Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 10:26

 

Ca paraît déconner de partout. Je m’empresse de rectifier le tir ! C’est une apparence seulement ! Car voyez la réalité. Je vous invite à un voyage hexagonal.

D’abord à Nantes ! Une vieille chanson populaire, reprise par Tri Yann, nous vantait la sympathie de la fille du geôlier pour un prisonnier. Eh bien là, c’est tous les nantais qui sont apparemment prisonniers d’un projet d’aéroport inutile ! Et pas une fille de geôlier pour éprouver la moindre charité pour le bon peuple. Et c’est normal, le bon peuple fait semblant d’être bon. Il devrait applaudir à la fermeture des usines. En effet c’est pas les nanas qui manquent dans le secteur élyséen ! C’est carrément le retour à la monarchie. Vive le roi ! Sous Sarkozy c’était la Cécilia, puis la Carla, avec le nouveau, on a eu droit à la Valérie et à la Julie ! Ces rois du monde disposent de demi-mondaines, on peut dire aussi des cocottes. En apparence seulement. En réalité, ce sont des premières dames. Pas du tout comme sous la Troisième République ! Elles ne font pas le coup de Félix Faure. Et les César ne deviennent pas Pompée ?

Ensuite, un peu partout en France ! Avec la mondialisation, qu’attend-on pour organiser des J.O. de la Misère ? Des J.O des Vaincus ? Des J.O des Massacrés des diverses guerres qui alimentent l’actualité, en Afghanistan, en CentrAfrique, au Moyen Orient, en Asie, en Amérique latine, en Amérique tout court. Parce que tout ça, c’est des apparences ! Les massacres, les misérables, les chômeurs, ce sont des faux morts, des faux mutilés, le monde est parcouru par des faux pauvres, qui font semblant de crever la faim dans les favelas, ou même sous la tente, au long du périphérique parisien. Ce sont des salauds qui ne sont là que pour nous faire croire que la misère co-habite avec la richesse. Pour un peu ils nous feraient croire qu’il y a des milliardaires ! Et de gauche ! Alors que ce sont des anciens communistes qui répètent ça !

En effet, on manque de crapules bien crapuleuses. On n’a plus de Dieudonné, il y a rupture de stock sur les tueurs en séries, sur les drames familiaux ! On observe un déficit de catastrophes naturelles ! Il y a pénurie sur la misère ! Tout est propre et parfaitement moral. On ne peut même plus faire entrer l’accusé ! On télévise en boucle ! Les jours de Hondelatte sont comptés. On est obligés de ressortir de très vieilles histoires ! Par exemple, les déportés qui portent plainte contre la SNCF, avec pas loin de 90 ans de retard ! Et les Anciens Combattants du centenaire de la vraie guerre, celle de 14 ? Vous les voyez, les anciens de 14-18 ? Ils se prélassent en couleurs, dans les reconstitutions historiques. Ils arborent des uniformes propres, impeccables ! Du sang bien clair ! On dirait des chevaliers des chansons de gestes. Ils y vont en chantant ! Il y a bien quelques Barbusse, quelques Céline obstinés dans l’erreur, qui suivent les tortueux sentiers de la gloire ! Ce sont des faux Anciens Combattants, d’ailleurs on les a interdits. Vous rentrerez quand vous aurez les pieds propres, victimes des guerres, des guerres économiques ou carrément sanglantes ! Arrêtez-vous à la porte des salons où l’on cause ! Vous n’êtes pas présentables! Et vous les morts, fermez vos gueules ! Vous claquez des dents et ça fait un bruit d’enfer.

Alors qu’on est au paradis des multinationales !

Au vert paradis des amours enfantines.

Au vert paradis des amours infantiles.

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 10:19
Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:55

 

Article Berry Posthume

 

 Acheter

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:47

Maurice Melliet, vieux militant de gauche périgourdin, qui devait représenter le Parti de gauche aux prochaines municipales de Périgueux, ne pensait pas commettre un crime en s’arrêtant au local d’un candidat de droite où l’on buvait l’apéro en présence d’Yves Guéna, gaulliste historique et ancien maire de Périgueux. Sans aller jusqu’à le qualifier de « vipère lubrique » ou autre « suppôt de l’impérialisme », comme au bon vieux temps, la petite bureaucratie parisienne sous la coupe de Jean-Luc Vissarionovitch Mélenchon l’a quand même viré illico, entraînant localement la démission de 56 militants du Parti de gauche.
La liberté apéritive ne Suze que si l’on s’en sert !

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:44

tract-version1.3-1-.jpg

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:41
Mots en liberté
Dimanche 16 mars 2014 de 10 h à 18 h
Salle des fêtes de la Ferme
6 rue de Sucy 94470 Boissy saint Léger

Expositions - animations - dédicaces
Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:38

Les enseignants du collège Edouard Manet de Villeneuve-la-Garenne (92390) ont déclenché un mouvement de grève reconductible le lundi 20 janvier, suivi à plus de 90 %.

A l’heure où le Président de la République et son ministre de l’Education, annoncent des moyens sans précédent consacrés à l’Education prioritaire, les enseignants du collège Edouard Manet de Villeneuve-la-Garenne, classé ZEP et Zone Violence, viennent d’apprendre la perte de 56 heures dans la dotation de leur établissement pour la rentrée 2014 (soit une perte équivalente à deux, voire trois classes), malgré la stabilité de ses effectifs.

Cette situation est en contradiction totale avec les besoins de ce collège, qui, de plus, a connu, à l’automne dernier, de graves faits de violence ayant entraîné l’exercice d’un droit de retrait, suivi de la mobilisation de l’ensemble de la communauté éducative.

La rentrée 2012 a été pour l’ensemble des personnels du collège l’une des plus difficiles à assurer en raison d’une Dotation horaire globale (DHG) en baisse de 33 heures, décidée sous le mandat de Nicolas Sarkozy. À cette occasion, nous avions même reçu le soutien de François Hollande et de Vincent Peillon, qui s’étaient rendus, en personne, dans notre établissement le 6 mars 2012, et qui avaient déploré cette perte sèche en s’engageant devant la presse à agir une fois au pouvoir.

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:33

François Hollande ne compte pas changer le statut des animaux, l'une de ses promesses électorales.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, en 2013, les Animaux ne sont toujours pas considérés comme des êtres vivants, mais comme des biens meubles, autrement dit des objets.
Cette definition datant de 1804 n'a jamais été révisée.
Malgré nos connaissances acquises depuis sur la sensibilité et l'intelligence des Animaux et malgré l'existence d'une déclaration Universelle des droits des Animaux, proclamée solennellement à Paris le 15 Octobre 1978 à la maison de l'UNESCO.
Le mouvement FUDA (Forces Unies pour les Droits des Animaux) oeuvre à travers le Monde pour un plus grand respect des Animaux et pour une révision totale de leur statut juridique. Car, bien que des lois existent pour protéger "le bien-être" des Animaux exploités par l'homme, celles-ci ne sont que très exceptionnellement appliquées et dans tous les cas toujours insuffisantes.
Le règlement Européen n°1099/2009 sur la protection des Animaux au moment de leur mise à mort qui entrera en application le 1er Janvier 2013 ne répond en aucun cas à nos exigences. Nous souhaitons simplement que le statut juridique de l'animal soit révisé afin qu'il ne soit plus considéré comme un objet mais comme UN ÊTRE VIVANT A PART ENTIERE.

Signer la pétition

Partager cet article
Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 09:22

On croit que les victimes des guerres gémissent à cause de leurs souffrances sur les champs dits « de bataille ». Or, si cette remarque s’applique aux moins courageux d’entre eux, il s’agit essentiellement des petits enfants, des vieillards en fin de vie et de femmes, qu’on n’hésitera pas à qualifier de femmelettes. En réalité, ce dont se plaignent surtout les vrais héros, c’est de la médiocrité des installations sanitaires. La plupart des morts des guerres éprouvent une sorte de gêne à devoir entrer dans l’Histoire, avec les pieds sales, les oreilles mal dégagées, les cheveux en broussailles. Mourir proprement reste, en effet, leur souci permanent, et là, il faut reconnaître que, souvent, la situation des blessés et des agonisants a laissé à désirer. On croit, à tort, que les héros éprouvent des douleurs insupportables, en particulier quand ils ont les bras arrachés, les tripes au soleil, les organes génitaux explosés, et partis en couilles. Expression particulièrement en adéquation avec leur état général. Or, il n’en est rien et nous allons le démontrer en prenant quelques exemples concrets. En fait, ils ont honte ! Et c’est nous qui leur faisons honte.

 Car ce que déplorent les vrais cadavres patriotiques, c’est de ne pas être en accord avec l’image traditionnelle du soldat, tel qu’il est présenté dans les manuels d’instruction militaires. Et il faut bien reconnaître qu’ils ont raison. Même au cours de la seconde guerre mondiale, les victimes sont apparues dans des tenues indécentes, ce qui a contribué à les démoraliser encore davantage. Pas question de se livrer à un minimum de toilette quand on débarque inopinément, le 6 juin 1944 sur les plages de Normandie ! Et est-ce bien une tenue de plagiste dont ont été affublés les combattants du Cotentin ? Sans même un simple maillot de bain ? Plus tard, quand l’ordre leur a été donné de massacrer et de violer tous les boches, mâles et femelles, ils ont éprouvé un embarras bien compréhensible à montrer leurs balloches avec, passez-moi l’expression, la merde au cul ! Il est vrai que Winston Churchill, qui les encourageait de l’arrière, en se faisant piloter, pour une promenade de santé, au-dessus des champs recouverts de blessés (Cité par Louis Calaferte dans « Droit de cité ») éprouvait un orgasme énorme comme son gros ventre, mais il avait triché. Ses initiales donnent en effet W.C. ce qui suppose que les grands stratèges ont,  non seulement une salle de bain mais la fameuse « intelligence marketing » vantée par le Nouvel Observateur à propos de Stromae dans Papaoutai. Churchill a su se composer une image, grâce à son « intelligence marketing » avec son gros cigare qui se fume la main sur la braguette, en compagnie de Staline et d’Eisenhower. D’ailleurs on ne vend pas non plus les véritables images de la guerre de 14-18, mais on les nettoie un peu avant de les présenter au public, et si possible, on les colorise, y compris sur la chaîne « Histoire ». Poilus, vous n’avez pas honte de votre tenue négligée ? Je sais que, au contraire, vous ressentez un malaise, qui n’est pas dû à vos souffrances physiques. C’est nous qui pourrions souffrir en vous regardant à la télévision. Heureusement, un simple petit toilettage, ça aide à faire passer le digestif avant la soirée culturelle historique. Vous auriez pu faire un effort, Poilus ! Non, vous n’en aviez pas les moyens techniques. Je sais, vous ne disposiez pas des produits Bettencourt, comme les tueurs propres d’aujourd’hui. C’est pourquoi, il urge de rénover les massacres, si l’on souhaite fidéliser les téléspectateurs et les clouer définitivement dans leurs canapés de voyeurs. Que l’on passe un bon vieux coup de karcher sur les guerres médiévales par exemple ! Que l’on n’oublie pas la toilette intime de Jeanne d’Arc avant qu’elle ne se fasse enfiler son armure ! Qu’on n’oublie pas de désodoriser Du Guesclin, le Connétable sans les sardines, qui sentait si mauvais qu’il faisait fuir ses contemporains rien qu’avec son odeur naturelle. (Ce détail est authentique, et signalé par tous les historiens). Du Guesclin est un héros qui pue, au point d’incommoder les malheureux soudards qui transportaient son cadavre en pièces détachées, vers des églises bretonnes. Il était recouvert de mouches en ce 13 juillet 1380, où il s’est laissé aller à rendre l’âme, à Châteauneuf de Randon. Ses camarades de combat ont été contraints de l’abandonner aux chiens, qui n’en ont pas voulu ! Ils l’avaient pourtant fait bouillir selon la coutume de l’époque.

Je sens que vous avez besoin d’un ou deux autres exemples. Je passe sur Napoléon, (façon de parler) qui ne dut ses succès militaires qu’à son hygiène très négligée. C’était la mode de l’époque. Au début du 19ème siècle, la crasse était généralisée, et elle impressionnait l’ennemi. Mais grâce aux progrès des produits modernes, nous sommes en mesure de présenter des cadavres rutilants, tout aussi effrayants pour des spectateurs sensibles. Avec du sang rouge, si rouge qu’on est saisi d’une tentation immédiate, en faire des analyses en laboratoire. Puis, on les recouvrira noblement d’un « suaire », un suaire qui ne sent pas la sueur, et on pourra disposer les photographies des combattants morts avec tout le dispositif des cérémonies dans le salon familial, sans avoir à passer par le pressing de la morgue. Ensuite on pourra donc présenter les descriptions de la guerre de 14-18 par Henri Barbusse et Louis Ferdinand Céline. Et seuls, les nostalgiques se prendront à regretter que l’odeur de la guerre ne nous parvienne pas. Ainsi le documentariste Chris Marker, un pur, déplorait qu’on n’eût pas inventé le « cinéma ophtalmique » ! Nous répondrons à cette objection qu’il y a plus simple. Il suffit de rénover les futurs cadavres avant leur décès héroïque. Après tout, les multinationales leur doivent bien ce petit service. Et il faut savoir ce que l’on veut : promouvoir les guerres auprès du grand public ou rester dans l’ignorance que l’on qualifie de « crasse » avec raison.


Partager cet article
Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 09:20

À l’occasion du procès, les demandes de comparution volontaire ont été rejetées par le juge, qui a souhaité ne juger que la conductrice de la fourgonnette, sur la base d’une infraction au code de la route.
Après que l’avocat a défendu la légitimité de cette action de désobéissance civile, invoquant l’état de nécessité face au risque nucléaire, différents témoins ont défendu l’importance d’agir contre les transports nucléaires. Didier Latorre, porte-parole du collectif STOP-Uranium, a rappelé que les militants « ne sont pas des délinquants routiers, mais des lanceurs d’alerte face à l’omerta, dans un pays où on ne remet pas en question le nucléaire après Fukushima. Cette action, qui s’est déroulée en toute sécurité a permis de mettre en lumière les risques de l’usine Comurhex Malvési et de ces transports. Ce sont nos observations qui ont permis de rendre public le nombre de camions qui sillonnent les routes tous les jours. Aujourd’hui c’est nous qui sommes à la barre alors que la Comurhex fait fi des lois et règlements depuis des années ».
Francis Viguier, lui, a témoigné avoir participé à cette action en tant qu’élu municipal, « pour protester contre le fait que nous soyons tenus dans l’ignorance de ces transports et de leurs risques alors qu’il est de notre devoir de garantir la santé et la sécurité publique. Je ne veux pas me retrouver dans la situation du maire de Drancy, qui n’a pas su quoi faire face au déraillement d’un convoi nucléaire ».
Enfin, Bruno Chareyron, ingénieur nucléaire de la CRIIRAD, est intervenu en tant que témoin de moralité, « pour affirmer l’importance d’informer la population sur les transports radioactifs et leurs risques. Il y a une incohérence entre les normes de la radioprotection pour le grand public et celles de ces convois radioactifs. Par ailleurs, en matière d’exposition à la radioactivité, il n’y a pas de dose d’innocuité ». La CRIIRAD avait d’ailleurs préparé une analyse détaillée sur ces convois et l'usine AREVA-Comurhex de Malvési, qu’elle suit de près.
Le procureur a rappelé l’existence d’une plainte déposée par le Réseau “Sortir du nucléaire" contre l’usine AREVA-Comurhex Malvési pour fonctionnement illégal pendant plusieurs années. Tout en déclarant que le rôle de la justice n’était pas de statuer sur le comportement des exploitants nucléaires, il a mentionné que l’action des militants pouvait faire évoluer la société, reconnaissant implicitement l’intérêt de telles mobilisations. Suivi par le juge, il a requis la reconnaissance de la culpabilité pour la militante, mais avec dispense de peine.
Le Réseau “Sortir du nucléaire“ se félicite qu’aucune condamnation lourde ne soit venue écraser les militants. « On peut certes regretter que la réduction à une simple infraction routière ait occulté le caractère collectif et politique de l’action », déclare Laura Hameaux, chargée de campagne, « mais pour nous, l’absence de condamnation revient à reconnaître sa légitimité. Il faut espérer que la justice fera preuve de la même clairvoyance lorsqu’elle jugera l’entreprise délinquante Comurhex Malvési ! »
Retrouvez le suivi du procès sur notre site : http://www.sortirdunucleaire.org/proces-bloqueurs-20-fevrier

Partager cet article
Repost0