissible, cette prétention des va-nu-pieds à améliorer leur sort par l’action collective. Intolérable, l’effort désespéré de ces manants pour mettre fin à la misère et à l’ignorance. Si la classe possédante les déteste, ce n’est pas pour ce qu’ils font, mais pour ce qu’ils sont.

Aux yeux des charognards d’aujourd’hui, les Gilets jaunes ne valent pas mieux que les Communards : ce sont « des hordes qui ont tout détruit sur leur passage, rêvant de marcher sur l’Élysée pour le mettre à sac et pour placer la tête du président sur une pique ». Ces sauvages rappellent « les Khmers Rouges entrant dans Phnom Penh pour la nettoyer et la vider. Avec cette différence : les réseaux sociaux, la manipulation des médias ont donné une caisse de résonance instantanée aux vandales », écrit Pascal Bruckner, héroïque sentinelle du capital, dans « Le Point » du 10 janvier 2019. Quand on sait l’unanimité haineuse de la presse bourgeoise contre ce mouvement populaire, son propos relève sans doute de l’humour involontaire.

Pour son collègue Frantz-Olivier Giesbert, la motivation de cette foule nauséabonde est nettement plus prosaïque, et ce laquais des puissants nous délivre avec condescendance sa psychologie de comptoir émaillée de métaphores animalières : les Gilets jaunes sont « des hordes de minus, de pillards, rongés par leur ressentiment comme par des puces », écrit-il dans « Le Point » du 13 décembre 2018. Des minables dévorés par l’envie et la jalousie, voilà tout. Même registre, déjà, contre les Rouges de 1871 : « L’origine de la Commune remonte au temps de la Genèse, écrivait Maxime Du Camp dans «Les Convulsions de Paris», elle date du jour où Caïn a tué son frère. C’est l’envie qui est derrière toutes ces revendications bégayées par les paresseux auquel leur outil fait honte, et qui en haine du travail préfèrent les chances du combat à la sécurité du travail quotidien ».

Convoquer la Bible à l’appui de l’ordre social, le procédé ne date pas d’hier et il traverse le temps. Ces gueux en gilets jaunes, eux aussi, ne sont-ils pas la lie de l’humanité, dont les coupables égarements sont passibles d’un châtiment divin ? Pour Bernard-Henri Lévy, s’exprimant devant le CRIF le 18 novembre 2018, aucun doute n’est possible : « Le peuple, celui qui ne respecte rien que lui-même, celui qui dit : « on est le peuple, et parce qu’on est le peuple on a tous les droits, absolument tous, à commencer par celui d’enfreindre la loi », eh bien ce peuple-là, mes chers amis, je me permets de vous signaler que c’est contre lui que se déchaîne la sainte colère de Dieu ».

Yahvé et LBD, même combat.

Il faut dire que ces Gilets jaunes inspirent aux intellectuels bourgeois en service commandé une répugnance instinctive. Décidément, cette plèbe enragée concentre tous les mauvais instincts. Elle sent le soufre. « Mettre un gilet jaune, c’est revêtir la honte », déclare Philippe Val, qui est passé de Charlie-Hebdo à France-Inter comme on change de chemise et de compte en banque. On feint d’ignorer leur programme, et on y voit les pitoyables représentants d’une France provinciale méprisée par ces muscadins de la presse bourgeoise.

« Qui sont ces  Gilets jaunes et que  veulent-ils ? » demande  Laurent-David Samama dans « La Règle du Jeu », le 4 décembre 2018. « Les premiers concernés n’en savent rien, et ne cherchent d’ailleurs pas à répondre. Coincés entre un Burger King, un Kiabi et un centre Leclerc, tenant les rond-points de la France moche en se rêvant Sans-Culottes, tout juste se perdent-ils, lorsqu’on les interroge, dans le gloubi-boulga incohérent de leurs doléances ».

Mais si l’on creuse un peu, assurent ces chiens de garde, on découvre alors le pire, sournoisement tapi dans l’ombre. « On commence par le référendum d’initiative populaire et on finit par l’antisémitisme. On commence avec Rousseau et on finit avec Doriot. Mais c’est pas les marges, ça, c’est le cœur du mouvement », assène Bernard-Henri Lévy sur Europe 1, le 18 février 2019. Des antisémites, bien sûr, et manipulés par l’étranger, de surcroît. Journaliste à France-Culture, Brice Couturier, dans un tweet du 1er décembre 2018, est catégorique : « Poutine est à la manœuvre. Une petite guerre civile en France ferait bien ses affaires ».

Des mensonges à la chaîne, qui sont les mêmes que ceux qu’étrillait Marx à propos de la Commune dans sa lettre à Liebknecht, le 6 avril 1871 : « De tout le fatras qui te tombe sous les yeux dans les journaux sur les événements intérieurs de Paris, tu ne dois pas croire un mot. Tout est mensonger. Jamais la bassesse du journalisme bourgeois ne s’est mise plus brillamment en évidence ».

 

Source

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 10:32

L'un des plus grands scandales de corruption de l'histoire de l'Union européenne se déroule sous notre nez, mais comme l'histoire est désagréable, la plupart des médias européens, des médias autoproclamés, ne voient pas, n'entendent pas, ni ne parlent, comme d’habitude.

Stella Kirikádes, la commissaire à la santé qui a signé les contrats de vaccination tardifs de l'UE, a été mêlée à un scandale de corruption inacceptable. Beaucoup sont déjà certains qu'elle a été soudoyée par les fabricants de vaccins.

De manière inattendue, exactement 4 millions d'euros, sont apparus dans le compte conjoint de cette commissaire européenne avec son mari. La presse chypriote parle déjà - je cite littéralement - de corruption passive.

L’argent a atterri sur le compte familial de la commissaire par l’intermédiaire de la Cooperative Bank of Cyprus, qui appartient à l’État, et qu’elle a tenté de déguiser en une sorte de prêt, un prêt pour éviter un scandale .

L'affaire est trop grosse pour être simplement balayée sous le tapis, car la commissaire européenne à la santé ne dispose d'aucune couverture pour contracter un prêt de cette taille. Comme l’a déjà dit un rapport de la Cour des comptes chypriote: ceci ne peut être un prêt, comme le prétendait la ministre. Stella Kirikádes ne pourra pas rembourser cette somme énorme, ni sur son salaire, ni sur d’autres sources, c’est-à-dire qu’il s’agit clairement d'un déguisement de corruption.

Stella Kirikiades, après sa chute, essaie de s'excuser de toutes les manières possibles. Elle essaie de faire croire que cet argent apparemment « sale » n'a rien à voir avec les contrats de vaccination de l’UE.

On essaye de détourner notre attention du fait que cet argent a été versé, selon toute probabilité, par des fabricants de vaccins pour des contrats conclus à des conditions favorables pour eux, ce qui a entraîné des expéditions retardées et d'autres couacs. Pendant ce temps, les journaux chypriotes les plus prudents écrivent, qu'il s'agit probablement d'une corruption passive.

Et ce n'est pas la première fois qu'un commissaire européen à la santé et sa famille sont impliqués dans un scandale de corruption lié à la santé.

Quelques années plus tôt, ce sont ces mêmes personnes, Stella Kirikiades et son réseau, qui se cachaient derrière une banque, lorsque Stella Kirikiades  et son équipe ont décidé de privatiser tous les traitements oncologiques sur l'île de Chypre ce qui a amené une explosion surréaliste du prix des soins du cancer. Le nom d'une famille s’enrichissant sur le dos des patients atteints de cancer fut l'objet d'un gros scandale dans tout le pays. Lorsque la situation est devenue intenable, la question a été portée devant le Parlement chypriote. Tous les députés ont voté pour la nationalisation des traitements contre le cancer, afin de réduire leurs coûts, à l'exception de la députée Stella Kirikiades.


Aujourd'hui, elle est la commissaire européenne chargée de la santé, signataire des contrats de vaccins déjà critiqués par tous... Elle devrait maintenant expliquer comment 4 millions d'euros ont été mis sur son compte.
Pour l'instant, Bruxelles écoute.

 

Source

Partager cet article
Repost0