Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 09:10

 

Depuis plus d’un mois, plus de 500 prisonniers palestiniens  sous détention administrative illégale dans les prisons israéliennes, ont entamé une grève de la faim illimitée. Leur mouvement, d'une ampleur nationale et politique sans pareille, n'aboutit à aucune réalisation de leurs revendications pourtant légitimes. Le gouvernement israélien refuse de répondre à leurs demandes : ils réclament leur libération immédiate et l'abolition de l'arrestation administrative sans aucun jugement.

L’arrestation administrative sans procès ni jugement fait partie de la politique israélienne envers les prisonniers palestiniens, c'est une procédure illégale à l'encontre de toutes les lois d'une détention qui pourra durer des années.

Déjà, l’arrestation, la détention et le jugement de nos 5000 prisonniers toujours derrière les barreaux israéliens sont illégitimes, car ils sont les prisonniers de la liberté.

Parmi ces prisonniers grévistes, des dizaines souffrent de maladies graves, leur vie est en danger, à cause de la négligence médicale des autorités israéliennes qui veulent faire pression sur eux pour qu'ils cessent cette grève.

En soutien à ces prisonniers dits administratifs, tous les prisonniers palestiniens, soit plus de  5000 personnes, font grève.

Par leur résistance, leur persévérance, et leur patience, nos prisonniers sont en train de donner une leçon de courage et de détermination, non seulement aux forces de l’occupation israélienne, mais au monde entier.

Ce mouvement est suivi en Cisjordanie et dans la bande de Gaza par des milliers de Palestiniens  qui organisent partout des manifestations de soutien à ces prisonniers dans leur combat pour la liberté et la vie. Des centaines de personnes en solidarité avec eux ont commencé une grève de la faim .

Malgré quelques initiatives prises dans certains pays par des associations de la société civile , en solidarité avec les prisonniers palestiniens grévistes de la faim, via des manifestations et des rassemblements, on peut observer le profond silence des médias, des intellectuels, des partis politiques, des organisations des droits de l’homme, et celui des gouvernements d'un monde qui se dit libre et démocrate, mais qui n’arrive pas à bouger et à réagir devant le sort qui leur est réservé

Ce monde regarde mourir lentement nos prisonniers qui ne cessent de souffrir

Souffriront-ils encore longtemps?

Où sont donc les organisations des droits de l’homme ?

Où donc est le monde libre ?

Ne voit-il pas ? N'entend-il pas?

Quand y aura-t-il  une réelle pression sur les autorités israéliennes d’occupation ?

Le cri des estomacs vides de nos prisonniers sera-t-il  entendu ?

Un dernier mot : l’histoire ne pardonnera jamais ce silence, cette négligence et cette position du monde entier.

En attendant, derrière les prisonniers palestiniens,  tout notre peuple poursuivra le combat, jusqu’à la conquête de ses droits légitimes et jusqu’à la sortie du dernier détenu des prisons et des ghettos israéliens.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 08:59

Le numéro de Juin 2014 de la revue Américaine,   American Journal of Public Health note :

• Environ 90% de tous les décès dans les guerres sont des civils :

" La proportion des décès de civils et les méthodes de classification des décès de civils restent débattues , cependant il clair que les décès civils de la guerre constituent  entre 85 % à 90 % des pertes  humaines causées par la guerre, avec environ 10 civils qui meurent pour chaque combattant tué dans la bataille."

• Swanson note : « le plus grand prétexte de recours à la guerre, c’est qu’elle doit être utilisée pour empêcher quelque chose de pire, appelée génocide. Non seulement le militarisme génère des génocides plutôt que de les prévenir, mais la distinction entre la guerre et le génocide reste à déterminer ".

• Les États-Unis ont lancé 201 des 248 conflits armés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale :

" Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il ya eu 248 conflits armés dans 153 endroits à travers le monde. Les États- Unis ont lancé 201 des opérations militaires à l’étranger entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et 2001, et depuis lors, d’autres, notamment en Afghanistan et en Irak …. "

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 08:57

Antisémitisme ? False flag ? Le tueur n’a-t-il pas été envoyé ? Quand on sait que le tireur est arrivé avec une grosse Audi, de sang froid a tué, on peut affirmer que c’était un tireur d’élite, même comme l’agent du musée a aussi été tué. par erreur sans doute. Parmi les trois victimes de la fusillade de Bruxelles et non quatre, il y a ce couple de touristes, Emmanuel et Miriam Riva. Selon des médias israéliens, la femme serait proche du Mossad.

Emmanuel et Miriam Riva étaient-ils de « simples » touristes à Bruxelles ? Des médias israéliens annoncent ce lundi que Miriam travaillait pour le Mossad (qui fait partie des agences de renseignement israéliennes comme, entre autres, l’Aman (renseignement militaire) et le Shabak (sécurité intérieure). Le couple laisse deux orphelines de 15 et 17 ans.

Prudent, le parquet fédéral a annoncé lundi lors d’une conférence de presse qu’il avait qualifié les faits survenus lors de la fusillade au Musée juif de Belgique de Bruxelles de triple assassinat et de tentative d’assassinat terroristes. Or, certains ont vite fait d’accuser l’humoriste Dieudonné, l’ex député Laurent Louis, ainsi que l’essayiste Alain Soral.

Le journaliste Richard Silverstein sur son blog Tikun Olam (de sensibilité « juif libéral ») écrit notamment : «  Emmanuel Riva a travaillé pour Nativ, une agence du gouvernement israélien. Cette agence a notamment œuvré, en lien direct avec les services secrets israéliens, pour l’Alya des juifs d’URSS et plus généralement pour inciter les juifs d’Europe de l’Est à opter pour une installation en Israël plutôt qu’aux États-Unis  ».

La chaîne Channel 10 précise cependant que, si elle a bel et bien travaillé pour le Mossad, elle était peu active ces derniers temps… Reste donc à savoir si ses relations avec cette agence de renseignement est bien le mobile de ce crime. N’a-t-on pas voulu l’éliminer parce qu’elle avait voulu quitter l’agence ? Trop de zones d’ombres. Néanmoins, certains ont trop vite parlé et risque d’être discrédités à jamais…

Partager cet article
Repost0
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 08:52

L’information a été trappée par toutes les agences d’information. Et pour cause. La conférence des tribus Libyennes qui s’est tenue dimanche le 25-05-2014 et regroupant plus de 2 000 responsables tribaux Libyens, fait peur. En effet, elle concernait la situation qui prévaut actuellement en Libye.  Les chefs tribaux ont derrière eux plus de 90 % de la population sous leur responsabilité. En ce moment, plus de la moitié des libyens, soit près de 3 millions de personnes, sont en exil. Cette annonce est un choc pour la fameuse "communauté internationale", pilleuse des biens libyens. Sans suprise, indique l’AFP, les Etats-Unis ont décidé de déployer un navire d’assaut amphibie, avec un millier de soldats du corps des Marines à son bord, à proximité des côtes libyennes pour être prêt à conduire une éventuelle évacuation de leur ambassade à Tripoli.

Lire l'article


Partager cet article
Repost0
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 10:38

On assiste, dans la région Centre (mais c’est certainement le même phénomène ailleurs) à l’essor de publications régionales et de manifestations culturelles villageoises. On peut d’abord applaudir et se féliciter que nos chefs lieux de canton soient enfin équipés en artistes. En intermittents du spectacle. En peintres d’avant-garde, qui remplaceraient enfin les « peintres du dimanche », le dimanche étant le moment de l’amateurisme. On assisterait alors à une décentralisation de la création postmoderne, en milieu rural, réputé inaccessible à la culture, toujours qualifiée de parisienne. On verrait des laboureurs enfin nus sur leurs tracteurs, comme les Twin Twin, et des femmes à barbe comme à l’Eurovision.

 Et, bien sûr, on a plein d’exemples de grands artistes qui ont commencé par des descriptions de leur région. Ainsi peut-on dire que Jean Giono est le chantre de la Provence, et Maupassant le témoin de la vie quotidienne en Normandie au 19ème siècle. On peut en citer d’autres comme Louis Pergaud, pour la Franche Comté, Alain Fournier pour le Berry, et pourquoi pas « Le piéton de Paris » pour Léon Paul Fargue. Parmi nos grands écrivains, beaucoup ont souvent commencé par décrire ce qu’ils voyaient autour d’eux.

 Mais à cette échelle, la plupart des artistes ne sont pas demeurés des régionaux, ni des régionalistes, à l’ombre de leur clocher.

Alors pourquoi pas chanter les pintades élevées en batterie dans la région d’Issoudun, les poulets aux hormones des poulaillers souterrains, comme j’en vois dans ma région ? Oui, pourquoi pas ?... Je n’ai rien contre les histoires de clocher de Gabriel Chevalier ! Il a au moins un style... La littérature épistolaire entre deux écrivains d’Egletons et de La Souterraine ne me déplairait pas a priori. A condition que ce soit des écrivains. Or, il y a pléthore de romanciers, en région. Les hommes de théâtre abondent, les groupes musicaux ont un talent fou, les comiques font rire jusque dans les hameaux les plus abrités de la culture. Excellente occasion de revoir les nonagénaires de la tournée « Age tendre ».

 Ce qui m’ennuie dans ce genre de littérature, c’est qu’on a souvent l’impression qu’elle est très réductrice, non pas à cause de la région qu’elle évoque, mais à cause du parti pris d’imitation des séries télévisées. On ne relève que rarement un effort créateur.

Ainsi dans mon département (je n’en suis pas propriétaire !) j’ai observé que la vogue est au polar. Ce genre « littéraire » étant souvent lié aux faits divers tragiques et sanglants. Et puis surtout à l’évocation d’un univers policier, où l’on ne croise que des tueurs en séries, suivis par de fins limiers (le limier est toujours fin aurait dit Flaubert) dont ils font plus ou moins l’apologie. Je n’ai rien contre cette littérature, qui nous a valu Simenon, et San Antonio, mais si je réfléchis un peu, je suis ahuri par la quantité de séries policières à la télévision. On passe de « Le Juge est une femme » au « Boulevard du Palais » et on est priés de « Faire entrer l’accusé ». Après quoi Christophe Hondelatte peut enfin enfiler sa veste en cuir garanti pur porc ! Inutile de préciser qu’on est très loin de la réalité de l’escroquerie et du gangstérisme des hommes d’état !

Souvent Mme le Juge est aguicheuse et parfois en proie à des « problèmes de couple » parce qu’il nous faut bien comprendre que nous vivons au milieu d’une information « people ». Dernièrement je l’ai laissée avec son « compagnon » en prison. Parce que c’est une femme comme les autres, et toutes les femmes vont avoir un compagnon en prison. Il suffit d’attendre que Mr Bouygues construise de nouveaux lieux de détention, en particulier pour y placer la jeunesse, qui est intenable !  Mme le juge mène une existence conforme à ce qu’on attend des femmes de 2014, la preuve elle est amoureuse d’un commissaire. Il n’y a donc pas de questions à se poser à propos de la détention et tout va bien dans les commissariats. La prison est devenue une fatalité, elle n’a rien à voir avec le système social. La prison n’est pas déshonorante, elle est même le passage obligé pour une formation humaniste, en tout cas pour le peuple. Et les magistrats sont d’une blancheur candide, incorruptible. Les policiers sont à l’abri des trafics. Les détenus sont bien soignés, quand on en parle. Du coup, la prison s’appelle désormais la « réinsertion ». Pas d’erreurs judiciaires dans ce milieu. Pas d’affaires criminelles qui mettraient en cause des représentants de l’ordre. Bien sûr, ce pauvre Hondelatte va parfois évoquer l’affaire d’Outreau, mais il se limite plus généralement à des critiques visant des personnes « déstabilisées » au secours desquelles il serait impossible et indécent de venir. C’est un monde où on ne viole ni dans les commissariats, ni dans les lieux de détention. Ou alors il y a très longtemps et l’affaire a été classée. Ces pratiques sont bien révolues.

 De la même façon, en tout cas dans la région qui m’intéresse, jamais une véritable critique des institutions. Ce monde est blanc et lisse. Sauf s’il s’agit d’une histoire très ancienne, et on peut critiquer largement des agissements qui remontent à l’époque de la libération. Dans le département de l’Indre, on a l’affaire Mis et Thiennot, et on ne craint pas d’évoquer la torture en…1946 ! Cette défense de victimes innocentes est juste. J’appartiens au Comité de Soutien pour la révision du procès Mis et Thiennot ! Encore faut-il dire que c’est une « machination » et laisser entendre que des décisions de justice de cette nature ne se produiraient plus aujourd’hui. C’était lié à l’époque trouble de l’après-guerre. Les magistrats en place étaient encore ceux qui avaient servi sous le Maréchal Pétain ! Depuis, ils ont bien dû être mutés. Ou alors la justice et la police ont fait l’objet d’une métamorphose ?

 Dans une revue régionale, on retrouve toutes les rubriques des programmes de la télévision actuelle. On a même droit aux adresses des « meilleures tables », puisque le petit écran fait ses choux gras de la cuisine du soir à « C à vous » où chaque invité arrive avec un cadeau de plus ou moins bon goût. Un exemple, parce qu’on n’est pas bégueule, Yves Rénier pense s’excuser de ne pas avoir apporté sa « tondeuse.à foufoune ». On n’oublie pas de présenter son chef d’œuvre à chaque participation, même qu’il est en vente et on va le répéter à chaque intervention. Parce qu’en plus ça tourne en boucle !

 Bref, comme à la télévision on est toujours en train de bouffer, on oublie les deux milliards de pauvres qui crèvent de faim. Une seule exception, avec Julie Andrieu, qui évoquait les livres de Jean Ziegler, en précisant qu’il avait été responsable de la commission Alimentation à l’O.N.U…

 On ne doit pas confondre le développement de cette culture pseudo populaire avec les nombreux petits journaux de « contre-culture » des années 70. Pour avoir été l’animateur de l’un d’entre eux, « Le Provisoire », qui n’avait pas de visées expansionnistes, je peux dire que les méthodes étaient différentes. On attendait les inculpations pour diffamation et injures. Et elles arrivaient. Le ton aussi était différent, volontiers ironique. Exemples : « La pastille de Mantes », « Le P’tit rouge de Touraine », « le Pavé dans la Marne »… Toutes ces publications refusaient la publicité et dénonçaient la société de consommation. Un mouvement de retour à une vie artisanale et anti-mondialiste, un peu naïf parfois, se mêlait à un pacifisme résolument définitif, et aboutit aux grands rassemblements sur le Larzac. Et la détention donnait lieu à une réflexion sur la prison. Les quartiers de haute sécurité ont été en principe abolis suite à un vrai mouvement populaire.

 En 2014, je crois qu’on peut s’interroger sur le rôle de cette prolifération de revues, de livres, de groupes musicaux, qui ne sont que le reflet de l’efficacité des médias capitalistes libéraux. La question qui se pose est la suivante : peut-il en être autrement ? La réponse est positive, à une condition : que l’on refuse clairement ce système politique et l’abrutissement devant n’importe quelle nouveauté de la technologie !

Sinon, nous vivrons avec cette fausse liberté, entretenue par les « idiots utiles », ainsi que les appelle Jean Claude Michéa.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 10:21

De mémoire de cinéphile, on n'avait jamais assisté à des tirs de barrage aussi intenses que ceux qui accompagnent la sortie du film consacré aux saillies de l'ex star du parti socialiste. Dire que "Welcome to New York" dérange les grincheux ne fait aucun doute. Jugez plutôt.

"Le mauvais goût était de rigueur hier soir", a commenté Gala. "Si vous n'avez justement pas envie de subir l'étalage du corps porcin de Gégé nu à l'écran une partie du film, évoquant parfois au THR (The Hollywood Reporter) un " rhinocéros ayant un triple orgasme ", ou, encore mieux, un " Dark Vador (pour le bruit de son souffle) nihiliste dont l'appétit sexuel voyage pour toujours à la vitesse de la lumière ",a lâché Première. "Un film malade", a affirmé Le Monde, poursuivant: "Les allusions à la fortune de Simone/Sinclair semblent "ne servir qu'à poser l'équation entre les juifs, le pouvoir et l'argent " et donnent " dans le fantasme antisémite. " Une merde, une crotte de chien", a estimé Maître Weill, un des avocats de l'ancien patron du FMI. Le Nouvel Observateur a évoqué un "navet". et d'ajouter:  "Tout invite le spectateur à décrocher, le scénario trop connu, filmé comme un documentaire, le rythme lent, les dialogues souvent grotesques".

De son côté, Anne Sinclair ex Mme DSK a réagit sur son site. "Dégoût des dialogues minables et grotesques. Dégoût de la façon dont M. Ferrara représente les femmes, ce qui doit illustrer ses propres pulsions. Dégoût enfin et surtout du soi-disant face à face des deux personnages principaux, où les auteurs et producteurs du film projettent leurs fantasmes sur l'argent et les juifs." Et la patronne du Huffington Post de pointer en effet les relents antisémites du film: "Les allusions à ma famille pendant la guerre sont proprement dégradantes et diffamatoires." Pour autant, Anne Sinclair ne poursuivra pas les auteurs du long métrage. "Ils n'attendent que cela. Je n'attaque pas la saleté, je la vomis", conclut-elle.

Quelle levée de boucliers ! Quel unanimisme dans les condamnations ! Quel "antisémitisme" !

Bien évidemment, ce déluge de feu contre un film à la gloire des saillies de l'ex pape des sondages n'est que pure coïncidence. Vous y croyez un seul instant ?

On rappellera simplement que le film d'Abel Ferrara, dont tout le monde parle, a été victime d'une censure qui ne veut pas dire son, alors qu'Outre-Atlantique, les critiques encensent la prestation de Gérard Depardieu."Un talent viscéral" et "un remarquable courage d'exposer ainsi son "corps porcin" à l’œil sans indulgence de la caméra", a analysé Variety.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que le DSK Team ne se ménage pas dans le déploiement de sa stratégie de censure. Sauf que les Français, eux, n'entendent pas obéir aux ordres de la police de la pensée. Et si vous cherchiez une raison d'aller voir ce film, le seul procès en antisémitisme suffit à vous inciter à aller voir ce film dans lequel Gérard Depardieu est très convaincant dans son personnage. A ne pas rater !!!!

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 10:17

Dimanche 18 Mai était organisé un rassemblement à Paris pour dénoncer l’action du gouvernement français d’interdire aux ressortissants syriens le droit de vote dans leurs ambassades lors des élections qui se dérouleront en Syrie le 3 juin prochain.


Partager cet article
Repost0
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 10:07

 

C’est un — salutaire — pavé dans la mare du bon sentiment qu’a lancé il y a quelques jours la militante progressiste et féministe Jumoke Balogun, membre du réseau africain du « Guardian » et co-fondatrice du site « CompareAfrique.com ». Dans une tribune libre, traduite en français par « 7 Lames la Mer », l’activiste afro-nigeriane rappelle ce que l’idéologie humanitaire et les fièvres compassionnelles font aux indépendances africaines en général, et au Nigeria en particulier.

 

"Vous ne pouvez rien faire pour les jeunes filles disparues au Nigeria.

Votre acharnement en vue d’impliquer dans cette affaire les autorités américaines, et plus particulièrement, l’armée américaine, se retournera au final contre le peuple du Nigeria.

Je suis touchée de vous voir enfourcher le destrier de la« conscientisation » pour défendre plus de 200 jeunes filles enlevées dans leur école de Chibok.

Je suis touchée que vous ayez entendu les pleurs des mères et des pères, qui passent un nouveau jour sans leur enfant.

C’est gentil de votre part de vous en préoccuper.

Seulement voilà l’affaire : lorsque vous faites pression sur les pouvoirs occidentaux, et plus particulièrement, sur le gouvernement des États-Unis, pour qu’il intervienne dans les affaires africaines, lorsque vous vous faites vous-mêmes les hérauts d’une intervention militaire, vous devenez vous-même un élément d’un problème bien plus vaste.

Vous devenez les protagonistes, complices, d’un agenda d’expansion militaire en Afrique. Et cela n’est pas bon.

Vous l’ignorez sans doute, mais les militaires américains adorent vos «  hashtags » parce que ces derniers leurs permettent d’ancrer et d’intensifier leur présence militaire en Afrique.

AFRICOM, le commandement unifié qui supervise les opérations militaires sur le continent africain, a beaucoup profité de #Kony2012 et bénéficiera plus encore de #BringBackOurGirls.

L’année dernière, avant la tournée africaine du Président Obama, j’avais décrit les procédés grâce auxquels l’armée américaine élargit son champ d’intervention en Afrique.

Pour la seule année 2013, AFRICOM a effectué 546 « activités militaires » soit une moyenne d’une mission et demie par jour.

De ces activités, nous ne savons pas grand-chose, mais nous connaissons, en revanche, les buts revendiqués d’AFRICOM : « promouvoir les intérêts des États-Unis d’Amérique en Afrique ».

Et cette mission est bel et bien assurée : selon un rapport, les troupes américaines ont, en 2013, promu les intérêts des USA en Ouganda, au Ghana, au Malawi, au Burundi, en Mauritanie, en Afrique du Sud, au Tchad, au Togo, au Cameroun, à Sao-Tome-et-Principe, en Sierra Leone, en Guinée, en Éthiopie, en Tanzanie, au Sud-Soudan.

L’armée américaine s’est livrée à 128 « activités militaires » distinctes dans 28 pays d’Afrique entre les mois de juin et décembre 2013. Des missions qu’il faut rapprocher des expéditions de drones conduites par les États-Unis dans le nord du Nigeria et en Somalie.

Ajoutons-y les avant-postes de la lutte anti-terroriste à Djibouti et au Niger, ainsi que les bases discrètement installées en Éthiopie et aux Seychelles, qui offrent des rampes de lancement à l’armée américaine pour les frappes et les missions de surveillance effectuées par les drones.

Malgré le secret qui recouvre ces activités, nous savons que les activités militaires des États-Unis ont eu un effet déstabilisateur sur plusieurs pays. Ainsi, un article du « New-York Times » a confirmé que l’homme qui a renversé le gouvernement du Mali en 2012 avait été entraîné et cornaqué par les USA entre 2004 et 2010. Plus tard, un bataillon formé par les États-Unis en RDC avait été dénoncé devant l’ONU pour des viols de masse.

Aujourd’hui, les États-Unis gagnent du terrain en Afrique, en dépêchant des conseillers militaires et un nombre croissant de drones — pardon, de « personnels et de matériels de sécurité » — en renfort d’une armée nigeriane qui, soit dit en passant, a un bilan certain en terme d’atrocités de masse à l’encontre du peuple nigerian.

Sachant tout cela, vous pouvez comprendre mon appréhension vis-à-vis de la décision prise par le Président Obama.

Comme l’a dit l’écrivain américano-nigerian Teju Cole, cet engagement nous mènera simplement vers plus de militarisme, une sécurité moindre, et moins de démocratie encore.

Car la dernière fois que des conseillers militaires américains ont été envoyés en Afrique, ils n’ont pas fait grand bien."

Partager cet article
Repost0
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 10:01

Le célèbre peintre irlandais Jim Fitzpatrick a offert à Madame Fadwa Barghouti le portrait de Marwan Barghouti qu'il a réalisé à l'occasion du lancement de la campagne irlandaise pour la « libération de Marwan et de tous les prisonniers politiques palestiniens ». C'est ce peintre qui avait réalisé le fameux portrait du « Che ».

Barghouti.jpg

Partager cet article
Repost0
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 09:57

Environ 400 mercenaires d’une entreprise américaine opèrent en Ukraine aux côtés des soldats et de la police ukrainienne dans des opérations contre les séparatistes pro-russes [...]
Selon des informations basées sur des communications radio [...] les mercenaires américains coordonnent et dirigent des opérations de guérilla contre les séparatistes pro-russes autour de l’enclave de Sloviansk.
Ces 400 mercenaires travaillent pour Academi, plus connu sous son ancien nom de Blackwater, une entreprise de sécurité qui avait été privée de contrat par l’armée américaine en Irak après une fusillade sur des civils en 2007 [...]
Le Bild am Sonntag (journal allemand à la source de cette info) rappelle que la Russie avait dénoncé il y a quelques semaines la présence de mercenaires américains aux côtés des troupes gouvernementales ukrainiennes, ce que l’ambassadeur américain à Kiev, Geoffrey Pyatt, avait démenti mi-mars.
La semaine dernière, le Bild am Sonntag avait déjà révélé que des agents de la CIA et du FBI aidaient Kiev à mettre un terme à la rébellion dans l’est de l’Ukraine, et à mettre en place un dispositif de sécurité efficace, sans toutefois s’engager directement dans les affrontements…

 

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/05/11/97001-20140511FILWWW00036-des-mercenaires-americains-presents-en-ukraine.php

Partager cet article
Repost0