Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 07:18

Le 9 mars 2015, le président Barack Obama a émis un décret qui déclare le Venezuela comme étant une « menace inhabituelle et exceptionnelle à la sécurité nationale et la politique extérieure des États-Unis ».

Lors d'une conférence de presse qui a eu lieu à Bruxelles le 13 mars, l'Equipe Investig'Action a recueilli les déclarations de Monsieur l'Ambassadeur de la République Bolivarienne du Venezuela en Belgique, Luxembourg et l'Union Européenne, qui dénonce l'"agression grave" des Etats-Unis contre la souveraineté, la démocratie et la paix au Venezuela.

 Regarder la vidéo

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 07:13

Il serait temps que Marwan Barghouti, le « nouveau Mandela » palestinien, soit libéré après 20 ans d’incarcération dans des prisons israéliennes Ce 11 février, nous devions commémorer la libération de Nelson Mandela qui avait été libéré de prison le 11 février 1990 après vingt-cinq longues années.

Cette date devrait aussi nous évoquer une autre figure : celle de Marwan Barghouti, le leader palestinien qui est coincé derrière les barreaux en Israël depuis 20 ans. A l’instar de Mandela, il est celui qui pourrait, s’il sortait de prison, réunir toutes les factions, gagner la présidence, entamer des négociations en vue d’une paix définitive pour son peuple, obtenir le soutien de ce dernier et ensuite mener à une transition vers la vérité et la réconciliation dans un nouveau pays indépendant. Malheureusement, il demeure dans sa cellule, dans la prison de Hadarim situé sur la côte méditerranéenne près d’Herzliya. Le seul moyen de le libérer serait de lancer une campagne internationale, semblable à celle qui avait permis la mise en liberté de Nelson Mandela. Nous appelons tous ceux qui défendent l’idée d’un Etat palestinien indépendant à soutenir la campagne internationale pour libérer Marwan barghouti et tous les prisonniers palestiniens (http://fmaapp.ps/) et à prendre part aux campagnes en France, en Italie et dans d’autres pays européens afin de célébrer ce 15 avril 2015 l’anniversaire de sa capture et de son arrestation.

Source

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 07:10

A quelques semaines d’intervalle, deux conférences liées à la question palestinienne viennent d’être empêchées dans l’université française.

A Sciences Po Nancy, c’est Jean-Pierre Filiu, historien connu notamment pour son livre Histoire de Gaza, qui a dû renoncer à une conférence sur Gaza et l’avenir de la Palestine, les responsables ayant mis en avant « le risque de troubles » en raison de l’engagement de l’intervenant.

A Paris 8, le journaliste américain Max Blumenthal devait intervenir aujourd’hui dans le cadre d’une « semaine anti apartheid » partie des universités américaines. La direction de l’université a là aussi repris le même type d’arguments fallacieux totalement dépourvus d’objet.

 Il y a là une très inquiétante dérive dans le contexte installé depuis les attentats de Paris. Elle met gravement en cause les libertés, qui plus est à l’intérieur des universités qui devraient en être les garantes. L’AFPS apporte aux organisateurs le témoignage de sa pleine solidarité.

Source


Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 07:05

À l'attention : de Monsieur le Maire de Massy, du Ministère de la Culture, du Ministère de l'Ecologie

Suite au Festival International du Cirque qui s’est tenu sur sa commune, le magazine de la ville de Massy a proposé une couverture avec pour commentaire « Grandiose, Tima a remporté le prix de la ville pour son solo à la trompette ».

Cette image est tout simplement insoutenable, pitoyable, affligeante. 

Chaque ours, comme chaque être humain, possède une personnalité unique. La peur est constante et constamment entretenue. L’ours anticipe ainsi, lors des spectacles, les ordres de son dresseur, pas par amitié pour lui, mais par crainte de représailles.

L’ours est aussi un animal imprévisible et émotif. Il représente un danger latent, lors de ces spectacles où la proximité avec le public est exagérée. La sécurité des citoyens est primordiale et il en va de la responsabilité du maire. Dans ce contexte, ce dernier ne remplit pas son rôle lorsqu'il accueille ces numéros sur sa commune.

Enfin, le respect de la vie doit être enseigné à tous les enfants, mais il est mis à mal lors de ces spectacles, car ils apprennent que l’animal sauvage est une distraction, un amusement pour le public et qu’il ne faut surtout pas se poser de questions sur ce qui se passe une fois le rideau tiré. 

Les spectacles avec animaux vont à l’encontre de l’éducation des enfants au respect et à la protection de la nature. Ils y voient la soumission par la force.

Tout d’abord parce que les conditions de captivité de ces animaux sont misérables et ces derniers vivent tous les jours dans des espaces réduits et contraires à leurs besoins élémentaires.

Ensuite, parce qu'il y a le dressage. Il consiste à imposer par la violence un comportement artificiel à l’animal, ce qui engendre chez lui des traumatismes physiques (barre, gourdin, fouet, privation de nourriture) et psychologiques (paroles, gestes, cris).

Le dressage a pour but de diminuer et de dominer l’animal. L’homme exploite la faculté de l’ours à se tenir debout sur ses pattes arrière pour lui faire réaliser, sous la contrainte, des gestes contre-nature. Cette contrainte est doublée de l’humiliation, quand l’animal imite des gestes humains qui le ridiculisent. De nombreux animaux tombent gravement malades. Pour d’autres, la seule solution est la mort !

La mise en scène et l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques n’est plus acceptable de nos jours. La plupart des gouvernements des pays européens œuvrent pour un cirque sans animaux. La France ne peut pas faire l’apologie de la torture et de la maltraitance animale. 

"Il y a de simples résolutions que chacun d'entre nous peut prendre pour éliminer l'exploitation d'autres êtres. L'une d'elles est de REFUSER d'aller voir tout cirque utilisant des animaux. Lorsque je regarde des animaux tenus captifs, cela me fait penser à l'esclavage. Les animaux dans les cirques représentent la domination et l'oppression que nous avons combattues pendant si longtemps. Ils portent les mêmes chaînes et les mêmes fers." 

(Dick Grégory - militant pour les droits civils auprès de Martin Luther King)

NOUS REFUSONS LA PRÉSENCE DE TOUT ANIMAL DANS LES CIRQUES !

"Le fait d’enfermer dans une cage des animaux libres et fiers est l’un des procédés les plus abominables de la colonisation". (Aragon)

Signer la pétition

Partager cet article
Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 09:15

CONCERT ELIZABETH : SAMEDI 14 MARS à VITROLLES - CINEMA LES LUMIERES ARCADES DE CITEAUX - 21h00 - 1ère partie : les Potos acoustiques - Tarif : 12€ - 10€ - Réservations : 04 42 77 90 77

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 09:10

Dans l’ensemble le peuple, notamment le peuple des électeurs, a du mal avec les questions religieuses. Surtout en ce qui concerne les musulmans. Dans l’ensemble le peuple des électeurs a du mal avec les questions guerrières. Par exemple j’ai un voisin  qui m’a dit : ce qu’il y a de meilleur chez les musulmans c’est bien le Corent. Ce natif du Puy de Dôme est en proie à la confusion mentale. J’ai rectifié l’orthographe, Coran avec un « a ». Mais les Auvergnats ne sont pas les seuls à rien comprendre. Un originaire de la Baie de Somme m’a tenu ces propos : « Les salafistes c’est un genre de salsifis ? ». J’ai été obligé de corriger un point de détail sinon ce picard votait Surgelé. Il était aveuglé par ses hortillonnages. Et me voilà en train de faire la différence entre les Sunnites et les Chiites. Et entre les agresseurs et les agressés. Les Picards les Bretons, les Alsaciens les Bourguignons les Armagnacs ils comprennent rien aux religions. Ils comprennent rien aux guerres. Pourtant c’est des vrais Français, eux. Enfin il y aurait quand même à redire sur les Alsaciens qui sont presque des Boches. Des « Malgré Nous » qui ont participé au massacre d’Oradour sur Glane. C’était malgré eux. Si on va par là, des malgré eux y en a plein les livres d’histoire. En particulier durant la période 1914-1918, et même entre 1939 et 1945. Et aussi entre 1945 et 1954 me souffle un amateur de riz, jaune de jalousie. Et entre 1954 et 1962 ajoute un lascar trop blanc pour être honnête. J’étais un malgré moi, je l’ai pas fait exprès de brancher la gégène sur les couilles des mauvais arabes. Je croyais que c’était Dieu qui tournait la manivelle. Les arabes ça rigole pour un oui pour un non. Il suffit de les chatouiller au bon endroit. J’ai poursuivi plus loin en remontant la chronologie. Je suis arrivé très vite aux Anglais qui n’ont pas toujours été nos amis. C’étaient des malgré nous. Quand ils ont fait rôtir Jeanne d’Arc c’était malgré eux. C’est Dieu qui frottait l’allumette sacrée. Je reviens aux musulmans. C’est aussi des malgré eux. Les talibans c’est des malgré eux. Les catholiques, ceux de l’Inquisition. Encore des malgré eux ! Finalement tout le monde sont des malgré eux. Les électeurs sont des malgré eux, les élus sont des malgré eux. Le maréchal Pétain est un malgré lui. Le général Nivelle en 1917 est aussi un malgré lui. Les américains à Hiroshima c’est des malgré eux. L’assassin de Jaurès est un malgré lui. Le docteur Guillotin est un malgré lui. Les alliés qui ont bombardé Dresde sont des malgré eux. C’est Dieu qui a fabriqué les bombes au phosphore. C’est Dieu qui a désintégré l’atome. C’est Dieu qui a inventé l’Internet. Nous on n’a rien fait de mal. Puisqu’on est tous des malgré nous. Les bretons sont catholiques mais malgré eux. Ils picolent malgré eux. Après ils cultivent le menhir et ils s’étonnent que ça pousse mal. Les bretons ont inventé le sarrasin et ils font des crêpes avec. Et nous voilà revenus à notre point de départ. C’est donc une affaire qui tourne. Nous voilà revenus aux musulmans avec les Sarrasins. Au huitième siècle au temps de Charlemagne et en 732 à Poitiers. Charles Martel quand il a arrêté les arabes c’était un malgré lui, et les arabes aussi, soyons généreux, c’était des malgré eux.


Partager cet article
Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 09:07

La Toile et les réseaux sociaux, qui vont toujours vers l’essentiel, se sont enflammés ces jours-ci à cause d’une chanson d’une rare crétinerie interprétée par de bien nommés Enfoirés. Il paraît même que le chef-d’œuvre, signé Jean-Jacques Goldman, fut la plupart du temps qualifié de « réac » parce qu’une bande de vieux cons s’en prend à un groupe de jeunots sur le mode « c’était mieux avant » et « bougez-vous un peu ». Or, ce que répondent ces derniers aux vieux friqués jouant les dames patronnesses, dans la chanson, est tout aussi stupide. C’est donc faire beaucoup d’honneur à cette chanson que de s’échiner à vouloir la parer à tout prix de certains qualificatifs, alors qu’elle est tout simplement très conne et qu’elle demeurera sans doute en bonne place dans un futur florilège des grosses daubes musicales.

 Quant aux vieux cons présents sur le clip vidéo réalisé autour de cette chanson, ils auraient dû se souvenir de ce que chantait Brassens à propos de la connerie, qui touche aussi bien les blancs-becs que les têtes chenues. D’autant qu’il fut une époque où ces vieux cons furent jeunes, et qu’il se trouva alors au moins deux autres vieux cons pour leur faire la leçon (écouter ci-dessous). Décidément, le sage avait raison, le temps ne fait rien à l’affaire.


Source : http://www.crapaudsetrossignols.fr/index.php/2015/03/02/le-temps-ne-fait-rien-a-laffaire/

Partager cet article
Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 09:04

Les autorités de santé canadiennes ont officiellement reconnu cette année un taux d’efficacité de 0 % pour le vaccin contre la grippe.

Les huit millions de personnes qui se sont fait vacciner l’ont donc fait en pure perte. Leur argent est gaspillé. Elles ont couru le risque d’effets indésirables de la vaccination pour rien.

On ne connaîtra pas le nombre d’accidents liés à la vaccination. Il ne sera jamais communiqué pour la bonne raison que les autorités ne cherchent surtout pas à le connaître.

Faites l’expérience :

Qui, dans votre entourage, est au courant qu’il existe des centres régionaux de pharmacovigilance en France, chargés de recueillir les témoignages des patients sur les effets secondaires des médicaments ?

Qui connaît leur existence, leur numéro de téléphone, leur site Internet ??

Qui y a déjà eu recours ?

Ils sont pourtant 31 en France, ces centres. Et il existe un formulaire spécial, le Cerfa 15031*01 pour déclarer vous-même un problème. Vous pouvez télécharger le document ici [1].

Mais évidemment, personne ou presque ne le sait, ce qui explique qu’il y a moins de 8000 signalements d’effets indésirables par an [2] alors que 128 000 personnes sont hospitalisées chaque année suite à la prise de médicaments [3].

Des effets rarement signalés aux autorités par les médecins

Un autre formulaire Cerfa, le 10011*04, permet aux médecins de déclarer facilement un incident [4].

Mais la procédure elle aussi est totalement sous-utilisée.

Les autorités expliquent que c’est parce que les médecins, eux non plus, ne sont pas au courant, ou parce qu’ils n’ont pas le temps de faire une déclaration prenant 15 à 20 minutes [5].

De fait, les déclarations sont ridiculement rares.

84 % de ces déclarations émanent des hôpitaux, 13 % seulement des médecins libéraux qui sont pourtant responsables de la plupart des prescriptions.

Dans la pratique, les personnes qui ressentent des effets indésirables suite à un vaccin (fièvre, vomissements, mal de crâne, douleurs articulaires…) ne savent pas qu’elles peuvent faire quelque chose. Elles se contentent d’attendre que ça passe.

La plupart des médecins leur expliqueront en toute bonne foi que « ça n’a rien à voir », parce que la vaccination est « totalement sûre ». C’est donc « par hasard » que vous avez eu ces symptômes « inexplicables », survenus juste après vous être fait vacciner…

C’est ce qui permet de maintenir à plein régime l’industrie du vaccin contre la grippe, et d’étouffer un scandale médico-financier qui aurait pourtant dû éclater depuis des années.

 

Manœuvres honteuses

Autorités sanitaires, grands médias et industrie pharma se sont livrés cette année à des manœuvres honteuses.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a donné en mars 2014 la composition du vaccin contre la grippe pour l’hiver 2014-2015.

Dès le mois de mai 2014, c’est-à-dire à peine huit semaines plus tard, il s’avérait déjà que l’OMS s’était trompée. Le virus de la grippe H3N2 avait muté et tous les experts haut placés savaient que le vaccin contre cette souche allait être inefficace.

Mais qu’est-il est arrivé ? Quelqu’un a-t-il pris sur lui de révéler la chose au grand public, en toute humilité ?

Eh bien non !

Un silence absolu a été maintenu sur ce sujet.

Personne n’a eu l’honnêteté de dire dans les médias : « Nous sommes désolés, nous pensions pouvoir faire un vaccin efficace contre la grippe. Le virus a muté de façon inattendue. Ce n’est donc plus la peine de vous faire vacciner. »

La campagne de vaccination mondiale a été lancée en fanfare comme chaque année au mois d’octobre, comme si de rien n’était, alors que tout le monde savait.

Ce n’est que mi-janvier qu’une étude sur les effets du vaccin a révélé ce qui était parfaitement prévisible dès le départ, à savoir qu’il était largement ou totalement inefficace cette année.

Nous avons bien sûr alerté immédiatement les lecteurs de Santé Nature Innovation.

 

Mais il a fallu encore un bon mois pour qu’un site grand public comme Le Figaro Santé l’annonce, le 16 février 2015 [6], ou l’Express, qui a attendu le 16 février également, écrivent : « Un vaccin pour rien ? Le millésime 2014-2015 du vaccin contre la grippe est reconnu peu efficace par les autorités sanitaires. [7] »

Pourquoi tant de retard ?

C’est à croire que de puissants intérêts se sont ligués pour attendre que la campagne de vaccination soit terminée avant de lâcher le morceau.

En tout cas, le 29 janvier 2015, le journal Le Monde, toute honte bue, incitait encore ses lecteurs à aller se faire vacciner dans un article intitulé « Il est encore temps de se faire vacciner contre la grippe. [8] »

Quinze jours plus tard, le Figaro révélait que le problème était connu dès « mai 2014 alors que le processus de fabrication était déjà trop avancé pour revenir en arrière » [9].

Comprenez : « De l’argent avait déjà été investi ; pour maintenir les profits de l’industrie pharmaceutique, il fallait donc procéder comme d’habitude à la diffusion massive du vaccin, même si l’on savait que c’était inutile et dangereux pour les patients. »

 

Sources : 

 

[1] Cerfa 15031*01

 

[2] Voir note précédente

 

[3] Effets secondaires aux médicaments et dépendance 

 

[4] cerfa_10011 

 

[5] Pharmacovigilance : comment l’ANSM facilite la déclaration des effets indésirables 

 

[6] Un vaccin peu efficace contre la grippe cet hiver

 

[7] Cette année, la grippe n'a pas forcément épargné les patients vaccinés 

 

[8] Il est encore temps de se vacciner contre la grippe 

 

[9] Un vaccin peu efficace contre la grippe cet hiver 

 

[10] Vaccines for preventing influenza in healthy adults

 

[11] Un vaccin peu efficace contre la grippe cet hiver  


Partager cet article
Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 08:54

Quels sont donc actuellement, selon vous, les indicateurs de santé ?

Ils sont au rouge, depuis 50 ans le développement des pathologies chroniques est catastrophique.

Voyez donc : pertes de plus de 50 % des spermatozoïdes chez l’homme, augmentation des stérilités, hypofécondités, malformations néonatales, allergies, maladies neurodégénératives comme l’Alzheimer, doublement des cancers et apparition de très nombreuses maladies orphelines…

Ces pathologies environnementales sont apparues progressivement depuis un siècle, parallèlement au développement de la chimie et l’essor industriel. La révolution verte des années 70 a transformé l’agriculture paysanne en agriculture industrielle utilisant force engrais et pesticides. Nous retrouvons ces produits dans notre alimentation. Nos fruits, par exemple, contiennent 3 à 10 résidus de pesticides. C’est du reste ce qui m’a poussé à me lancer dans les questions de santé et d’environnement. J’en avais marre de voir devant moi des malades qui n’auraient pas dû l’être. Avant de devenir médecin, j’ai passé un diplôme de technicien agricole. Je connais donc très bien les traitements subis par les écosystèmes, les animaux etc. Le lien entre l’essor de pathologies diverses, dont les cancers, et notre manière de cultiver la terre ou d’élever les animaux ne fait aucun doute. On le voit sur le terrain. Quand va-t-on réellement commencer à évaluer les produits que nous utilisons en agriculture et dans l’industrie afin d’assurer une alimentation riche et saine, et des milieux de vie favorables à un maintien en bonne santé ?


Le CRIIGEN s’est retiré de l’instance de dialogue créée dans le cadre du projet gouvernemental Risk’OGM. Pourquoi ? Pensez-vous avoir conservé une influence sur l’institution malgré votre départ ?

Au début, nous étions partants pour participer à ce projet. Le ministère de l’Environnement et de l’Ecologie, ainsi que l’ANSES avaient décidé de lancer une étude sur les risques toxicologiques d’un OGM. Nous avons été conviés à participer et nous avons envoyé l’un de nos doctorants, Nicolas Defarge. J’ai été un peu surpris que le projet soit de refaire exactement notre étude sans l’élargir à de nombreux autres OGM et pesticides. En effet, il existe une quarantaine d’OGM commercialisés dans le monde, nous aurions pu profiter de ce projet pour étudier un soja par exemple.

Mais là n’était pas l’essentiel. J’ai été plus inquiet de voir que seuls l’INRA, l’INSERM et l’ANSES avaient répondu à l’offre du ministère pour faire l’étude. Quand on connaît leur hostilité à nos recherches, on pouvait se poser la question de leur capacité d’objectivité sur la question. Puis d’autres acteurs se sont greffés au projet : Monsanto (par le biais d’une association, Europabio, financée par l’industrie agroalimentaire et pharmaceutique) et les autres semenciers : Bayer, Cropscience et Limagrain notamment. Nous ne pouvions pas cautionner ces conflits d’intérêt qui nous replongeaient dans la situation classique : les fabricants évaluent eux-mêmes leurs produits et font du lobbying auprès des agences d’accréditation. Où sont l’indépendance et la transparence ? Qui protège le consommateur ?

Avons-nous gardé une influence ? Non. Mais à partir du moment où l’ensemble de l’industrie était représenté et que le reste de la société civile ne l’était pas, nous n’avions aucune chance d’influencer quoi que ce soit.

 Par ailleurs, ce qui a conforté notre volonté de départ de cette instance c’est que, rapidement, il a comme par hasard été proposé de réduire la durée de l’étude. Le projet de deux ans est devenu un projet de trois mois, que l’on pouvait prolonger éventuellement jusqu’à six ; ce que nous reprochons depuis plus de quinze ans, c’est que les textes réglementaires ne durent que trois mois, ce qui est insuffisant pour mettre en évidence les pathologies chroniques. Par ailleurs, le maïs seul sera étudié sans le pesticide – le Roundup pour lequel il est rendu tolérant –, ce qui change tout !

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 09:40

J’ouvre mon ordinateur et mon portail Orange me présente les grandes nouvelles du moment. Je les lis dans l’ordre, « New York prise au piège des glaces », « Les supporters de Guingamp ont eu la frayeur de leur vie », « Hollande victime du vent », « Pascal Brunner fa si la chanter », « Macron se repose à La Mongie »,  les « Pyrénées inaccessibles » encore Hollande  est à « Manille en compagnie de Marion Cotillard  et Mélanie Laurent», et puis tout petit mais persistant toute la journée, et comme honteux d’être là : « le Quick-Sex nouvelle tendance » J’essaie de récapituler l’ensemble de ces nouvelles étonnantes et après coup je m’interroge.

François Hollande est allé à Manille pour tenter d’arrêter le réchauffement climatique. François Hollande lutte contre les éléments déchaînés, mais il ne peut rien contre le vent qui envole les feuilles sur lesquelles on a écrit son discours. Sera-t-il plus heureux avec le réchauffement du climat? A côté Marion Cotillard n’a pas froid aux yeux. Heureusement qu’elle n’est pas à New York elle serait prise par les glaces, avec Mélanie Laurent. Je suis perplexe. Ces deux actrices ont-elles voulu refroidir François Hollande ? Ou le réchauffer avec le « Quick-Sex » ? Pendant ce temps-là ce pauvre Macron se les gèle à La Mongie. Il aurait mieux fait d’aller à Manille. Et que font les supporters de Guingamp pendant que les autres s'amusent? Ils ont évité le voyage à Kiev où on relève des températures largement négatives. Pourtant en Ukraine on dit que c’est chaud. Mais il ne s’agit pas de la même chaleur. Ce pauvre Pascal Brunner disait que c’est facile à chanter. En attendant il déchante. Définitivement. Mais l’essentiel n’est pas là, l’essentiel est dans le Quick-Sex qui est fait pour les branchés. Et qui se débranchent vite. En français on disait « Vite fait su’l’gaz ». Mais s’il s’agit du gaz de schiste rien ne va plus pour Hollande. Comment va-t-il triompher des chaleurs de l’été austral ? D’autant qu’à ses côtés il y a Marion et Mélanie, qui n’ont pas froid aux yeux et qui pourraient provoquer des tempêtes sous le crâne de François. Du coup ça envolerait les dernières pages de son discours. Mais est-ce que François Hollande va faire fondre les glaces de New York ? Et Macron, qu’est-ce qu’on fait de Macron ? Et les supporters de Guingamp, par ce temps glacial ? Ont-ils besoin du Quick-Sex pour se réchauffer ? On ne va tout de même pas les gazer ! Finalement toutes ces infos sont cohérentes. Je résume, Pascal Brunner est refroidi, le vent se calme à Manille, Hollande peut lire son discours. Il n’est pas incommodé par ses deux actrices. Reste Macron mais on va lui envoyer une spécialiste en Quick-Sex… On va éviter la congélation des supporters de Guingamp. On va servir tout ça à bonne température. Vive le Portail Orange !

Partager cet article
Repost0