Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 16:14

C‘est le président de la République le plus cher de l’histoire. Il a pourtant quitté l’Elysée en 1981. Selon des documents obtenus par le député René Dosière, spécialisé sur les questions de budget, l’Etat dépense chaque année 2,5 millions d’euros pour Valéry Giscard d’Estaing. Des privilèges accordés depuis 1985, année où Laurent Fabius (à l’époque premier ministre) a défini les moyens attribués par l’Etat aux anciens présidents de la République : bureau, personnel et sécurité.

Si on ne connaît pas la totalité des factures puisque plusieurs ministères prennent en charge ces dépenses, René Dosière a pu en reconstituer l’essentiel.

Valéry Giscard d’Estaing dispose d’un bureau (en fait un appartement) en plein coeur de Paris, sur le boulevard Saint-Germain. C’est l’Etat qui prend en charge le loyer, pour un montant annuel de 276 683 euros.

Quatorze personnes payées par l’Etat sont au service de Giscard. Parmi eux, on trouve des chauffeurs, des restaurateurs, des agents de sécurité et des secrétaires. On ne connait pas le coût total de ce personnel. Le ministère de la Défense, qui met à disposition cinq fonctionnaires, a simplement précisé que 2 sous-officiers de l’armée de terre au service de Giscard coûtaient 109 130 euros et 3 sous-officiers de la marine coûtaient quant à eux 177 566 euros. Soit, au total, 286 696 euros. On ne connaît pas le coût du reste du personnel.

Si tous les salaires des conseillers de Giscard ne sont pas connus, on sait par contre le montant total de leurs heures supplémentaires. Versées par Matignon, les « indemnités de sujétion particulière » (qui compensent les heures supplémentaires) s’élèvent à 155 198 euros pour la seule année 2014.

En plus du loyer de son bureau parisien, des salaires de son personnel, Giscard d’Estaing bénéficie d’une sécurité très élargie. Et pas seulement à Paris. Par exemple, pour surveiller sa résidence à Authon, dans le Loir-et-Cher, ce sont près de 15 gendarmes à temps plein qui sont mobilisés. Le tout, pour une facture totale de 1,1 million d’euros par an.

Source


Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 16:09

A l’occasion de la Journée européenne de la mémoire de l’Holocauste du 27 janvier 2015, des rencontres et des cérémonies se sont déroulées sur de nombreux lieux de mémoire à travers la France, en écho aux manifestations organisées à Auschwitz, Paris et Drancy.

Au camp du Struthof ce même jour, à une soixantaine de kilomètres de Strasbourg, les portes de l’ancien camp de concentration sont restées closes pour cause de… « fermeture annuelle du 24 décembre au 28 février, réouverture le 1er mars 2015″. Jusqu’à cette date, il faudra se contenter d’une visite virtuelle sur le site Internet du Struthof qui, 70 ans après, bien trop souvent ignoré du grand public, peine à sortir de l’oubli…

Bien avant Auschwitz pourtant, que les Soviétiques découvrirent le 27 janvier 1945, le « Konzentrationslager » du Struthof sera le premier camp de concentration découvert par les Alliés à l’ouest de l’Europe le 23 novembre 1944.

Le camp du Struthof en Alsace avait été ouvert en 1941 par les nazis, après l’annexion à l’Allemagne de l’Alsace-Moselle. Selon l’historien Robert Steegmann, 22.000 personnes y ont laissé leur vie et près de 52.000 personnes de l’Europe entière y furent internées, dont de nombreux juifs, mais aussi un fort contingent de Polonais (les plus nombreux), suivis des Soviétiques et des Français.

Parmi ces derniers, on comptait environ un quart d’Alsaciens-Mosellans, souvent des déportés politiques ou des réfractaires au régime nazi, que l’on appellera les « Nacht und Nebel » (Nuit et Brouillard), nom de code des décrets nazis de 1941, voulant venir à bout des opposants au Reich et, plus généralement, de la Résistance en Alsace et dans les pays annexés ou occupés.

Chaque année, une cérémonie solennelle, commémorative de l’évacuation du camp, se déroule au Struthof le week-end suivant le 18 juin, en souvenir de l’appel du général de Gaulle. Pour le 70e anniversaire de cette évacuation l’année dernière, en plein cœur des cérémonies de la Libération, les survivants du Struthof attendaient pour le moins la présence d’un membre du gouvernement. Mais ni le secrétaire d’État aux Anciens combattants, ni Valls ou même Hollande ne l’avaient noté dans leur agenda…

L’ancien camp est inscrit sur une liste de neuf sites de hauts lieux de la mémoire des guerres contemporaines. Cette décision a été confirmée par le ministère de la Défense en… avril dernier par un arrêté paru au Journal officiel. Il était temps…

Source

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 16:06

Depuis sa fondation par Abdel Aziz Ibn Saoud en 1932, le royaume d’Arabie Saoudite n’a cessé de servir les intérêts des puissances occidentales. D’abord ceux du Royaume-Uni, protecteur de la famille Saoud, qui avait aidé les Saoud à fonder leur royaume pour profiter de la position stratégique du pays. Non seulement pour s’assurer du commerce avec ses anciennes colonies mais également en l’utilisant pour contrer l’influence de l’Empire Ottoman. Puis, ce fut au tour des États-Unis d’imposer leur domination dans le pays. Le deal était simple : en échange d’un soutien financier et militaire, le royaume s’engageait à fournir aux États-Unis un pétrole bon marché et des bases militaires ainsi qu’à jouer le rôle de « gendarme » de la région en déstabilisant les pays désireux d’affirmer leur indépendance et de choisir une autre voie que celle de l’inféodation à l’empire états-unien. Financement de groupes fanatiques djihadistes et instrumentalisation de l’islam furent, entre autres, les outils utilisés pour déstabiliser ces pays.

 Le clan des Saoud dirige le pays d’une main de fer depuis presque un siècle. Ainsi, tous les rois qui se sont succédé ont toujours suivi les mêmes orientations, tant dans la politique intérieure qu’extérieure. Voilà pourquoi il n’est pas vraiment nécessaire de s’arrêter sur un roi en particulier, étant donné que tous ont pratiqué la même politique. Preuve en est, le nouveau roi Salman a affirmé qu’il continuerait sur la même ligne que son prédécesseur. Depuis l’annonce de la mort d’Abdallah, les chancelleries occidentales ont toutes salué la « mémoire » du roi défunt. Hollande, Cameron, Obama, Harper... tous ont accouru pour aller rendre hommage au tyran et n’ont pas hésité à faire l’éloge de son action. Il est donc temps de dresser une analyse comparative des déclarations et de la réalité. 

Lire l'article


Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 15:54

L’organisation non gouvernementale (ONG) Oxfam a publié cette semaine un rapport sur l’état des inégalités dans le monde. Autant dire tout de suite que les riches ne se sont jamais aussi bien portés qu’aujourd’hui. Les chiffres ont de quoi donner le tournis. En effet, l’ONG prévoit qu’en 2016, les fameux 1% les plus riches posséderont plus de la moitié de la richesse mondiale. Les 99% restants devront se partager le reste du gâteau. Les 80 plus grosses fortunes de la planète détiennent ainsi autant de richesses que les 3,5 milliards des plus pauvres. Chaque adulte de cette élite possède personnellement plus de 2,7 millions de dollars. Des inégalités qui au fil des années ne cessent de se creuser. En 2010, les 1% détenaient 44% de la richesse mondiale contre 56% pour le reste. En 2020, on estime que la part de leur richesse atteindra 52,5%.

Par ailleurs, selon une étude réalisée par la banque suisse UBS en partenariat avec le cabinet de recherche singapourien Wealth X, le nombre de milliardaires dans le monde s’élève en 2014 à 2.235, soit une augmentation de 7% par rapport à 2013. La crise économique de 2008 n’a en rien affecté l’élite mondiale, bien au contraire. Alors que des millions de personnes se retrouvaient sur le carreau du jour au lendemain, renvoyés de leur travail après de bons et loyaux services, pendant que des millions d’Européens, d’Etats-uniens sombraient brusquement dans la pauvreté et la précarité et que des pays du Sud subissaient des famines toujours plus dévastatrices, l’élite capitaliste mondiale faisait exploser ses comptes en banques. Cette énième crise du capitalisme a mis une nouvelle fois à nu ce système injuste et cruel. Et aucun pays de l’OCDE n’est épargné par cette dérive inégalitaire. 

 

En France par exemple, tandis que les grands patrons et les actionnaires se goinfraient de dividendes, de stock options et de retraites chapeau, la masse de la population recevait et continue de recevoir les foudres de ce système basé sur l’hyper profit de quelques-uns et l’exploitation du plus grand nombre. Les statistiques sont là pour en témoigner. Alors que, dans toute son histoire, la France n’a jamais été aussi riche, on compte plus de 140.000 sans domicile fixe. Selon l’Insee, le taux de pauvreté était de 12,6% en 2004, il a grimpé à plus de 14% en 2012. De plus, ce sont plus de 3,5 millions d’individus qui bénéficient de l’aide alimentaire et 3,8 millions de personnes qui perçoivent les minimas sociaux. Et les riches dans tout ça ? Ne nous inquiétions surtout pas pour eux, ils vont très bien ! L’Europe est en récession mais par contre la croissance des milliardaires, elle, est affolante. En effet, selon le magazine Challenges ils étaient 55 en 2013. En 2014, ils étaient 12 de plus. Leur patrimoine lui aussi se porte bien. Ce dernier a augmenté de 15% en un an, atteignant ainsi les 390 milliards d’euros. Après, on vient nous raconter que l’État est ruiné et qu’il n’a plus d’argent pour assurer les services publics. 

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 10:51

La vie continue après l’épisode Charlie. Le feuilleton est terminé. C’est à peine croyable, en effet, on a cru que la vie était finie, et que ça allait très bien pour tout le monde. On a cru qu’il n’y aurait plus jamais de pauvres sur cette planète. Maintenant nos chefs nous réveillent. Et la guerre est bel et bien déclarée contre les pays les plus oubliés de la planète. Et en France, c’est la guerre aussi, la guerre aux plus pauvres, Charlie c’est fini, c’est bien fini.

La guerre sociale suit son cours. Les routiers n’ont qu’à bien se tenir ! Routiers allez roulez ! Charlie c’est fini. Les rassemblements du 11 janvier c’est fini aussi. C’est du passé. L’entracte est terminé. Le spectacle est terminé. La pièce a été jouée. Qu’on se le dise ! La fraternité est terminée! « Extinction du paupérisme après dix heures du soir » c’est ce que disait Ferdinand Lop, dans les années 50. Ce slogan est plus que jamais d’actualité. Après dix heures du soir, que les SDF aillent se cacher, qu’ils aillent se coucher ! Et plus vite que ça, sinon la police va sortir des commissariats. La police est renforcée, et si c’est pas la police, ce sera l’armée. C’est l’extinction du paupérisme après dix heures du soir, c’est la fin de la représentation, c’est la fin du spectacle. C’est la nouvelle fraternité ! Les plus mal lotis sont priés de s’écraser ! Et que personne ne bronche, on n’a pas fait pour rien une marche pour la liberté. La liberté d’expression est obligatoire, alors fermez vos gueules et silence dans les rangs. Silence partout, éteignez les lumières, c’est le couvre-feu, c’est le plan pour pirater les pirates…

Regardez monter la courbe du chômage. Elle monte en même temps que la vigilance. Soyez vigilants, La météo s’y met aussi, tous les départements sont en vigilance orange. Les vigiles des supermarchés sont en vigilance orange. Les Bourses du monde entier sont en vigilance orange. L’insécurité est en vigilance orange. Français soyez vigilants, la météo annonce de la neige et du verglas, la météo annonce des écoles militaires partout, la météo annonce des grandes chaleurs dans les quartiers chauds. La météo annonce des flics dans tous les départements, sur toutes les routes, la météo annonce des uniformes dans les écoles, des uniformes partout. Ne sortez plus de chez vous attention ! La météo annonce des fermetures d’usines dans tous les départements. La météo annonce une surveillance renforcée, la météo annonce du mauvais temps, des surveillances un peu partout, dans les villes, dans les campagnes, dans les champs, dans les forêts, sur les rivières, attention la neige va tomber en hiver, elle va s’abattre avec le verglas. Attention les chercheurs d’emploi vont continuer de chercher, les français moyens vont continuer d’être moyens. Attention l’inquiétude va encore monter, Charlie c’est bien fini. Attention les usines se délocalisent, écoutez vous n’entendez pas la voix qui vous dit il est interdit de sortir après dix heures du soir, il est interdit de sortir à n’importe quelle heure…

Regardez monter la courbe du chômage, elle monte en même temps que les cotes de popularité, regardez les informations télévisées, attention, vous êtes protégés.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 10:45

guy-beart-2014.jpgUn jour, un jour viendra où son siècle repentant mettra à sa vraie place l’auteur de tant de chefs-d’œuvre qui resteront dans les mémoires et sur les lèvres.

Guy Béart ne chantera plus. En public. « La voix est bonne, la tête est bonne. Mais le corps, on n’en parle plus ». C’’est lui-même qui l’a dit, l’autre soir, et qui a aussitôt prouvé le contraire sur la scène de l’Olympia, quatre heures durant, devant une salle archi comble, à deux mille amis, deux mille fidèles, deux mille inconditionnels qui connaissent par cœur et ont repris en chœur avec lui l’air et les paroles des soixante chansons qu’il a interprétées, avec une prédilection de happy few pour les plus confidentielles.

Béart n’avait plus donné de concert depuis 1999. Celui-ci devrait être le dernier. On n’entendra donc plus en « live », comme dit Pascale Clark, qui a oublié, comme tant d’autres, qu’en France il n’est pas encore interdit de parler français, cette voix haut perchée, à la fois fragile et assurée, faible et forte, chaude et froide, traversée d’une invisible fêlure, et entre toutes reconnaissable.

 

Jongleur de mots et de notes, auteur, compositeur et interprète, aussi conscient de son talent et de son niveau que pouvait l’être le grand Corneille – « Je sais ce que je vaux et crois ce qu’on m’en dit » – quelle malédiction, quelle fatalité ont fait que Guy Béart n’aura pas été mis de son vivant sur le même pied et le même piédestal que celui où leurs admirateurs ont installé Brassens, Brel, Ferrat et Ferré, les Quatre Grands de la chanson française dans la deuxième moitié du XXe siècle ? A l’image des quelques artistes inconscients qui ont lourdement payé et pour certains paient encore leur engagement inconsidéré auprès de Nicolas Sarkozy, Béart a incontestablement pâti, après la mort de Georges Pompidou, de sa trop grande proximité avec celui-ci. Mais sa plus grande faute, sur le long terme, est dans son fichu caractère, dans le choix qu’il a toujours fait, aussi bien dans sa vie personnelle que dans sa vie professionnelle, de ne jamais chanter en meute, de suivre son chemin en toute liberté, en toute indépendance, dans une orgueilleuse solitude peuplée d’amis et d’amies chers, mais loin des promoteurs, des promotions, des majors, des Téléthons, des défilés et des grand-messes de l’artistiquement correct.

Source

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 10:39

La censure, c’est maintenant ! Lorsqu’on déprogramme des films, que l’on « invite » des salles de cinéma à ne pas diffuser certaines œuvres au motif qu’elles pourraient provoquer des troubles avec la population musulmane, autant dire que nous ne sommes plus sous un régime de libertés publiques, mais sous le règne de la loi islamique.

C’est ainsi que le film Exodus a été interdit au Maroc, en Égypte et dans un pays du Golfe au motif qu’il comporterait une représentation de Dieu. Surtout, ce péplum mettant en scène Moïse d’une part, le pharaon Ramsès d’autre part, sur la base du texte biblique du livre de l’Exode, est « sioniste » et fait la part belle au peuple hébreu…. Il n’y a dans ce film aucune offense envers les musulmans ; il évoque des scènes de l’Ancien Testament, soit environ 20 à 30 siècles avant l’apparition de Mahomet… Mais il en est ainsi dans les pays arabes : un film qui met en scène des juifs est nécessairement suspect.

Mais de l’autre côté de la Méditerranée, chez nous, dans un pays chrétien, démocratique, dans un État de droit, une telle interdiction serait-elle admissible ? Sans doute pas. C’est la raison pour laquelle ce ne se sont pas des interdictions qui ont été prononcées à l’encontre d’autres films, mais d’amicales et convaincantes recommandations de la DCRI sous couvert de sécurité…

Le film L’Apôtre raconte la conversion d’un élève imam, issu d’une famille arabo-musulmane, au christianisme. Scandale ! Un film que même Le Canard enchaîné a salué pour sa finesse, et l’intérêt du sujet traité sans polémique inutile ni provocation. Risque de réactions violentes des musulmans…

La pièce de théâtre Lapidée raconte l’histoire d’une femme lapidée au Yémen, pays de son mari. Il s’agit d’une mise à mort particulièrement abominable, prévue par la charia, et qui suscite l’horreur de tous les hommes civilisés. La pièce qui devait être donnée dans une salle parisienne ne l’a pas été, pour les mêmes raisons.

Enfin, le film Timbuktu raconte la prise de la « perle du désert » par les islamistes maliens d’AQMI, et les persécutions qu’ils font subir à la population au nom du prophète. Il décrit une réalité hélas quotidienne. Là encore, cette diffusion fait polémique, toujours pour les mêmes raisons…

Il faut donc comprendre que notre pays, qui s’est rué sur Charlie Hebdo au nom de l’émotion et de la liberté d’expression interdit toute représentation d’œuvres dénonçant la réalité de l’islam (Lapidée, Timbuktu) ou présentant sous un jour favorables les Hébreux de la Bible ou – horresco referens ! – l’apostasie d’un musulman dont on rappelle que le Coran l’a puni de mort. L’incohérence ne semble pas frapper nos dirigeants.

Source

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 10:36

Reprenons le propos de Manuel Valls : « A cela, il faut ajouter toutes les fractures, les tensions qui couvent depuis trop longtemps et dont on parle peu, (…) la relégation péri-urbaine, les ghettos, (…) un apartheid territorial, social, ethnique, qui s’est imposé à notre pays. »

Il est cocasse de voir les politiques fourvoyer encore une fois le débat en chipotant sur le bien-fondé ou non de l’emploi du terme « apartheid ». Car ce qu’il y a de véritablement scandaleux dans cette phrase, ça n’est certes pas l’utilisation de ce terme, mais le fait que, selon le premier ministre, ledit apartheid (ou cette ghettoïsation, si vous préférez) « s’est imposé ».

Ah ! le fourbe apartheid ! Sans rien demander à « notre pays », insidieusement, contre la volonté de tous, il s’est imposé, le salaud ! Personne n’en voulait, surtout pas ces guignols qui s’embrassaient hier encore et qui se vautrent à nouveau dans leurs querelles minables, mais rien à faire il s’est imposé.

 Les « accédants aux responsabilités » n’étant jamais responsables de rien, il faudrait une loi contre ces apartheids parasites qui s’installent là où ils veulent sans autorisation, moi j’dis !

 

https://florealanar.wordpress.com/2015/01/22/lintrus/

http://florealanar.wordpress.com/

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 10:31

Liberté d’expression. Censure. Qui imaginerait qu’en France, une bibliothèque universitaire puisse censurer un livre pour des motifs politiques? Pas dans le pays où des millions de citoyens proclament "Jesuischarlie" pour défendre la liberté d’expression ! Eh bien c’est pourtant malheureusement le cas. Un cas non isolé si on en croit les témoignages qui nous parviennent.

Cette fois-ci c’est la bibliothèque PMF de l’université Paris 1 qui vient de censurer un ouvrage d’un universitaire reconnu au niveau international proposé par un de ses usagers. Pire, les autorités universitaires revendiquent également la censure totale de la maison d’édition qui le publie, et ce pour un motif politique évident si on lit la motivation de ce refus apporté par ces censeurs :

« L’ouvrage proposé, bien qu’écrit par un universitaire, ne nous semble pas a priori présenter la neutralité historique et scientifique nécessaire à son éventuelle intégration dans nos rayons. Les autres titres publiés par l’éditeur non plus. » Bibliothèque PMF Paris 1


Cet ouvrage, c’est le livre de l’universitaire britannique Geoffrey Roberts « Les Guerres de Staline » publié aux éditions Delga.

Mais qui est donc ce Geoffrey Roberts que censure l’université parisienne ?

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 10:26

Des manifestations éclatent un peu partout et la répression se donne libre cours.

Suite à la mobilisation massive et quotidienne durant les derniers 7 jours (plus de 6000 personnes) d'un quartier ouvrier de Burgos (Nord de l'Espagne) appelé EL GAMONAL, contre la construction d'un parking (la mairie du PP a décidé que les riverains ne pourront plus garer leurs véhicules et seront contraints de louer pour 40 ans des parkings à 20.000 euros la place, bonjour la spéculation !), qui se sont soldées avec plusieurs personnes arrêtées dont 2 incarcérées, la population de différentes villes d'Espagne s'est mobilisée durant ces 4 derniers jours et sans chômer en soutien aux habitants de EL GAMONAL.

Suite aux arrestations, les habitants de GAMONAL se préparent à résister à la charge des flics. Les retraités sont particulièrement actifs.

Quelqu'un ose-t-il traiter de "casseurs" ces anciens travailleurs ? Ils ne font que se défendre!

Devant la Mairie de Burgos

Madrid, après des charges extrêmement violentes de la police espagnole, il y a eu plusieurs blessés et parmi les personnes arrêtées il y a un sapeur-pompier.

Il ne participait pas à la manifestation, il était avec ces camarades entrain d'éteindre une barricade en feu qui risquait de s'étendre à des véhicules garés.Lorsque les anti-émeutes sont arrivés à leur hauteur, ils ont essayé de virer les pompiers !!! ces derniers leur ont demandé d'attendre deux minutes le temps d'éteindre le feu mais ils se sont vu insulter et taper par les flics !!!

 Moment de l'arrestation.

http://www.20minutos.es/noticia/2030499/0/bombero-detenido/protesta-madrid/apoyo-gamonal/#xtor=AD-15xts=467263

Le pompier une fois libéré raconte: (Vidéo)

Ses collègues se sont tout de suite mobilisés avec les camions vers le commissariat et ont été reçus à coup de matraque, balles de gomme et gaz lacrymogènes(Vidéo)

Barcelone, les pompiers sont sortis en solidarité avec leurs camarades de Madrid.

 Les photos de la mobilisation des pompiers de Barcelone en soutien à ceux de Madrid:

> http://www.flickr.com/photos/ acampadabcnfoto/sets/ 72157639825217106/

A Zaragosse, Alicante, Madrid, Barcelone, Séville, etc les manifestations se succèdent.

Palencia (Nord de la Castille)

Toutes réprimées avec une extrême violence. Il y a des dizaines de personnes arrêtées et toujours au commissariat. Beaucoup de blessés.

Sur la vidéo suivante vous pourrez apprécier la répression à Madrid. Comme ils n'arrivent pas à tenir tête aux pompiers et aux manifestants, ils s'en prennent aux gens qui sont sur les trottoirs. En fin de vidéo, le journaliste se voit ordonner d'arrêter de filmer.

(Vidéo)

Les flics pénètrent dans le métro de Madrid et charge sur les gens !

A Barcelone, un commissariat a été attaqué après une manifestation réprimée.

(Vidéo)

A Madrid et Alicante, il y a eu des corps à corps parce que les gens en ont marre de se faire taper dessus et surtout ont décidé de braver la peur contre la nouvelle loi de répression qui a été votée la semaine dernière ramenant l'Espagne dans les mêmes conditions de manifestation que du temps de Franco,

c'est-à-dire INTERDITES !.

Le PP de Madrid annonce qu'ils vont mettre tous les moyens pour faire face aux "terroristes" (il s'agit du peuple qui se mobilise !!!)

A Saragosse, un retraité gît par terre après la charge. Ils ne font rien pour le secourir et ne laissent approcher personne. Des salauds fascistes

Le PP de Madrid annonce qu'ils vont mettre tous les moyens pour faire face aux "terroristes" (il s'agit du peuple qui se mobilise !!!)

> https://www.youtube.com/watch? v=9TXNDUSoAfA

Un handicapé est arrêté par les gorilles à Madrid lors de l'expulsion de son logement. Remarquez comment il s'y prennent alors qu'il se trouve sur un fauteuil roulant.

 

A Burgos, les manifestants installent la future pendaison du maire du PP.

Rassemblement de Malaga. Les minutes qui suivent c'est la charge.

A Lanzarote, Iles Canaries, le juge ordonne l'expulsion d'un couple de septuagénaires, d'un logement appartenant à l'église.

_________________________________________________________

(Source(s): Mario Munera / YouTube / Comité Pour Une Nouvelle Résistance, le 09.02.2014 / Relayé par MetaTV )

 

 

 

Partager cet article
Repost0